AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Dans les bras de la Nuit [Unded]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Dans les bras de la Nuit [Unded]   Jeu 08 Déc 2011, 23:47

"La trahison que l'on voit venir est amusante. Ce qui est vraiment effrayant, c'est la trahison à laquelle on ne s'attend pas..."

Cette voix résonna dans ma tête pendant quelques secondes, mettant en doute mes convictions, ébranlant mes certitudes et me forçant à me réveiller. Mon regard chancelant observe rapidement les alentours, analysant mon environnement. Rassurée, je me calme, forçant mon coeur à reprendre un rythme régulier et résonnable.

La Nuit est là, sa porte grande ouverte semble m'attendre. Un fin sentiment d'euphorie s'installe en moi, noyant les souvenirs déjà lointains de ce cauchemar. Je frissonne quelque peu, pas encore tout à fait habitué à la fraîcheur soudaine. Je glisse mes doigts pâles sur les rebords de la barque, suis d'un mouvement las les veines foncées. Un silence imposant m'entoure, plongeant mon âme dans une solide chape de sérénité.

Ce brouillard inanimé finit pourtant par se lever à l'approche de la côte. Terre que je connaissais bien pour les avoir foulées à de nombreuses reprises. Je quitte l'horizon et l'océan, débarquant sur l'île de Lan Rei, franchissant le pont séparant deux mondes bien distincts mais pourtant confondus. Je laisse ma barque là, gisant sur le rivage comme une baleine échouée. La marée ne monte pas très haut ici, pas suffisament pour me priver de mon moyen de transport.

Songeant à ma dernière conversation avec le capitaine, je soupire. Cela fait trois bons mois que je suis entrée dans l'équipage du seigneur démon. J'observe la petite marque noire au creux de mon poignet gauche. Ceci est l'unique preuve de ma trahison.

J'espère que l'équipage de l'Opale se porte bien. Après tout, j'ai toujours été libre, rien ne me retenait prisonnière et j'avais été claire là-dessus : le capitaine connaissait mes sentiments et convictions. J'espère qu'il ne l'a pas prit mal, ce n'était pas le but. Je revois les différents visages que j'avais cotôyé pendant quelques semaines. Tout avait commencé avec le sauvetage de Pampelune dans cette ruelle du marché. Ensuite l'épisode de la prison, la fuite, l'embarquement urgent puis la traversée. Enfin, après tout juste le commencement de cette aventure, une autre l'avait chassée. Le débarquement sur Rosyel, ma rencontre avec Sytry, mon admission dans l'équipage de Dante. Tout s'était passé si vite qu'il m'arrive encore parfois de douter de la réalité. Et chaque jour elle se venge en me réveillant brutalement, ravivant les cendres douloureuses de souvenirs plus profondément enfouis.

Enfin, les collines d'or m'apparaissent, noyant le paysage. Une petite fumée monte au loin, sans doute un village côtier. Sans hésitation, je m'engage. Mon corps, enfin habitué à la température ambiante, ne rechigne absolument pas, il obéit à la moindre de mes sollicitations, comme une machine parfaitement huilée. Je tombe alors sur un petit sentier menant au village. Je l'empreinte.

Foulant cette terre poussiéreuse, je regarde le ciel d'un air langoureux. Tout est obscur. Même les nuages ressemblent à des ombres malsaines dans ce ciel anilin. Scène effrayante pour un simpe voyageur, spectacle aimé pour moi. Le domaine de l'infiltration et des secrets dans lequel j'ai depuis longtemps trouvé asile. Ou refuge.

J'arrive dans le village. Tout est calme, pas un bruit. Seule une joyeuse musique trouble l'air, montant d'une taverne toute proche. Je souris. La soirée promet d'être amusante et intéressante. Sans perdre plus de temps, j'entre dans la bâtisse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~¤Crocs Nocturnes¤~

avatar

~¤Crocs Nocturnes¤~

Nombre de messages : 1450
Localisation : Là où me portent le vent et les océans
Métier/Fonction : Pirate et vagabond

MessageSujet: Re: Dans les bras de la Nuit [Unded]   Dim 11 Déc 2011, 02:14

Spoiler:
 

Cela faisait maintenant trois jours que j'avais quitté l'opale, l'équipage avait besoin de faire une pause, j'en avais assez de ce navire et de la mer, et même des personnes avec qui je vivais désormais, alors avant même que l'on puisse me demander quelque chose, je m'étais éclipser sans que l'on sache où j'aille, puis j'avais trouvé ce petit village et avait installer mon camps à proximité. Je passais donc mes journées à la taverne, le candellatre de son p'tit nom, et mes nuits dehors à chasser. Je n'aurais jamais pensé à dire ça avant mais dieu que ça m'avait manqué ! La malédiction était de venu une bénédiction !

Enfin, bref, pour cette nuit j'avais décidé de reste à la taverne, tout autour de moi des gens dansaient et chantaient en trinquant avec des bouteilles de Rhum et des choppes de bières tandis qu'un violoniste nous déversaient une musique joyeuse et festive en bondissant entre les tables. Moi j'étais assis à une table de poker, plumant 2 gus trop bêtes pour ce rendre compte que je trichais allègrement ! J'les avais ruiné, il ne leur restait plus que leur fringues et j'comptais bien les emportés avec moi !Commençant à avoir soif, je leur fis signe de faire une pause.

- Allez prendre l'air, vous avez l'air d'en avoir besoin, dis-je en ricanant

Je me frayais donc un chemin jusqu'au comptoir et commandais une bouteille de rhum en demandant :

- Y a du monde aujourd'hui, il se passe quoi ?

- On fête les fiançailles de la p'tite Carmina, la fille des leyes, il se baissa, prit une bouteille, la déboucha et me la tendit, vu qu'tes pas la depuis longtemps t'dois pas les connaitre, ils sont très appréciés dans le coin, ils sont rendu beaucoup de service à la ville ! Regarde, c'est la gamine avec le corset en cuir là-bas !

Il prit un torchon et commença à frotter énergiquement la planche sur laquelle il servait les clients.

- Sinon, je me demande vraiment en quoi t'es fait 'Ded, c'est ta troisième bouteille et tu tiens toujours debout, mieux encore, tu ne sembles ressentir aucun des effets de l’alcool, j'ai jamais vu tenir quelqu'un aussi bien ! T’arrive même à plumer les deux autres cons !

- Eux ? même un manchot aveugle complètement bourré pourrait les plumés, j'les trouve de plus plus idiot de minute en minute !

- Ouai mais quand même, c'quoi ton secret ?


Je pris une cigarette et l'allumais tandis que mon visage s’assombrit lorsque plusieurs souvenir douloureux remontèrent dans mon esprit. Je pris une longue bouffée et répondis en recrachant la fumée.

- Nous dirons que j'ai l'habitude de boire...

Le tavernier avait dût voir l'ombre qui était passé sur mon visage car il changea immédiatement de sujet.

- Sinon, tu dors bien à l'extérieur du village ? Parce que ça va faire 2-3 jours que l'on entend des hurlements de loup à l'extérieur, tu devrais prendre une chambre ici, si t'as pas de quoi payer, bien que j'en doute avec tout ce que t'as gagné aujourd'hui, je peux t'offrir une chambre, croit moi c'est dangereux dehors. T'es sympa ce serait chiant de découvrir ton cadavre à moitié bouffé par les loups...

Ainsi donc on m'avait entendu, j'avais intérêt à faire attention...

- T'en fait pas, j'ai l'habitude du danger, ce ne sont pas 3-4 loups qui vont me faire la peau !

L'homme regarda la balafre coupant mon visage et dit :

- c'est ce que je vois... Tien, j'crois que tes victimes viennent de revenir, tu devrais y aller...

T'as raison, j'vais...

Je m'interrompis lorsqu'une personne qui me semblait familière pénétra dans la taverne...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Dans les bras de la Nuit [Unded]   Mer 14 Déc 2011, 19:53

Le seul obstacle qui se trouve dorénavant face à moi est la lourde porte d'entrée. Lourde, certes mais pas suffisament épaisse pour retenir les nombreux bruits provenant de l'intérieur de la bâtisse. Des cris, de la musique, des chants et même comme qui dirait des fracassements de verre et craquements de bois, bref une joyeuse euphorie. Quittant la solitude nocturne de l'extérieur, je pousse la porte.

Dès les premiers pas, une vive odeur me prend aux narines, titillant mon nez de ses senteurs frivoles. Respirant grandement, je me plonge dans cette atmosphère épaisse que j'aime tant et que j'avais l'habitude de côtoyer. L'odeur de l'alcool coulant à flots, la fumée du tabac, les rires tonitruants des ivrognes et musiciens. Tout cette vive harmonie m'enivre, me pousse à avancer vers le comptoir, un sourire heureux sur les lèvres.

J'ai l'impression de retourner plusieurs années dans le passé, du temps de l'existence de Lodola. Cependant, deux choses manquent à l'appel pour rendre cette ambiance identique à celle de ma guilde : mes anciens camarades ainsi qu'un petit grain de folie capable de semer une joyeuse bagarre et un joli bordel parmi les convives. Effaçant les anciennes visions de ma tête, je la secoue et me dirige à grands pas vers le comptoir que le tavernier est copieusement en train d'astiquer.

Les lieux sont bondés d'humains, je suis l'unique représentante d'une autre race, en l'occurence elfique. Je pose mon sac de voyage qui pendait sur mon épaule droite, il atterrit sur le sol avec un petit bruit caractéristique et je remarque qu'il est moins chargé que la dernière fois que j'ai quitté le Mary Céleste pour une petite escapade. Sauf que les dernières fois c'était pour des missions alors que je suis venue ici de mon propre chef. J'en ai informé Sytry, il n'éprouve plus la nécessité de me surveiller, il sait très bien que je reviendrais toujours vers lui et Dante. Du moins tant que je ferais parti de son équipage ce qui me satisfait amplement pour le moment.

Redressant rapidement les plis de ma tunique verte et plissant ma jupe, je m'assoie sur une chaise libre, juste à côté d'un homme qui me regarde. Mes coudes tombent sur le comptoir et je lance au barman d'une voix suave :

- Une caisse de rhum s'il-vous-plait.

Une série de pièces glissent sur le bois sale avant de disparaitre dans la poche du tavernier qui s'empresse de se diriger vers les cuisines avec un sourire étonné. Les yeux de l'inconnu annexe se font insistants, il me dévisage. Je sens la traine brûlante de son regard sur ma peau. Je frissonne et me tourner vers lui, daignant enfin lui accorder mon attention.

C'est alors que je failli tomber de ma chaise.

La personne qui se trouvait maintenant face à moi m'est très familière. Une immense balafre se trouve en plein milieu de son visage, cicatrice que je reconnaitrais entre milles, cheveux noirs, yeux gris, allure athlétique. Il a l'air surprit de me voir ici. De me voir tout court d'ailleurs. Mes yeux font le tour de sa personne malgré que son image soit gravée au fer rouge dans ma mémoire. C'est alors que je remarque quelques détails qui avaient faussés ma première impression : ce lycan ne ressemble pas vraiment à Draren.

J'ouvre la bouche pour dire quelque chose mais aucun son ne franchit le barrage de mes lèvres. Nous nous dévisageons pendant quelques instants et lors de ce court échange plus rien ne semble compter, tout ce qui nous entoure se fond dans un même décor, devenant bruit de fond, détail insignifiant.

- ...Unded ?...

Il m'a reconnu, je le sais, je peux le voir dans ses yeux d'acier. Il hésite sur l'atitude à adopter. Après tout, nous ne sommes plus alliés mais cela ne signifie pas pour autant que nous sommes ennemis. Du moins, je l'espère.

Et avant que je n'ai le temps de penser que ma question pourrait être déplacée, je lance d'un ton franc :

- Mais qu'est-ce que tu fais ici ?!

C'est alors que deux gars s'approchent de lui. Je regarde la table qui se trouve derrière eux, les cartes et pièces, bouteilles vides et chopes renversées : Ils étaient en plein milieu d'une partie de poker. Un sourire cruel apparait alors sur mon visage tandis que j'attends la réponse du lycan. Après un instant je demande :

- Je vois qu'une partie est lancée, si cela ne vous dérange pas, j'aimerais beaucoup me joindre à vous.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~¤Crocs Nocturnes¤~

avatar

~¤Crocs Nocturnes¤~

Nombre de messages : 1450
Localisation : Là où me portent le vent et les océans
Métier/Fonction : Pirate et vagabond

MessageSujet: Re: Dans les bras de la Nuit [Unded]   Mer 21 Déc 2011, 02:27

Mes yeux ne pouvaient quitter la nouvelle arrivante, qui était-elle ? Cette idée m'obsédait, j'avais l'impression d'avoir oublié une chose très importante. Elle s'approchait d'une démarche gracieuse vers le bar, d'un pas assuré. Puis elle laissa tomber son sac et s'assit à ma droite. Elle ne m'avais pas remarqué. Elle était assez proche pour que je puisse sentir son parfum, pour que je puisse détailler le moindre de ses trais, je remarquais qu'elle n'était pas humaine, mais une elfe, nouvel élément pour l'identifier.

- Une caisse de rhum s'il-vous-plait.

Une voie suave et assurée, une voie que j'avais déjà entendu. Le barman était surpris de sa demande, il est vrai qu'une femme demandant une telle quantité d'alcool pouvait être surprenant. Mon regard devait se faire trop insistant car elle se tourna vers moi, semblant être prête à en découdre... et son visage se décomposa au même moment où je me souvenais de son identité... Nos yeux plongèrent l'un dans l'autre pendant plusieurs minutes, plus rien n'avait d'importance, plus aucun son ne parvenait à mes oreilles, puis enfin elle dit d'une voie hésitante, tout autant que la mienne :

- ...Unded ?...


- ... Lunielle ?

Quelle attitude adopté, est-elle une amie ou une ennemie ? Elle a comme qui dirait quitté l'opale sans aucune explication, du moins aucunes que je ne connaisse. De plus je me fichais qu'elle soit partie, elle était libre de faire les choix qu'elle voulait et je n'était pas le capitaine du navire, je serais bien mal placé pour la juger !

- Mais qu'est-ce que tu fais ici ?!

- Je... je pourrais te demander la même chose...

Avant même que je ne puisse continuer mes deux victimes de la soirée se montrèrent, l'air en colère, avaient-ils découvert que je trichais depuis le début ? Si oui ils étaient bien moins bête que je ne l'imaginais, bien qu'en dessous de la moyenne !

Lunielle, ayant vu la table qu'ils venaient de quitter demanda si elle pouvait se joindre à la partie, l'un lui répondit d'une voie belliqueuse :

- Désoler ma jolie, je crois que la partie est finie, n'est-ce pas monsieur le tricheur ?


Avant même que je puisse répondre son ami dit :

- Fini de parler, t'vas nous rendre ce que tu nous a volé ou sinon...


Le brouhaha régnant dans la pièce s’éteignit suite aux beuglements de l'homme.

- Ce n'est rien, vous pouvez reprendre la fête, dis-je à la foule, quant à vous, je ne voix pas de quoi vous voulez parler, ce n'est pas parce que vous ne possédez pas l'intelligence pour jouer et gagner que je triche ! De plus vous interrompez une conversation, non, une retrouvailles avec mon amie ici présente ! Et pour finir, ne me menacez jamais...

- Rien à foutre de ton amie, tu vas nous rendre notre fric tout de suite et sans faire d'histoire !


- Je crois que nous ne trouverons pas d'issue favorable à ce malentendu... et puisque je ne voudrais pas gâcher la fête, je vous propose un jeu pour nous départager, quitte ou double, un bras-de-fer, aucune triche possible...

- Pas question, notre fric un point c'est tout !


Je tournais les yeux vers Lunielle, lui faisant un clin d’œil et proposai :

- Et... si c'était mon amie ici présente votre adversaire, puisqu'elle a montré une envie de jouer avec nous... ou alors vous êtes trop lâches pour vous battre avec une frêle femme... de plus vous pourrez gagné tout ce qu'elle possède en plus de mes biens...

Les hommes, piqués dans leur amour propre et attirés par l’appât du gain, acceptèrent. Restait plus qu'à espérer que l'elfe accepte...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Dans les bras de la Nuit [Unded]   Mer 21 Déc 2011, 18:23

- Désoler ma jolie, je crois que la partie est finie, n'est-ce pas monsieur le tricheur ?

Au moins, le gros lourdeau qui nous faisait face avait eu le mérite de m'appeller "ma jolie" au lieu d'un quelconque surnom de "nana" ou "gonzesse" que je lui aurais bien fait regretter. Mais un ivrogne reste un ivrogne. Surtout un ivrogne perdant.

Je ne sais pas si ces dires étaient vrais cependant il venait de mettre en jeu l'honneur même du lycan en l'insultant de tricheur. Connaissant Unded, il était capable de faire ça mais je ne savais pourtant s'il l'avait fait. Ce n'était pas mes affaires. Jusqu'à maintenant.

En effet, le lycan vient de se tourner vers moi et me fait un clin d'oeil, notre ancienne complicité immédiatement retrouvée. Par réelle nécessité ou par envie ? Aucune idée mais une chose est sûre : je suis maintenant impliquée dans l'histoire.

- Et... si c'était mon amie ici présente votre adversaire, puisqu'elle a montré une envie de jouer avec nous... ou alors vous êtes trop lâches pour vous battre avec une frêle femme... de plus vous pourrez gagné tout ce qu'elle possède en plus de mes biens...

Amie ? Voilà que notre relation était posée et cela m'allait à ravir. Ce qui m'enchanta beaucoup moins par contre fut la façon brutale et presque mesquine avec laquelle je venais d'être impliquée. De plus, toutes mes affaires... il exagère quand même un peu le loup-garou. Cependant, je m'abstins de faire ce commentaire, le gardant pour moi-même.

Son regard n'est pas suppliant mais je le devinais pressant, c'était certain qu'il voulait que j'accepte. L'issu de l'affrontement qui semblait imminent n'appartient qu'à moi. J'ai deux solutions :

Refuser, forçant ainsi mon camarade à se débarrasser des deux hommes, chose qu'il réussirait à faire d'une façon ou d'une autre. Cela romperait nos liens à peine retrouvés. Mais, après tout, je suis libre, je n'ai aucune obligation mais le défi me tente grandement, de plus, j'ai envie de m'amuser un peu.

Accepter et dans ce cas, m'amuser tout en essayant de faire une prouesse que je ne suis pas certaine de pouvoir réaliser. J'aime le danger.

- J'accepte mais à deux conditions : le gagnant remporte toutes nos affaires plus tout votre argent et... laissez moi boire une partie de ma commande qui vient d'arriver.

Je fis un signe de tête en direction du tavernier qui posa alors une caisse pleine de rhum sur le comptoir. Je n'avais pas eu besoin de me retourner, mon ouïe surhumaine m'avait indiquée que le tavernier arrivait, chargé comme il l'était c'était forcément ma commande.

- C'est d'accord, je t'affronterais et gagnerais.

Un large sourire apparut sur son visage repoussant, exibant quelques vilaines dents jaunes. Il partit s'assoir à la table avec son comparase et, d'un seul mouvement du bras, il fit une place propre sur la table de jeu. Je m'emparais de la caisse tandis que le tavernier murmure à l'oreille d'Unded :

- Elle va vraiment boire tout ça ?!

Mon compagnon lui répondit quelque chose car le tavernier répliqua :

- Elle n'a aucune chance !

Je n'entendis pas ce que lui répondit mon ami, je me dirigeais déjà vers la table, ma caisse dans les mains, laissant tranquillement mon sac derrière moi. Il est très bien là où il est. La lourde caisse touche la table, je m'assois derrière et débouche la première bouteille tandis que le lycan me rejoint et se trouve une place non loin de moi. Je ne sais pas s'il me fait entièrement confiance mais il y a un gros risque que je perde. Surtout en ne connaissant presque rien de mon adversaire.

La première bouteille vidée, j'attaque la deuxième et ainsi de suite jusqu'à la septième qui partit rejoindre ses soeurs dans un coin de la taverne. J'essuie grossièrement ma bouche d'un revers de la main gauche sous le regard étonné des deux ivrognes. C'est presque toujours le même effet quand quelqu'un me voit boire pour le première fois et surtout si je bois plus qu'eux. Rares sont les personnes qui peuvent me faire de la concurrence dans ce domaine.

Enfin, mon taux d'alcool augmenté, je pose un solide bras à l'unique endroit propre de l'immense table de bois. Juste avant d'attrapper la main de mon adversaire, je jette un oeil vers Unded. Nous savons tous les deux que nous nous engageons sur un terrain dangereux, le tout maintenant c'est de ne pas se faire prendre.

J'empoigne sa main tendue, posant par la même occasion mon bras gauche à plat sur la table. Mon adversaire plante son regard dans le mien, son camarade donne le signal de départ. Nos deux bras se tendent dans un immense effort mais rien ne bouge.

Surprise sur le visage de mon adversaire. Pour la deuxième fois.

Sa technique est assez simple : que de la force brute. Il aurait facilement pu gagner contre quelqu'un d'autre. C'est à ce moment précis que je remercie les nombreux combats et entrainements que j'avais subis lors de ma vie. Je n'étais pas une archère, guerrière et fière combattante pour rien, j'avais de qui tenir et tous mes muscles s'étaient renforcés au cours des ans, même ceux dont je ne soupçonnais pas l'existence.

Je ne peux cependant pas repousser son attaque, seulement la contrer. Il faut que je trouve quelque chose qui le déconcentre suffisamment pour me permettre de gagner. Je plonge mes yeux ensorceleurs dans les siens. La transpiration coule à grosse gouttes sur nos visages. Unded a intérêt à me payer un bon bain ensuite ! Il essaie de rester concentré, je me décale légèrement vers la droite, tire un peu sur la bas de ma tunique avec ma main libre, comme pour la remettre en place. Ses yeux quittent les miens, plongeant dans mon décolleté garni. Un sourire carnassier apparait sur mes lèvres, alors qu'il tente de se reconcentrer. Je prends alors une autre bouteille, demande à Unded de me l'ouvrir et commence à boire. Il ne sais pas comment réagir, complètement décontenansé par mon attitude désinvolte.

Cela fut amplement suffisant. D'une mouvement rapide, je lâche la bouteille de rhum qui glisse sur la table et je bande mes muscles. Le poing de l'homme touche la table au même moment que la bouteille s'écrase sur le sol dur, explosant en milles morceaux et ponctuant ainsi la fin du match.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~¤Crocs Nocturnes¤~

avatar

~¤Crocs Nocturnes¤~

Nombre de messages : 1450
Localisation : Là où me portent le vent et les océans
Métier/Fonction : Pirate et vagabond

MessageSujet: Re: Dans les bras de la Nuit [Unded]   Mer 28 Déc 2011, 17:05

L'elfe accepta de jouer, à mon grand soulagement. Elle attrapa le rhum qu'elle avait commandé et se dirigea vers la table où était encore dispersés des cartes tandis que le tavernier me demanda :

- Elle va vraiment boire tout ça ?!

- Tu ventais ma descente ? Et bah attend de voir la sienne ! De plus je suis sûr que ça va l'aider à gagner !

- Elle n'a aucune chance !

- Tu veux parier ?

- Tu sais que t'es cinglé ? T'es sûr le point de perdre tout ce que t'as et tu veux lancer d'autre paris ?

J'éclatais de rire et me dirigeais vers la table. Elle commença à vider bouteilles après bouteilles sous les regards médusés du patron de l'établissement, de son adversaire et de de son acolyte. Enfin elle posa son bras sur la table et attrapa solidement la main de l'homme qui lui faisait face.

Ça y était, l'homme avait donné le départ ! L'opposant semblait surpris d'avoir à faire à une si forte résistance de la part de l'elfe et pourtant elle tenait bon. La sueur commençait à couler le long de leur visage tandis qu'aucun ds deux ne prenaient l'avantage. Lunielle essaya de déconcentrer son adversaire en tirant légèrement sur sa tunique, cela fonctionna, l'homme déporta son regard sur son décolleté. Soudain la jeune femme me demande de lui déboucher une bouteille, ce que je fis, elle l'attrapa et la vida d'un trait. Son adversaire était étonné par son attitude. Sa déconcentration fut punit par l'elfe qui dans un mouvement rapide plaqua la main de l'homme contre la table au moment où le bruit du verre qui se brise se fit attendre.

- Et bien, le résultat est claire, m'écriais-je gaiment, maintenant je pense que vous me devez quelque chose !

Le perdant me tandis à contrecœur une bourse remplit, puis il sortir de la taverne d'un pas rapide, furieux et humiliés ! Le tavernier s'approcha de moi en regardant respectueusement l'elfe, je lui dit d'un ton moqueur :

- Tu vois, j't'avais pas menti !

Puis je me dirigeais vers Lunielle en souriant, et lui tendis la bourse que m'avait remit mes deux victimes de la soirée.

- Tiens, tu l'as bien mérité je pense !

J'attrapais une bouteille de rhum et sortis de l'établissement. Une fois dehors les bruits provenant de la taverne se turent , je retrouvais le calme que j'aimais tant, un courant d'air me fit frissonner, je m'allumais une cigarette et repris le chemin de mon campement, après plusieurs minutes de marche Lunielle m'interpella, elle semblait furieuse que je l'ai laissé seule...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Dans les bras de la Nuit [Unded]   Mer 28 Déc 2011, 18:31

Spoiler:
 

- Et bien, le résultat est claire, maintenant je pense que vous me devez quelque chose !

Asséna Unded avec une gaieté bien présente dans l'intonation de sa voix. L'un d'eux lui tendit une bourse que je devinais lourde. Puis il sortit, suivit de son comparase, presque les oreilles rouges de honte. Le tavernier s'approcha alors de nous deux et mon compagnon lança, d'un ton moqueur cette fois-ci :

- Tu vois, j't'avais pas menti !

Puis il me tendit la bourse, en disant :

- Tiens, tu l'as bien mérité je pense !

Puis il s'empara d'une bouteille de rhum et sortit dans l'air frais de la Nuit. Je récupérais les trois dernières bouteilles de rhum et les posais sur le comptoir. Puis, je récupérais mes affaires et dit au tavernier :

- Je peux vous demander un service ?

- Tout c'que t'veux ma belle ! Je dois t'avouer que t'm'as pas laissé de marbre par tes prouesses !

- Je peux vous confier mes affaires ? Juste mon sac, mon arc et mon carquois. Je reviendrais les chercher plus tard. Je vous demande aussi de me préparer autant d'alcool que possible avec cette bourse.

- C'est comme si c'était fait !

Et mes affaires disparurent sous le comptoir, tout comme la bourse. Si Unded voulait de l'argent, ce dont je doutais, il n'avait qu'à négocier avec la patron. Me dirigeant ensuite vers la lourde porte d'entrée, je sortis.

Le froid de la Nuit me glaça à nouveau, cependant j'étais habituée à ses rudesses. Il fallait maintenant que je rattrappe le lycan. J'avais quelques questions à lui poser, notamment à propos de l'équipage et je vous absolument connaitre sa version des faits. De plus, sa présence était agréable.

Il n'avait pas eu le temps d'aller très loin. Bien sûr, il ne craignait pas la Nuit mais je n'avais aucune idée où est-ce qu'il allait. Une cigarette dans le bec, il marchait d'un pas tranquille.

- UNDED !!!

Il se retourne et change d'expression en me reconnaissant. Je finis par arriver à sa hauteur, le Vent redoubla d'intensité.

- Abandonner une dame de cette manière est très insolent tu sais ?!

Puis, après quelques minutes, le calme revint de nouveau.

- Je ne sais pas comment tu l'as pris, mais je n'avais pas prévue de quitter l'équipage... Comment vont les autres ? Et toi, est-ce que ça va ?

Puis après un silence encore plus long que le précédent.

- Je suis contente de te revoir, tu m'as manqué ! Ajoutais-je avec un sourire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~¤Crocs Nocturnes¤~

avatar

~¤Crocs Nocturnes¤~

Nombre de messages : 1450
Localisation : Là où me portent le vent et les océans
Métier/Fonction : Pirate et vagabond

MessageSujet: Re: Dans les bras de la Nuit [Unded]   Dim 08 Jan 2012, 04:07

L'elfe me fit la morale, puis les minutes défilèrent, longues et dérangeante tandis que le vent jouait avec mes cheveux et me faisait frissonner. La lune procurait à la rue une atmosphère étrange, tout semblait figé dans le temps à cause d'un étrange sortilège. Puis enfin Lunielle brisa ce sortilège d'une voie hésitante

- Je ne sais pas comment tu l'as pris, mais je n'avais pas prévue de quitter l'équipage... Comment vont les autres ? Et toi, est-ce que ça va ?


- Que te dire ? Je me suis endormis tu étais encore présente sur le navire, je me suis réveiller tu n'y étais plus... tu as fait ce que tu avais à faire, je ne l'ai pris ni bien ni mal, cela ne changeait rien à ma vie après tout. Et je ne pense pas que les autres t'en veuillent...

Je rallumais ma cigarette qui venait de s'éteindre et la raccourcis d'une bonne longueur.

- Ils vont, bien. Kaplen est encore faible mais il n'est plus en danger de mort, le gosse grandit vite, pour ce que j'en ai vu, il me fuit comme la peste ! Niuna est pensive ces temps si, je pense qu'elle veut quitter le navire, de toute façon elle n'est pas faite pour la mer, mais comme moi elle n'a que là où aller pour l'instant. Enfin, tout le monde va bien... d'un air non convaincu je repris, moi ça va.

Un nouveau silence s'installe, j'en profitai pour me remettre en marche, désormais j'avais envi de retourner aux abords de la forêt, là où pour seule musique l'on avait les bruits de la nature, au calme.

Après plusieurs minutes, l'on était presque arriver à la sortie du village, Lunielle rompit le silence à nouveau :

- Je suis contente de te revoir, tu m'as manqué !

Je me contentais de garder le silence, il n'y avait rien à répondre. A vrai dire je l'avais complètement oublier jusqu'à ce soir et je ne voulais pas risquer de l'énerver.

Soudain une voie me parvint, elle provenait d'un homme parlant à un des gardes de la porte, ayant un mauvais pressentiment je fis signe à Lunielle de se cacher.

- Alors vous dites que, vous et vos amis qui attendent à l'extérieur, êtes là pour régler notre problème de loup ? Alors que ce ne sont que des rumeurs, vous savez que vous pourriez ne rien trouver n'est-ce pas ?
dit le garde.

- Ne vous en faites pas, pour l'instant nous aimerions aller à la taverne la plus proche pour nous reposer de notre longue marche, nous commencerons les recherches demain. Pourriez-vous nous indiquer le chemin ?


- Oui bien sûr, vous tourner à droite au bout et la rue et continuer tout droit pendant une bonne vingtaine de minutes.

- Merci bien.

L'homme fit signe à 3 autres personnes et partirent vers la taverne, celui qui avait parler semblait être le chef, je ne pouvais pas bien le voir dans la nuit mais il semblait grand et plutôt musclé. Ils passèrent près de nous, l'un des types vint parler à son chef :

- Vous êtes sûr que le lycan est ici ? J'vois pas pourquoi il viendrait s'enterrer dans ce village miteux...

- Crois moi, on va le chopper et on va devenir riche !


Ainsi donc ils me cherchaient ? Le temps était donc venu de mettre les voiles ! S'ils me cherchaient j'avais jusqu’à demain soir. J'attendis que la bande se soit éloignée et je me tournais vers l'elfe.

-Tu devrais retourner à la taverne, j'vais surement devoir me dépêcher de remballer mes affaires ! Après, si tu veux venir avec moi, je campe à la lisière de la forêt à l'est du village, tu devrais retourner chercher tes affaires.

Puis sans plus attendre je retournais à mon campement.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Dans les bras de la Nuit [Unded]   Mer 11 Jan 2012, 19:42

Le lycan semblait distant.

Au moment où j'allais l'interroger à ce propos, une voix gutturale parvint à mes oreilles, faisant bouger celles-ci de haut en bas. Mes sept anneaux d'argent tremblèrent, produisant un bruit infime et cristallin.

- Alors vous dites que, vous et vos amis qui attendent à l'extérieur, êtes là pour régler notre problème de loup ? Alors que ce ne sont que des rumeurs, vous savez que vous pourriez ne rien trouver n'est-ce pas ?

- Ne vous en faites pas, pour l'instant nous aimerions aller à la taverne la plus proche pour nous reposer de notre longue marche, nous commencerons les recherches demain. Pourriez-vous nous indiquer le chemin ?

- Oui bien sûr, vous tourner à droite au bout et la rue et continuer tout droit pendant une bonne vingtaine de minutes.

- Merci bien.

Je n'avais strictement aucune idée à qui appartenaient ces voix mais ce n'étais pas bon signe. Quelque chose me disait qu'Unded était derrière toute cette affaire.

C'est alors que les quatre hommes passèrent devant nous en nous couvrant de regards méfiants et belliqueux. Je soutins leurs regards, personne ne m'avait jamais apprit à le baisser. Ils finirent par partir assez rapidement, non sans nous avoir observer encore pendant quelques instants.

Suspects ?

Oui.

Coupables ?

Pas encore.

Alors qu'ils étaient tout proches de la taverne je réussis néanmoins à entendre un dernier dialogue :

- Vous êtes sûr que le lycan est ici ? J'vois pas pourquoi il viendrait s'enterrer dans ce village miteux...

- Crois moi, on va le chopper et on va devenir riche !

Je ne pu retenir un petit rire d'entreprendre l'asencion de ma trachée, venant ainsi chatouiller ma gorge. Unded se tourna alors vers moi et déclara simplement :

-Tu devrais retourner à la taverne, j'vais surement devoir me dépêcher de remballer mes affaires ! Après, si tu veux venir avec moi, je campe à la lisière de la forêt à l'est du village, tu devrais retourner chercher tes affaires.

Il n'a jamais été doué pour faire la conversation celui-là...

C'est en poussant un long soupir que je pris le chemin du retour, me dirigeant à nouveau vers la taverne. Une fois à l'intérieur, je me dirigeais vers la taverne. Le barman semblait être en plein milieu d'un interrogatoir serré et son visage s'éclaira quand il me vit arriver. Nos quatre chasseurs étaient assis au comptoir, le chef accoudé au bar et dans une position des plus sérieuses.

M'accoudant de façon nonchalente sur le bois partiellement taché d'alcools de toutes sortes, je croisais les bras et fis signe au patron de s'approcher. Le chef, qui visiblement tentait de nous écouter, semblait être sur le point d'établir une stratégie faramineuse afin de trouver et capturer ce lycan. Il avait beau avoir dit ne commencer les recherches qu'à l'aube, c'est pourtant bien le genre d'homme à se lancer sur une piste dès qu'il en possède une, quitte à négliger ses subordonnés ou lui même.

- Mes affaires, s'vou plaît.

Il me tendit mon arc, mon carquois et mon sac de voyage sous les regards inssisstants du chef musclé. Celui-ci reluquait les deux lames qui enserraient mes cuisses, ses yeux se baladèrent sur les plumes chatoyantes de mes flèches, la couverture épaisse qui recouvrait mon arc, le cachant de la vue de tous.

- Ne me dis pas que tu vas passer le nuit dehors comme ce bon vieux 'Ded ?!

- Si, pourquoi ? Ça te pose un problème ?

- Disons simplement qu'on entend des hurlements de loups tous les soirs depuis quelques jours. Ce serait vraiment dommage de voir une si jolie minette éventrée du jour au lendemain...

- Crois-moi, c'est pas le loup qu'il faut craindre la nuit ! Et puis, c'est pas pour rien qu'on m'appelle la Chevaucheuse du Vent et de la Nuit !

Sans un mot de plus, je me retournais au moment-même ou le chef crocheta mon poignet, bloquant mon mouvement sous les yeux écarquilés du tavernier.

- Qu'allez-vous faire si une meute vous attaque ? Votre équipement ne fera pas le poids face à...

- C'est mon problème !

Ma réponse claqua comme un étendard. Sèche et brutale. Je plantais alors mon regard dans celui gris acier du chef. Il semblait plus que déterminé et souhaitait par-dessus tout gagner gros sur cette affaire. Une idée germa alors dans ma tête.

Je ne pu résister à la tentation de m'amuser un peu avec ce grand gaillard. Me collant sensuellement contre lui, je murmurais à son oreille de façon à ce que personne d'autre ne puisse m'entendre :

- Je te traque, tu me traques. Qui de nous deux l'emportera ? Le premier attrapé ne survivra pas...

Ma voix s'éteignit doucement et je me dégageait de son étreinte de fer. Sans un regard en arrière, je sortis. Jetant un bref regard aux étoiles scintillantes, je me dirigeais alors vers la lisière de la forêt. Je venais peut-être d'attirer les foudres de cet homme sur moi, qu'importe, l'amusement est de la partie. Car, après tout, les elfes peuvent devenir des loups-garous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~¤Crocs Nocturnes¤~

avatar

~¤Crocs Nocturnes¤~

Nombre de messages : 1450
Localisation : Là où me portent le vent et les océans
Métier/Fonction : Pirate et vagabond

MessageSujet: Re: Dans les bras de la Nuit [Unded]   Mer 15 Fév 2012, 01:27

Je regardais Lunielle se diriger vers la taverne, espérant que tous ce passe bien et qu'elle ne fasse pas trop de vagues, puis je repris ma route dans cette nuit froide. Le garde me salua lorsque je sortis du village.

Tout au long du chemin je me demandais qui pouvait bien être ces hommes...

des soldats ? non !

Des chasseurs de prime ? peut être...

Des chasseurs voulant s'octroyer la gloire d'avoir chasser l'animal le plus dangereux que l'on puisse trouver ? Surement !

De plus, après ma petite cavalcade dans les rue de Reilor la majorité de la population avait entendu parler de moi... bien que très peu ne connaisse mon visage... ou même mon nom, tout le monde me connaissais, le lycan ayant traversé la ville au nez et à la barbe des gardes accompagné d'une centaure, ce même lycan qui c'était enfui une journée plus tard en compagnie d'un équipage de pirate.

Perdu dans mes pensées, je fus surpris de voir que j'étais déjà arrivé à mon campement... bien sommaire cela dit, un feu de camp et un sac posé au hasard sur le sol. Pris d'une faim soudaine je ravivai le feu et mis à cuire un morceau de viande, après tout, s'il fallait que je me batte autant le faire le ventre plein !

Le temps passa, la lune montait dans le ciel, la pleine lune, le sang battait à mes tempes, mon cœur cognait dans ma poitrine, il est vrai qu'être traqué m’excitait au plus au point... cela m'avait manqué ! Très vite l'image de l'inconnu me revint en mémoire, ainsi que plusieurs sensation que j'avais éprouvé sous ma forme animale, l'odeur et le gout du sang, la force, la bestialité, la sensation de la traque ! Reprendre mes fonctions d'assassin et le tuer discrètement mais en le faisant souffrir ? Ou bien me transformer et lui montrer la créature qu'il traquait ?

Très vite des images me vinrent, moi le tuant, moi le déchiquetant de mes crocs. Je me mis à faire le cent pas autour du feu, attendant que Lunielle revienne, de plus en plus tenté de passer du statut de proie au statut de chasseur. De plus la curiosité s'emparait de moi, que me voulait-il ? Y avait-il une prime sur ma tête ? J'avais des dizaines et des dizaines de moyens de le faire parler ! La torture, un art que j'avais souvent pratiquer avant de tuer mes cibles, cela ma paraissait avoir eu lieu dans une autre vie !

L'elfe n'apparaissait toujours pas, cela faisait combien de minute, trente, quarante ? Il fallait que je me calme, je sentais mon sang bouillir, la folie me submergeait petit à petit, des tiques nerveux agitaient mes lèvres et mes yeux, comment résister quand tout mon être m'ordonnait, me suppliait même de partir traquer cet homme ?

Le temps passait, je me retrouvais couché sur le sol, les mains sur le visage, je ne pouvais résister, je m'abandonnais à la folie...

Un homme se relève, fébrile, toute personne l'ayant vu de loin aurait cru avoir à faire à un alcoolique, toute personne ayant vu son regard serait resté pétrifié sur place. Un regard de braise, un regard de fou... Il hurle à la lune, douce lune, cri humain ou hurlement de loup ? L'on n'aurait put le savoir mais une chose était sûr, un chasseur implacable s'était mis en marche.

Étrange expérience que celle-ci, j'étais toujours conscient, je pouvait sentir chaque action de mon corps, le contrôler, mais mon esprit était totalement fixer sur une idée, répondant à un besoin vitale ... retrouver l'inconnu et sa bande !

J'en avais assez de toujours fuir, de faire profil bas, n'étais-je pas le maitre de la nuit, prédateur ultime, celui que les ignorants appellent monstre ? C'était ce ras-le-bol qui m'avais mis dans cet état, j'en étais sûr, il était temps de reprendre ma vie en main et de cesser de fuir, de me cacher ! C'était un couteau à la main que je me mis en marche vers la ville.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Dans les bras de la Nuit [Unded]   Jeu 16 Fév 2012, 20:34

ATTENTION, CONTIENT DES SCÈNES DE NUDITÉ



La Nuit est calme et le doux silence installé depuis le crépuscule est seulement rompu par le gai écoulement d'une rivière proche. Je reconnais ce chant aquatique : c'est la Miroitante.

Quittant les abords de la forêt, je m'enfonce au coeur de celle-ci. L'instinct guide mes pas dans cet univers qu'est le mien. Je passe devant un couple d'hêtres, suis un instant du regard les ébats nacturnes d'un couple de lièvres, admire l'envol discret d'un corbeau de passage. Je me repproche du courant, son appel m'enivre, me sussurant de douces paroles, comme une invitation appétissante.

C'est alors qu'au sortir d'un buisson, je découvre les flans de la rivière. Un Vent léger souffle au dessus du miroir scintillant, le temps semble figé dans une gangue de poussière translucide ajoutant ainsi une touche de mystères au paysage enchanté. Je m'avance et pose mes affaires sur l'herbe humide.

Gants bleus.

Cuisardes brunes bordées d'un renforcement doré.

Mes deux sabres.

Petite ceinture supportant la bourse.

Pantalon de cuir bleu.

Haut bleu et manches blanches.

Tout y passe et tombe sur le sol au fur et à mesure de ma progression vers les flots clairs. Même le vêtement le plus sexy qui cache ma féminité, à savoir un string vert, fini par rejoindre ses congénères en tissu. Complètement nue, je transperçe la rivière. Frissonant à cause de la température basse de l'eau, je m'arrête un instant, juste le temps d'habituer mon corps à la fraicheur du milieu. Enfin, je m'y enfonce complètement, disparaissant sous le miroir liquide.

La dernière fois que je me suis baignée ainsi en pleine nature remonte à bien longtemps, une année au moins. C'était lors de mon aventure avec Feryss, Alex et Milena. Je me demande d'ailleurs ce que ces trois là sont devenus. Mercenaires ? Peut-être. Mais ce ne sont plus mes affaires, je le découvrirai si je les rencontre à nouveau un jour.

En attendant, ce bain de minuit me fait un bien fou ! J'avais bien besoin d'une touche de fraicheur après la traversée d'une partie de l'océan depuis le bateau de Dante. Et puis, les bains de minuit sont les meilleurs. Il me fallut ensuite rassembler mon courage pour sortir de l'eau cristalline. Après une demi-heure, le temps de laisser le Vent me sécher, je repris ensuite la route après m'être rahabillée.

Il ne me fallut pas longtemps pour trouver le campement de mon ami. Composé d'un simple feu de camp et un sac, c'est bien le lieu dont Unded m'avait parlé. Pourtant, le lycan ne s'y trouve pas. Serait-il parti ? Si oui, il aurait prit toutes ses affaires et n'aurait laissé aucune trace. Était-il retourné au village ou pire encore à la taverne ? Possible et de toute manière, c'était la solution la plus évidente. Laissant mes affaires près des siennes, je ne pris avec moi que mes deux fidèles lames.

Me baissant, j'observe le sol. Des traces de pas, humains. Ce doivent être ceux de mon compagnon. Pourtant, des griffures les accompagnent, comme le symbole d'un affrontement rapide et sans sang. Peut-être s'est battu ? Ou transformé ?

Un brin inquiète, je me dirige à grands pas vers le chemin qui mène directement au village. Pourvu qu'il ne fasse rien de dangereux. J'ai confiance en lui, je sais qu'il s'en sortira à n'importe quel prix, il s'en sort toujours, mais le retrouver avec une épée dans le ventre est la dernière chose que j'ai envie de voir. Il ne manquerait plus que je sois obligée de la soigner !

J'arrive enfin aux abords du village. J'entre sans faire de manière, le garde près de l'entrée ayant repéré que j'étais avec "Ded" comme ils l'appellaient ici. Les étoiles brillent, c'est une belle Nuit. C'est alors que je repère le bruit de pas qui caractérise le lycan. Précipité comme s'il avait hâte d'arriver à destination. Tournant au détour d'une ruelle de maisons aux toits de paille, je crie son nom. Il se retourne.

Je m'approche et, aperçevant le couteau fermement serré dans sa main, je murmure :

- Unded ! Mais qu'est-ce que tu fais ?!

Je pose mes mains sur les siennes en un geste de réconfort. Mon regard tombe alors sur le sien : il brûle de colère.

Je ne sais que faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~¤Crocs Nocturnes¤~

avatar

~¤Crocs Nocturnes¤~

Nombre de messages : 1450
Localisation : Là où me portent le vent et les océans
Métier/Fonction : Pirate et vagabond

MessageSujet: Re: Dans les bras de la Nuit [Unded]   Mar 21 Fév 2012, 01:05

Cela semblait être un rêve, le vent fouettant mon visage, le choc de mes pas sur le sol, je ne sentais rien, focalisé sur mon objectif. De plus en plus je sentais une chaleur dans mes entrailles, une tension dans mes bras, une douleurs au visage. Mes jambes étaient raides, je peinais à marché, titubais tel un alcoolique.

Une plus forte douleur me prit et je m'affalais sur le sol, je sentis les prémisses de la transformation involontaire, de longue griffe commencèrent à me pousser au niveau des pieds. Non ! J'en avais fini avec ça, c'était moi au commande, moi qui allais chasser, moi qui allais tuer, pas la bête, un hurlement sorti de ma bouche, cris humain ou de loup ?

Je me relevais, la sensation était passé, mes membres commençaient à ce détendre, avais-je reprit définitivement le contrôle ? Une autre crise allait-elle survenir ? Je ramassais mon couteau et me remis un marche, quand allais-je retrouver mes proies ? Avaient-ils déjà donner la chasse ? Étaient-ils encore à la taverne ? Si c'était le cas il allait falloir que je les attire ailleurs, pour la première fois ma présence était apprécié quelque part, l'on avait une bonne image de moi, je ne voulais pas changer cela. Alors pourquoi leur donner la chasse dans ce cas ? Une nécessité, une obligation, ma chaire le réclamait, mon sang le réclamait, mon être le réclamait !

Enfin, arrivé à la taverne, mon front brulait, je semblais en dehors du temps, cela semblait faire une éternité ainsi qu'un seul instant que je m'étais mis en route. Les hommes sortirent de l'établissement sans me voir, en riant grassement, apparemment ivres, tant mieux ! Je me mis à les suivre discrètement, les épiant, je pouvais les tuer à n'importe quel moment, leur vies étaient entre mes mains ! Les chasseurs étaient devenus chassés ! Cette sensation, cela faisait si longtemps que je ne l'avais pas ressenti, une impression de puissance, une excitation merveilleuse, la moindre erreur, le moindre bruit, et j'étais repéré. Mais cela n'allait pas arrivé, j'avais travaillé ma discrétion depuis tant d'année, indétectable, fantôme dans la nuit, ombre parmi les ombres, vent funeste, messager de la mort.

Où étaient-ils, les avais-je perdu ? Ils étaient sorti de mon champ de vision, erreur impardonnable, idiot ! Heureusement que mon odorat était assez développé pour que je puisse les suivre à l'odeur de rhum qu'ils dégageaient ! J'accélérais mon pas, il fallait que je les rejoigne, oubliant toute discrétion, c'est alors qu'une voie familière m'appela, je me retournais, Lunielle !

Elle s'approcha rapidement de moi, puis eu un mouvement de recule en apercevant le couteau dans ma main. Une interrogation :

-Unded ! Mais qu'est-ce que tu fais ?

Puis elle prit mes mains dans les siennes en un geste de réconfort. Elle croisa mes yeux brulant et son visage se ferma.

- Tu veux savoir ce que je fais ? Je chasse ! Je répond aux besoins du corps, besoins que j'ai si longtemps ignoré. Je renais, je me sens plus vivant que jamais, je passe du statu de proie à celui de chasseur ! Je vais leur donner une raison d'avoir peur, je vais leur montrer pourquoi il ne faut pas chasser le lycan ! Veux-tu les traquer avec moi, je peux partager !

Mon regard ce dirigea vers la lune.

- Elle est belle non ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Dans les bras de la Nuit [Unded]   Mar 21 Fév 2012, 23:44

Unded semble énervé, presque hors de contrôle. Sa voix tremble de violence, glissant sur des notes ténébreuses comme l'archet sur les cordes d'un violon.

- Tu veux savoir ce que je fais ? Je chasse ! Je répond aux besoins du corps, besoins que j'ai si longtemps ignoré. Je renais, je me sens plus vivant que jamais, je passe du statu de proie à celui de chasseur ! Je vais leur donner une raison d'avoir peur, je vais leur montrer pourquoi il ne faut pas chasser le lycan ! Veux-tu les traquer avec moi, je peux partager !

Il lève ensuite son regard vers la lune et déclare :

- Elle est belle non ?

Avec un sourire je lui réponds :

- Oui, tu as raison.

Puis après un long moment de silence ponctué par les joyeux cris provenant de la taverne proche, je dis :

- Ça fais longtemps que je n'ai pas chassé et les proies semblent plus qu'intéréssantes. Alors, on y va ?

Je lui fis alors mon sourire le plus grand et innocent. J'avais envie de ressentir cette adrénaline si caractéristique des instants de chasse, cette pression qui vous monte à la tête dès le moment où votre regard capte votre cible, le battement précipité de votre coeur à l'idée d'être découvert, vos efforts pour rester dans l'inconnu, les frissons qui parcourent la pointe de votre échine jusqu'au bout de vos doigts, votre respiration qui s'accélère, entrainée par les hormones ou bien l'excitation même de l'acte que vous vous préparez à accomplir, celui de retirer une vie avec le plus d'amusement possible.

J'entends alors les hommes qui s'éloignent de plus en plus.

- On devrait y aller, sinon ils vont nous filer sous le nez !

Sans attendre de réponse, je me dirigeais vers leur direction, m'engouffrant dans l'obscurité profonde de la Nuit. Bien sûr, je savais parfaitement que mes paroles étaient fausses. Mon ouïe et l'odorat d'Unded nous permettraient de les retrouver à l'autre bout de l'île mais la hâte me poussait en avant et guidait mes pas. Et, pour l'instant, je la laissais faire.

Nous avançons sans bruit. C'est drôle de penser que l'on effectue une chasse à l'homme, une chasse au chasseur plutôt. Quelle ironie du sort ! La lune éclaire nos déplacements silencieux pourtant, d'une certaine façon nous nous trouvons toujours dans l'ombre, caché de la vue de tous, invisibles mais indéniablement présents, attendant d'étancher notre soif de chasse.

Je sens le lycan à mes côtés, il semble pressé, je le suis moi-même. C'ets vrai que notre défi est excitant et dangereux tout à la fois. L'idéal pour s'occuper par cette belle Nuit de printemps.

Soudain, mes oreilles frémirent et Unded plissa le nez. Ils étaient non loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Dans les bras de la Nuit [Unded]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans les bras de la Nuit [Unded]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un long voyage jusque dans tes bras [Sarah - Terminé]
» J’aurai voulu te garder dans mes bras pour toujours mais l’éternité m’aurait paru trop courte. ? Caëlyn
» Un ado dans l'obscurité lumineuse de la nuit [libre]
» Dans la forêt de la nuit
» On n'avait pas un truc à faire ? (pv Nicolaï) [terminé]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Lan Rei :: Lan Rei Est :: Collines d'Or-