AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Le jour réunit deux être de la nuit [PV Sakki la viet èOé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 19
Localisation : En mouvement
Métier/Fonction : Chasseur expérimenté

MessageSujet: Le jour réunit deux être de la nuit [PV Sakki la viet èOé]   Mar 26 Oct 2010, 17:04

Une douce mélopée, un gargouillement joyeux qui s’élevait d’entre les branches d’un grand orme aux feuilles jaunissantes. Bientôt l’automne, songea l’être à l’oreille pointue qui se tenait dessous, immobile, droit comme un i, impassible comme ce tronc qui le surplombait. Il leva les yeux vers le minuscule oiseau qui chantait là-haut, qu’un humain normal n’aurait pu remarquer, mais que lui voyait parfaitement, du fait de ses origines elfique… Un rayon de soleil parvint à son œil aux travers des branches, il cligna des paupières, mais maintint son regard portait sur l’oiseau, le soleil ne l’affectait plus autant qu’avant. Après un siècle et demi passait sous les arbres, la peau de Rui avait changé, elle n’était plus du noir profond dont il était pourvu étant jeune, elle était plus clair, un gris bleuté, toujours sombre, mais plus résistant aux rayons solaire. Il ne craignait plus Hélios, il s’était adapté à sa présence, même s’il ne se risquait pas à midi hors des bois, il savait que s’il devait traverser une clairière, les rayons ne le brûlerait pas comme il brûlerait ses congénère, il aurait juste chaud, mais il supporterait. Ses yeux s’étaient pareillement adaptés, même si il doutait pouvoir voir à l’intérieur de la plus profonde des grottes, il voyait tout de même parfaitement la nuit… Il pouvait voir le jour comme la nuit, ce qui faisait de lui un prédateur redoutable. Il se qualifiait désormais de Drow sylvestre, chasseur intrépide et farouche, qui ne laissait guère de chance à la proie qu’il traquait. Mais il ne chassait que pour sa survie, et non pour un quelconque plaisir dans le meurtre, et sa chasse se faisait la plus respectueuse de la victime.

Seulement… Il ne chassait que pour lui, que pour sa propre survie, pas pour celle d’un ou d’autres, il était l’unique Drow Sylvestre qu’il connaisse, et doutait fort qu’il en existe d’autres. Seulement, cette unicité appelait à la solitude, rejeté par sa race, rejetait par celle qu’il imiter, il ne trouvait aucune compagnie chez les Drow, comme chez les elfes des bois. Il se sentait monstrueusement seul… Il rêvait parfois, lorsque le sommeil était plus profond, qu’il naviguait sur la grande mer qu’on lui avait décrit étant petit, un gigantesque étang ou de grand navire, bâtiment de bois flottant, se livrait bataille sous un vent dantesque, ou alors, il s’imaginait marchait de longues heures à travers des plaines, au nord, rejoignant une ville sur le bord de mer… Il s’imaginait rejoignant quelques personne, armé et formé pour le combat, arpentant les terres à la recherche d’un refuge pour la nuit, d’un travail pour la survie, et de sensation pour la vie… Il soupirait au réveil, intrigué par cette subite envie de voir d’autre personne, alors que sa vie lui suffisait, et qu’au final il avait appris à se contenter de ce qu’il avait… Seulement la solitude lui pesait plus que tout autre chose.

Ce matin, il avait entrepris une chasse pour se mettre en forme, et pour manger à l’heure du déjeuner aussi, il réajusta son arc sur ses épaules, seul bagage, et partit en marchant paisiblement à la recherche d’un trace, celui d’un cerf ou d’un sanglier un peu trop matinale. Il parvint rapidement à découvrir un chemin clair d’un animal tout juste réveillé, qui n’allait pas goûter à la chaleur de l’après-midi. La traque s’engagea alors, il était tout proche quand une négligente erreur le fit repérer, le cerf détala, à travers les amoncellements de troncs et de buissons, Rui courut, pour ne pas perdre sa trace, puis il se détourna pour s’écartait, se posait hors d’atteinte du flair de la bête, et attendre qu’elle se calme pour la pourchasser à nouveau. Rui était d’humeur joueuse, il n’avait pas faim, il n’aurait pas faim… Et depuis peu, il c’était exerçait à l’escalade… Il grimpa alors dans l’arbre le plus proche, et sauta de branche en branche pour tentait de retrouver la trace de son gibier. Il le retrouva, les oreilles dressé, retournait vers l’endroit d’où il aurait dû apparaitre… Il l’avait senti, mais ne comprenait pas pourquoi il ne le voyait pas… Rui était juste au-dessus de la bête, il aurait pu décocher une flèche qui l’aurait transpercé de part en part et serait ressortit de son ventre pour se planté dans la terre, le sang de son cœur sur l’acier de sa pointe. Rui eut un léger sourire, et se jeta sur la bête, dégainant un coutelas d’os et de fer, qu’il planta dans le cou du cerf affolé, manquant de peu un bois qui se dirigeait vers son crâne… Ce fut une belle victoire, il n’avait jamais, auparavant, chassé ainsi, et cela le distrayait… Il se ressaisit bien vite, il n’était pas temps à trouver plaisir dans l’assassinat d’une bête… La solitude le rendait fou ! Il se calma, puis entreprit la découpe méticuleuse de la viande, s’empara de grande feuille de rhubarbe qu’il avait dans son paquetage et enveloppa la viande, puis se dirigea vers un ruisseau qu’il rejoignait souvent, pour entreprendre la cuisine…

Il but et prépara un feu, chose qu’il faisait depuis si longtemps près de ce lac qu’il retrouva un ancien foyer, marquait par un rond noir au milieu de pierre qu’il n’avait pas pris la peine de dispersé, il réutilisa l’endroit pour faire cuir sa viande et attendit la cuisson en regardant l’eau courir… Un bruit le dérangea, celui d’un sabot qui marche dans les fourrée… Non… Celui d’un pas qui s’approche vers lui… Il huma l’air, dressa les oreilles, l’odeur de viande cuite devait attirer quelques visiteur importuns… Il regarda le tronc placé près de lui, sourit légèrement, et grimpa prestement dedans, atteignant un niveau plus élevé, où il serait invisible pour les visiteurs qui n’osait regarder en l’air…

PS:
La chose approchait, mais restait caché au fond des fourré, elle devait avoir remarqué sa disparition si subit, elle avait raison d'ainsi resté caché... Mais Rui savait qu'elle était là, dans quel buisson, et en plissant les yeux il put définir sa forme. La forme était accroupi dans les buisson si c'était un être bipède, ou alors blottit si c'était un animal au quatre pattes, en tout cas c'était suffisamment gros pour le chasser, et pas assez petit pour qu'il puisse le loupé... Il banda son arc d'un flèche abîmé, puis visa dans la direction de la chose... Il visa et lassa filer la flèche qui passa exactement là où il l'avait voulu... juste au dessus de sa tête, fusant dans ses potentiels cheveux ou poil et allant se planter dans le tronc non loin de là. Si c'était une bête, elle allait déguerpir, si c'était quelque chose de plus... "humain" disons... Elle risquait de réfléchir d'où venait cette flèches... La curiosité, quel vilain défaut...


Spoiler:
 


Dernière édition par Rui le Jeu 28 Oct 2010, 17:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Le jour réunit deux être de la nuit [PV Sakki la viet èOé]   Jeu 28 Oct 2010, 17:04

Rosyel, terre des créatures elfiques, féériques et autres êtres bienveillants. Mais dans l'ombre des feuillages, au fin fond de la forêt, une aura maléfique se dégageait. Dans la nuit sombre, seuls deux yeux de la couleur vive du sang perçaient l'obscurité. Un sourire révéla des dents blanches, dont deux se démarquaient des autres par leur aspect pointu. Celles-ci semblaient capables de percer la chaire. Des caractéristiques physiques propres aux vampires. Et oui c'était elle, cachée dans l'obscurité, c'était Sakki.
Celle-ci venait d'arriver discrètement sur l'île. Seule ? Bien sûr, pourquoi ? Elle savait pertinemment qu'elle prenait d'énormes risques, puisqu'en effet, si elle venait à être repérée, qui sait ce qui pourrait arriver... Mais la jeune vampire n'avait pas changé son caractère. Elle avait toujours ce goût du risque, pas le risque inutile mais bien ce risque qui pourra sans doute lui permettre de découvrir de nouvelles sensations. Dans le cas présent, si Sakki avait fait tout ce déplacement, c'était simplement parce qu'elle voulait savoir quel goût pouvait bien avoir le sang des êtres de cette île. Les rumeurs qui lui étaient parvenues semblaient affirmer en majorité que ce sang était vraiment délicieux. Afin de confirmer ces rumeurs par elle-même, la vampire avait pris les voiles durant la nuit, de Ghurol jusqu'ici.

A la tombée de la nuit précédente, au manoir Casparek, Sakki avait quitté le lit dans lequel elle s'était couchée avec sa sœur jumelle, lui laissant juste un simple bisou sur le front, une dernière caresse le long du bras, délicatement pour ne pas la réveiller, ainsi qu'une enveloppe sur la table de chevet. Cette dernière contenait un message qui expliquait son absence.


    "Ma chère Chiko,
    Je tiens tout d'abord à m'excuser de ne pas t'en avoir parlé directement, mais saches que c'est pour ton bien. Tu ne m'aurais pas laissée faire ou tu aurais voulu m'accompagner.
    Je suis partie pour Rosyel pour vivre de nouvelles sensations. Seule. Ne me suis pas, je ne veux pas qu'il t'arrive malheur, je préfère te savoir en sureté au manoir avec les autres. Ne t'inquiète pas pour moi, je sais me débrouiller par mes propres moyens.
    Je rentrerai très vite. Attend-moi. Bisous, je t'aime de tout mon cœur.
    Sakki"


Grimpant dans une petite embarcation, la jeune vampire prit enfin les mers. Le voyage fut moins fatiguant que prévu, plus rapide également. Sans doute la nuit en était responsable... puisque cette dernière était calme et paisible, tout comme la mer, ce qui permettait un voyage en toute tranquillité. Voilà comment Sakki s'était retrouvée sur cette île, aussi étrange, mystérieuse, qu'inconnue et inexplorée. Elle n'avait encore jamais mis les pieds sur ces terres, puisqu'étant jeune, on lui avait déconseillée de s'en approcher. Maintenant, elle estimait avoir grandi, non pas physiquement mais mentalement. Elle se sentait prête, tout simplement.

L'obscurité se dissipait peu à peu. La cachette de la jeune vampire était alors remise en question. Il fallait trouver un endroit sombre, avec peu de monde. Certes la forêt pourrait convenir, mais quelques rayons de soleil parvenaient à traverser les hauts feuillages pour arriver jusqu'au sol, en passant éventuellement par le corps de Sakki qui y était très sensible. En effet, les vampires, s'ils se sentaient à l'aise dans les ténèbres, ne pouvaient pas survivre dans les milieux éclairés et la lumière du jour pouvait les mettre réellement en danger de mort. Comme si les habitants de l'île ne suffisaient pas, il fallait que l'environnement se tourne également contre la jeune vampire. Était-ce vraiment une bonne idée de se rendre sur cette île toute seule ? Oui, elle commençait à se poser cette question, un peu tardivement, mais qu'importe. Bon d'accord, elle n'avait aucune idée, aucun plan, pour la suite des événements, elle n'avait strictement rien prévu... En fait, elle venait telle une touriste, visiter un endroit dans lequel elle aurait du mal à survivre. Pourquoi pas, après tout !

Sakki était adossée à un tronc d'arbre. Face à elle, de nombreuses armes mortelles, à savoir les rayons du soleil, se dressaient devant ses yeux. En fait, dans son esprit, elle se disait qu'un simple coup de vent dans les feuillages pourrait la tuer. Sympathique, vous ne trouvez pas ? Quoiqu'il en soit, il fallait trouver un meilleur endroit où se mettre à l'abri en attendant de pouvoir trouver une victime. Tout semblait calme dans les environs, pas le moindre mouvement n'attirait l'attention de la vampire qui pouvait donc chercher une solution à son problème actuel. Mais voilà, le temps s'écoulait, mais elle n'en trouvait pas. Comment faire avancer les choses en sa faveur, sans y perdre bêtement la vie ?
La jeune vampire n'eut pas le temps de réfléchir davantage. En effet, quelques bruits de branches et de feuilles se firent entendre. De toute évidence, elle n'était plus seule dans les environs. Cependant, elle ne voyait personne, au sol. Alors sans doute cette agitation provenait des branches en hauteur. Se risquant, comme toujours, à lever les yeux au ciel, Sakki crut apercevoir en effet... quelque chose... ou quelqu'un plutôt... quoique... ? En tout cas, il y avait bien une créature qui venait de passer à toute allure, sans qu'elle ne puisse distinguer de quoi il pouvait bien s'agir. Bien décidée à ne pas laisser s'échapper son éventuelle première victime, la jeune vampire la poursuivait tant bien que mal, se faufilant d'une ombre à l'autre, et en passant d'un buisson à l'autre. Sa course poursuite l'emmena jusqu'à une rivière. Sakki s'arrêta au dernier buisson à portée, s'y cachant le plus discrètement possible, pour ne pas s'aventurer bêtement dans la lumière éclatante du jour.

Mais le problème était que sa potentielle future victime avait disparue. Donc finalement, tout ceci n'avait servi à rien. Sakki avait perdu sa trace et devait à présent trouver quelque chose d'autre à se mettre sous la dent. En fait, elle commençait vraiment à avoir faim, ou plutôt soif du plus délicieux liquide qui puisse exister. Le voyage, ça creuse, ça ne faisait aucun doute. Et voilà que son repas venait de passer sous son nez, ou plutôt au dessus de sa tête, sans s'arrêter et s'était finalement enfuie. Décidément... Pas de chance, ou juste pas assez rapide.
Quoiqu'il en soit, Sakki observa soigneusement une dernière fois tout ce qui entourait la rivière, ne se contentant que du sol car le soleil était bien trop éclatant par ici. En vain. Il n'y avait visiblement plus personne. Elle s'apprêtait à aller chercher une autre victime, sans doute quelque part dans la forêt.
Accroupie derrière son buisson, elle allait se retourner pour disparaître aussi discrètement qu'elle n'était apparue, lorsqu'un projectile vint frôler de très près ses cheveux. Elle s'arrêta net et resta immobile un temps, le temps de se remettre les choses en place. En fait, elle venait encore de passer tout près de la mort. Que se serait-il passé si elle était un tout petit peu plus grande ? Ou si elle s'était légèrement levée à ce moment-là ? Elle n'osait même pas y penser...
Une minute ! Mais qu'est-ce que cela pouvait bien être ? Sakki tourna la tête pour identifier le projectile qui aurait pu si facilement mettre en péril son existence. C'était une flèche, plantée dans le tronc d'arbre située juste derrière elle.


*Oups. Repérée ?*

La jeune vampire savait à présent qu'elle n'était pas seule, et sans doute l'autre individu était également au courant que lui non plus, il n'était pas seul. Évidemment, personne, à condition d'avoir un peu de bon sens, ne tirerait une flèche au hasard, sans avoir une idée en tête. D'après l'angle de la flèche, on pouvait supposer que le tireur se trouvait en hauteur, non loin de la rivière. Effectivement, il y avait quelques arbres à cet emplacement, ce qui pourrait servir de perchoir. Le problème, c'est que Sakki ne pouvait pas le voir, à moins de se risquer à sortir de sa cachette pour avoir un meilleur angle de vue et ainsi peut-être se faire repérer par l'ennemi et le soleil. Ce n'était peut-être pas le mieux à faire. Mais d'un autre côté, rester cachée et attendre pour laisser penser à l'ennemi qu'il s'est trompé et qu'il n'y avait personne dans ce buisson... Serait-ce une meilleure idée ? Peut-être pas. L'autre, en face, ne pouvait pas être aussi stupide... Quoique. Non, puisqu'il l'avait repérée, cela signifiait qu'il possédait déjà une certaine sensibilité à l'environnement.

Sakki privilégia alors sa première idée, à savoir sortir de sa cachette. Cependant, elle restait légèrement reculée pour rester dans les dernières ombres de la forêt. A présent, elle pouvait lever les yeux sans prendre trop de risques, ce qu'elle fit, pour repérer celui qui semblait vouloir se faire remarquer, avec sa flèche de tout à l'heure. Elle reconnut celui qu'elle poursuivait depuis un moment. En fait, il n'était que là. La vampire ne l'avait donc pas complètement perdu, ce qui la rassura en quelques sortes.
Elle tenta d'engager la conversation, puisqu'à distance, la démonstration précédente laissait à penser que c'était l'ennemi qui avait l'avantage. Ses talents de tireur paraissaient assez impressionnants. Enfin... Ou bien il avait prévu de rater sa cible simplement pour inquiéter la vampire et lui dire qu'il l'avait repérée, ou bien il était mauvais tireur et avait alors raté sa cible en voulant la tuer. Dans tous les cas, il valait mieux ne pas sous-estimer son adversaire, et dans le doute ne pas engager le combat.


- Je me suis montrée. Pourquoi ne pas descendre de ton perchoir, toi aussi ?

A présent, un court instant suffirait à mettre Sakki en bien mauvais état, puisqu'il n'y avait maintenant plus aucun obstacle, rien pour qu'une flèche, cette fois-ci bien placée, vienne transpercer la chaire de la vampire, même si elle n'en mourrait peut-être pas.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Le jour réunit deux être de la nuit [PV Sakki la viet èOé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» « Le crépuscule n'est pas la fin du jour, c'est le début de la nuit. » [Rachel E. Dare - Shinji Sekime]
» 10 & 10 = le même jour pour un même sang - joan&lullaby
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Rosyel :: Rosyel :: Forêt de Yelli-