AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Insomnie existentielle...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
~¤ Mille-Visages ¤~

avatar


Nombre de messages : 184
Localisation : Partout à la fois!
Métier/Fonction : Pnj

MessageSujet: Insomnie existentielle...   Dim 11 Juil 2010, 00:30



Une soleil rouge se couchait à l'horizon. Après de trop longues heures passées à observer ce triste monde, l'étoile du jour s'accordait une nouvelle nuit de répit. Pour un temps, le Lune prendrait se place, puis se lasserait, et s'en irait à son tour. Et ils recommenceraient leur interminable cycle jusqu'à ce que toute chose disparaissent. Une journée de plus mourait, ajoutant son cadavre aux millions de jours défunts entassés dans cette fosse commune que l'on appelait « passé ».

Nous ne sommes rien au milieu de tout cela. Seulement des insectes éphémères accrochés à leur vaniteux désir d'immortalité. C'était du moins ce que pensait l'être solitaire assis sur ce rocher, quelque part à la lisière Est de la forêt de Yelli, non loin de la côte. Enveloppé dans un manteau vert anis surmonté d'un capuchon à feuilles, il observait nonchalamment l'Île du Rêve qui apparaissait à contre-jour devant le coucher de soleil. Ses yeux fins brillaient d'un vert antique et de longs cheveux blonds tombaient en mèches sur son visage d'adolescent. À son cou luisait une petite améthyste accrochée en pendentif.

Depuis l'aube, Afie n'avait pratiquement pas bougé. Il avait contemplé inlassablement cette île diabolique qui hantait son être depuis un temps qu'il ne comptait plus. Tout ce qu'il avait enduré lors de sa longue vie d'elfe, il l'avait enduré pour elle, à cause d'elle, contre elle. Il l'aimait et la haïssait, cette chimère de terre et de rochers, cette femme fatale qui vous appelle et vous chasse en même temps.

Elle l'avait torturé, cette île. Et après tant d'années, Afie avait espéré un signe d'elle, une ombre de repentir. Mais rien. Il n'y avait rien à attendre d'Aïklando, sinon du malheur. Chaque jour, pourtant, il avait espéré ; mais ces jours lui paraissaient tous plus vides les uns que les autres. Alors, une fois de plus, l'elfe sylvain broyait du noir, maudissant le monde tout entier d'être tel qu'il était.

Demain mourrait comme aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 310
Localisation : Je ne sais pas ...
Métier/Fonction : Dessinatrice de passage

MessageSujet: Re: Insomnie existentielle...   Dim 11 Juil 2010, 03:03

Spoiler:
 

Pampelune soupira d'aise. Elle allait enfin pouvoir marché sur la terre ferme après tan de temps sur la mer. Elle avait décidé d'explorer un peu cette île malgré le faite qu'ils soient loin de la ville. Les paysage ici semblait différent que ceux à Lan Rei. Elle allait pouvoir continuer son rêve d'aventure. Elle rigolât doucement descendit en même temps que Kaleya qu'elle laissa s'occuper avec les autres hommes des barques. Elle, elle avait la soirée et la nuit pour se reposer. La vie à bord pour elle était épuisante. Elle se dirigeât vers la foret, prit une torche afin de voir dans la nuit naissante et s'engouffra dans l'antre inquiétante du cœur de l'île.

Elle marcha un long moment dans le silence dans la nuit qui s'était lever. Elle se dirigeait grâce à l'éclat du feu qu'elle tenait et le fixait constamment comme si elle en dépendait. C'est pour cette raison qu'elle n'aperçut pas la toile biscornue et piégeuse de racine qui s'entremêlait sur le sol, et qu'elle ne put empêcher sa chute. Elle dégringola la tête la première dans une pente et finit par atterrir dans la l'eau d'une petit ruisseau. La flamme s'éteignit brusquement. Pampelune commença a paniquer. Elle ne bougeait pas. Elle avait toujours eu peur du noir... Elle remarqua alors que la foret n'était pas si sombre... La faible lueur des étoile arrivaient tan bien que mal à traverser la frondaison des arbres. Cette douce lueur permettait de voir les silhouette de l'arbre et parfois quelque détails. Elle se mis à parler à voie haute:

-La c'est une fleur, ici un rocher, et la des fruits écraser par leur chute...


Elle parla un long moment ainsi. d'abord assise dans l'eau ensuite en se levant lentement et a avancer sur le chemin que lui offrait la nature. cette nature l'inquiétait de moins en moins. Ses pas sur les feuilles morte les faisaient craquer, insectes crissaient, les oiseaux de nuit chantaient au loin, , le vent faisait bouger le vent de la cime des arbres. Chaque objet qu'elle touchait pour avancer sans trébucher avait une texture différentes et à chaque pas une nouvelle odeur venait lui titillait les narine. Elle se rendait compte peu à peu que la lumière des flammes qu'elle utilisait depuis qu'elle était petite lui cachait ce qu'il se passait réèllement la nuit. ici rien n'était inquiétant et tout la rassurait. Elle se sentait bien. Son oncle l'avait terroriser petite de la nuit et finalement lui avait quelque chose de magique. Elle soupira et s'assit sur le sol essoufflée par sa découverte et la marche rapide qu'elle venait de faire. Elle ferma les yeux et écouta davantage le bruit de cette nature vivante la nuit et non endormis comme elle l'avait imaginer jusqu'ici. Elle sourit. Sourire qui s'effaça immédiatement lorsqu'elle comprit qu'elle ne savait pas ou elle était.

Elle se leva et commença à courir dans une direction choisit au hasard. Elle paniquait de nouveau. Elle trébucha une nouvelle fois et atterrit dans un champs de fleurs lumineuses, fluorescentes au milieu d'une clairière. sonner elle mis un temps à se relever et lorsqu'elle fut enfin à la verticale, elle fut vraiment choquer par la beauté qui l'entourait. Elle se laissa aller en arrière et se mit à rire toute seule. elle se sentait libre. Quelque chose de pas normal se passait, mais elle s'en fichait. Elle était bien. Perdue mais heureuse! elle ferma les yeux. C'est là qu'elle entendit t un bruit étrange qui n'appartenait pas tout à fait à cette forêt. Elle n'avait pas la moindre idée comment elle le savait, mais elle le savait et c'était cela l'importance .Elle se figeât. Une silhouette commençait a se dessiner...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lady-pampy-dupp.blogspot.com/
~¤ Mille-Visages ¤~

avatar


Nombre de messages : 184
Localisation : Partout à la fois!
Métier/Fonction : Pnj

MessageSujet: Re: Insomnie existentielle...   Dim 11 Juil 2010, 17:43



A force de ruminer les mêmes idées moroses, Afie avait fini par sombrer dans une torpeur mélancolique où le temps semblait figé. Cela était également du au fait qu'il ne se passait rien à cette heure, en ce coin sauvage de Rosyel. Quelle ne fut pas alors la surprise de l'elfe sylvain lorsqu'il entendit un lointain mais néanmoins distinct gémissement, perdu quelque part dans la sombre forêt derrière lui. Une légère montée d'adrénaline traversa son coeur, le sortant ainsi de sa rêverie dépressive. Afie se leva et se retourna, tendant son oreille fine pour repérer le son. Un cri étouffé lui parvint alors ; aussitôt, l'elfe s'élança dans les profondeurs de Yelli, furtif et silencieux comme un félin en chasse.

S'il s'agissait bien de ce qu'il pensait – et il n'y avait pas vraiment de doute possible – il ne pouvait pas faire comme s'il n'avait rien entendu. Peu d'elfes vivaient en ces lieux car c'était à la frontière du territoire dangereux des drows ; il était probable qu'il fût le seul à avoir perçu ce bruit.

L'être des forêts avalait la distance avec vivacité ; cela jurait avec l'état quasi-léthargique dans lequel il était quelques secondes plus tôt. Il frôlait les arbres sans s'y heurter, effrayant parfois un groupe de karills qui y avaient élu domicile. A l'affût du moindre bruit suspect, il filait droit vers le nord jusqu'à finalement trouver l'être qu'il poursuivait : un lycanthrope monstreux qui sortait à peine de son sommeil diurne. La bête avançait vers une clairière de fleurs lumineuses dans laquelle Afie aperçut une femme à la longue chevelure blonde. Trop d'informations lui indiquait qu'il s'agissait là d'une humaine ; une humaine vouée à sa perte. L'immense loup avançait vers elle en poussant un grognement sinistre. Afie se trouvait à quelques mètres derrière lui. Il grimpa à un arbre, sauta de branches en branches, contournant ainsi la clairière pour pouvoir bondir et atterrir entre la proie et le prédateur. Tournant le dos à la jeune femme en détresse, il se tenait droit, le capuchon tombé en arrière et le corps dissimulé dans sa cape.

La loup-garou parut surpris de cette subite arrivée, mais cela sembla le réjouir. Il poussa un hurlement qui fit fuir les oiseaux en nuée. Puis, il se baissa comme pour prendre son élan. Un filet de bave s'échappait de son immense gueule. L'elfe sylvain, toujours enveloppé dans son manteau vert, soupira et parla d'une voix claire et lasse.

― Recule, qui que tu sois.

Tout se passa ensuite très vite. Le monstre bondit en avant, gueule ouverte, prêt à engloutir le frêle elfe vert en une bouchée. Celui-ci libéra alors ses bras de leur couverture, dévoilant une main droite démesurée, de couleur sombre et pourvue de griffes. Le regard de l'elfe devint soudain complètement vide et il bondit à son tour. Les deux corps se rencontrèrent à un mètre au dessus du sol et Afie emporta son adversaire en arrière. Tous deux s'écrasèrent au sol et la main immense plongea dans le corps du lycanthrope pour en ressortir un coeur rouge dans une giclée de sang. La bête poussa un ultime cri alors que l'elfe se relevait.

Afie resta un instant debout à regarder la créature morte prendre soudain les traits d'un vieil homme nu, un trou béant dans la poitrine. L'elfe sylvain jeta l'organe un peu plus loin et se retourna vers la jeune femme blonde. Il la fixa un instant avant de s'éloigner sans un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 310
Localisation : Je ne sais pas ...
Métier/Fonction : Dessinatrice de passage

MessageSujet: Re: Insomnie existentielle...   Mar 20 Juil 2010, 03:04

Spoiler:
 

-Attend!


Elle n'avait pas compris ce qui venait se passer. Elle savait que la chose qui venait de la sauver partait, mais elle n'avait pus suivre ce qui s'était déroulé. Tout lui avait parut accélérer. L'impression qui lui restait était celle d'un film dont elle avait eu de la peine à suivre car elle était fatigué prête à sombrer dans un profond sommeil. Un déclic se fit alors dans sa tête... C'était le cas depuis qu'elle était entré dans cette clairière... Elle se sentait engourdis et euphorique... Comme si elle avait trop bu d'hydromel... Elle avait du mal à se souvenir... C'était étrange... Elle était entré ici, était tombé le nez dans les fleurs... était elle tombé? Non peut être pas... Elle n'en était pas sur... Ensuite un loup était apparut... Et... et un éclaire avait traverser son champs de vision avant de s'évanouir... Elle avait cru entendre un bruit et... Elle se leva, regarda en direction de la silhouette qui s'éloigna et commença à lui courir après. elle voulait savoir ce qui s'était passé. Elle trébucha et se rattrapa sur la créature. Un deuxième déclic se fit dans sa tête elle venait de s'éloigner de ses fleurs étrange e elle pouvait de nouveau penser à une vitesse presque normal... Il n'était pas humain! Voilà ce que son cerveau essayait de lui dire...Une créature... Comment peut on ne pas considérer comme créature une personne qu'elle avait été incapable de voir? La cicatrice de son ventre l'élança soudainement. Elle poussa un petit cris. Lorsqu'elle s'en rendit compte elle leva les yeux, effrayée et chuchota choquée. Elle comprenait enfin l'imbécilité de son geste... Se jette t'on dans la gueule du loup? Ou le fuit on? Un autre éclaire de douleur le fit revenir dans la clairière. Elle poussa un gémissement se laissa tombé au pied du monstre... et se mis à sangloter... Elle avait mal trop mal... Elle releva la tête, visage tordu de douleur, et chuchota...

-Je...


Avant de hurler de douleur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lady-pampy-dupp.blogspot.com/
~¤ Mille-Visages ¤~

avatar


Nombre de messages : 184
Localisation : Partout à la fois!
Métier/Fonction : Pnj

MessageSujet: Re: Insomnie existentielle...   Sam 26 Fév 2011, 03:08



Les humains ; ces créatures téméraires qui n'aspirent qu'à plus de pouvoir. Ils reprochent aux elfes d'être orgueilleux et hautains, mais qu'en est-il d'eux-mêmes ? Ils n'ont aucune humilité et pourtant ils demeurent irrémédiablement faibles et stupides et deviennent plus faibles et plus stupides au fil des jours. Comment ne pas les mépriser ? Afie avait vu peu d'humains ces dernières années, et une poignée de femmes de leur espèce. Celle-ci semblait complètement perdue. Comment diable avait-elle pu arriver jusque là ?

La jeune femme s'agrippa à lui, et eut un comportement bien étrange. Probablement à cause des fleurs. Elle se jeta dans la clairière et se mit à hurler ; son cri pointu heurta les oreilles fragiles de l'elfe qui eut un mouvement de recul, excessivement tenté de la laisser à son sort. Mais ses cris allaient attirer les drows et d'autres créatures de la nuit. Il décida donc de la secourir une seconde fois.

L'être des forêt retourna dans la clairière. Les hurlements de la jeune créature faisait vibrer ses tympans. Insupportable. Sa main monstrueuse sortit à nouveau de sous son manteau vert et saisit la femme par la taille. Afie souleva l'humaine et l'entraîna à plusieurs mètres de la clairière. Il la jeta contre un tronc sans ménagement.

― Tu es une idiote.

Il se pencha sur elle et posa sa main « conventionnelle » sur son front. Elle avait eu une montée de fièvre qui allait vite redescendre. Afie scruta le sol autour d'eux un moment avant de trouver ce qu'il cherchait. Des feuilles de menthe poivrée. Il en arracha quelques feuilles et les colla sous le nez de la jeune femme. Il prit sa main pour la forcer à maintenir les plantes contre son visage et alla s'asseoir contre un arbre en face d'elle. Il lâcha un long soupir.

― Ces fleurs sont dangereuses. Cette forêt est dangereuse. Tu n'as rien à faire ici.

Il fut tenté une nouvelle fois de l'abandonner mais il se dit que toute cette intervention n'aurait servi à rien. Et puis, même s'il n'avait pas grand égard vis-à-vis des humains, et de toutes les espèces d'une manière générale, il conservait quelques principes.
Il fallait qu'il la sorte de cette forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 310
Localisation : Je ne sais pas ...
Métier/Fonction : Dessinatrice de passage

MessageSujet: Re: Insomnie existentielle...   Dim 22 Mai 2011, 00:25

Lorsqu'elle revint a elle elle sentit qu'on la ballotait dans tout les sens. Elle crue un instant qu'elle se trouvait à nouveau sur un bateau. La vue de long vêtement lorsqu'elle ouvrit brièvement les yeux lui apprirent que non. Peut être un charriot. La main qui lui maintenait les fesses lui prouvèrent que non. Quelqu'un la portait. Elle gigota pour essayer de descendre mais la main sur ses fesses se crispa suffisamment pour lui faire mal. Une vive douleur la traversa.

-Ouch ma tête...

Elle remua légèrement et senti quelque chose au niveau du dos... Une blessure? Non la douleur ressemblait davantage à un bleu... Mais la douleur était beaucoup plus forte. Elle gémit lorsque, lors d'un geste de son porteur, elle fit un faux mouvement.

-Vous pourriez faire attention! Et posez moi! J'ai le mal de mer! Non mais vous êtes qui!

Elle recommença a gesticuler dans tout les sens. Elle voulait descendre! Comment pouvait on traiter quelqu'un comme ça sans respecter sa volonté! Elle reconnut alors les vêtements de son porteur.

-Mais... mais... je vous connais vous etes celui qui m'a... AU SECOUR!!! AIDEZ MOI!!!


Elle s'agita encore plus fort. Elle avait peur. Il l'avait attaquer puis assommer. Ou pouvait il l'amener!? Elle se mit a pleurer. L'agitation qu'elle créait fit perdre la démarche équilibré de l'homme étrange. Il trébucha sur une branche puis se remit d'aplomb. La jeune fille eu brusquement très chaud et un mal de tête épouvantable vint accompagner la douleur de son flanc. Malheureusement ce mouvement fit que Pampelune relâcha tout ce qu'elle avait dans le ventre. Les beau vêtement du bonhomme se retrouvèrent d'une étrange couleur douteuse ainsi que d'une odeur des plus nauséabonde. Il s'arrêta brusquement... La frayeur qui avait parcourut la demoiselle quand elle l'avait reconnue s'intensifia encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lady-pampy-dupp.blogspot.com/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Insomnie existentielle...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Insomnie existentielle...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Insomnie et ennui ... [Priv. Seamus] [TERMINE]
» [RP ouvert] Insomnie quand tu nous tiens!
» Un question existentielle
» Idée loufoque de l'insomnie
» Mon insomnie cesse à l'aurore [Livre I - Terminé]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Rosyel :: Rosyel :: Forêt de Yelli-