AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Nurtainë Quettar (mots cachés)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Dim 09 Mai 2010, 18:56

Spoiler:
 

- Ne me touches pas !!! Ne m'approches pas non plus!!!

Ses yeux étaient brillants de colère, et ses mains tremblaient. Elle ne le regarda même pas, se détacha violemment et disparu en courant.

- Tu...Tu es...trop brillant pour moi !

Mais que racontait-elle? Le jeune homme hurla son nom plusieurs fois, mais elle ne se retournait pas. Elle allait vite, très vite, et Kaplen avait de la chance de connaitre un bateau par coeur, sinon il n'aurait pu la suivre. Il avait l'impression qu'elle pleurait... Pourquoi se sentait-elle aussi mal? Que lui avait-il fait?
Lorsqu'elle passa derrière le grand mât, il l'a perdu de vue. Ou était-elle passé? Que faisait-elle? Son plus grand désespoir était de la voir disparaitre. Lui qui l'avait laissé seule sur la plage, qui l'avait abandonnée sans ne rien lui expliquer... Il avait désormais peur qu'il se passe la même chose, mais dans l'autre sens. Le diadème claquait sur son front de façon désagréable, mais il n'avait pas le temps de le retirer. De plus il se sentait en sécurité avec la pierre posée sur son front. Il poussa un profond soupir avant de reprendre ses recherches, se demandant où la jeune femme avait bien put passer.

Soudain, par pur hasard, il aperçut une silhouette accroupie sur le pont... C'était elle, il en était certain. Il accéléra le pas et se mit à courir, c'était bien Gwen, c'était elle. Mais une aura étrange régnait autour de son petit corps. Elle sentait la tristesse et le désespoir, et cela transperça le coeur de Kaplen qui ne put se retenir de gémir. La douleur l'avait empoigné au plus profond de lui et se développait dans ses veines ainsi que dans tous ses organes. Il fut rapidement prit de haut-le-coeur.

-Gwen s'il te plait.... Il l'avait tutoyée... C'était venu tout seul... Il savait qu'il y était pour beaucoup dans cette histoire, mais l'empathie qu'il avait développé envers la jeune femme était en train de le bruler intérieurement. Il ressentait toutes ses déceptions comme des coups de lames sur le coeur et toute sa colère comme des langues de flamme dans ses veines.

-Je suis désolé, c'est de ma faute, j'aurais du tout t'expliquer...
Expliquer quoi? Ce pourquoi il était là, ce pourquoi il avait accouru lorsqu'il avait aperçu le bateau? L'aurait-elle compris? Et à quoi cela servait-il de s'excuser, puisque tout était entièrement de sa faute!
A la douleur de la jeune femme, se mêlait sa propre douleur. Il souffrait atrocement, des gouttes de sueur étaient apparues sur son front, et des larmes sur le coin de ses yeux.

-Gwen, je t'en prie... Arrête, ça ne sert à rien...
Une ombre noire vint se placer devant ses yeux, son regard fut d'abord très flou, puis il sombra dans l'inconscience, les entrailles rongées par un mal dont il ne pouvait se défaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Dim 09 Mai 2010, 19:29

Spoiler:
 

-Gwen s'il te plait....

Elle ouvrit brusquement les yeux. Il était encore derrière elle. Ses pleurs redoublèrent et elle se mit à sangloter. Dire que c'était elle. Juste elle.

-Je suis désolé, c'est de ma faute, j'aurais du tout t'expliquer...

Sa faute ? Mais non ce n'était pas de sa faute ? En fait, c'était sa faute à elle. Ils avaient tous les deux une part de faute. Elle devait lui dire mais elle n'en avait pas du tout la force. Il faudrait pourtant qu'elle en parle avec lui mais le moment n'était pas le bon. Elle se sentait faible et fatiguée. En ce moment, tout ce qu'elle voulait était contradictoire. Elle voulait se réfugier dans ses bras mais en même temps s'éloigner le plus possible de lui. Elle voulait lui dire qu'elle aussi était fautive mais en même temps elle le traitait intérieurement de fautif. De toute façon, elle allait forcement de voir faire le premier pas. Il était trop naïf. Ayant trop peur du conflit. Pas du tout brusque avec elle. Comme si elle était un petit objet de cristal qu'il ne fallait pas briser. Mais ce n'était pas ce qu'elle voulait non plus ! Elle ne voulait pas qu'il la regarde lui faire du mal sans rien dire et en disant "je suis fautif". Car alors il était trop blanc pour elle qui était si sale. Elle leva sa tête embuée de larmes vers lui.

- Pourquoi tu dis que c'est ta faute ? Pourquoi tu ne dis pas que c'est aussi la mienne ! hein ?!!!

Elle se leva brusquement et mit à tambouriner doucement sur son torse en pleurant et en criant. Non ce n'était pas seulement de sa faute ! Ils étaient tous les deux fautifs. Même pas ! Il n'y avait aucun fautifs. Elle était trop jalouse mais lui n'avait rien à se reprocher. Après tout, ils se connaissaient depuis quoi...Deux heure ? Deux heure ça ne suffit pas pour être en droit de juger quelqu'un non ? Elle se retira doucement et lui tourna le dos.

-Gwen, je t'en prie... Arrête, ça ne sert à rien...

Oui ça ne servait à rien...De toute façon, rien ne servait à rien. Et pourtant, elle était jalouse. Pourtant, elle aurait voulu tout contrôler et ça n'avait pas été. Pourtant il continuait encore à s'excuser alors qu'elle s'était emballée toute seule et là encore, elle pestait comme une enfant capricieuse. Elle entendit alors un bruit sourd. Elle se retourna brusquement et le vit sur le sol, inconscient. Ses yeux s'écarquillèrent de nouveau de terreur en voyant son corps étendu sur le sol. Elle n'avait pas voulu ça...Elle s'agenouilla à côté de lui et lui attrapa le visage, lui mettant de petites claques sur les joues en le suppliant de se réveiller. Toute sa rancœur et sa colère avaient disparu. Il n'y avait de place que pour l'inquiétude. Elle resta calme et posa sa tête sur ses genoux en lui caressant les cheveux. Elle se mit alors à murmurer, un sourire triste sur son visage.

- J'ai vu dans ton coeur...Mais tu vois, ce n'est pas possible. Moi je ne suis pas comme toi. Je ne rayonne pas à chaque instant de la journée...Je suis trop sale...

Ses larmes ne coulèrent pas. Elle était adulte et digne. Cependant, un sourire heureux se peignit sur ses lèvres en le voyant faire papilloter ses paupières.

- Bien dormi prince ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Lun 10 Mai 2010, 18:50

Spoiler:
 

Kaplen ouvrit les yeux avec difficulté. Il se sentait bien, la tête posée sur quelque chose de confortable, chaud et mou... Il sourit. C'était idiot, mais il en avait envie, alors il ne s'en priva pas.
La sensation agréable ne dura qu'un faible instant, et une douleur lancinante au crane le réveilla complètement. Gwen se trouvait juste au dessus de lui et le regardait fixement.

- Bien dormi prince ?

Prince? Il sursauta et se releva précipitamment, manquant tout juste de se cogner la tête dans la jeune succube. Son diadème sautait sur son front et amplifiait la douleur qui ressentait tout autour de sa tête. Il avait l'impression d'être pris dans un étau. Un peu déstabilisé de s'être relevé aussi vite, il marqua un temps d'arrêt, assis sur le pont.

Gwen était accroupie devant lui et le regardait avec des yeux curieux, comme si toute la colère qui était en elle quelques instants plus tôt avait disparue. Il souffla un bon coup avant de se relever, non sans difficultés. Il ressentait encore en lui les vestiges de la douleur qui l'avait terrassé, mais voir la jeune fille ainsi, comme s'il ne s'était rien passé, l'atténuait peu à peu. Lorsqu'il tint correctement sur ses pieds, il allait beaucoup mieux.

-Que s'est-il passé?
Demanda t-il tout en continuant à se tenir à la rambarde. Les tous petits mouvements du bateau lui semblaient d'immenses vagues par un jour de tempête. Son cerveau ne s'était pas encore remis de sa chute, et son corps de ses douleurs. Gwen souriait, et cela lui faisait du bien à lui aussi. Il lui rendit son sourire avant de regarder plus en avant.

-Peut être voudrais-tu descendre...? J'ai cru comprendre que tu n'appréciais pas particulièrement l'eau, même si celle-ci n'est pas salée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Lun 10 Mai 2010, 22:16

Depuis tout à l'heure, elle se sentait très bizarre. En fait, elle savait pertinemment qu'il ne l'avait pas entendue mais...Elle ne pouvait s'empêcher de se dire que s'était quand même dommage. Et quand il s'était levé avec ce diadème sur la tête, elle avait eu l'impression que tout était partit en fumée derrière elle. Ni colère, ni tristesse, rien que la joie de le voir en bonne santé. Elle resta à genoux quelques instants et le regarda. Il lui parlait mais elle recevait la moitié de ses paroles en silencieux. C'était si agréable de ne rien faire, absolument rien et elle était si fatiguée maintenant et ses lèvres si appétissantes qui lui demandaient de venir leur dire bonjour. Comment pouvait elle refuser cela ? Elle sourit joyeusement et répondit avec désinvolture à sa dernière question.

- Pourquoi pas ? Après tout, la chaleur n'a jamais fait de mal aux succubes !

Une tierce personne l'aurait prise pour une folle. Un autre aurait comprit qu'elle était épuisée et qu'elle n'aspirait plus qu'à une chose : manger pour se remettre en forme. Elle détourna brusquement la tête en rougissant. En plus, si elle voulait attendre qu'il lui offre lui même sa nourriture, elle pouvait attendre. Ce type était le garçon le plus candide et innocent qu'elle ai rencontré jusqu'à aujourd'hui. A croire qu'il y avait vraiment un abysse entre eux. Mais rien à faire ! Elle allait plonger dedans si c'était pour se retrouver une nouvelle fois à sentir cette odeur qui lui faisait penser que peut-être, faire le mal n'était pas si bien que ça. Elle se leva souplement, un regard de prédateur luisant dans ses yeux. On ne joue pas impunément avec une succube. Elle sourit.

- Petit lapin...Qui voulait faire son malin...*Que vais je lui faire ? Le manger ?


Elle passa sensuellement sa langue sur ses lèvres et se plaça rapidement derrière lui. Elle ne jouait jamais avec ses amis et là en plus, ce n'était plus un ami, c'était pire. Pire ? Comment ça pire ? Oui pire, car si il venait par inadvertance et stupidité à tomber amoureux d'elle - ce dont elle soupçonnais déjà fortement l'existence - il serait très vite déçu. Gwen n'était pas une sédentaire. Elle appartenait à un peuple nomade et avait tout le temps besoin de bouger et de changer d'air. Elle savait qu'un marin n'aimait qu'une chose : la mer, mais elle, ça ne lui suffisait pas. Même pour vivre une idylle amoureuse. Elle s'approcha de nouveau de lui. Bah ! pourquoi ne pas en profiter au lieu d'être négative comme ça ! Elle lui saisit brusquement la chemise et le tira vers elle doucement. Tout doucement, comme pour bien vérifier qu'il n'opposait aucune résistance. Elle perdit son regard de prédateur lorsqu'il ne fut plus qu'à cinq centimètres de ses lèvres. Elle reprit alors ses esprits. Qu'allait-elle faire ? A l'instant elle avait failli ... !!! Elle le lâcha brusquement et se recula un peu en rougissant violemment.

- Je...Je suis désolée je ne sais pas ce qui m'a pris !!! Je suis vraiment confuse !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Lun 10 Mai 2010, 23:13

- Petit lapin...Qui voulait faire son malin...*Que vais je lui faire ? Le manger ?

La jeune femme avait de nouveau changé d'attitude. Et cela terrifia le jeune homme. Il s'était rendu compte de ces prompts soubresauts, les avait supportés, avait essayé de faire avec, de s'adapter... Mais celui ci le terrifiait. La jeune femme avait l'air d'une véritable prédatrice, d'un animal carnivore qui avait trouvé sa proie et le regardait avec délectation. Il avait l'impression qu'elle s'imaginait une foule de choses impensables... Sans qu'il ait eu le temps de faire un seul geste, elle se jeta sur lui, comme un aigle fond sur sa proie. L'attrapant, elle rapprocha lentement son visage du sien et plongea ses yeux affamés dans ceux du jeune homme.
Ce dernier déglutit. Une force nouvelle était apparue dans ses veines et faisait fourmiller ses bras et ses jambes. Elle s'apprêtait à l'embrasser. Il n'aurait rien dit si elle n'avait pas eu cette lueur de sauvagerie dans ses yeux, comme si elle allait le dévorer littéralement.
Il se serait laissé faire s'il n'avait pas eu en face de lui une créature aussi étrange. Mais là il avait peur. Et il savait que tout ce qui se trouvait sur ce navire ne pourrait l'aider.
Lorsqu'elle s'arrêta à quelques centimètres de ces lèvres, Kaplen était près à reculer, à se débattre. Mais soudain ses yeux avaient changé, étaient redevenus normaux, comme avant. Cette même flamme tourbillonnant dans chacune de ses iris, mais d'une façon plus posée, plus douce... La faim retirée, elle était redevenue elle même.
Le jeune homme la repoussa. Assez doucement pour ne pas la brusquer, mais assez fort pour lui faire comprendre qu'il ne voulait pas de ce genre de chose.

- Je...Je suis désolée je ne sais pas ce qui m'a pris !!! Je suis vraiment confuse !

Encore un changement d'attitude. Par moment il avait l'impression de se trouver face à plusieurs personnes qui se partageaient le même corps. Marquant un temps d'hésitation, il se rapprocha doucement, pas à pas et lui attrapa les mains. Il posa sa main droite sur son front et lui lança un regard soucieux.

-Je ne sais pas ce qu'est une succube, ni ce que sont réellement tes pouvoirs... Je ne sais pas non plus pourquoi tu as choisi de me suivre, et de me protéger à chaque fois... Même si tu me fais peur, même si je ressens une source intarissable de faim dans tes yeux... Tu es fiévreuse...

Sans attendre, sans même lui demander son avis, il l'attrapa sous les genoux et la souleva au-dessus du sol. Attrapant une des nombreuses échelles de corde qui descendait le long de la coque, il entreprit le retour sur la plage. Ce fut assez rapide. La jeune femme ne pesait rien et ne le gênait pas, il pouvait même se servir de ses deux bras. Lorsque ce fut fait, il lui lança un regard attentif, surveillant le moindre changement dans ses yeux. Mais rien ne venait.

-Tu as besoin de manger, mais je doute que des aliments substantifs tels que du pain ou de la viande te convienne...

Kaplen la déposa doucement sur ses pieds, dans le sable chaud qui entourait le lac. Comme la surface de l'eau, le sable brillait de mille feux et semblait uniquement composé de poudre de diamant. Il était doux au touché, très doux...
Le jeune homme tenait toujours la main de la succube. Il la sentait se contracter et se décrisper à intervalles réguliers. Sans comprendre pourquoi ni comment, il s'approcha d'elle et l'embrassa. C'était comme un besoin compulsif, comme une réponse à toutes ses questions. Il avait l'impression que par ce geste, il pourrait lui sauver la vie. Le temps étaient devenus soudainement très long. Il avait l'impression d'embrasser la jeune succube depuis une éternité. Au début tout allait bien, il se sentait bien, c'était agréable, non! Une véritable explosion, de la féérie, un conte de fée? Des étoiles dansaient devant ses yeux en même temps que ses forces le quittaient peu à peu. Il avait oublié de respirer! Mais il ne voulait pas... C'était trop agréable... Sentant qu'il ne pourrait peut être plus lever le bras s'il continuait ainsi, il trouva finalement la force de se décoller à la jeune femme et de la repousser pour qu'il ne recommence pas.

-Excuse moi, je pensais que c'était la meilleur chose à faire pour que tu aille mieux...

A peine eut-il fini sa phrase qu'il tomba assis, le regard vide plongé dans l'abime infini du lac scintillant. Il n'avait plus la force de se lever, mais pouvait encore sourire. Ce qu'il fit en direction de la jeune femme, quand il sentit intérieurement que ce qu'il venait de faire avait fonctionné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Dim 16 Mai 2010, 17:56

Spoiler:
 

Gwen sentit une incroyable vitalité atteindre son coeur. Elle se sentait peu à peu revivre. Les lèvres de Kaplen posée délicatement sur les siennes lui procurait une sensation très agréable qui pouvait s'apparenter à l'action de déjeuner. Un déjeuner délicieux en passant. Elle avait exactement l'impression de prendre de délicieux pancakes venant d'angleterre, le tout accompagné d'un bon thé Oolong cuit à point. Car un thé n'ayant pas la bonne température était absolument imbuvable. Si la jeune femme était bien intransigeante sur une chose, c'était le thé ! D'ailleurs, elle en buvait beaucoup. Enfin bref, pour revenir au baiser qu'elle échangeait en ce moment avec Kaplen, elle sentait le fluide vitale du jeune homme couler lentement dans sa gorge et la faire revenir à la vie. Elle était si faible qu'elle l'aurait bien vidé de toutes ses forces si il n'avait pas arrêté tout seul. Elle se demandait bien comment il avait fait pour deviner qu'elle se nourrissait de cette façon mais ce n'était pas grave. Au moins ce type n'était pas banale et elle pourrait s'en faire un casse croute. Elle regrettait cependant qu'il n'ai pas une conversation autre que la mère. Elle adorait discuter politique, histoire, français, anglais, toutes les coutumes et populations qu'elle avait rencontrée au cours de ces voyages. Mais bon. Elle allait devoir s'y faire. Il n'avait qu'une seule chose dans la tête : la mer. Elle soupira lorsqu'il tomba au sol. Elle se sentait beaucoup mieux. Elle coula cependant un regard méfiant vers Kaplen. Comme les autres, il avait peur d'elle et c'était tout à fait compréhensible. Si elle était une douce jeune femme en apparence, elle pouvait tout aussi bien être un horrible monstre à l'intérieur. Ce n'était d'ailleurs pas pour rien que les succubes vivaient toutes en troupeaux. Cependant, Gwen détestait littéralement cette façon de vivre. Elle était et resterait toujours une nomade. La sédentarité, ce n'était pas son truc. D'ailleurs, c'était aussi une façon de conserver sa liberté. Elle soupira, elle espérait qu'il n'était quand même pas amoureux d'elle parce que la libertine qu'elle était lui briserait probablement le coeur. ça fonctionnait toujours comme ça de toute façon avec les hommes. Bon, avec Léandre et Gaara ça avait été différent, mais c'est parce qu'ils étaient comme elle et que l'amour qu'ils se vouaient était plus fort que les malheureuses aventures qu'ils avaient chacun de leur côté. Elle soupira. En plus, Kaplen ne savait absolument rien des succubes. La preuve ! Il avait prit sa chaleur corporelle, naturellement plus élevée qu'un humain, pour de la fièvre ! Il aurait dût savoir qu'une succube a une chaleur corporelle de 39°C et non de 37. Bon d'accord, là elle jouait franchement sur les petits détails. Elle s'avança tranquillement vers lui et s'assit en tailleur. Elle avait passé un short et un tee-shirt pendant qu'il était à moitié endormi et elle aimait bien ces vêtements. Elle fit doucement courir deux doigt sur sa poitrine.
- Pourquoi t'as fait ça ? T'aurais pu mourir tu sais ? C'était un peu stupide de me sauver alors que t'aurais pu mourir...

Elle continua à faire courir ses doigts sur le torse du jeune homme. C'était détendant mais elle aurait quand même bien voulu le mettre en colère. Cette passivité l'énervait un peu. On ne peut pas tout le temps être tout blanc ou tout noir n'est ce pas ? Enfin bon, il était gentil et ce n'était pas si mal déjà, cependant elle se demandait jusqu'où pourrait aller ses propositions loufoques. D'abord parce qu'elle adorait gêner les gens, ensuite parce que draguer était une deuxième nature chez une succube.

- Et ce baiser...Il était un peu court tu ne penses pas ? Moi j'aurais bien voulu continuer un peu plus longtemps...Voir et plus si affinité...

Elle se mit doucement à califourchon sur lui. C'était évidemment une provocation pure et simple mais lui n'en savait rien du tout. Elle sourit et se lécha tout doucement les lèvres, le sourire mutin toujours collé à son joli visage. Même après avoir fait ça, elle ne se sentait quand même pas terrible. Comme si elle présentait que rien ne se produirait. Elle soupira doucement, afficha soudain une mine blasée et posa doucement sa tête sur son torse. ça n'était pas très amusant pour le moment , mais elle pourrait toujours changer la donne maintenant que ça allait mieux. Son objectif serait désormais de transformer ce petit puceau timide en véritable démon du batifolage ! Non quand même pas, mais malgré l'air prude qu'il affichait, elle avait très envie de rester sur lui pour le moment. Elle releva la tête, appuya son menton sur son torse, monta légèrement les mains sur ses bras et reprit son sourire, plus mutin que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Lun 17 Mai 2010, 20:25

Spoiler:
 

- Et ce baiser...Il était un peu court tu ne penses pas ? Moi j'aurais bien voulu continuer un peu plus longtemps...Voir et plus si affinité...

Mauvaise idée. C'était la première chose qui lui était passé par la tête. Mauvaise idée que d'avoir fait cela, mauvaise idée de la laisser ainsi lui grimper dessus comme s'il était un animal de bât, mauvaise idée de ne pas réagir... Mais il se sentait complètement vidé de ses forces et la regardait faire sans aucune réaction.

Même s'il ne se sentait pas très à l'aise, et qu'il se demandait s'il allait vraiment y passer, il trouvait le contact de la jeune femme réconfortant. Ses toutes petites mains sur son torse, son coeur qui battait contre le sien, sa respiration douce et chaude sur sa peau... Il se sentait à la fois cloué au sol, et à la fois allongé d'une façon agréable. Deux sentiments complètements opposés qu'il ne parvenait à distinguer par cette fatigue.

Quand il l'a vit sourire une nouvelle fois, Kaplen frissonna. Il ne lui manquait plus qu'une rangée de crocs et le tableau était parfait.
-Je ne pense pas que cela soit très sage... Tu...
Les fleurs!
-Nous ne sommes pas là pour ça!
Avec autant de délicatesse que de fatigue, le jeune homme attrapa la main de la succube et la souleva. Il réussit tant bien que mal à se relever. Même la position assise lui était difficile à conserver. Et il se demandait comment il arriverait à se mettre debout.
-De plus il nous faut repartir, la nuit va tomber sur nous sans que nous ne nous en rendions compte...

Kaplen repoussa doucement la jeune femme et parvint à se lever tant bien que mal. Il tenait sur ses jambes par il ne savait quel miracle, mais il se sentait vraiment trop faible. Tout ce dont il avait envi, c'était de dormir. Mais vu tout ce qu'il s'était passé depuis sa rencontre avec Gwen, il se disait que c'était une très mauvaise idée.
-Je peux marcher.
Il l'avait dit plus pour lui même que pour la jeune femme. Il ne voulait pas montrer ses faiblesses, il pouvait marcher, loin s'il le fallait. Il n'y aurait pas de problème. Il pourrait même se battre si le besoin se faisait sentir... Ou bien chasser, il ne savait pas chasser... Kaplen était aussi bon chasseur que Gwen était humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Lun 17 Mai 2010, 21:58

Spoiler:
 


-Je ne pense pas que cela soit très sage... Tu...nous ne sommes pas là pour ça !

Elle sentit sa température baisser et le regarda avec le regard glacé de tristesse. Elle était dégoutée. Littéralement dégoutée. Qu'il soit gentil, soit, qu'il soit prude et réservé passe encore, mais qu'il la traite comme une sirène sanguinaire, c'était absolument inacceptable. Il la repoussa doucement mais il n'eut pas à faire beaucoup d'effort car elle se releva toute seule brusquement. Elle sentit brusquement son coeur se fendiller. Ce petit coeur qu'elle avait mit ci longtemps à recoller. Et il avait fallu aller les chercher les morceaux ! Son coeur était un vase de cristal brisé. Et pour réunir toutes les pièces, elle avait connu le bonheur. Son coeur brisé par toutes les années de brimades qu'elle avait connu. Son coeur brisé par la méchanceté de son clan. En réalité, finalement elle n'était que ça. Une pièce rapportée. Un monstre. Elle n'afficha plus aucunes émotions sur son visage. A quoi bon paraître sympathique près de quelqu'un qui vous considère comme une bête assoiffée de sang ? A présent elle comprenait la haine des vampires pour les humains. Ils avaient été pourchassés, repoussés, traqués ! Comme elle. Ils avaient toujours été des animales de foire.

-Je peux marcher.

Elle sentit une brusque sensation la transpercer de part en part. Je peux marcher. Je peux marcher ! Sous entendu "j'ai bien trop peur de dormir, tu pourrais me faire du mal !". Elle écarquilla doucement les yeux et fixa ses doigts. Elle y vit du sang et alors qu'elle se mettait à marcher devant lui, elle sentit un liquide chaud et salé couler sur ses joues. Elle n'éclata pas en sanglots et pleura doucement, en silence et sans bruit. Il était derrière elle. Il ne pourrait ne voir, ni sentir. Sa température chuta de nouveau. Les humains étaient tous cruels et bourrés de préjugés. Un homme qui a faim est exécrable ! Pourquoi en serait-il autrement pour les autres espèces ? L'avait-elle attaqué ? Non jamais de la vie ! Lui avait-elle fait du mal ? Elle s'était même arrêté avant ! L'avait-elle forcé à l'embrasser ? Non ! Elle avait même vivement reculé à ce moment là ! Et maintenant, lui la traitait comme un objet jetable. Les hommes étaient tous pareils. Ils pensaient que tout leur était dût. Ses larmes se teintèrent doucement de rouge et ses doigts furent bientôt éclaboussés par un liquide carmin. Ce n'était pas du sang, c'était des larmes. Mais les larmes d'une succube sont étranges. Elle essuya doucement ses yeux et se concentra pour ramener ses bagages près d'elle. Elle enfonçait doucement ses pieds dans le sable et ça la réchauffait. Elle ne disait rien puis s'arrêta brusquement.

- Ce n'était pas la peine de le faire si c'était pour être terrifié comme un agneau devant un loup...Je m'en serai parfaitement sortie toute seule...

Elle ne le regarda même pas, mais ses larmes rouges avaient laissées de longues trainées sur ses joues et ses doigts en étaient peinturlurés. Elle reprit sa marche plus doucement. Elle ne le quitterait pas parce qu'elle avait besoin d'un guide, mais désormais elle savait "Où-était-sa-place" et "Où-était-la-sienne". Elle n'aurait plus aucun contact avec lui. Elle resterait le plus loin possible de lui du moment qu'elle le voyait. Mais elle en avait assez d'être sans cesse rejetée par les autres. Elle avait suffisamment donné. Si elle avait quitté son clan c'était parce qu'elle était perpétuellement rejetée. ce n'était pas pour qu'on lui fasse subir la même chose dans le monde des humains. Elle haussa doucement les épaules. Bah ! Elle était probablement trop fleur bleue et trop naïve ! Elle aurait dût s'en douter ! Elle fit passe ses valises devant elle et les regarda voleter doucement. Elle leva la tête vers le ciel et observa les étoiles. Et puis elle vit sa préférée et sourit tristement en murmurant.

- Alphard...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Lun 17 Mai 2010, 23:11

Kaplen ne s'était pas attendu à ce genre de réaction. A quelle réaction aurait-il pu s'attendre? Il était trop las, beaucoup trop las pour reflechir. Et sa propension à réagir au quart de tour sans un brin de reflexion le rattrapait désormais. Il n'avait pas voulu lui faire mal, il lui avait simplement dit la vérité, ce qu'il pensait à ce moment même... Si elle ne l'avait pas comprit...

Elle s'était arrêtée. Relevant la tête il la regarda un long moment avant de se rendre compte de ce qui n'allait pas. La jeune femme avait le visage plein de sang, les mains pleines de sang... Elle souffrait en rouge, et cela crevait le coeur du jeune homme, quoi qu'il en dise, quoi qu'elle en pense.
Il se sentait mal, très mal... Pourquoi réagir comme cela? Tout ça n'avait aucun sens, il n'avait fait que la repousser gentiement. Elle devait avoir vu, avoir lu dans ses yeux la frayeur qu'il avait ressentit lorsqu'elle s'était jetée sur lui.

Jetée... Si, c'était le mot qui allait. Peut être était-ce à cause de ce qu'il ressentait, de la fatigue qui lui emplissait les veines, enserrait son crâne comme un étau, perturbait sa vision, tirait sur chacun de ses muscles ainsi que sur ses paupières... Peut être était-ce la fatigue qui le rendait si peu empathique, si peu réactif...

- Ce n'était pas la peine de le faire si c'était pour être terrifié comme un agneau devant un loup...Je m'en serai parfaitement sortie toute seule...

Il haussa les épaules, luttant encore et toujours contre la fatigue. Ne pas montrer à quel point il se sentait mal, les formes noires qui vaguaient devant ses yeux... Ne pas montrer qu'il lui avait donné plus qu'elle ne croyait, qu'il n'aurait pas pu... Qu'il n'en était pas capable...

-J'ai fait ce que je pensais être le meilleur pour toi...
Pas besoin d'en faire tout un fromage, elle ne s'était pas rendu compte de ce qu'il pouvait avoir ressentit, de la sensation douce et magnifique qui restait encore sur le bord de ses lèvres, des souvenirs extatiques qu'il gardait de ce simple contact, lèvres contre lèvres... Et de ce brusque retour à la réalité. Retomber les fesses contre terre alors que vous étiez presque au dessus des nuages était un choc douloureux, encore plus lorsqu'on vous enlevait une partie de votre energie physique du moment.

La jeune femme ne semblait pas l'écouter, elle regardait le ciel qui s'était nimbé d'étoiles. Il n'y avait aucun nuage, et une lune à moitié pleine, qui n'illuminait pas assez fort pour cacher les astres les plus proches.

- Alphard...

Kaplen leva la tête et regarda les constellations qui s'allumaient les unes après les autres au dessus de lui. Il les connaissait presque chacune, de nom, de position.
*Chaque étoile est importante lorsqu'en mer, vous cherchez votre chemin.*

-Constellation de l'Hydre... Il est plus tard que je ne le pensais... Gwen...
Le jeune homme se tourna dans sa direction, les masses noires qui voyagaient devant ses yeux étaient de plus en plus nombreuses et de plus en plus grande. Elles mettaient beaucoup plus de temps avant de disparaitre, en plus d'être désagréable, cela commençait à l'inquieter.

-Je suis sincèrement désolé...
Les ombres avaient prit le pas sur son endurance et sa force de caractère. A vouloir faire plus qu'il ne pouvait, il avait fini par s'épuiser litteralement. Il n'eut pas le temps de finir sa phrase et sombra dans une lethargie mi sommeil/mi coma. Son corps se méttait en veille, il tomba de tout son long sur le chemin de terre, sous les étoiles toujours plus nombreuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Mar 18 Mai 2010, 21:36

-Je suis sincèrement désolé...

Lorsqu'il s'écroula au sol, elle haussa un sourcil. Elle lui avait pourtant bien dit qu'il avait failli mourir. Et monsieur continuait à dire "mais je tiens sur mes jambes !". Elle soupira, posa tranquillement ses valises sur le sol et s'approcha du jeune homme. Elle se concentra doucement et une flamme apparut près de lui, en suspension dans l'air. Elle était heureuse, elle y arrivait enfin ! Elle fit un autre geste du poignet et sa valise s'ouvrit. Un gant de toilette vint se tremper dans l'eau puis revint doucement vers sa propriétaire qui le posa doucement sur le front du jeune homme. Elle le suréleva doucement sans le toucher. Si elle le touchait maintenant, sa promesse n'aurait absolument aucune raison d'être. Même en s'étant excusé, elle savait pertinemment que la peur avait luit pendant quelques minutes dans ses yeux. Et ça ne s'effacerait pas comme ça de son coeur. Elle fit un nouveau geste de la main et une couverture sortit brusquement d'une autre valise. Elle la coucha sous le jeune homme et l'y coucha. Elle fit venir une autre couverture et le couvrit avec. Les nuits n'étaient pas froides du tout mais il fallait mieux faire attention. Elle déglutit et posa doucement une main sur sa joue. Il était brûlant ! Elle soupira. Elle devait lui rendre son énergie. A ce train là il allait mourir.

- Heureusement (par chance) mon pouvoir est à double fonction mon ami

Elle lui sourit. Son lunatisme la mettait sur les nerfs mais bon ! Elle était comme ça et elle ne pourrait pas changer aussi facilement. Et puis ses souvenirs d'enfance la faisait facilement pleurer aussi. D'habitude elle ne versait pas la moindre petite larme innocente. C'était absolument exceptionnel. Trêve de bavardage cependant ! pensa t-elle. Elle se pencha doucement vers Kaplen et remarqua la sueur couler sur son front. Je t'en ficherai moi des "je peux marcher" pour s'écrouler cinq minutes après. elle émit un doux rire puis se pencha vers le jeune homme. Lorsque ses lèvres touchèrent celle du jeune homme, elle se dépêcha d'inverser le processus. Elle sentait les forces de Kaplen venir en elle et le sentait mourir. Puis ses yeux s'illuminèrent et l'énergie revint en son propriétaire. Elle en garda assez pour être en forme et lui en redonnant suffisamment pour qu'il aille mieux.

- Je vais chercher à manger...

Elle s'enfuit quelques minutes pour reprendre ses esprits. Dis donc ! Ce type lui faisait un drôle d'effet...Bah ! Après tout, il était un homme et les hommes lui faisaient toujours un effet particulier ! Elle se mit à rire sous cap. Elle remarqua finalement sa proie, l'immobilisa en l'air et lui explosa le cerveau grâce à la télékinésie qu'elle maitrisait. Quelques petits bouts de cerveaux se répandaient par les trous de nez de la victime mais qu'importe ! Une buche était un aliment très comestible ! Revenue près du feu, elle ouvrit sa troisième valise. Elle contenait une poêle et de l'huile (seule chose vitale pour cuire la viande et la jeune femme en était folle). Elle dépeça doucement la bête et entreprit ensuite de la faire cuire. Quelques minutes plus tard, la nourriture dégageait une très bonne odeur. Elle prit un bout de viande et le coupa. Se saisissant d'une fourchette, elle amena le bout de chaire jusqu'à la bouche du jeune homme et le força à avaler - avec cependant une douceur qui lui était peu commune - car il avait besoin de forces si il voulait repartir le lendemain. Lorsqu'il eu terminé, Elle se mit à manger à son tour.

- En fait, je n'attendais pas d'excuses. C'est plutôt à moi de m'excuser de piquer des crises...Mais je n'aime pas me rappeler de mon passé alors...On va dire qu'on oublie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Mar 18 Mai 2010, 22:25

Kaplen se sentait flotter. Il avait l'impression d'être allongé sur un tapis de nuages qui le faisaient voyager au dessus de l'océan. Il se pencha doucement en avant et regarda le sol. Loin, très loin, il voyait la mer, bleu, infinie, seules quelques taches d'ombre et de lumière perturbaient la monotonie de sa surface. Un peu plus loin il voyait la plage d'où il était arrivé, les rochers qu'il avait escaladé, la forêt, aussi verte que l'océan était bleu, aussi infinie, aussi lointaine. Le nuage commença à descendre, tout doucement. Il faisait de plus en plus chaud, tandis qu'il se rapprochait de la terre. Traversant la cime des arbres sans les toucher, il retomba tout en douceur sur le chemin où il avait rencontré la jeune succube.

Soudain le nuage disparut, l'impression de légerté également... Il ouvrit les yeux. Kaplen se sentait beaucoup moins fatigué, mais son corps accusait encore la perte trop vive d'énergie. Il avait un arrière gout étrange dans la bouche... Peut être de la viande, il n'aurait pu le dire. Se relevant avec précautions, il regarda autour de lui. Gwen était assise, face à lui, et semblait manger quelque chose qui lui était inconnu.

Sa voix flottait dans sa tête comme un vague souvenir, une simple impression, la voix d'un rêve? Elle avait du lui parler tandis qu'il était inconscient, et il avait retenu ses paroles.
- En fait, je n'attendais pas d'excuses. C'est plutôt à moi de m'excuser de piquer des crises...Mais je n'aime pas me rappeler de mon passé alors...On va dire qu'on oublie ?
Le jeune homme se releva et s'étira. Depuis que le soleil avait disparu, les températures avaient chutées. Il décrocha sa veste de sa ceinture et la repassa par dessus sa chemise, appréciant instantanément la chaleur qu'elle lui procurait.

-Je n'ai rencontré que peu de monde qui n'ai pas eu des problèmes étant enfant... Nous avons pour beaucoup vécu des choses difficiles... Mais cela ne devrait pas nous poser de problèmes aujourd'hui.

Il soupira avant de s'installer face à la jeune femme. Elle s'était débarbouillée et lavée les mains. Ses yeux brillaient dans la nuit comme ceux d'un chat, mais d'un certain coté cela le rassurait. Il savait où se trouvait son interlocuteur avec précision.
Kaplen montra le cadavre qui était posé dans un coin et qu'il ne reconnaissait pas.
-Quel est cet animal?
Puis il s'assit plus confortablement, entreprenant de vérifier que les coutures de ses bottes n'avaient pas craquées après tout ce qu'il s'était passé. C'était courant sur le bateau, mais il n'aurait pas de quoi les réparer. Il découvrit un fil qui commençait à se détacher. Parfait, cela restait toujours réparable. Le jeune homme sortit une aiguille de sa veste et commença à détacher lentement le fil qui devint rapidement très long. L'attrapant entre ses dents, il jeta un bref coup d'oeil à la succube.
-Nous allons certainement rester ensemble la journée de demain, voir plus... Tout du moins cette nuit... Cette forêt est grande, et malgré les étoiles, je ne parviens pas à situer exactement notre position... Il me manque une carte... Bref. Je suppose que tu as un passé compliqué, mais tu pourrais peut être m'expliquer ce que tu es exactement... Et ce pourquoi tu es ici, je ne parle pas des fleurs... Je parle du fait que tu m'a l'air loin de chez toi c'est tout........
Se contorsionnant un petit peu plus, le jeune homme parvint à enfiler le fil dans son aiguille et entreprit de recoudre sa botte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Mar 18 Mai 2010, 23:28

[spoiler) génial xD j'adore raconter la vie des gens !!! [/spoiler]


Gwen coula un regard étrange vers le jeune homme. Etait-il bouché ? Elle venait de lui dire très clairement qu'elle n'aimait pas parler de son passé et il lui demandait de le faire ! Elle soupira. Décidément, ce n'était pas Monsieur tout-le-monde qu'elle avait rencontré...Enfin, peut-être pourrait-elle faire le tri avec elle même et oublier un peu.

- D'abord je voudrais répondre à ta phrase de tout à l'heure. Oui, c'est vrai, beaucoup de gens ont vécus des choses difficiles. Mais il y a ceux qui arrivent à se relever et ceux qui n'y arrivent pas.

Elle avait réussi à se relever un peu. Disons qu'elle était assis maintenant. Mais dieu ! Combien cela lui avait-il coûté ? Elle soupira de nouveau. C'était probablement la même chose pour tout le monde de toute façon, et puis, c'était passé. Elle n'y pensait plus trop. D'ailleurs, elle était complètement hors de son passé. La seule chose qu'elle ne voulait pas faire c'était en parler. Et on ne soigne pas facilement le rejet des autres. Elle s'allongea sur le ventre et commença à dessiner des ronds du bout des doigts. ça ne représentait absolument rien mais disons qu'elle sentait la tension redescendre en faisant ça. Elle se détendait doucement pour commencer à parler. Elle inspira longuement puis relâcha brutalement l'air emprisonné dans ses poumons pour commencer son récit. C'était son rituel mais ça marchait.

- Je suppose que comme la majeur partie des enfants tu as eu des parents et une famille. Pour moi ce concept est absolument inconnu. Je...Ne sais pas ce que ça veut dire. Il me semble avoir eu une mère. Enfin...Du moins, je sais que je suis sortie du ventre de quelqu'un puisque je suis là...Seulement elle est morte à ma naissance alors je ne sais pas à quoi elle ressemblait. J'ai des frères et sœurs, mais je ne peut pas les appeler ainsi parce que je n'ai jamais vraiment fait partie de cette famille. Il n'y avait que mon grand frère...Kyo je crois ? Ou peut-être Chihiro ? Enfin bref...Je m'entendais bien avec lui...Mes sœurs me haïssaient. Non seulement à cause de la rivalité permanente qui nous opposaient entre succubes mais surtout parce qu'elle me rendaient responsable de la mort de "Alice", du moins je crois que c'était son nom...

Gwen sentit ses mains trembler et elle les enfouis sous le sable. Ce n'était pas la peine. Ses yeux se voilèrent et elle devint froide. Parler de son passé n'était pas une partie de plaisir. Mais puisqu'il voulait savoir ! Tant mieux pour lui ! Qu'est ce que ça lui apporterait de toute façon ? Demain elle ne serait peut-être plus là ! Elle ferait peut-être ses bagages pour partir loin de cet être qui la changeait et alors il ne pourrait absolument rien faire. Voilà, elle lui raconterait tout et puis leur route devrait se séparer parce qu'elle ne se sentait pas prête à continuer. Ils ne pouvaient pas s'aimer, non seulement parce qu'elle le considérait plus comme un ami maintenant que sa fin était passée mais aussi parce qu'elle savait qu'il est impossible pour une succube de se lier à un humain. Ils sont trop faibles et ils pourraient mourir...Elle avait déjà failli tuer Gaara, hors de question de recommencer...

- Et puis un jour, j'ai tué cette famille qui vomissait ses horreurs sur moi toute la journée. J'ai mis le feu à cette maison dans laquelle j'avais tant souffert. Seul mon frère a survécu. Mon père n'existait déjà plus, tué par nos consœurs. Cependant, pour avoir tué mes paires, j'ai écopé de la peine maximale du tribunal succube : J'ai été bannie. C'est pire encore que la mort pour une succube car elle n'a plus aucun repaires et ne peut plus se rallier à personne. Pendant quelques années j'ai vécue hors civilisation en me demandant pourquoi ma pyrotechnie s'était déclenchée si violemment...Aujourd'hui encore, je me le demande...Reste que...Je reste une criminelle aux yeux de mon clan...Je ne suis personne et je on m'a supprimé mon identité...

Elle ferma doucement les yeux, bercée par les relents des vagues créées par le lac. C'était agréable de se sentir ainsi entourée. Au moins, elle était libre. Elle n'était pas emprisonnée par la loi succube. En fait, elle ne regrettait absolument pas sa situation. Elle était même beaucoup plus heureuse. Elle n'avait de comptes à rendre à personne hormis ceux qui la connaissait, entre autre ses amis ou ses amants. Personne ne pouvait lui dire "fais ci" ou "fais ça !" sans en payer chèrement les conséquences. Elle jubilait souvent. Vivre libre était une jouissance permanente. Pouvoir voler dans le ciel, sillonner la terre de part en part, découvrir de nouveaux horizons, se détendre, être seule, sans personne pour vous dire quoi faire ou quoi penser. Elle avait quitté ce totalitarisme ancien qui était instauré chez les succubes et désormais, elle vivait certes en marginalité mais avec une supériorité sur ses semblables : elle n'obéissait à aucune des lois succubes. Elle était une princesse déchue mais ça lui allait bien comme ça. L'unique hors la loi ? Non. Ils devaient être trois ou quatre à avoir trahis. Mais peut importe ! Car ils vivaient parfaitement bien à présent.

- Après, je me suis mêlée aux humains. Je me suis rendue compte que je ne me nourrissais pas exactement comme vous mais ça ne m'a pas empêcher de vivre pleinement ma vie de lycéenne. J'y ai rencontré mon premier amour et il était fantastique. Il a recollé mon coeur. Il me comprenait et je crois qu'il est un des seuls à m'avoir jamais comprises. Mais il est partit. J'ai eu mon bac avec mention très bien (avoir des petits copains doués dans les études aide beaucoup) et j'ai tenté une fac de psychologie. J'avais dix neuf ans et j'ai rencontré mon âme sœur. C'était un nomade, comme moi, mais je savais qu'on devrait se séparer. Cependant, nous avons vécu deux ans parfaits. Avant de partir, il m'a laissé un petit cadeau : un jeune garçon d'une dizaine d'année appelé Miguel. J'avais vingt ans et quelques et j'étais déjà maman ! Je ne savais pas d'où il venait mais je l'ai quand même recueilli. Parce qu'il avait les même yeux que moi quand j'étais enfant. Il semblait seul et malheureux. Alors j'ai voulu lui rendre des couleurs et ça a marché...

Un joli sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme. Elle repensait aux trois années qu'elle avait vécu avec Miguel et ça la faisait sourire à chaque fois. Elle était heureuse d'avoir eu ce fils. Il ne l'était pas au départ mais elle savait que désormais il la considérait comme sa mère. ils avaient vécus tant de choses ensemble. Bien qu'à son départ en voyage, il l'ai embrassée, elle était persuadée qu'en rentrant, tout irait mieux. Elle releva la tête et soupira. Elle arrivait à la fin. Déjà ! Bon elle avait énormément épuré il faut dire !

- et puis j'ai souhaité arriver ici et c'est arrivé. Je ne sais pas comment. Je me suis endormie une nuit et je suis apparue sur cette île. J'y suis restée peu de temps puis je suis revenue il y a quelques jours pour trouver ces fleurs. Parce que ce sont les seules choses qui repoussent les succubes. Je n'en suis pas vraiment affectée mais c'est surtout parce que mon père n'était pas incube.

son père. Dire qu'il était mort en maudissant sa race, si il avait su que sa mère était une succube et que sa fille en serait une aussi, il aurait certainement tourné plusieurs fois la langue dans sa bouche. Enfin ! a présent c'était fait et la jeune femme n'avait absolument plus rien à dire !

- En ce qui concerne les succubes, ce sont des démons séducteurs qui sont toujours en clan. Les solitaires sont rares - j'en fais partie - et sont souvent mal vus dans la société succube. Il faut savoir qu'en temps normal, une succube est assez cruelle avec sa victime et même si moi je suis assez propre et pacifique - plus ou moins - ce n'est pas le cas pour toutes. Mon aînée était d'ailleurs particulièrement coriace avant que je ne la tue...Enfin ça c'est autre chose ! Il faut aussi savoir qu'il y a une hiérarchie chez les succubes. Les incubes sont des moins que rien qui sont utilisés par les succubes uniquement pour qu'elles puissent enfanter des filles. Seules les filles sont acceptées...Un peu comme les amazones je dirait ! Fais attention aux succubes. Ce ne sont pas du tout des gens recommandables. Et fait aussi attention aux sirènes ! ça c'est de la raclure pour poissons !

Elle appuya son menton dans le sable et ses yeux se fermèrent petit à petit. Elle avait besoin de dormir un peu mais elle devait quand même finir son récit et écouter ce qu'il avait à dire. Demain elle allait se lever beaucoup plus tôt et partir. C'était un peu dommage...Mais bon c'était comme ça !

- Ah ! J'allais oublier un point très important ! J'ai dit que mon père n'était pas incube. En réalité, c'était un vampire de passage et voilà ! Le résultat est stupéfiant. Je suis plus belle que la reine elle même ! Pour te dire à quel point le mélange des races est dangereux. D'où le violent rejet. Enfin, je me disais que peut-être les humains seraient-ils moins stupides. Je me trompais lourdement. On m'a souvent rejetée en apprenant ma véritable nature puis j'ai fini par le cacher parce qu'on avait peur de moi. Les mots "monstre" ou encore "salope" ou "traînée" et même "meurtrière" furent les compliments que j'ai reçu pendant toutes mes années de collège. Au lycée je n'ai plus jamais parlé de mon vrai "moi" aux autres. Et du coup ça m'a attiré par mal d'amis...Même si j'étais quand même seule au bout du compte ! Bah ! on fait avec je suppose !

Elle haussa les épaules. Finalement, ce n'était pas si mal que ça de discuter un peu avec un inconnu total. Bon un peu moins un inconnu puisqu'il l'avait quand même embrassée, mais un inconnu quand même ! Elle ferma les yeux et attendit qu'il lui réponde. Elle le sentit esquisser un mouvement et elle ne bougea plus. Attendant simplement de voir sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Mar 18 Mai 2010, 23:56

Kaplen l'écoutait tranquillement, tout en raccommodant sa chaussure. Il savait qu'elle ne lui disait pas tout, mais suffisamment pour qu'il comprenne. Lorsqu'il eut fini, il s'attaqua à sa deuxième botte mais n'y trouva rien à redire. Il écoutait la jeune succube avait attention, dans un silence révérencieux, respectant tout ce qu'elle avait à dire. Chaque parole était intégrée, chaque mot compris et accepté avec toute l'empathie du monde. Au moins en savait-il un peu plus sur la jeune femme et sur sa race.

-C'est un parcours atypique...

C'était tout ce qu'il avait trouvé a y répondre. Elle était une meurtrière, contre son propre sang qui plus est... Lui aussi avait déjà tué, même si ce n'était son propre père, même si ce n'était sa propre famille. Et cette idée de vie en communauté de toutes ces femmes et de tous ces hommes le rendait presque malade. Comment pouvaient-ils vivre ainsi sans qu'il n'y ait cette sourde propension à la débauche et à la violence. Ce n'était pas sain, et d'un autre coté, le jeune homme se disait que Gwen avait eu de la chance d'être bannie.

-Tu as fait des études...

Kaplen n'avait jamais vu d'établissement scolaire, pas de collège, pas de lycée, rien... Il ne connaissait pas les villes modernes, il avait toujours vécu dans le pays moyenâgeux, ne connaissant pas l'électricité, faisant tout à la main, et grâce à son cerveau. Du fait il ne savait pas si c'était une bonne chose ou non que de faire des études, ayant reçu son éducation de par son père adoptif ainsi que son équipage, il se demandait bien comment cela pouvait se passer. Il s'étira un peu avant de poser son regard sur les nombreux traits que la jeune femme avait dessiné sur le sol.

-J'ai l'impression que tu te blâme toi même pour des choses qui ne sont pas de ton propre fait. Le destin t'a faite comme cela, et a placé des obstacles sur ta route, mais tu as réussi à t'en défaire. Personnellement je pense que je préfèrerais être seul mais libre, plutôt que d'être obligé de vivre continuellement avec d'autres personnes. Pour moi, ton "pire châtiment" est une bénédiction.

Le jeune homme avait toujours le saphir posé sur son front. La chaine en argent le grattait et commençait à l'énerver. Après avoir joué avec un long moment, il finit par la détacher et la regarda d'un peu plus près. Le saphir n'était plus le même. Le jeune homme ne savait pas si c'était du aux reflets de la nuit ou si c'était une conséquence de ce qu'il s'était passé, mais les nombreux reflets brillants semblaient avoir été polis. Il finit par le passer autour de son cou et le faire disparaitre sous sa chemise.

-Il est des choses que l'on ne comprend pas, des moments où l'on se croit poursuivis par une certaine malchance. J'était venu ici pour trouver des réponses, et j'en ai reçu une partie aujourd'hui.

Le jeune homme leva la tête en direction des étoiles. Chacune d'entre elles lui indiquait leur position. Mais aucune n'avait exactement le même angle de prise par rapport à ce qu'il avait l'habitude de voir. Et puis même s'il finissait par trouver leur latitude et leur longitude exacte, cela ne changerait rien, il ne connaissait pas les cartes terrestres par coeur.
Patiemment, il attendit que la jeune femme lui répondre. Si elle voulait en savoir plus sur lui, qu'elle le questionne. Dans son cas, il en avait plus appris qu'il n'en avait espéré, appréciant silencieusement ces nouvelles connaissances qui venaient se superposer aux autres, plus anciennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Lun 24 Mai 2010, 19:02

Gwen regarda longuement son compagnon qui somnolait à côté d'elle et pensa qu'il était temps pour elle de partir. Elle ne s'attachait jamais. Peut-être la suivrait-il ? Mais dans ces cas là, il devrait se débrouiller seul et ne pas compter sur elle car elle devait chercher autre chose à présent. Gwen voulait trouver cette fleur dont elle avait besoin car il était vitale qu'elle prit l'ingrédient afin de préparer une poudre de sa composition qui l'aidait à calmer ses pulsions meurtrières à l'égard des humains. Elle soupira. Le temps était passé si vite en compagnie de cette homme. Elle se tourna vers lui.

- Je part. Tout de suite.

Elle se leva et s'agenouilla devant lui pour lui caresser la joue. C'était une sorte de remerciement et elle lui offrit un véritable sourire éclatant. Il avait fait beaucoup pour elle et elle ne pouvait faire que cela pour le remercier : le laisser en paix. On ne pouvait pas vivre normalement avec une succube. Encore moins avec une succube bannie. Reniée des siens. Car malgré les paroles de Kaplen, Gwen ne prenait pas son rejet par les autres succubes comme une aubaine ou un miracle de la vie. Elle avait perdu sa famille, ses rares amies et son identité. Elle n'était même plus une succube. Elle était une âme qui bougeait au gré de ses envie en tuant ou en séduisant de beaux jeunes hommes ou de belles jeunes femmes à loisir. Elle préférait nettement le genre masculin pour ses ébats mais quand il y en avait pénurie, Gwen ne faisait pas la fine bouche. Elle lui laissa un dernier souvenir d'elle dans un long baiser, réchauffant intégralement son corps et ses lèvres sans lui prendre une petite goutte d'énergie.

- Merci beaucoup pour tout ce que tu as fait.

Elle fit un geste de la main et ses valises s'élevèrent avec elle. C'était sa caractéristique de voyage. On la reconnaissait de loin au moins. Elle était la seule dans tout le pays qui se déplaçait avec tout ce bardas en lévitation. Elle sourit à Kaplen et s'inclina respectueusement.

- Si tu as un jour besoin d'aide, tu n'auras qu'à m'appeler et je viendrais le plus vite possible. Les succubes ont une excellente ouïe et un sixième sens très aiguisé.


Elle avait de nouveau changés de vêtements et se trouvait à présent vêtue d'une magnifique robe bleue bustier qui lui tombait doucement sur les jambes et s'arrêtait à ses chevilles. Ses pieds étaient chaussés de ses habituelles chaussures à talons-sandales noires (un peu comme ça) et elle se trouvait très bien dedans. Elle s'éleva doucement dans les airs car il était fort inconvenant de marcher en talon dans du sable et après un petit au revoir de la main, elle se mit à s'éloigner, un magnifique sourire au lèvres et se jouant à proprement dit de la lune. Elle disparut bientôt derrière les arbres et dans l'obscurité, son rire s'éleva doucement, rappelant le chant du chœur vent-cristal.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nurtainë Quettar (mots cachés)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» L'histoire en quatre mots
» Des mots (à deux)
» Au delà des mots...
» Photo Cachée
» les mots par joelle
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Rosyel :: Rosyel :: Forêt de Yelli-