AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Nurtainë Quettar (mots cachés)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Mar 04 Mai 2010, 21:55

La forêt était calme et aucun bruit ne venait troubler le chant des oiseaux. Pourtant, une étrange aura planait dans l'air. Une aura noire et lourde qui enveloppait une petite silhouette marchant dans le lointain. Elle fendait l'air et sa course à travers les arbres n'avait pas l'air de la fatiguer. Elle effleurait le sol et semblait voler, pourtant, elle ne faisait que de petits sauts. La vitesse à laquelle elle allait était vertigineuse. Elle ne touchait pas les arbres mais finit par ralentir. Dans le soleil se découpa alors le corps d'une femme. Elle avait l'air grande et pourtant, ce n'était que grâce à ses chaussures qu'elle pouvait atteindre le mètre soixante dix. En vérité, la demoiselle mesurait un mètre cinquante huit. Elle adorait ses chaussures. C'était de très belles Jimmy Choo noires dont le bout était légèrement pointu et le talon aiguille mesurant douze centimètres. Elle remarqua qu'un peu de boue était venu s'échouer sur l'accessoire et d'un souple mouvement de la main, elle envoya la boue s'écraser contre l'arbre le plus proche. Elle avait décidé de faire une pause. Elle épousseta ses vêtements et décida alors de retira son manteau noir. Celui ci dévoila une robe s'arrêtant à mi-cuisse noire et qui moulait sensuellement la taille de la jeune femme. Le vêtement était retenu aux épaules par des bretelles en argent et un collier dont la pierre sanglante brillait de mille feu pendait à son coup. De grosse lunettes que les humains appelaient communément "yeux de mouche" étaient posées négligemment sur son nez et elle ne prit pas la peine de les relever sur sa tête. Ses cheveux noirs venaient caresser ses épaules et sa peau chocolat semblait appeler au vice.


- Gwen, Gwen, Gwen, te serais tu perdue ma fille ? souffla t-elle à voix haute en plaçant une main à l'horizontale sur son front afin de regarder au loin.


ça faisait trois heure qu'elle courait à travers cette forêt pour trouver le village indiqué sur sa carte et pour l'instant, elle n'avait pas vu l'ombre d'un chaumière aux alentours. Il y avait deux solutions : soit son merveilleux sens de l'orientation avait encore frappé, soit cette carte était périmée. Étrangement, Gwen penchait ostensiblement vers sa première proposition. C'est alors qu'elle tomba sur une empreinte. Mais pas n'importe quelle empreinte puisque c'était celle laissée par sa chausse. Et elle était fraiche d'au moins une heure ! La jeune femme se frappa le front avec le plat de sa main. Elle était décidement un vrai cas ! A croire que son seul talent était la conquête des hommes. Elle souffla bruyamment. D'ailleurs en parlant d'homme, elle avait faim et elle n'avait pas pensé à emmener de la nourriture afin de remédier à son "régime forcé". En effet, la jeune femme n'avait croisé personne depuis son arrivée sur l'île, aussi n'avait-elle pu se rassasier comme elle le souhaitait. Et étant une succube, elle avait besoin d'un humain. Un simple baiser suffisait à la nourrir pendant quelques jours mais si ça continuait comme ça, elle risquait fort de se retrouver en pleine carence alimentaire ! Et qui disait carence alimentaire disait forcement autre chose qu'un pauvre petit baiser sur les lèvres. Elle se mordit d'ailleurs l'objet de ses pensées et une goutte de sang chuta sur le sol.


- Bon Sang de Dieu ! s'écria t-elle soudain. Ne puis-je point trouver pitance agréable ici ? Pays de gueux !!!!



La jeune femme pointa un poing rageur vers le ciel et un éclair lui répondit. Elle lui tira la langue et se contenta de s'asseoir sur sa veste posée sur une pierre plate à même le sol. Elle se mit à jouer avec les cailloux. Gwen aimait beaucoup prendre de petites choses et les faire tourner autour de sa tête pour se détendre. Ce moment là n'échappait pas à son rituel. Elle leva le doigt et dix pierres de couleurs et de tailles différents vinrent danser autour d'elle. Elle sourit. Au moins, en voilà qui allaient l'accompagner partout dorénavant. Elle ouvrit la poche de son sac à main avec son index gauche et les petits cailloux vinrent finir leur périple dans le bagage. Elle allait se remettre en marche, quand elle entendit un craquement sourd, derrière l'arbre en face d'elle, à exactement deux mètres, huit pieds et au moins une cinquantaine de pouces.



[[ >> pas très long car je préfère planter le décors dans des postes courts ! =D ]]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Mer 05 Mai 2010, 23:19

Spoiler:
 

Kaplen s'était encore perdu. Cela faisait plusieurs heures qu'il avait quitté le rivage et qu'il se battait contre la végétation qui semblait vouloir toujours se placer contre son chemin.

*Maudite terre, maudites plantes, maudites racines, allez toutes au diable!*

Le jeune homme s'énervait de plus en plus. Et d'autant plus que tout était de sa faute, il s'était encore aventuré, sans carte, dans un endroit qu'il ne connaissait. Si, sur l'eau, il était plus que largement capable de trouver son chemin sans aucun outil à sa disposition, sur terre, tous ses repères étaient changés, altérés, avaient disparus...

De plus, ses recherches avaient été infructueuses, il n'avait rien trouvé, rien de rien. Les personnes qui connaissaient son père d'adoption de par le nom le fuyaient dès qu'ils l'entendaient, ce qui n'arrangeait pas les possibilités de conversation. Les autres répondaient par la négative et s'en retournaient comme s'il n'avait jamais existé. Jamais il ne trouverait ses véritables parents ni ses véritables origines... Il n'avait jamais rencontré personne qui dispose de ses caractéristiques physiques, ni qui ne connaisse précisément son père et son bateau. Tout cela n'était qu'une vague rumeur pour eux, comme un noir pavillon flottant au dessus de l'eau et annonçant le temps de la mort et des pillages...

Ici, tout le monde le regardait comme un étranger, comme un être qui faisait peur... SON fils, il ne fallait pas l'approcher. On éloignait les enfants, les filles, les femmes, et on s'armait le temps qu'il passe. Même s'il était seul, sa réputation le précédait. Même s'il avait prit l'habitude de subir ce genre de brimade, il ressentait tout de même une certaine douleur au fond de son coeur. Son père n'était pas ce qu'ils croyaient, et lui non plus...

Kaplen s'arracha une nouvelle fois des ronces qui l'entouraient. Il se sentait cerné, attaqué de toute part par des aiguilles invisibles, tout cela commençait sérieusement à l'énerver. Se débattant pour s'extirper des buissons, il marcha sur plusieurs branches qui craquèrent de nombreuses fois avant qu'il ne réussisse finalement à tomber sur un chemin. Soupirant, il se dirigea en direction de la section plane et fit une pause. Il était essoufflé, et de nombreuses épines étaient restées accrochées à son magnifique pardessus en cuir.

*Et heureusement que c'est du cuir*

Il resta un instant ainsi, sans bouger, les bras en éventail avant de se retourner et de tomber nez à nez avec une jeune femme qui le fit sursauter. Mécaniquement, il recula et se passa la main sur le front. Son coeur battait à tout rompre et il eut du mal à se remettre du choc. Cette dernière ne semblait pas beaucoup plus vieille que lui, aussi grande que le jeune homme au premier abord, elle arborait une magnifique robe qui épousait toutes ses formes. D'un simple regard en direction du sol, il se rendit compte qu'elle portait en réalité d'étranges chaussures étonnement surélevées qui la faisaient paraitre beaucoup plus grande qu'elle ne l'était en réalité.
Il soupira et se posa un instant. Ses grand yeux le fixaient avec une sourde intensité, il se savait scanné entièrement. Lorsqu'il rencontra son regard, il s'aperçu qu'elle n'était pas humaine. Mais qu'était-elle alors?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Mer 05 Mai 2010, 23:51

Elle mâchait. Elle aimait beaucoup mer mais c'était plus une activité destressante plutôt qu'un véritable plaisir. Le chewing-gum à la menthe fraiche qui était entre sa langue et ses lèvres devait être sans aucun doute le plus heureux du monde. Il eu fallu pour cela que la boule de gum synthétique qu'elle mâchait eu une âme, ce que Gwen remettait en question plus d'une fois. Lorsque l'individu avait débarqué devant-elle, elle avait quelques instants suspendu son action. Plus par surprise que par réelle politesse pour l'inconnu mais tout de même, elle s'était arrêté, la bouche entrouverte, le chewing-gum rose caché sous sa langue rose. Elle posa une main sur sa hanche et releva ses lunettes, révélant ses yeux dorés. ils se mirent à briller et elle pensa alors que cet humain pouvait soit-être le dernier des malchanceux d'être tombé sur sa route, soit le dernier des crétins. Elle sourit. Elle avait quand même enfin rencontré quelqu'un - un homme qui plus est ! - et il pourrait peut-être la renseigner. Elle décida qu'utiliser son pouvoir sur cet homme ne serait pas franchement utile, surtout lorsqu'elle remarqua qu'il remontait la courbe de ses hanches. Elle sourit de nouveau. Au moins lui ne fuyait pas en la voyant.


- Bonjour, dit-elle, sa voix reproduisant à merveille le chant du vent d'été et en s'inclinant respectueusement, enchantée de vous rencontrer. Et... A qui ai-je l'honneur ?


Ah ah ! Politesse exacerbée et attitude hypocrite. C'était le propre des succubes et Gwen n'échappait certainement pas à la règle commune. Cependant, elle déployait des trésors d'intelligence pour paraitre meilleure qu'elle ne l'était aux yeux des gens. Ainsi, l'humain avec qui elle elle parlait - elle avait remarqué ses vêtements de cuirs - sentait bon. Il sentait même plus que bon. Il dégageait un parfum grisant, attirant et peut-être même un peu trop relevé à son goût. Et pourtant, c'était tout à fait parfait. Elle replaça machinalement ses lunettes sur son nez, sachant que ses yeux pouvaient parfois choquer les gens. Elle n'en avait pas honte ! Loin de là ! Simplement, si elle voulait avoir la chance de se restaurer, elle ne pouvait pas faire un seul faux pas. Ce type était son supermarché sur pattes, son cuistot ambulant. Et bien évidemment, il n'en avait pas conscience du tout.


- Mais je manque à tous mes devoirs ! Reprit-elle soudain en affichant une moue amusée, je me nomme Gwen Sakia Trys.



La jeune femme regardait son interlocuteur dans les yeux. Lorsqu'elle parlait, elle aimait plonger son regard dans la conscience de l'autre et le dévorer. Pas dévorer au sens propre car elle ne touchait jamais au sang et à la chaire humaine (elle trouvait le liquide d'ailleurs répugnant et l'idée même de dépecer un humain la répugnait). cependant, elle aimait plonger son nez dans le cou d'un humain, inspirer son odeur, profiter de lui, l'avoir à la bonne, se faire susurrer des mots doux, manger des chocolats et batifoler longuement. ça selon elle, c'était un repas digne de ce nom ! Elle restait la plupart du temps amie avec ses nombreuses conquêtes et parfois même, certains se dévouaient pour la nourrir (elle savait cependant qu'ils n'avait pas seulement l'idée "rendre service" en tête). Elle se retourna alors et d'un mouvement fluide et discret, envoya, grâce à un mouvement parfait du poignet, voler son chewing-gum à travers l'immense forêt. Bien évidemment, polluer lui passait largement par les deux oreilles et c'est pour cela qu'elle avait décidé de prendre le tout dernier modèle de gum recyclable. Elle trouvait les progrès humains décidement fantastiques.


- Dites d'ailleurs, vous n'auriez pas un petit creux ?


S'amuser avec ses proies était non seulement quelques chose d'amusant mais en plus, si elle n'avait finalement pas envie d'aspirer son essence, elle pouvait simplement rigoler et lui faire raconter des blagues innocentes. Si par contre il finissait par lui plaire, il finirait invariablement entre ses petits doigts blancs et auraient peut-être même l'immense privilège de ressentir le baiser d'une succube. Gwen avait souvent embrassé des mâles, cependant, elle n'avait jamais vu l'effet produit sur un homme de cette île. Le résultat serait peut-être différent après tout ! Elle étouffa un petit rire. En tout cas, ce type avait l'air encore plus perdu qu'elle dans cette grande forêt.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Jeu 06 Mai 2010, 00:19

La jeune femme était tout bonnement attirante. Elle avait tout pour elle, physiquement en tout cas. Même si Kaplen, comme tout homme, subissait des pulsions certaines en voyant ce genre de spectacle, le moment et la situation lui faisaient oublier momentanément les magnifiques courbes de la jeune femme.

- Bonjour, dit-elle, sa voix reproduisant à merveille le chant du vent d'été et en s'inclinant respectueusement, enchantée de vous rencontrer. Et... A qui ai-je l'honneur ?

Il n'avait pas eu le temps de répondre. Elle avait retiré ses lunettes, et le regardait droit dans les yeux, il se sentait percé de toute part par cette étrange créature, comme si ses pupilles étaient deux canons qui déversaient dans ses veines des cargaisons de sensation. La demoiselle savait ce qu'elle faisait, Kaplen en était certain. S'il n'avait pas rencontré Naharya, Nirl et Hyrul trois sirènes, lorsqu'il était plus jeune, il se serait fait prendre au piège.

Cette jeune femme avait un regard de prédatrice, et une moue de séductrice. Qu'il ne s'y laisse pas prendre, tout ce qu'il voulait, c'était trouver ses parents, et au passage, son chemin.

- Mais je manque à tous mes devoirs ! Reprit-elle soudain en affichant une moue amusée, je me nomme Gwen Sakia Trys.

Son nom le fit sourire. Gwen voulait dire "La Blanche" dans l'ancien langage que lui avait apprit son père, un langage de marins qui était devenu, au fil des années et des générations, une sorte de code entre les différents habitants de la mer et de l'océan. La blanche... La suite de son nom le marqua également, "Trys", il s'appelait lui-même Tyr's. Et cela ne provenait pas de son père adoptif, mais bel et bien de ses véritables parents. Peut être y avait-il une racine commune, ou tout du moins une signification...

-Mon nom est Kaplen yl Tyr's, enchanté de vous rencontrer.

Gwen lui faisait du charme, et semblait le dévorer des yeux, ce qui le faisait se sentir légèrement mal à l'aise, comme si elle était en train de le déshabiller rien que par la force de son regard. Elle cracha une étrange petite boule rose qu'elle n'arrêtait pas de mâchouiller et lui lança un grand sourire.

- Dites d'ailleurs, vous n'auriez pas un petit creux ?

Faim? A cet instant précis? Quelle ironie, c'est elle qui semblait la plus affamée, son regard flambait à travers les verres foncés qu'elle portait sur les yeux.
*Certainement pour se protéger du soleil, comme c'est ingénieux!*

-Non pas vraiment... Vous... Vous ressemblez à une sirène, mais vous n'avez pas l'air d'avoir le pied marin... Pourrais-je savoir, si ce n'est pas trop indiscret, à quelle race vous appartenez?


Très élégant, pensa t-il. Il enchainait les bourdes depuis plusieurs semaines avec toutes les personnes qu'il rencontrait, celle ci ne manquerait pas à l'appel. Il aurait pu simplement lui demander où elle allait, si elle voulait faire un bout de voyage avec lui, ou si elle voulait simplement le petit bonbon au miel qu'il gardait sur lui... Mais non, il avait fallu qu'il lui demande son origine, sa race...

Il commença à retirer lentement toutes les épines qui constellaient son blouson et qui avaient bien abimé quelques broderies. Il jura. Il tenait beaucoup à cette pièce, et bien que certains endroits avaient été tachés par l'iode et le vent, il le gardait presque toujours sur lui et le conservait avec jalousie. Dernier cadeau offert par son père avant la grande mutinerie. Pensant à cet horrible moment, il caressa lentement sa cicatrice et son tatouage. Tout ce qu'il avait réussit à faire était pour lui, et même s'il passait pour le plus grand des pirates de l'ile, un homme sanguinaire et dépravé, il restait son père, et celui qui l'avait élevé dans le plus grand respect de la mer, de l'océan, des hommes et de toutes les races existantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Jeu 06 Mai 2010, 00:38

Gwen n'apprécia absolument pas qu'il perce aussi facilement ses idées et ses envies. Elle détestait être transparente à ce point ! Aussi prit-elle une attitude plus réservée. Il ne manquerait plus qu'il se fasse des idées sur son véritable objectif ! Car bon, elle voulait - peut-être - le mettre dans son lit, mais elle voulait surtout un guide pour l'emmener au prochain village et batifoler avec un guide n'était pas vraisemblablement une bonne idée. Comme lui disait souvent sa sœur aînée "ils ne s'intéressent qu'à ton corps et après ils te laissent tomber". Phrase qui s'était parfois révélée vrai. D'ailleurs, Gwen était profondément outrée par l'attitude de certains garçons face aux filles. Selon elle, la femme était un cadeau précieux faite à l'homme afin de rendre sa vie meilleure et sensiblement plus poétique et romantique. Cependant, les femmes avaient héritées de porcs, sales et dégoutants. Heureusement pour elle, un partie de ces "hommes des cavernes" rattrapaient la folie de leur espèce. Elle avait croisé des poètes, des mélomanes, des romantiques et tous étaient intéressants. Celui-ci serait donc un nouveau sujet partagé entre son côté brute et son côté ...quel autre côté d'ailleurs ?


-Mon nom est Kaplen yl Tyr's, enchanté de vous rencontrer.


Tiens, son nom avait la même sonorité que la sienne. Coïncidence ou destin ? Coïncidence forcement. La jeune succube ne croyait pas au destin et n'y avait d'ailleurs jamais cru, ce n'était pas aujourd'hui que ça allait commencer. Elle fronça les sourcils. Ou alors, il était un envoyé incube pour la forcer à rentrer sur l'île. Mais elle ne reviendrait jamais ! Après tout, c'était la reine elle même qui l'avait bannie de chez elle ! Qu'elle ne croit pas que Gwen allait revenir en sifflotant et gaie comme un pinçon ! Elle fronça doucement les sourcils et posa une main sur sa cuisse. Sous sa robe était dissimulé un poignard, si davantage le gus tentait de lui faire du mal, il saurait à qui parler. D'ailleurs, elle trouvait ça étrange qu'il ne soit pas plus troublé que ça par son maniétisme naturel de succube. ça cachait bien quelques chose !


-Non pas vraiment... Vous... Vous ressemblez
à une sirène, mais vous n'avez pas l'air d'avoir le pied marin...
Pourrais-je savoir, si ce n'est pas trop indiscret, à quelle race vous
appartenez?


Elle haussa un sourcil, releva soudain ses lunettes et ne put se retenir plus longtemps. Elle explosa littéralement de rire. Un petit rire d'abord, cristallin, une petite rivière, puis il enfla et éclata dans la forêt. Elle continua à rire sans pouvoir s'arrêter pendant une ou deux minutes. Son rire était clair, mielleux et elle savait que si il y avait bien une chose qu'elle aimait chez elle, c'était ce son buccal qui était si doux à ses oreilles. Une flute de pan taillée par les elfes eux même ne produisait pas un son aussi pur que son rire. Quelques larmes perlèrent à ses yeux et elle les essuya doucement. Elle failli se remettre à rire mais reprit un peu de contenance. Elle garda un large sourire sur les lèvres avant de répondre.


- Je...hi hi...Suis une succube.



Vu la tête qu'il faisait, il avait l'air d'avoir fait une gaffe. Mais ce qui la faisait le plus rire, c'était le naturel avec lequel il avait dit ça. C'était même de la spontanéité voir de la naïveté à ce compte là ! Elle continua à rire doucement puis lorsque sa crise de rire fut passée, elle leva les yeux vers lui. Finalement, il était lui même plutôt pas mal - voir plutôt sexy - mais il ne pouvait en aucun cas être un incube. Elle l'aurait forcement sentit - chapitre 1 du manuel des succubes débutantes : l'odorat - et l'aurait réduit en charpie en moins de deux.


- Vous demandez ça à toutes les femmes que vous rencontrez ou c'est juste un privilège ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Jeu 06 Mai 2010, 01:06

Rit, elle avait rit à sa demande! C'était bien la première fois que quelqu'un riait lorsqu'il posait une question. Le jeune homme se mit à rougir. Il était vraiment un boulet en relations humaines et à ce moment même, il regrettait la bande de brutes épaisses qu'était son équipage et les phrases simples qu'ils échangeaient entre deux manoeuvres. Même si quelques uns de ses hommes se passionnaient pour la peinture ou la poésie, la plupart ne savait pas compter jusqu'à 20 et répondait par des grognements sauvages.


-Je...hi hi...Suis une succube.


Inconnu au bataillon, certainement une race terrienne. Son père ne lui en avait jamais parlé, et son équipage n'avait même jamais mentionné ce mot. Succube. Cela sonnait étrangement, et lui faisait penser à une sorte d'animal rampant sur le sol. Il relança un regard à la jeune femme et tenta de l'imaginer rampant comme un ver de terre, ce qui lui arracha un sourire malgré la situation.

- Vous demandez ça à toutes les femmes que vous rencontrez ou c'est juste un privilège ?

Kaplen rougit derechef. Il n'était vraiment pas à l'aise et se sentait comme un gosse. Cependant sa curiosité naturelle prit rapidement le dessus, et il se rapprocha de la jeune femme.

-Je n'avais jamais rencontré quelqu'un comme vous.

Il pouvait voir son propre reflet dans les verres de la jeune succube et s'apercevoir qu'il lui restait des feuilles dans les cheveux. Il ne tarda pas à s'en débarrasser, le silence était tombé dans la forêt, faisant écho au rire cristallin de la jeune femme. Les dernières notes les plus aiguës raisonnaient encore entre les arbres comme un carillon de Cristal, et retombaient en perle de pluie dans ses oreilles. Il n'avait jamais entendu un rire aussi pur, en réalité, il n'avait jamais entendu une sirène rire... Possédaient elles le même rire que cette espèce terrienne?

-Je suis perdu, et je cherche un endroit où dormir cette nuit, ou bien la plage... Vous n'auriez pas une idée du chemin à prendre par hasard?

Il passa lentement ses doigts dans ses cheveux pour ramener quelques mèches rebelles et se retourna pour regarder devant lui. Le chemin semblait infini, il s'insinuait à travers la forêt comme un immense serpent, aucun arbre ne dépassait sur la bande d'herbe, comme si quelque chose empêchait la végétation environnante de prendre racine sur ce terrain vierge et propre. Quelques petites fleurs pourpres à l'allure d'orties poussaient ça et là sur le bord du chemin, mais c'était bien la seule couleur qui se dégageait de l'arrière plan qui était un dégradé de verts et de marrons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Jeu 06 Mai 2010, 13:38

Gwen avait rencontré quantité d'espèces et de personnes étranges, maladroites, amusantes, méchantes, mais c'était la première fois qu'elle rencontrait quelqu'un - un homme qui plus est - ayant la délicatesse d'un bulot (Et dieu qu'elle aimait les bulots à la mayonnaise !). Ce type était non seulement pas mal du tout, mais en plus, il était maladroite et indélicat ce qui lui donnait un air franchement craquant. Lorsqu'il se mit à rougir, Gwen se retint d'exploser de nouveau. Car un homme qui rougit est vraiment très craquant. Si on ne vous l'a jamais dit, rougissez devant une fille et il y a deux solutions : soit elle vous prend pour une truffe, soit c'est dans la poche ! Vous avez un pass direct pour devenir amis ! En ce qui concernait Gwen, elle était abonnée à la deuxième solutions et ce depuis sa plus tendre adolescence. Elle adorait particulièrement les hommes machos qui rougissaient. Non parce qu'elle les trouvaient craquant à ce moment précis mais parce qu'ils perdaient du coup toute crédibilité et tombaient de leur piédestale d'égoisme et d'outrance. Notons qu'en général, ce type de garçons était d'une beauté à tomber par terre. Rien à voir cependant avec notre petite succube qui avait - dès sa naissance - hérité d'une beauté inhumaine.


-Je n'avais jamais rencontré quelqu'un comme vous.


Elle lui fit un joli sourire car elle ne doutait pas que le jeune homme eu rencontré une succube. Surtout parce que ses soeurs n'étaient pas vraiment comme elles et sucaient généralement l'essence des beaux jeunes hommes jusqu'à la mort subite et intense. Deux adjectifs qui n'allaient pas du tout ensemble et c'était pourtant une incroyable vérité ! Avant de jeter son dernier souffle hors de sa cavité buccalle, l'homme éprouvait une extase qu'il n'avait jamais connu auparavant puis décédait et venait rejoindre ses confrères dans la grande fosse commune des succubes.


- Pour vous dire la vérité, je n'ai moi non plus jamais rencontré marin tel que vous...


Il était vrai qu'elle manquait cruellement de souvenirs pour conduire un bateau, elle arrivait cependant encore à se souvenir de l'apparance d'un marin et surtout de ses mains. Un marin avait les doigts rugueux et secs, résultat des immersions permanentes de ses mains dans l'eau. Cet homme ne faisait pas exception à la règle. De plus, elle connaissait les marins sous la forme grognements et compagnie et elle n'avait jamais croisé un jeune homme marin qui rougissait et mettait les pieds dans le plats la première occasion venue. Curiosité malsaine ou curiosité toute simple ? Elle l'ignorait, mais elle se doutait cependant qu'il n'avait pas tout à fait compris ce qu'était une succube. Après tout, elles n'étaient pas si connues. D'ailleurs, Gwen n'aimait pas du tout qu'on les compara à ces folles de sirènes, impudentes et malpolies. Gwen n'aimait pas les sirènes. Non seulement parce que c'était des lointaines cousines et que Gwen détestait tout ce qui était apparenté à son clan - rancune tenace oblige - mais aussi parce que les sirènes avaient un pouvoir de séduction absolument ridicule et que c'était une insulte à toutes les séductrices de la planête !


- Je veux cependant souligner le fait que je n'ai rien à voir avec une sirène. D'ailleurs, je n'aime pas ces espèces de demi-poisson...Une succube est beaucoup plus raffinée, délicate et douce. Et nous ne tuons pas toutes nos victimes nous !


Si il n'était pas effrayé, elle eu l'impression que maintenant ça serait le cas. Pourtant, elle ne faisait pas partit des meurtrières de son clan et c'était sa plus grande fierté. Bon d'accord...Elle faisait ça aussi parce que c'était une faute grave de rebellion par rapport à la reine ! Mais qu'importe ! Elle s'amusait bien et c'était l'important, cette reine qui l'avait chassée n'avait pas à fourrer son nez dans ses histoires ! Elle vivait sa vie de son côté et son clan du sien !


-Je suis perdu, et je cherche un endroit où dormir cette nuit, ou bien la plage... Vous n'auriez pas une idée du chemin à prendre par hasard?


Ce que Gwen aimait bien chez les hommes, c'était cette façon de passer sa main dans ses cheveux sans se rendre compte de l'effet produit sur une femme. L'archétype du mannequin de "l'Oréale, parce que je le vaux bien !". Elle en aurait presque rit. Décidement, ce type était un phénomère ! En plus, il lui donnait implicitement l'information qu'il était - comme elle - perdu, qu'il cherchait un endroit où dormir - probablement en sa compagnie mais ça c'était la partie succube de son cerveau qui le disait - et en plus, il était seul ! Elle retira ses lunettes et les envoya doucement se poser sur son sac de voyage. Elle fit un large sourire. Peut-être pourrait-elle l'embobiner...Non. Mentir n'était ni une solution, ni une bonne idée, car si il se rendait compte qu'elle avait mentit avant leur arrivée dans le prochain village, elle perdrait l'occasion de son festin de roi.


- En vérité...Je suis perdue moi aussi et je n'ai absolument aucun sens de l'orientation...


Eh oui. Gwen avait beau être une succube, le chapitre douze du manuel des succubes - comment ne pas se perdre en se servant de ses cinq sens - n'avait pas été intégré dans sa matière grise. Pis encore ! Elle était une véritable truffe pour lire une carte ou une boussole et était véritablement capable de se perdre dans un bois de 100m². C'était une grande honte pour elle et le reconnaitre devant un humain la rendait un peu mal à l'aise. Elle se rendit alors compte avec stupéfaction qu'elle venait juste de reproduire ce que le matelot avait fait il y a quelques minutes : elle rougissait !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Ven 07 Mai 2010, 00:00

- Je veux cependant souligner le fait que je n'ai rien à voir avec une sirène. D'ailleurs, je n'aime pas ces espèces de demi-poisson...Une succube est beaucoup plus raffinée, délicate et douce. Et nous ne tuons pas toutes nos victimes nous !

Les sirènes, des séductrices assoiffées de sang... C'était ce que lui disait son père, ainsi que tout son équipage. Lui n'y croyait pas. Elles étaient belles, certes, l'attiraient, beaucoup aussi... Mais elles ne lui avaient jamais fait de mal consciemment. Il les trouvait particulièrement élégantes sous l'eau, c'était comme si elles volaient, alors que lui semblait infirme à coté lorsqu'il nageait.
Et plus il l'a regardait, plus il se rendait compte de l'éloignement entre les sirènes et cette jeune femme. La douceur et le calme qu'il avait pu apercevoir chez ces chimères étaient remplacées par une soif de vivre et une faim ardente chez la succube. Tout en elle était feu, et dans ses yeux crépitaient des étincelles de lumière.
Il décida de ne pas répondre, cela n'était pas important.

- En vérité...Je suis perdue moi aussi et je n'ai absolument aucun sens de l'orientation...

Hey bien, voila qu'ils avaient tout gagné! Elle ne savait donc pas non plus où elle était... Le jeune homme soupira. Il allait regarder le chemin de l'autre coté, pour regarder si on pouvait voir autre chose que cette bande qui semblait infinie lorsque son regard tomba sur le visage de Gwen. La jeune femme rougissait. Ce qui amplifiait son regard de braise et sa bouche vermeille.

Le fait de voir une personne avec autant d'assurance rougir le fit sourire intérieurement et le rassura. Ainsi il n'était pas le seul à avoir réussi à se perdre ainsi dans cette forêt immense. L'ile était plus grande qu'il ne le pensait, et tous les renseignements qu'il avait réussi à avoir se contredisaient.

-Vous alliez à un endroit particulier?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Ven 07 Mai 2010, 00:24

Gwen se sentit stupide de rougir de cette façon. Ses yeux s'embrasèrent. hors de question qu'il ai le souvenir de cette humiliation dans la tête. Manquerait plus qu'elle se mette à pleurer et alors là ça serait véritablement le pompon ! Elle soupira, elle avait beau essayer d'être élégante, la vérité c'était que même avec son corps de succube, elle restait élevée par les humains et avait donc leurs mœurs et coutumes fortement ancrés dans la peau. Elle décida cependant de passer outre sur ce débordement de sa part. Il ne regretterait pas de l'avoir rencontrée ! Le déshonneur ne pouvait être toléré et en particulier devant un homme. Surtout un festin comme lui. Elle sourit en s'imaginant se nourrir.


- Vous alliez à un endroit particulier?


Un endroit en particulier ? En fait, Gwen était nouvellement arrivée sur cette île, aussi ne connaissait-elle pas du tout la géographie de là où elle se trouvait. Elle savait vaguement qu'elle cherchait un village où on vendait des fleurs rouges pour soigner ses problèmes respiratoires dus à la pollution des hommes. En effet, si les humains ne ressentaient pas beaucoup l'effet nocif qu'ils produisaient sur la planète, Gwen en tant que succube et donc créature née de la nature, pâtissait directement des agissements des hommes. Ce n'était pas non plus comme si elle perdait de la vie toutes les cinq minutes, cependant, l'air pollué la rendait très faible et cette île dégageait une forte odeur de fumée qui venait du nord.


- En fait...Je cherche des Talulias. Vous n'en avez peut-être pas entendu parler ? Ce sont des fleurs rouges. Très utiles pour les problèmes respiratoires !



C'était bien sa veine ! Son déjeuner était aussi son guide et à fortiori, quelqu'un qu'elle pourrait - peut-être - apprécier.
Tout à coup, elle s'approcha brusquement du jeune homme, saisit son épaule et l'attira à elle. Elle plaça sa nuque à la hauteur de son nez et on aurait pu croire qu'elle allait ouvrir la bouche et planter ses canines dans la peau du jeune homme sauf que Gwen n'était pas un vampire et que quand elle mangeait, elle était toujours très propre. Elle trouvait les vampires bruts très salissants car ils faisaient toujours éclabousser du sang sur un rayon de cinquante centimètre à la ronde. Si quelqu'un se trouvait proche, il en recevait une pleine giclée. ça lui était arrivé et elle n'avait pas apprécié du tout la douche, bien qu'elle fut chaude.


- Mais vous sentez très bon dites moi !


Elle fronça le nez. Il avait une drôle d'odeur pour un humain. Elle haussa un sourcil et lâcha délicatement le tee-shirt qu'elle tenait encore dans sa petite main. Elle lissa doucement le haut du jeune homme et, toujours perchée sur ses talons hauts, leva la tête vers on interlocuteur.


- C'est décidé ! Vous serez mon guide !


Une succube est très lunatique et malheureusement, Gwen ne faisait pas exception à la règle. Quand elle jetait son dévolu sur quelqu'un, c'était très drôle à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Ven 07 Mai 2010, 12:06

Spoiler:
 

Kaplen n'avait rien vu venir. La jeune succube s'était jeté sur lui sans un mot, attrapant ses vêtements, agrippant sa nuque de ses petites mains délicates. Il n'avait eu d'autre réaction que de se laisser faire, ne pas se débattre, paralysé par la surprise.
Elle l'avait forcé à se baissé, avait attiré son épaule à sa tête et lui avait dégagé la nuque. Le jeune homme sentait encore la douce caresse de ses cheveux contre sa peau. Puis sans un mot, elle s'était retiré et l'avait relâché, le regard dans le flou et un léger sourire sur les lèvres.

Kaplen avait déjà connu des femmes, qui lui avaient donné du plaisir, pour la plupart, mais il n'avait jamais ressentit une telle vigueur dans ses veines. Tout en elle respirait la sensualité et la séduction. Les légères pressions de ses doigts contre sa nuque, son souffle chaud sur sa peau, ses lèvres qui s'ouvraient et se fermaient, lentement... Il déglutit et recula sous l'effet de la surprise.

- Mais vous sentez très bon dites moi !
Kaplen savait qu'il sentait la mer à plein nez. Oh, pas cette mer sale et putride qu'on à l'habitude de sentir sur les ports et sur les lieux habités, pas cette mer d'hommes et de pêcheurs, non, il sentait la mer sauvage et libre. Il gardait dans ses cheveux des soupirs d'iode et dans ses vêtements le vent marin, l'odeur du cuir légèrement craquelé et abimé par les intempéries, ainsi que celle, beaucoup moins importante de son corps à lui. Lui même trouvait que ses hommes sentaient le fauve, seul son père adoptif gardait cette odeur caractéristique d'un homme qui vit dehors dans les alizés marines et contre les flots. S'il se souvenait bien d'une chose de son père, c'était son odeur. Et vrai dire, il trouvait qu'il sentait bon...

- C'est décidé ! Vous serez mon guide !
Le jeune homme haussa les sourcils.
-Je... Vous... Votre guide? Des Talua,... Talu... Talulias?
Tout s'enchainait et se mélangeait dans sa tête. C'était une explosion de sensations qui se déversait dans ses veines à chaque fois qu'il croisait la jeune femme du regard. Par ce simple geste, elle les avait rapproché dans une intimité que Kaplen avait du mal à supporter. Il ne s'était jamais sentit proche de quelqu'un, réellement. N'avait jamais eu d'ami, ou d'amante... Sa seule raison de vivre avait toujours été la mer, cette étendue infinie et magnifique, son bateau et la recherche de sa véritable identité. Il n'avait jamais rien vécu d'autre et ne vivait pour rien d'autre. Ainsi se trouvait-il mal à l'aise face à cette jeune succube, qui le dévorait littéralement d'un regard calculateur. S'il était mal à l'aise, il n'en avait pas peur....

Il se retourna et montra le chemin qui s'étirait devant lui.
-Vous venez du sud, et moi de l'est. Je pense donc qu'il serait intéressant d'aller voir par le nord... Vous n'auriez pas une carte par hasard?
Le jeune homme rougissait légèrement, ce n'était pas parce qu'il commençait à avoir chaud, lorsqu'il avait chaud, il ne rougissait jamais. Non, c'était parce que dans son esprit, il pensait encore et toujours aux marques brulantes des doigts de Gwen contre sa nuque.
Il retira sa veste et l'accrocha à sa ceinture. Par dessous il portait une chemise blanche et un pardessus en cuir, sans manches, qui était ouvert. Lui aussi était brodé de couleurs éclatantes, qui représentaient des contes du pays de son père. Dans son dos était dessinée une immense baleine bleue et rouge qui attaquait un navire et ses occupants. Sur le devant était représenté, à gauche, une scène montrant des sirènes qui attiraient les marins sur un rocher, et à la droite une jeune femme sur le beaupré d'un bateau qui affrontait la tempête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Sam 08 Mai 2010, 19:44



La faim grondait à l'intérieur de Gwen. Elle se retourna pour scruter l'horizon. Cet homme ne savait pas à quel point il était en danger en sa présence. Elle essuya doucement les perles de sueurs qui se trouvaient sur son front et sa langue pateuse lui rappela amèrement son ventre creux. Elle sortit un petit miroir de sa poche et remarqua avec horreur que ses yeux avaient déjà changé de forme. ce n'était plus des orbes dorés et brillants mais deux yeux jaunes dans laquelle une pupille en fente d'un noir obscur qui la fixait. Elle fronça les sourcils. Ce n'était pas bon. Ni pour elle, ni pour ce guide. Désormais, il fallait qu'elle se concentre. Elle posa sa main à plat sur son ventre et prononça des paroles dans une langue oubliée. Il n'y eu pas de lumière, ni de bruit ou de sensation. Ce fut juste une douleur lancinante dans les tempes qui lui fit comprendre que le sortilège avait fonctionné. En contrepartie, elle devrait se nourrir encore plus dès qu'elle trouverait un autre humain. Elle pourrait tenir jusqu'au village mais pas beaucoup plus. Elle rangea ses lunettes de soleil et sortit une autre paire de sa poche intérieure. On ne voyait pas à travers les verres de celle-là, aussi son compagnon ne serait-il pas indisposé par sa nouvelles caractéristique physique. Elle n'était pas gentille.


-Je... Vous... Votre guide? Des Talua,... Talu... Talulias?


Elle se tourna doucement vers lui et lui fit un large sourire. Tant mieux. Il ne se doutait de rien et semblait complètement désorienté par sa demande.


- Oui. Mon guide...


Elle fronça une nouvelle fois les sourcils mais il ne s'en rendit pas compte, trop troublé pour faire attention. il tombait dans ses filets mais ce trop facilement. Elle retira alors ses lunettes d'un geste gracieux et ouvrit les yeux en plantant son regard dans le corps du jeune homme. Elle devait immédiatement calmer ses ardeurs, sinon elle ne maitriserait pas les siennes plus longtemps. Il ne devait pas être troublé plus longtemps. En vérité, Gwen trouvait les hommes faibles. Pourquoi ? pour la simple et bonne raison qu'ils ne la voyait pas. Enfin, ils voyaient son corps, ça oui. Mais combien avaient observé son esprit et avait discuté avec elle sans darder leurs yeux désireux sur sa poitrine ou son visage ? Peu, voir très peu. Celui là ne devait pas être si différent. Et étrangement, elle en fut déçue. Gwen était lunatique.


-Vous venez du sud, et
moi de l'est. Je pense donc qu'il serait intéressant d'aller voir par
le nord... Vous n'auriez pas une carte par hasard?


Elle aurait voulu lui dire de ne pas rougir de cette façon parce que sinon elle aurait difficilement la force de résister. Elle aurait voulu lui dire qu'elle n'était pas la gentille créature qui pensait avoir en face de lui. Elle aurait voulu lui dire que sur terre, il n'y avait pas pire qu'elle en matière de garce et que son but finale était d'en faire son diner. Elle aurait voulu lui dire d'arrêter d'être gêné en sa présence parce que ça lui faisait trop mal au coeur de voir quelqu'un si naïf être trompé par quelqu'un comme elle. Elle aurait voulu lui dire qu'elle se servait des hommes. Elle aurait voulu lui dire qu'elle se considérait l'égale de ces machos inexpressifs et stupides qui lui servaient parfois de compagnons de voyage sur ses bateaux. Elle aurait voulu lui dire qu'elle détestait les hommes. Elle aurait voulu lui dire qu'en même temps elle en était folle. Elle aurait voulu lui dire une montagne de choses, mais malheureusement sa bouche ne put que dire quelques mots.


- Désolée mais non. Cependant, j'ai une boussole si ça peut vous aider...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Sam 08 Mai 2010, 20:14

La jeune femme le regarda avec une intensité telle qu'il eut un sursaut de surprise. Il n'aimait pas beaucoup ça... Et sentir ainsi le poids de Gwen sur ses épaules le faisait ployer.

-Merci, mais je n'en ai pas besoin...

ça non, il n'en avait pas besoin. Depuis toujours il avait apprit à se repérer grâce à tout ce qu'il entourait. Fut-il sur mer ou sur terre, il pouvait donner avec une incroyable précision la direction des quatre points cardinaux.

-Vous pouvez la garder.

Curieusement, le fait de se concentrer sur autre chose que Gwen lui faisait oublier ce qu'il venait de ressentir. Il ne rougissait plus et désormais fronçait les sourcils, se demandant quel était le meilleur chemin à prendre.
Soudain il entendit du bruit derrière lui, un petit renard roux traversa le chemin sans même les regarder. Il sauta par dessus les bosquets et disparu à travers les fourrés.
Kaplen resta les yeux grands ouverts, le doigt pointé sur les buissons d'ajonc que l'animal venait de quitter, il n'avait jamais vu de renard de sa vie.

-Vous avez vu? Quel bel animal, et quelle couleur flamboyante!

Il s'arrêta un instant et se retourna en direction de la jeune succube, il ne savait pas quelle serait sa réaction, surement en avait-elle déjà vu. Sans savoir vraiment pourquoi, voir le renard partir dans cette direction le fit choisir le chemin à prendre. Et s'il était passé derrière lui, il aurait fait demi-tour, tout simplement. Peut être était-ce l'habitude. Il y avait des moments où ils se laissaient guider par les groupes de baleines qui remontaient vers le nord, ils savaient que ces animaux évitaient les zones dangereuses et voyageaient préférentiellement dans de grandes vallées sous-marines.

-Prenons par le nord, donc, et voyons ce qui nous attends!


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Sam 08 Mai 2010, 20:38

Lorsque Gwen vit le renard sortir du buisson, elle se demanda pourquoi il fuyait. Normalement, un renard ne fuit pas. A moins qu'il soit poursuivi par un animal plus gros encore. Elle sourit tout de même au petit animal lorsqu'il tourna la tête vers elle. Elle aimait beaucoup les renards et trouvait cela très mignon. Elle laissa ses souvenirs vagabonder au loin mais la voix de Kaplen la ramena brusquement à la réalité, lui faisant savoir qu'il était bien évidemment toujours là à côté d'elle. Et plus elle le sentait proche, plus elle se sentait coupable vis à vis de ce qu'elle allait faire.


-Vous avez vu? Quel bel animal, et quelle couleur flamboyante!


Elle se reprit tout à coup. Elle n'avait pas à se sentir coupable ! Certainement pas ! Elle fit un grand sourire au jeune homme. Il semblait émerveillé et elle se rendit compte que ça devait être la première fois qu'il en voyait un en vrai. Elle ne rit pas car elle savait exactement ce qu'il ressentait. De l'émerveillement et de la surprise. Voir un renard était une chose très rare et pouvoir l'observer encore plus. Elle était heureuse de rencontrer quelqu'un qui se sente proche des animaux et de la nature et qui soit émerveillé par un petit rien de l'existence.


- Oui...Ils sont magnifiques...Et si vivants...


Elle enviait souvent les animaux. Si elle avait été un animal, elle n'aurait pas eu tout cette putréfaction à l'intérieur d'elle même. Cette boue vaseuse et compacte qui lui emprisonnait le coeur. Si elle avait été un animal, elle aurait pu être libre et vivre au dessus des lois. Non. Elle n'avait pas besoin d'être animal pour faire cela. Vivre au dessus des lois était son objectif dans la vie. Ne pas être dépend de quelqu'un. Ne pas être esclave. Ne pas se faire dicter sa conduite. Ne pas être sous les ordres de quelqu'un. Pouvoir prendre ce que l'on veut quand on le veut. Ne pas respecter de codes ou de lois. Vivre comme bon nous semble. Elle voulait vivre de cette façon et ne rien devoir à personne.


- Il faut du temps pour s'adapter à ce monde j'ai l'impression...


Elle soupira. Vivement qu'ils bougent d'ici. Elle ne voulait pas rester une seconde de plus à voir ce bonheur. Cette forêt respirait la joie et l'harmonie et elle ne souhaitait pas voir ça de ses yeux de succube. Elle sourit de nouveau et se tourna vers le jeune homme. Il semblait très concentré et elle le trouva très beau à ce moment là. Il semblait plongé dans une réflexion intense. Il se tourna alors vers elle à son tour et déclara d'un ton assuré.


-Prenons par le nord, donc, et voyons ce qui nous attends!


Un esprit comme le vent. Elle écarquilla quelques secondes les yeux puis sourit de nouveau et d'un souple mouvement du doigt, fit s'élever ses bagages dans les airs. Elle les fit venir se placer derrière elle et prise d'une motivation assez rare pour elle; elle ouvrit le plus joli sourire qu'elle avait en réserve au jeune homme pour le remercier de ce préoccuper d'elle de cette façon. Après tout, elle avait beau ne pas être gentille et être un être détestable, il prenait quand même un peu soin d'elle et ne la laissait pas mourir ici alors qu'il aurait très bien pu le faire.


- Allons y ! J'ai hâte de voir ce qui nous attend !


[[ L'attitude lunatique de mon personnage me cidère parfois xD que c'est dur d'être une femme !!! hé hé J'ai hâte de voir ce que tu nous réserves ! =) ]]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Sam 08 Mai 2010, 21:58

Spoiler:
 

Kaplen était cidéré
Spoiler:
 
, la jeune femme semblait changer d'humeur à chaque instant. Lorsque le renard était passé, elle avait eu l'air perdue dans ses pensées, presque mélancolique. Puis dès qu'il lui avait proposé de prendre la route, elle s'était complètement réveillée, et lui avait lancé de grands sourires.
S'il ne l'avait vu, le jeune homme ne l'aurait cru. La jeune femme avait fait lever ses bagages, juste par un mouvement de doigts, donnant une simple indication aux objets. Bien qu'habitué à rencontré des êtres capables de choses époustouflantes, il ne se serait jamais douté qu'on puisse faire ça... Encore moins venant de la part de Gwen. Ce n'était pas le genre de chose qu'il se serait imaginé... Mais plutôt des éclairs de feu, des langues brulantes jaillissant de toute part et détruisant tout sur leur passage. Oui. La jeune femme sentait le feu et flamboyait comme le renard qu'ils avaient croisés.

*On verra bien*

Il passa outre ses réflexions et demanda à la jeune succube de le suivre. Il était déjà midi passé, et s'ils devaient faire la route ensemble, un peu de discussion ne serait pas la malvenue. Seulement il ne savait ni quoi dire, ni quoi demander. Ne savait ce qu'elle aimait, ce qu'elle attendait de son voyage, mis à part ses fleurs... Les fleurs! Il ouvrit la bouche pour lui demander à quoi elles ressemblaient lorsqu'un deuxième renard passa entre ses jambes. Comme le premier, il ne s'arrêta pas, fuyant comme s'il avait la mort à ses trousses. Le jeune homme s'arrêta brusquement, un troisième, puis un quatrième, puis toute une bande d'ombres rousses apparurent sur le chemin, traversant à vitesse folle sans regarder en arrière. Kaplen les regardait tous passer et, aussi étonné qu'il fut, il admira secrètement ce flot continu de taches dorées qui brillaient au soleil.
Soudain, au milieu des renards apparurent des biches, cerfs, et leurs petits, des sangliers, fonçant tout droit et détruisant tout sur leur passage.
Si le jeune homme n'avait pas eu le reflex de se reculer, il se serait fait encorner par un de ces animaux puissants et terriblement dangereux. Il gardait la bouche ouverte. Jamais il n'avait vu autant d'animaux à la fois, ni même les cerfs et les biches qui bondissaient devant lui, il connaissait leur existence mais n'en avait vu que des gravures. Ils étaient accompagnés d'une myriade de rongeurs, plus ou moins gros, et de nombreux oiseaux qui s'envolaient en criant.
Mais devant quoi fuyaient-il?

Le jeune homme n'attendit pas longtemps pour avoir une réponse. Un grondement sourd s'éleva dans la forêt, tout d'abord indistinct, il se révéla vite être la résultante de dizaines de sabots ferrés martelant le sol. Il entendit également des cris humains, ils devaient être nombreux... Mais combien fallait-il d'hommes pour faire fuir ainsi autant d'animaux?
Une dizaine de chevaux apparurent derrières les buissons et les arbres à présent couchés, déchirés ou éventrés par les animaux. Un chemin s'était créé devant eux. L'homme de tête, une trompe à la main, sonna un grand coup lorsqu'il aperçut Kaplen et la succube.
*Que Manannan nous noie si restons en vie jusqu'à ce soir!*

Le jeune homme le sentait mal, très mal, il ne savait pas pourquoi, mais quelque chose lui disait qu'ils n'avait pas eu de chance. Son cerveau réfléchissait à vitesse éclaire, il pensa rapidement à l'idée de la fuite, puis se dit que c'était trop tard. Ils n'avaient aucune chance de semer ces hommes à cheval. Et puis, s'il restait une once de chance, peut être continueraient-ils leur route sans s'arrêter! Cet espoir disparu au moment où l'homme à la trompe passa devant lui. Il arrêta son cheval en tirant violemment sur son mords, du fait que l'animal se trouva presque assis, la bouche grande ouverte, et les yeux tellement révulsés qu'ils semblaient devenus entièrement blancs. L'homme souriait. Il portait une armure étincelante, sur son plastron, était frappé un symbole représentant une fleur de lys enroulée autour d'un narval pointant sa corne à droite. Il avait le visage carré, le nez cassé, certainement, et portait des cheveux noirs bouclés qui lui arrivaient au dessus des épaules.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Sam 08 Mai 2010, 23:37

[[ il est super !!! il me plait vraiment beaucoup =) tu es très douée !!! WOUAOUUU ! =D ça me donne des idées hé hé hé xD ]]

Gwen était un peu embarrassée. ça faisait quelques minutes qu'elle marchait derrière Kaplen et ils ne parlaient pas. D'habitude, elle lançait les conversations, mais là, elle ne savait absolument pas quoi dire. Dire qu'il y a quelques minutes, elle avait une assurance hors du commun...Elle détestait ça chez elle. Parfois elle avait une incroyable assurance, parfois elle était timide. C'était extrêmement troublant. Elle se stoppa brusquement. Peut-être parce qu'il n'était pas comme les autres qu'elle avait rencontrés jusqu'à maintenant ? Elle en était sûre, il était la première personne qu'elle rencontrait sur cette île et ils auraient probablement des liens qui ne se briseraient pas. Des liens solides dont elle ignorait encore les caractéristiques.

Soudain, elle vit un, puis deux, puis trois renards courir devant eux. Puis des dizaines vinrent rejoindre leurs frères. Une rivière orangée s'abattait-elle sur la forêt ? Elle n'en avait aucune idée. Les renards l'émerveillèrent une nouvelle fois. Elle souria doucement. Un renard s'arrêta près d'elle et d'un geste réconfortant lui touchant la main et la caressa doucement, sans gestes brusques. Il prit cependant une expression paniquée et terrorisée. Gwen se retourna brusquement et elle se serait fait renverser par un grand cerf si elle ne s'était pas enlevée. Ses bagages allèrent se poser en haut d'un arbre par son ordre et elle chercha Kaplen des yeux. Elle ne le voyait plus et un sentiment d'inquiétude vint emprisonner son coeur. Les animaux formaient entre eux un mur quasiment infranchissable et elle ne pouvait pas utiliser ses pouvoirs sans risque de blesser les animaux et lui.

Et puis elle le distingua de nouveau. Il regardait avec autant d'incompréhension qu'elle les animaux qui fuyaient terrifiés. Elle fronça les sourcils en voyant la cause de leur peur. Des hommes. Elle se mit à courir vers Kaplen. Elle ne souhaitait pas rester seule. Sinon elle savait pertinemment qu'elle ne saurait pas se retenir. Elle se plaça derrière lui et lui agrippa le bras. Elle pouvait sentir son odeur, sentir sa peau et ses doigts dans ses mains mais elle n'en fit rien car un homme à cheval s'approchait d'eux. Elle siffla. Sa robe courte et ses hauts talons n'étaient pas vraiment un avantage dans cette forêt. Pourtant, elle se sentait confiante, mais ne dit rien.

L'homme ne lui inspirait rien et lorsqu'il jeta un regard lubrique vers elle, elle sut pertinemment que si ils s'étaient arrêtés ce n'était pas pour admirer la nature ambiante. il descendit souplement de son cheval et s'approcha d'eux avec une mine supérieure accrochée à son détestable visage. Gwen sourit. Peut-être que finalement elle ne serait pas obligée de se nourrir de Kaplen. Quoi que si ils venaient à se battre, il lui faudrait recharger ses batteries. Enfin pour le moment, elle avait une proie de choix. Surtout si l'autre continuait à lui jeter ces regards pervers. Etrangement, elle eu un peu peur. D'habitude, c'était elle qui maitrisait les choses mais là, elle ne maitrisait pas le regard dégradant qu'il avait sur elle et c'était très déplaisant, aussi resserra t-elle sa prise sur le bras de Kaplen.


- Tiens tiens...On fait une petite balade romantique dans la forêt ? grogna l'homme, ne la quittant pas du regard.


Gwen fit courir ses regard partout, les hommes les encerclaient à présent. Ils ne pouvaient pas fuir et si elle n'utilisait pas ses pouvoirs, ils serraient perdus. Mais d'un autre côté, Kaplen était avec elle et si elle explosait maintenant, il serait blessé gravement lui aussi. Elle fronça rageusement les sourcils. Kaplen ne pourrait rien faire, elle le savait. Même avec des armes et quelques chose dans le pantalon, ils étaient dix et eux deux. La seule chose qu'elle pouvait faire était de les éblouir mais c'était risqué. Non seulement parce qu'elle ne maitrisait pas très bien ce pouvoir et aussi parce que ça lui demandait beaucoup d'énergie. Aussi, il faudrait qu'elle prévienne Kaplen, auquel cas ils seraient perdus, tous les deux. Elle le laissa répondre à l'homme puis le fit se retourner et fit semblant de l'embrasser afin d'énerver l'autre homme. Au lieu de faire ce que l'autre pensait qu'elle faisait, elle chuchota à l'oreille du jeune homme :


- Quand je placerai ma main dans la tienne, ferme les yeux, fais moi confiance et nous serons sauvés. Mais tu devras me porter un peu car je serai fatiguée. Ne t'en fais pas pour mes bagages.


Elle l'embrassa doucement sur la joue pour donner un semblant de vérité à son action et se plaça face à l'homme. Elle regarda longuement Kaplen dans les yeux. ça faisait à peine une heure qu'ils se connaissaient et déjà, ils allaient braver la mort ensemble ! ça lui paraissait un peu trop gluant de romantisme. Elle frissonna, décidement, les histoires de fille n'étaient pas du tout à son goût ! Elle tourna alors le regard vers l'homme et plaça doucement sa main dans celle de son compagnon d'infortune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Dim 09 Mai 2010, 00:03

Spoiler:
 

L'homme inspirait le dégout, il semblait fière, sur de lui... Le genre d'homme qui ne ralentissait pas lorsqu'il voyait la foule et qui se riait d'écraser et de blesser des dizaines de gens. Le genre d'homme qui se croyait tout permis et qui, visiblement, pensait aussi que toutes les femmes lui appartenaient. Si Kaplen ne le connaissait pas, c'est néanmoins l'impression qu'il eut lorsqu'il croisa le regard qu'il lançait à Gwen. Un regard lubrique, dans lequel on pouvait lire une soif intarissable de force sauvage. Ce n'était pas un homme, mais simplement un animal qui leur tournait autour en grognant et en leur montrant les dents... Un animal qui jouait avec ses victimes qui plus est.

*On dirait une orque croisée avec un requin...*

Kaplen sentit la prise de Gwen sur son bras. Elle le serrait tellement qu'il se demandait si son sang circulait toujours dans ses veines et s'il n'avait pas la main toute bleue. Plus que ce qu'il avait ressentit jusque là à chaque contact avec la jeune femme, il pouvait désormais lire sa peur dans chacun de ses mouvements. Gwen était indécise, elle réfléchissait.
L'homme leur lança un regard entendu, Kaplen eut pour réflex de poser la main sur la poignée de son épée, mais il ne l'attrapa pas. C'était un simple geste issu de son inconscient, il ne fallait pas que l'homme voit qu'il s'était préparé à se battre, ni les autres d'ailleurs qui les entouraient et les regardaient comme une bande de loups autour de deux agneaux.

- Tiens tiens...On fait une petite balade romantique dans la forêt ? grogna l'homme, ne la quittant pas du regard.

Kaplen déglutit, il sentait toujours la succube qui réfléchissait, concentrée sur il ne savait quoi et qui lui enfonçait les ongles dans le bras. Se refusant de céder à la colère, il poussa un profond soupir avant de lancer un sourire ironique.

-Dans ce cas nous ne sommes pas les seuls!

L'homme fronça les sourcils. Cela avait été une mauvaise idée, mais il n'avait pu tenir sa langue. Maudit soit-il de proférer autant de bêtises. Puis, ne s'y attendant pas du tout, le cavalier était parti dans un rire gras, presque vulgaire. Il s'était essuyé le nez avec un de ses gants et l'avait fixé droit dans les yeux.

-Tu as de l'humour, j'aime les gens qui ont de l'humour! Ils sont plus tendres et plus faciles à découper... Donnes moi la fille!

Kaplen n'avait pas eu le temps de répondre (il n'aurait pas su quoi répondre d'ailleurs), Gwen s'était jetée sur lui avec beaucoup de précautions. Elle lui avait soufflé quelques mots à l'oreille, des mots que le jeune homme n'avait compris qu'à moitié avant de l'embrasser sur la joue. A ce moment là ce fut un explosion dans ses veines, si le moment avait été différent, il lui aurait été très difficile d'afficher le même regard neutre et la même position. Mais ils vivaient quelque chose de délicat, et tout ce qu'il réussit à faire, ce fut de lancer un sourire de triomphe à l'homme et à ses compagnons. Kaplen plongea ses yeux dans ceux de la jeune femme, et par une quelconque magie, comprit tout ce qu'il n'avait pas comprit quand elle lui avait parlé. Il desserra un à un ses petits doigts qui continuaient de lui charcuter l'avant bras et attendit qu'elle lui attrape la main. Lorsqu'elle le fit, il ferma les yeux, aveuglément. Sa confiance en la jeune femme était entière, il savait qu'elle avait le pouvoir de les aider, et qu'il n'était pas de taille contre ces hommes....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Dim 09 Mai 2010, 00:38

Lorsqu'elle sentit le pouvoir monter en elle, Gwen inspira longuement. elle vit Kaplen fermer les yeux et à ce moment précis, elle sut qu'elle avait sa confiance. Elle fit un petit sourire arrogant à l'homme. elle souriait encore lorsque le soleil s'approcha d'elle et pénétra son corps. Bien sur, ces humains ne pouvaient pas voir ça, mais elle sentait le pouvoir affluer dans ses veines, dans ses muscles et dans son coeur. Elle se mit alors à briller. Faiblement d'abord, puis avec une intensité particulièrement violente et agréable à la fois. L'homme écarquilla les yeux de terreur. Il ne comprenait pas ce qu'il se passait en face de lui et d'ailleurs, il n'eus pas le temps de comprendre ce qui allait lui tomber dessus. Les yeux de la succube se mirent à leur tour à briller d'une lumière éclatante. Elle ouvrit la bouche et prononça des mots dans une langue ancienne et inconnu. Son pouvoir était vieux et très enfouis au plus profond d'elle. Elle entendit la question : "tu veux ou tu ne veux pas ?". Elle acquiesça et soudain le pouvoir s'échappa hors de son corps. Elle sentit la chaleur grimper dans son corps et une incroyable explosion de lumière eu lieu dans la clairière où ils se trouvaient. Partout, elle étendit ses bras lumineux et aveugla les hommes. ça dura quelques secondes mais elle sut immédiatement qu'ils étaient éblouis. Le soleil brillait en elle et à ce moment, elle sentit une incroyable force l'envahir. Elle se sentait vivante et complète. Ce fut la main de Kaplen qui la ramena à la réalité. Il avait toujours les yeux fermés mais sa main tenait fermement celle de la jeune femme. Elle sourit et se mit même à rire mais en ce moment. Son rire était différent. ce n'était plus le son pur de tout à l'heure, c'était du soleil pillé. la chaleur de l'été s'échappait de ce rire et il était rare de l'entendre. Elle n'avait jamais ri en ces moments là, mais c'était profondément agréable. Elle décida alors qu'il était temps de résorber son pouvoir. Elle leva la main et trancha l'air. La lumière qui émanait d'elle regagna brusquement son corps et elle perdit dans la foulée toutes ses forces. Plus le soleil entrait en elle, plus elle se sentait devenir faible. Elle lâcha doucement la main de Kaplen et s'affala sur le sol en soufflant:


- ouvre les yeux ! vite...


Elle était sur le sol mais elle sourit quand même car tout avait fonctionné comme il fallait. A présent elle était trop fatigué pour bouger. Ils n'étaient pas encore tirés d'affaire. Elle fit un geste et ses bagages les rejoignirent. Elle leva une seconde fois son doigt et les animaux qu'ils avaient croisés un peu avant vinrent leur servirent d'escorte. Elle ne sut pas vraiment comment elle avait fait pour les retrouver mais à présent, ils les entouraient. Elle regarda les arbres et se dit qu'aujourd'hui, ils étaient particulièrement beaux. Des feuilles vertes qui se mettaient lentement - mais sûrement - à briller. Briller ? ça c'était anormal. La rivière orange les entourait complètement et elle se demanda où était Kaplen. Elle se sentait bouger mais son crâne lui faisait trop mal. Elle l'appela doucement, sans résultats. ou peut-être qu'il avait dit quelque chose mais elle ne l'avait pas du tout entendu. Elle sentit sa peau changer. Elle était en train de reprendre son apparence de succube...mauvais plan. Elle se concentra. Son apparence ne changea pas mais elle sut que ses yeux n'étaient plus dorés à présent mais aussi noirs que l'onyx. Elle hoqueta, la sueur dégoulinant sur son front. Ce n'était ni un délire, ni un cauchemar mais lorsqu'elle était épuisée et dans cet état, la douleur était terrible. La contrepartie de ses pouvoirs n'était pas du tout enviable. Elle n'était pas forte, encore moins puissante mais si elle pouvait se vanter d'une chose, c'était de ne pas faiblir lorsqu'elle subissait le contre coup de ses pouvoirs. Elle était d'ailleurs heureuse que cette fois, son action ai fonctionné. Cependant, il y avait plus grave, elle n'avait pas pu se nourrir et la fatigue se faisait plus intense encore. Elle eu soudain peur que ses pulsions ne prennent le pas. Elle avait peur car elle ne voulait pas que ça tombe sur lui finalement. C'était son ami maintenant ou du moins, quelqu'un à qui elle avait sauvé la vie. ça n'était pas pour lui pomper son énergie vitale la minute d'après. Elle ouvrit faiblement les yeux et le fit au dessus d'elle. Elle eu l'impression qu'il courait mais elle n'en était pas sur. Le monde tanguait bizarrement. Elle sourit lorsqu'il baissa la tête vers elle pour lui montrer qu'elle allait bien, cependant, son corps était réticent à montrer la même chose et un spasme secoua violemment son corps. ça ressemblait de plus en plus à un roman pourri à l'eau de rose et elle n'aimait pas du tout ça. Elle se contenta de fermer les yeux et d'inspirer et expirer doucement. Elle murmura simplement trois mots.


- eau...soif...manger...


[[ que va t-il se passer ? vous le saurez dans le prochain épisode xD mais c'est vrai que ça devient de plus en plus intéressant ! mdr j'aimerai souligner le fait que Gwen s'est bien retenue pour le moment xD ]]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Dim 09 Mai 2010, 01:10

Kaplen avait tout vu, même si ses yeux avaient été fermés, le lien qu'il partageait avec la jeune succube lui avait permis de tout suivre en détail. Il avait vu la lumière monter d'entre les arbres, ses nombreux rayons s'étirer à l'infini et devenir de plus en plus puissants. Il avait vu les hommes, éblouis, brulés, mort? Happés par la lumière ne pouvant se protéger contre ce flot incessant qui agressait leurs yeux. Puis tout à coup il avait entendu le rire de Gwen. C'était un rire chaleureux, pareil aux rayons de lumière qui partaient de son corps, pareils au soleil qui brillait fort dans le ciel, pareil à ce qu'il ressentait en lui.... Le rire de la jeune succube était un écho à ses sensations... Puis tout redevint sombre et silencieux. Les hommes étaient tous à terre, et la main de la jeune femme se détacha lentement.

Lorsque le contact fut rompu, il ouvrit les yeux, et il voyait parfaitement, comme s'il n'avait jamais été ébloui. Ses minces paupières d'homme n'aurait pas du le protéger... Intérieurement il se demanda si c'était la jeune femme qui avait fait en sorte qu'il ne soit pas blessé. Il eut juste le temps de passer un bras derrière son dos pour qu'elle ne tombe pas de tout son poids et qu'elle ne se fasse mal. Lorsqu'elle fut à terre, il se recula et inspira un grand coup avant de jeter un regard aux nombreux hommes qui restaient paralysés dans des figures de souffrance infinie. S'il avait été peintre, le jeune homme aurait appelé ce tableau, "la salle des martyrs". C'était exactement comme si chaque homme à terre représentait une souffrance différente, et en particulier celui qui les avait apostrophés, qui avait été le plus près.

Le temps qu'il ne se retourne, de nombreux animaux s'étaient faufilés entre ses jambes, et convergeaient en direction de la succube. Il y en avait partout. Des cerfs, des renards, des sangliers, lapins, petits rongeurs, des loups, loups? Kaplen croisa le regard de l'animal qui le fixa un moment avant de se détourner. Ils étaient tous calmes, et dans chaque regard qu'il croisait, Kaplen semblait sentir de l'admiration et un grand remerciement. Cela ne faisait qu'une heure qu'il avait rencontré la jeune femme, mais il avait l'impression que grâce à elle ses sens s'étaient exacerbés. Il essaya de traverser la foule animale le plus vite qu'il pouvait pour pouvoir retrouver la jeune succube. Et il fut étonné de voir que les animaux se poussaient dans son passage, lui offraient un chemin pour pouvoir rejoindre Gwen.

Lorsqu'il l'a vit, sa gorge se serra. Elle semblait très mal en point. "Un peu fatiguée", mon oeil, il avait l'impression qu'elle allait mourir. Sans attendre un instant de plus, il plaça ses deux bras au niveau de ses épaules et sous ses genoux et la souleva. Elle était légère comme une plume, et Kaplen avait l'habitude des travaux physiques sur le bateau, en comparaison des tonneaux énormes qu'ils avaient à porter, la jeune femme était aussi lourde qu'une feuille de papier.

- eau...soif...manger...
-A boire?

Le loup se trouvait de nouveau à ses cotés, ainsi qu'un renard, un cerf immense et le cheval de l'homme au rictus mauvais. Il les regarda un par un, tous les autres animaux se trouvaient derrière eux, comme s'ils les tenaient en respect. Kaplen réitéra sa question, et sans plus attendre le cheval s'approcha d'eux et leur offrit son encolure. Le jeune homme posa la jeune femme sur la selle et se mit à cheval lui aussi. Bien que piètre cavalier, il tenait bien à cheval et aurait fait n'importe quoi pour que la jeune femme se porte mieux. A peine fut il en selle, que l'animal aux crins noirs fit demi tour et les entraina jusqu'au plus profond des bois. Tous les autres animaux derrière lui, le loup, le renard et le cerf à ses cotés.

Kaplen faisait de son mieux pour que la jeune succube de soit pas trop secouée. Mais l'animal prenait de plus en plus de vitesse, ce qui rendait son galop saccadé et ce qui faisait tomber les bretelles de la robe de la succube.
*Quelle idée de s'habiller comme ça aussi pour voyager.*
Attrapant Gwen par le bras droit, il parvint à dégager sa veste en cuir du bras gauche, à lui passer par dessus les épaules et à la refermer. Le cheval galopait toujours à vive allure, et Kaplen se demandait s'ils allaient arriver un jour. De plus les mouvements vifs de l'animal se révélaient plus physiques que prévu, et le jeune marin commençait à s'essouffler.

Soudain apparut devant eux un immense lac d'une couleur étonnante. L'eau était d'un blanc laiteux presque bleu et scintillait de mille feu renvoyant l'éclat du soleil sous des centaines de facettes différentes.
Le cheval s'arrêta et lui lança un regard entendu. Le jeune homme descendit puis attrapa Gwen et la porta jusqu'au lac. Il passa ses mains dans l'eau et la sentit, elle n'avait aucune odeur, ni aucun gout, sinon un léger soupçon de terre et d'herbe, mais il n'avait jamais bu une eau aussi pur, il en était certain. Il ouvrit donc la bouche de la jeune femme et l'obligea à boire, faisant couler un faible filet d'eau et lui massant délicatement le cou pour qu'elle avale les quelques gouttes qu'il lui proposait.

Lorsque ce fut fait, le loup, qui se tenait en retrait, s'approcha de la jeune femme et toucha son front avec son museau. C'est à ce moment la que Kaplen s'aperçut des transformations physiques qui s'était opérées sur la succube. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, il se retrouva face à deux obsidiennes aussi brillantes que le soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Dim 09 Mai 2010, 01:34

Lorsqu'elle sortit de son sommeil, elle sentit une légèreté étrange s'emparer d'elle. Ses yeux brillaient toujours mais elle se sentait toujours très faible et ne pouvait pas bouger du tout. Un étrange matériau la touchait et elle se rendit alors compte que le cuir de la veste de Kaplen était sur ses épaules. C'était doux, chaud et agréable. Elle se sentit brusquement envahie par les sensations du jeune homme et par ses senteurs. C'était très détendant, agréable, protecteur. Elle entendit quelqu'un l'appeler mais ce n'était pas Kaplen. En tant qu'être de la forêt, il était normal qu'elle comprenne les paroles des animaux, cependant, ce n'était ni les renards ni les chevaux qui lui parlaient et elle n'arrivait pas à déterminer la langue utilisée. Ce fut lorsque l'animal posa son museau sur son front qu'elle sentit son origine et ce qu'il était : un loup. Elle communiqua doucement avec lui et il lui indiqua qu'il avait suivit ses indications et que les animaux la remerciait. Elle sourit doucement. Elle ne voulait que les sauver eux et Kaplen donc c'était parfait. Elle ne put remercier le loup car elle ignorait comment parler sa langue, cependant il eu l'air de comprendre tout seul qu'elle souhaitait qu'il reste encore un peu avec eux mais que les autres pouvaient, si ils le souhaitaient, regagner leurs habitations. Le loup s'écarta d'elle et elle put ouvrir les yeux. Difficilement cependant. Elle sentit que Kaplen lui donnait à boire et elle se sentit beaucoup mieux. Une source de vie s'insinua en elle et elle soupira de bien être. L'eau était si bon. Mais le feu aurait été tellement mieux. Elle tourna la tête vers son compagnon et afficha un peu de surprise. Il semblait un peu inquiet pour elle. Elle sentit que sa tête reposait sur ses genoux et elle sentit doucement la terre sous son corps. L'herbe frôlait doucement ses jambes et on lui avait retiré ses chaussures.


- Merci Kaplen. C'est gentil de m'avoir aidé.



Elle sourit et ferma de nouveau les yeux. Ce que ça pouvait être fatiguant. Dans une minute ça serait passé heureusement. Son corps se souleva doucement dans l'air et la porta jusqu'à l'eau, retira au passage le manteau et ne lui laissant que sa robe devenue noire d'encre. Elle frôla doucement la surface du lac puis s'enfonça dedans. Elle se sentit couler et ouvrit brusquement les yeux. Elle relâcha tout le soleil qu'elle contenait en elle et se sentit revivre brusquement. Elle toucha le fond et se propulsa avec ses jambes hors de l'eau. Elle émergea des flots brusquement et monta dans le ciel. Elle tournoya sur elle même et se laissa flotter doucement dans le ciel en sentant ses sensations revenir. Lorsqu'elle redescendit vers le jeune homme, un sourire ravit se dessinait sur ses lèvres. Elle allait mieux.


- Je suis contente de voir que monsieur rouge-comme-une-tomate se porte bien.


Elle rit. Elle se sentait beaucoup mieux et cette aventure lui avait fait reprendre un peu du poil de la bête. Elle se sentait vraiment revigorée. Elle fit cependant venir ses valises. Sa robe était trempée. Elle ne pouvait décemment pas rester comme ça. Elle les ouvrit grâce à la télékinésie et retira sa robe noire, sans faire attention au pauvre jeune homme qui se trouvait à côté d'elle. Elle n'avait jamais été très pudique et de ce fait, ne faisait pas toujours attention aux gens qui se trouvaient près d'elle lorsqu'elle se changeait. Elle enleva donc son vêtements, le mit à sécher sur le bord du lac et sortit une autre robe rouge décorée de noir et à volants lui arrivant à mi-cuisse. C'était une robe espagnole et accordé à sa peau foncée, ça lui donnait vraiment un air hispanique. Elle tourna doucement sur elle même puis décidant que tout allait bien, elle referma ses valises, en ayant préalablement changé de chaussures. Elle portait à présent de petites ballerines noires. Et elle se tourna vers Kaplen mais...il affichait une mine étrange.


- Euh...ça va ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Dim 09 Mai 2010, 01:59

Spoiler:
 

- Merci Kaplen. C'est gentil de m'avoir aidé.

Il n'y avait pas de quoi, et il ne l'avait pas fait par gentillesse, simplement parce qu'il savait que c'était ce qu'il avait à faire. Il ne s'était posé aucunes questions sur ses actes. Ni quand il avait parlé au loup, ni quand le cheval s'était proposé... Non, il avait écouté ceux qui l'avaient aidé et les avait suivit. Il ne répondit pas.

Soudain le corps de la jeune femme s'éleva dans les airs et vola jusqu'au centre du lac. Elle plongea sans émettre aucune vague et ressortit, un grand sourire aux lèvres.

- Je suis contente de voir que monsieur rouge-comme-une-tomate se porte bien.

Ou il se passait quelque chose d'exceptionnel, ou les succubes avaient un pouvoir de régénération extrêmement rapide. Elle qui se trouvait aux portes de la mort quelques instants plus tôt semblait venir de se lever et parfaitement en forme. Lorsqu'elle entreprit de se déshabiller sous le regard désabusé du jeune homme, ce dernier détourna violemment la tête en direction du lac. Elle n'avait donc aucun respect pour lui, lui dévoiler ainsi son corps comme si de rien n'était, chaque parcelle de sa peau mise à jour sous l'éclatant soleil. Non, il ne regarderait pas, il se concentrerait sur la surface du lac brillante et magnifique... Scintillante...

Plane? Non, pas partout, Kaplen avait aperçut quelque chose au loin. une forme vague qui se rapprochait lentement d'eux et semblait flotter sur l'eau. Le jeune homme lança un regard à la succube qui s'occupait de sa propre garde-robe. Tant pis... Il plissa les yeux pour pouvoir voir plus loin, plus précisément... Soudain l'ombre se transforma en une immense embarcation. C'était un bateau qui venait à eux, un navire qui semblait immense et magnifique, et qui brillait aussi intensément que la surface du lac.

-Gwen.... Je viens de voir quelque chose d'absolument étonnant... Il faut que vous regardiez ça..

Le jeune homme se releva précipitamment, attrapa sa veste et montra l'embarcation du doigt. Le bateau allait de plus en plus vite, et plus il approchait, plus il pouvait le voir en détail. C'était un gréement, il disposait de un, deux, trois... Quatre mâts! Et sa coque était aussi blanche qu l'ivoire. Sur la proue était sculptée un buste de femme accompagné de plusieurs animaux marins qui semblaient les représentations marines des animaux qui les avait aidés quelques temps plus tôt. Un dauphin pour le loup, un narval pour le cerf, une raie pour le renard, et un hippocampe pour le cheval.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Dim 09 Mai 2010, 02:20

Lorsqu'elle Gwen vit quel manque de réactions avait le jeune homme, elle se dit que ça ne serait pas avec ses techniques de séductions habituelles qu'elle s'attirerait sa sympathie. Soit cet homme était parfaitement insensible à la beauté féminine (ou coincé) , soit il était gai et là, elle ne pourrait rien faire pour se nourrir. Elle haussa les épaules. Bah ! Un compagnon de voyage comme ça devait être aussi sympa que les hétéro après tout et au moins il ferait autre chose que la reluquer en discutant avec elle. Elle sourit. ça faisait très longtemps qu'elle n'avait pas rencontré quelqu'un de l'autre bord et c'était toujours intéressant de discuter avec quelqu'un n'ayant pas la même orientation sexuelle que vous. C'est vrai ! Au moins comme il pourrait lui donner des petits trucs pour séduire les hommes d'une façon plus...plus masculine !


-Gwen.... Je viens de voir quelque chose d'absolument étonnant... Il faut que vous regardiez ça..


Elle haussa un sourcil en voyant l'embarcation. Ce n'était pas elle qui avait attiré ça. En plus, elle n'aimait pas ça. En général, qui disait bateau abandonné disait sirène. D'ailleurs, elle put constater que les deux désagréables parasites se trouvaient planquées derrière le bateau. Bah ! Si Kaplen était d'un autre bord, il n'avait rien à craindre. Au moins, il ne serait pas coulé lui. Elle espérait seulement qu'il ne tente pas dans l'embarcation car dans son état, elle ne pouvait pas utiliser son pouvoir. Elle avait peut-être récupéré physiquement, cependant mentalement, elle était très fragile. Son lunatisme était encore pire que d'habitude et il suffirait d'un rien pour qu'elle s'enflamme ou pour que ses hormones jouent à sa place à "cou-couche panier".


- Je ne sais pas si c'est une bonne idée de s'en approcher...ça ne me dit rien de bon ce bateau tout seul...


Elle décida cependant que si il souhaitait vraiment monter dedans, elle n'aurait d'autre choix que de le suivre. Après tout, il était son guide et une succube sans guide est un peu comme un bateau sans gouvernail. Elle soupira. Le regard de l'homme de tout à l'heure lui revint alors brusquement au visage et elle eu un violent frisson. Elle n'avait pas du tout apprécié la façon qu'il avait eu de la regarder et encore moins parce que ça lui rappelait de désagréables souvenirs liés à son enfance chez les succubes. Elle se rappelait la colère de certains incubes traités comme des esclaves et des menaces de sa sœur de la laisser dans une case d'incubes en manque si elle n'était pas sage. ça lui avait toujours fait froid dans le dos et elle savait à quel point les hommes pouvaient être cruels avec les femmes. Elle avait vu assez de jeunes filles battues et violées par leurs maris pour se faire une idée de la chose.


- Tu...Enfin vous ne voudriez pas que nous partions rapidement s'il vous plait ? Je...Euh...Les hommes pourraient revenir !


C'était une bien piètre façon de le détourner de la barque et elle doutait que ça fonctionne, cependant le loup c'était mis à gronder et ce n'était pas bon signe.
[[ Désolée XD Gwen n'est pas une grande fan de l'eau à cause des sirènes ! ]]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Dim 09 Mai 2010, 02:45

- Je ne sais pas si c'est une bonne idée de s'en approcher...ça ne me dit rien de bon ce bateau tout seul...

C'était la plus belle embarcation que Kaplen n'ait jamais vue, à coté d'elle, son bateau faisait mine d'une simple petite barque alors qu'il disposait de trois mâts et qu'ils était plus imposant que bien des navires marchands. Oh, il voulait juste s'en approcher, pouvoir le regarder de plus près, c'était un travail absolument magnifique, absolument... Il ne trouvait pas ses mots. Les figures avaient été sculptées avec beaucoup de soin et semblaient presque vraies. La coque ne portait aucune trace de vieillesse, pas la moindre algue, pas la moindre infiltration... C'était une merveille, une véritable perle aux yeux du jeune homme et il se délectait de ce qu'il voyait.

- Tu...Enfin vous ne voudriez pas que nous partions rapidement s'il vous plait ? Je...Euh...Les hommes pourraient revenir !

Kaplen observait l'architecture générale du navire, il eut un hoquet de surprise et se recula en direction de la succube.

-Les hommes ne reviendront jamais après ce que vous leur avez fait... Il changea de sujet. Ce bateau a plus de cinq mille ans.... Vous vous rendez compte? Il date de l'époque ou la magie régnait en maître dans les différentes îles et où les hommes n'existaient presque pas...

Le jeune homme s'arrêta quelques instants. Un grondement sourd se faisait entendre derrière lui. Il tourna la tête et se rendit compte que c'était le loup qui grognait contre l'embarcation. Oui, Kaplen en était maintenant certain. Il attrapa le saphir qu'il gardait précieusement contre lui et tira la langue au grand loup gris. Il savait ce qu'il avait à faire, ce qu'il cherchait et ce qu'il trouverait. La rencontre avec la succube avait vraiment été une aubaine pour lui. Il se retourna dans sa direction et lui lança un long regard chargé de tout ce qu'il avait sur le coeur avant de courir en direction de l'embarcation et de grimper, aussi vite que possible. Kaplen n'était pas né sur un bateau pour rien, et il n'y avait pas plus rapide que lui pour monter tout en haut des mâts ou pour escalader la coque, autant d'algues puisse t-il y avoir.

Lorsqu'il fut tout en haut, il lança un dernier regard à la succube.
-Merci, merci infiniment, je ne vous oublierais jamais... Mais... J'ai quelque chose de très important à faire. Merci également, sire Loup, pour votre aide.

Il fit demi tour et s'avança sur le pont, se demandant intérieurement si la jeune femme allait le suivre. Tout autour de lui brillait de mille feux, et il lui était difficile de garder les yeux correctement ouverts. Ils n'eut le temps que de faire quelques pas lorsqu'une sirène apparue devant lui. Elle était blonde, les cheveux bouclés, et avait un visage aussi rond qu'harmonieux. Pour tout dire, elle était belle, mais Kaplen comprenait désormais ce qu'avait voulu dire la succube. Il manquait quelque chose chez cette jeune fille qui était présente chez Gwen. S'il n'arrivait à deviner quoi, il le ressentait au fond de lui même.

La jeune sirène avait les yeux couleur aigue marine. Elle lui lança un regard entendu et lui attrapa la main avant de lui ouvrir.
-Bienvenue sur votre navire, nous vous attendions.

Elle attrapa le saphir et lui ceint autour de la tête, comme un diadème. Kaplen ne comprenait pas tout, mais une chose était sure, il s'approchait de ses réponses. Il se laissa guider par la jeune sirène jusque dans la cabine du capitaine où l'attendaient des tritons. Des hommes sirène! Kaplen déglutit, qu'allait-il se passer? Ces hommes semblaient très sages et très âgés. Ils lui demandèrent de s'assoir face à eux et l'observèrent longuement.

-Ainsi vous êtes revenu, nous vous attendions depuis si longtemps...
-Vous savez donc qui je suis?

L'homme qui se tenait au centre laissa passer un faible sourire et acquiesça lentement. Il commença une phrase:
-Vous êtes celui que nous attendions, celui qui est ceint du diamant de la gloire, celui qui a été choisi pour naviguer sur le bateau des rois, vous êtes...
Il n'avait pas eu le temps de dire la suite. Kaplen entendait déjà la voix de Gwen qui l'appelait sur le pont.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Dim 09 Mai 2010, 03:21

Gwen ressentit un désespoir intense. Il partait ! Il était en train de l'abandonner ! Elle se mit à trembler. Non ! ce n'était possible ! il ne pouvait pas partir ! Ce n'était pas possible ! Que ce passait-il ? elle le regarda et l'écouta éviter ses préventions et dériver sur un tout autre sujet puis la laisser sur la rive pour monter dans le bateau. A chaque pas qu'il faisait, la jeune fille avait envie d'hurler. ça n'était pas possible ! Il la regarda. Elle sentit passer en elle une étrange sensation de malaise. Ce regard n'était pas anodin mais elle ressentait une aura étrange. Le loup se mit alors à aboyer bruyamment, la sortant du même coup de sa rêverie tristement présente.

-Merci, merci infiniment, je ne vous
oublierais jamais... Mais... J'ai quelque chose de très important à
faire. Merci également, sire Loup, pour votre aide.

Elle écarquilla les yeux. Oh non ! Pas cette phrase ! Pas ce "je ne vous oublierai jamais". Pas comme ça, pas avec cette intonation. Pas maintenant ! Il ne pouvait pas partir comme ça ! D'habitude c'était elle qui partait et non l'inverse ! On ne la lâchait pas impunément et elle se promis que dès qu'elle serait près de lui, elle bouderait comme une enfant pour qu'il se fasse pardonner. Et puis elle vit la chevelure blonde. Et elle compris. Un visage de porcelaine, une beauté inhumaine, une ressemblance frappante avec elle et un pouvoir de séduction quasi identique au sien. Elle fronça les sourcils. Oui elle fronçait beaucoup les sourcils ces temps ci mais ce n'était pas de sa faute !!! Ces cochonneries était en train de lui piquer un homme ! Une proie ! Un compagnon de voyage ! Un guide en plus ! Elle serra les poings.

- Poiscaille putride...Vous n'auriez jamais dût vous approcher de moi...

Elle se sentit brusquement envahie par un autre sentiment bien différent. Elle n'était pas tranquille parce qu'on lui piquait sa nourriture mais un autre sentiment désagréable naissait dans sa poitrine. Elle n'aimait pas cet humain pourtant donc de la jalousie était complètement hors de propos. Elle ne comprenait pas. Enfin, c'était quand même un peu son ami maintenant donc la jalousie était tout à fait légitime. Elle était donc par réaction en chaîne en colère. Même très en colère. Voir extrêmement en colère. Mue par une féroce envie de tuer, elle s'éleva dans le ciel et fonça vers l'embarcation. Au fur et à mesure, sa peau changea. Deux petites cornes poussèrent sur sa tête, ses canines poussèrent, sa peau devint noire, ses ongles poussèrent démesurément et ses yeux devinrent dorés et brillants. Elle détestait cette apparence mais pour sauver Kaplen, la colère faisait bien son travail. Elle ne comprenait pas. D'habitude, il lui fallait une grande régénération et là, il lui avait fallu moins de dix minutes pour pouvoir ce transformer de nouveau. Peut-être arrivait-elle enfin à contrôler son stupide pouvoir ? Elle plongea finalement sur le pont du bateau.

- Bande de cochonneries !!! Personne ne touche à ce qui m'appartiens c'est clair ? elle appela ensuite le jeune homme. Kaplen !!! Kaplen reviens je t'en supplie ! Elle veulent te tuer !!!

Elle reprit brusquement son apparence normale. Flûte ! Ses pouvoirs ne lui étaient plus d'aucune utilité. Sa batterie était bel et bien à plat ! Mais elle n'avait pas dit son dernier mot ! Elle attrapa le poignard dissimulé sous sa robe et se jeta sur une sirène qui tentait de l'attaquer. Elle lui attrapa les cheveux et entreprit de lui couper gentiment la gorge puis de la projeter sur ses sœurs avec brutalité. Elle était très en colère. Non seulement parce qu'elle ne voulait pas le laisser entouré de ces espèces de poubelles sur pattes mais qu'en plus, elle ne voulait pas qu'il rejoigne la bande de vieillards. Car à n'en pas douter, c'était des humains hypnotisés par les sirènes. Une sirène est un être si abominable qu'il cherche votre désir le plus profond dans votre coeur et en fait ce qu'il veut. Les sirènes tentaient de faire tomber Kaplen dans leurs filets mais ça, Gwen ne leur permettrait jamais !

- Rendez le moi ! Immédiatement ! Hurla t-elle.

Les sirènes la regardèrent avec un sourire narquois et leur nombre augmenta. Elle allait se faire tuer si elle n'arrivait pas à le rejoindre. Malheureusement, il avait fallu qu'elle apparaissent entre eux. Elle ne pouvait pas passer sans en tuer quelques unes mais elle était un peu fatiguée.

- Pas question...siffla une femme poisson. Il est à nous maintenant.

Gwen déglutit, hors de question d'abandonner maintenant ! Elle puisa dans ses dernières forces pour se propulser au dessus du troupeau d'abominations et de s'envoyer dans la cabine des vieillards. Elle s'écrasa au sol lourdement et se prit un objet en métal dans l'arcade sourcilière. Le sang coula doucement sur sa joue. Elle le lécha et une sirène lui sauta dessus pour l'empêcher de rejoindre Kaplen. Gwen la saisit violemment par la gorge et la plaqua au sol. Elle coupa une main de la sirène qui la gênait, puis en entendant les cris affolés et stridents de sa victime, elle lui trancha la carotide, se faisant tacher d'une gerbe de sang. Son regard était noir. A présent, elle était furieuse. Et Kaplen la regardait comme si elle était une espèce de monstre qui tuait ses amis. Elle s'approcha brusquement de lui et s'arrêta juste devant lui. Il la regardait encore comme...une étrangère. Elle baissa la tête et sentit brusquement ses glandes lacrymale se mettre à agir. Non ! non ! Pas question ! Elle devait agir avant qu'il ne soit trop tard. Sa colère refit brusquement surface et elle se jeta sur une autre sirène pour lui régler son compte. Lorsqu'elle en eu terminé avec son ennemi, elle s'approcha de Kaplen et hésita un instant. Elle lui mit finalement une gifle magistrale pour le réveiller et lui hurla à demi en larme (bonne actrice ?)

- Réveille toi imbécile !!! Je vais mourir si tu ne te réveilles pas !

Malheureusement, les autres sirènes venaient d'enfoncer la porte et Gwen se retrouvait en face d'un troupeau en colère de femmes poissons bien décidés à la faire souffrir comme il fallait. Elle se mit en position de défense. Elle était une succube fière et elle mourrait en défendant sa nourriture ou...Non c'était son ami maintenant. Ce n'était plus seulement une nourriture normale. Elle fronça les sourcils. Elle ne perdrait pas. Elle s'élança alors dans le flot de furies et se mit à découper de la poiscaille, furieuse, jalouse et intensément femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 1356
Localisation : Au dessus de l'océan, sur l'Opale.
Métier/Fonction : Pirate

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Dim 09 Mai 2010, 11:34

Kaplen regarda la jeune femme qui venait d'entrer. Il voulut lui dire de s'arrêter, qu'il n'y en aurait plus pour longtemps, mais ce n'était plus la même. Elle ressemblait à une furie et débitait des flots de paroles insensées.

- Bande de cochonneries !!! Personne ne touche à ce qui m'appartiens c'est clair ? elle appela ensuite le jeune homme. Kaplen !!! Kaplen reviens je t'en supplie ! Elle veulent te tuer !!!

-Non, attends!

Mais elle ne l'entendait plus. Elle avait dégainé un poignard qu'elle utilisait contre les sirènes, toujours plus nombreuses. Kaplen avait l'impression d'assister à une guerre millénaire, à une haine infinie que le temps ne pouvait effacer. Finalement il se leva et vint se placer entre les sirènes et la jeune femme. Ces dernières reculèrent. Il regarda Gwen dans les yeux et lui attrapa le bras, tout doucement.

-S'il te plait, c'est très important... Je n'appartiens à personne, et il n'est pas très intelligent de se battre pour moi, même si ça me touche très profondément...

Il avait dans son regard comme une touche de regret ou de nostalgie. Il avait déjà vécu des moments comme ça et perdu assez de personnes a qui il tenait. Il ne voulait pas que ça recommence, pas avec elle. Il soupira et se retourna en direction des sirènes, lâchant aussi doucement qu'il le tenait, le bras de la succube.

-Non, je n'appartiens à personne sinon à l'océan lui même qui est également votre maître mais aussi votre mère à tous.

Il entrevit les tritons à travers toutes les sirènes. Ne sachant pourquoi, depuis qu'on lui avait ceint le diamant sur la tête, il ne se trouvait plus redoutablement attiré par les sirènes et gardait un parfait contrôle de lui même. Comme si leurs pouvoirs ne pouvaient plus l'atteindre. Puis il annonça, pour les deux partis:

-Je suis ici de mon plein gré, pour connaitre des réponses, et non pas pour être le centre d'une guerre puérile et inutile. Gwen, ces sirènes ne m'ont pas attrapées, et je peux partir dès que je le souhaite. Elles étaient là simplement pour me fournir des réponses sur moi-même, sur mon identité... Je ne sais même pas qui je suis... Peuple des sirènes, prince héritier. Il baissa la tête en signe de respect devant le triton qui le regardait d'un oeil étonné, mais qui gardait un mince sourire sur ses lèvres. Cette jeune femme n'est pas votre ennemie, elle n'est venue que pour me protéger... Je veux que vous cessiez toute forme de combat...

Puis il attrapa la main de Gwen et lui lança un "merci" au creux de l'oreille. Merci, car elle s'était souciée de lui. Merci encore car elle l'avait aidé à trouver ces mots. Il était en train de parler au peuple des sirènes tout entier, et grâce à elle, il se sentait la force d'affronter n'importe quelle tempête.

-Mon prince, si vous voulez bien finir ce que vous disiez... Je vous en serais infiniment reconnaissant...

Le jeune triton esquissa un grand sourire et s'avança au milieu de la foule. Il les regarda tous les deux avant de faire un geste aux autres sirènes. Ces dernières se reculèrent, puis finirent pas disparaitre totalement.
-Même si tu es le digne héritier de ta lignée, je ne m'attendais pas cela de toi.
Il lança un regard étonné à la succube et se prit à rire.
-Mais comme tous tes parents, tu es quelqu'un étonnamment intéressant. Je vais te le dire, ce que tu cherche chez nous... Puis je m'en irais. Laissant cette embarcation à ta portée. Elle t'appartiens désormais, et ça, ton père adoptif le savait.... Il le savait parce que nous lui avions dit... Kaplen... Celui qui ceint le diamant de la gloire est plus qu'un simple marin. Le roi des pirates t'appelleront ton équipage. Mais sache qu'il n'en est rien... Le roi de la mer... Tu descend d'une des plus grandes familles.. Non, j'en ai trop dit!

Le triton se courba et posa un genoux à terre devant Kaplen et Gwen avant de disparaitre à son tour. Ce fut le silence. Kaplen ne savait quoi penser. Il lança un long regard à Gwen. Long regard dans lequel il disait son regret de ne lui avoir rien expliqué, de l'avoir forcée à se battre sans aucune raison valable. Il l'a voyait fatiguée, beaucoup moins que précédemment, mais fatiguée tout de même. Il l'a voyait face à lui... Et il eut un frisson dans le dos. Était-il en train de tomber amoureux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Succube*

avatar

*Succube*

Nombre de messages : 163
Localisation : Sur une dune de sable en plein désert
Métier/Fonction : étudiante, lectrice

MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   Dim 09 Mai 2010, 16:07

[[ ah ah ! xD tu es tombé sur un personnage déviant ! Comme tu vas le voir, tu n'es pas au bout de tes surprises si tu es tombé amoureux de Gwen ! Elle est fragile U.U Ses réaction sont souvent extrêmes mais là, c'est particulièrement tordu à cause de sa fatigue ^^ ]]

Gwen écarquilla les yeux de colère, de rage et d'horreur. Non seulement il venait de l'arrêter alors qu'elle essayait de lui sauver la vie mais en plus il essayait de lui expliquer qu'il appartenait à cette race minable et détestable qu'étaient les sirènes. La fatigue lui faisait mal à la tête. Horriblement mal. Elle était tombée sur quelqu'un qu'elle pensait être un humain normal et elle découvrait qu'il était leur allié. Elle ne pouvait en aucun cas ne rien maitriser ! C'était impossible ! Si elle ne maitrisait pas tout elle était perdue. Et il l'avait trompée. Peut-être même qu'il avait déjà tout prévu ! Ces sirènes voulait la tuer. Elle le voyait dans leurs yeux. Elles respiraient le mauvais et le sang. Il l'attrapa par la main et la remercia puis demanda aux sirènes de cesser leurs hostilités. Étrangement elle reculèrent, mais Gwen voyait encore la colère briller dans leurs yeux. Elle sentit aussi la main chaude et douce de Kaplen emprisonner la sienne et la serrer légèrement. Elle était trop choquée pour pouvoir parler ou encore pour pouvoir enlever sa main. Il y avait des milliards d'espèces et d'êtres humains sur les îles d'Aiklando et il avait fallu qu'elle tombe sur le seul humain croisé avec ces poissons putrides ! Et il lui disait qu'il n'appartenait à personne ? Bien évidemment ! ça tombait sous le sens qu'il n'appartenait à personne et encore heureux d'ailleurs ! Gwen frissonna. Il s'éloignait maintenant et la chance de se nourrir ainsi que d'être guidée était terminée. Elle était perdue et elle ne révérait jamais ceux qu'elle aimait.

- Tu descend d'une des plus grandes familles..

Et en plus il était dans le gratin des sirènes !!! Elle regarda le triton disparaitre et tourna furieusement la tête vers Kaplen. Il tenait toujours sa main mais il la regardait différemment. Pour la première fois elle eu très peur. Il avait le même regard que Léandre. Le même regard que Miguel. Le même regard que Gaara. Le regard de quelqu'un qui qui entend son coeur exploser lorsqu'il est près de vous, le regard de quelqu'un pour lequel vous êtes la première chose dans son coeur, le regard de quelqu'un où brille un désir étrange. Elle libéra violemment sa main. Elle ne pouvait pas. C'était au dessus de ses forces. Non seulement il n'avait pas besoin d'elle, mais en plus il était ami avec les sirènes et en était même le prince ! Elle se sentait inutile et impuissante. Comme si quoi qu'elle fasse, rien ne fonctionnait. Elle avait tenté de le défendre et finalement, il avait réussi à calmer le jeu tout seul, sans son aide. Il n'était même pas en danger. Tout à l'heure elle lui avait sauvé la vie mais il avait immédiatement resauvé la sienne. Elle se mit à trembler, sa tête lui faisant de plus en plus mal. Il esquissa un mouvement vers elle mais elle se mit à hurler.

- Ne me touches pas !!! Ne m'approches pas non plus!!!
La fatigue eu finalement raison d'elle car si elle était une succube forte, elle n'en restait pas moins une horrible horreur. Elle était capricieuse, mégalomane, égoïste. Il ne pouvait pas l'aimer. C'était impossible ! Elle lui suffirait un moment mais il se lasserait trop vite et elle se sentirait inutile après. Elle recula vivement et heurta violemment un mur de bois. Elle ne cessait de le fixer, mais ce n'était ni de la peur, ni de la colère mais de la tristesse à l'état pur. Et du dégout. Un profond dégout pour elle même. C'était trop brillant pour elle. Elle ne pouvait pas rester là. il fallait qu'elle sorte tout de suite. Elle était perdue, toute seule et profondément frustrée. elle sentit quelque chose envahir son esprit et tous les objets autour d'elle vinrent se briser sur elle. Elle ne maitrisait plus rien.
- Tu...Tu es...trop brillant pour moi !


Elle s'écarta vivement du mur et se mit à courir. Un long couloir se dressa devant elle et elle vit un escalier qui menait au dehors. Elle ne l'entendit pas lui parler ou même la suivre. Tout ce qu'elle savait c'était que la fatigue n'avait pas du tout un bon effet sur elle, parce que les larmes venaient de se mettre à affluer dans ses yeux. Depuis enfant, Gwen cachait une seconde personnalité que celle qu'elle avait lorsqu'elle était en pleine forme. Enfant, elle était tombée dans trou où elle était restée bloquée longtemps et à cette occasion, son esprit s'était scindé en deux. Là, c'était son esprit de petite fille frustrée qui reprenait le dessus. Elle sortit au dehors. IL n'y avait plus personne. Elle sentit les larmes continuer à lui brûler les joues. Elle n'était pas forte. Elle tenta de s'envoler mais c'était trop tard. Ses batteries étaient définitivement à plat. Elle ne put qu'aller se réfugier à l'avant du bateau qui avançait toujours faire venir ses bagages. Elle sortit un flacon où elle enferma ses larmes puis regarda l'horizon devant elle. Puis elle sentit une présence mais ne se retourna pas, sachant pertinemment qui était là. Elle avait non seulement honte mais était franchement gênée de s'être montrée comme ça devant lui. Sa colère était un peu redescendue et elle se sentait ridicule. Elle avait été humiliée par un vulgaire humain ! Humiliée ! Elle s'était sentie bête et inutile ! Elle ne servait plus à rien maintenant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petite-nachan-du-05.skyrock.fr/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Nurtainë Quettar (mots cachés)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nurtainë Quettar (mots cachés)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» L'histoire en quatre mots
» Des mots (à deux)
» Au delà des mots...
» Photo Cachée
» les mots par joelle
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Rosyel :: Rosyel :: Forêt de Yelli-