AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Les ennuis commençent...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 687
Localisation : Centre
Métier/Fonction : Médecin du paranormal et linguiste / Conteur amateur

MessageSujet: Les ennuis commençent...   Ven 10 Aoû 2007, 22:27

Il faisait bon marcher dans le port. L'air on ne pouvait plus frais, la divertissante antienne du chant des vagues, et une cigarette bien méritée après tout ce cheminde route. Ginkô aimait décidément les haltes en ville, quoiqu'il préférait les villages. Il aperçut un bar, et sourit. Il marcha et poussa les battants de la porte, pour y trouver derrière une horde de marins peu commodes.

*Allons bon...*

L'explorateur marcha près du comptoir pour y prendre place. Il appella le barman d'une voix flegmatique, malgré l'ambiance pesante régnant dans la salle sombre. Ce dernier s'avança en soupirant.

- Bon dieu, ça recommence à chaque fois... Je peux faire quelque chose ?
- Pour qui ?
-.... Commencez pas à m'foutre les nerfs.
- Ah c'était pour moi ? Excusez...
- ... J'écoute votre commande.
- Du saké, s'il vous plaît.
- ... Qu'est-ce qu'c'est qu'ça ?
- Beeen il s'agit d'alcool avec...
- De l'alcool, très bien.
- Non, bon alors donnez-moi ce que vous voulez.

*Ca commence bien... J'ai souvent fréquenté des villes pauvres, mais primo, elles n'étaient pas aussi malsaines et insalubres que ce bar, deuzio, on y était certain d'avoir ce qu'on voulait. Voilà pourquoi la ville ne me plaît guère...*

Le barman offrit finalement du vin sans rien dire à Ginkô, qui le remercia. Le voyageur but lentement, et demanda au barman combien il lui devait. Mais apparemment, c'était gratuit, selon lui. Ginkô décida alors de lui demander des renseignements.

- Hum hum... S'il vous plaît ?
- Ouais ?
- Vous avez des hôtels ou des auberges où loger dans ce port, s'il vous plaît ?
- Ah, faut aller en ville pour ça.
- ... Je vois, très bien.

*J'ai pas vraiment envie de payer moi, je devrais vite trouver mon client. Mais le problème, c'est que l'expéditeur est anonyme... J'ai une astuce qui me permet de trouver la personne que je cherche... Mais c'est carrément trop risqué. Hum... On verra bien. En tout cas, j'ai envie de lui rendre service le plus tôt possible.*

Alors qu'il remercia de nouveau le barman et qu'il s'apprêta à sortir, une armoire à glace lui bloqua le passage, et le prit par son manteau. Il se retrouva soulevé au-dessus du sol, et écarquilla les yeux.

- Toi le mec à l'écharpe... T'as osé de foutre de la gueule de notre barman. Il t'a permis d'éviter la sécheresse, et toi tu fais l'ignorant ?

Ginkô voulut demander de l'aide au barman, et lui lança un petit regard. Mais ce dernier semblait n'en avoir cure du problème du pauvre voyageur, et continuait à essuyer les verres. Il se retourna vers son agresseur, et lui parla d'un ton naturel.

- Mais c'était pas mon intention, rassurez-vous...! Probablement parce que je SUIS ignorant... Si vous employez la violence pour obliger chaque client à user d'un langage propre dans cet endroit pas propre....

*Ouh fichtre, Ginkô tu as dis un mot de trop...*

Le visage du grand type prit un teint rubicond, et l'on voyait clairement qu'il était énervé. Une fois de plus, l'esprit de répartie du docteur lui porta préjudice.

- Tu viens de dépasser les limites ! J'vais t'esquinter, mon p'tit gars, tu vas vouèèèèr... Tu...

Ginkô prit en même temps sa cigarette en la faisant habilement tournoyer entre ses doigts une fois, puis la fourra dans l'oeil du type alors qu'elle était toujours incandescente. Ce dernier se mit la main sur les yeux avec un hurlement de douleur peu mélodieux. Ginkô fut relâché et put reposer les pieds sur le sol.

- Oups désolé d'avoir interrompu ton petit soliloque, mais c'est toi le plus petit de nous deux, d'une certaine façon.

Il disait cela avec un sourire assuré qui s'effaça rapidement tandis qu'il sentait une dizaine d'homme tout aussi féroces se lever suite à l'affront qu'avait dû subir leur camarade. Un plan astucieux prit place dans l'esprit de l'homme aux cheveux argentés.

*.... Courage, fuyons. Une deux une deux*

Ginkô se mit à courir dans la rue, comme un fou, pour échapper à son funeste destin. Les hommes couraient après lui en criant de le lyncher. Décidément, il espérait rapidement retrouver son client pour quitter ce port le plus rapidement possible. Il lui vint alors une idée, et une vraie cette fois-ci : il prit un détour, mit vite son manteau à l'envers et enfila sa capuche pour ne pas qu'on repérât son visage. Enfin, il marcha tout naturellement dans le sens inverse. Les brutes n'y virent que du feu, et le médecin de l'étrange esquissa derechef un léger sourire. Il se dépêcha de s'appuyer contre un mur, de remettre son manteau à l'endroit, et jeta sa cigarette dans une poubelle.

- Encore merci ma vieille...

Il mit par la suite la main de sa poche, et en ressortit une nouvelle cigarette.

- ... Allez te voilà réincarnée dans ma main.

Mais il réfléchit, et se dit qu'après tout, il ferait bien de prendre autre chose qu'une cigarette au cas où il recroiserait les brutes qui voulaient sa peau. Avant qu'il ne pût l'allumer, il la rangea de nouveau dans sa poche, et sortit un brin d'herbe à la place, pour le mâchouiller. Puis, les mains dans les poches e son manteau, il fréquenta quelques marchés du coin, déjà plus sympas que le bar de tout à l'heure. Puis Ginkô ne mit pas longtemps à quitter la foire, avant qu'il ne sentît une présence qui le suivait parmi tous les gens plus ou moins malheureux qui peuplaient le port. Une fois qu'il prit une nouvelle fois un détour, avec un regard suspicieux, il se retourna lentement, pour bien montrer à la personne qui le suivait qu'il l'avait remarqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~¤ Mille-Visages ¤~

avatar


Nombre de messages : 184
Localisation : Partout à la fois!
Métier/Fonction : Pnj

MessageSujet: Re: Les ennuis commençent...   Jeu 16 Aoû 2007, 14:58

Il était essoufflé de marcher si vite, l’humain avait de bien plus grandes jambes que lui et semblait fuir la ville au pas de course. Grimles grognait tout en se dandinant du plus vite qu’il le pouvait. Il ne pouvait pas le perdre de vue, il était sûr de lui. Ou presque… Mais Grimles avait vu, ou plutôt senti quelque chose de spécial, et il fallait qu’il l’aide, lui l’homme aux cheveux blancs. Il arriverait peut-être à le convaincre sans le sou !

Ses veilles bottes en cuir brun usées se prenaient dans les pavés, ouvrant leur bouche décousue sur chaque pierre et écrasant le pied du vieux Leprechaun dessus. Il avait l’habitude, il n’allait pas encore grogné plus qu’il ne le faisait déjà. Tout en avançant il maudissait déjà les passants, les oiseaux, les vagues, les chiens errants, les caniveaux, et il aurait perdu du temps dans ses paroles s’il avait fallu y rajouter les pavés.

Soudain il tourna au coin de la rue et se retrouva nez à genoux avec l’homme aux cheveux blancs. Les joues rouges toutes bouffies, ses boucles grisâtres en bataille, il s’arrêta et évita de justesse de retomber sur son arrière-train et de maudire ses pauvres fesses émoussées. Son haleine d’hydromel ne se répandit plus que pour sa respiration hachée tandis que pour la première fois depuis sa sieste il se tut. Quoique, même dans son sommeil, il geignait encore…

Il leva ses yeux délavés jusqu’au sommet de l’humain et grommela du ton aussi grincheux qu’une veille porte qui se plaignait qu’on l’ouvre après vingt Eres Brunes d’immobilités :


« Qui es-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 687
Localisation : Centre
Métier/Fonction : Médecin du paranormal et linguiste / Conteur amateur

MessageSujet: Re: Les ennuis commençent...   Jeu 16 Aoû 2007, 20:23

Ginkô se retourna lentement face au petit homme qui le suivait. Il esquissa une expression mêlée d'intrigue et d'émerveillement, mais sans exagération. Il s'approcha très calmement tout en répondant au petit être.

"Je te retourne la question."

Il s'assit près d'un mur, près du répugnant petit homme, puis fuma calmement une cigarette.

"Tu es un nain ou un leprechaun ? Tu n'es pas le premier que je vois, rassure-toi. Je tiens à savoir pourquoi tu as suivi un simple docteur coupé du monde tel que moi ?"

Il prit soin de ne pas souffler la fumée de son cigare dans le visage du petit bonhomme. Il tira un sourire tout ce qu'il y a de plus zen, aimable et sympathisant. Générallement, l'explorateur avait diverses affinités avec l'inconnu, et il en faisait acte chaque jour, ou chaque semaine... Résigné, il finit par céder à la question âpre du petit homme.

"Mon nom est Ginkô, détective et docteur du paranormal. A ton service mon petit gars, quand tu veux. Et maintenant, si tu pouvais me dire qui tu es et pourquoi tu tiens tellement à me paparazzier... J'aurais été heureux de te rencontrer. Mais je n'ai pas de temps à perdre, je cherche quelqu'un... Un client... Et puis, je te conseille les bois, ça convient bien mieux aux créatures surnaturelles comme toi. Mais je me trompe peut-être ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~¤ Mille-Visages ¤~

avatar


Nombre de messages : 184
Localisation : Partout à la fois!
Métier/Fonction : Pnj

MessageSujet: Re: Les ennuis commençent...   Lun 27 Aoû 2007, 21:12

Grimles ne se tut plus si longtemps, entendant une réponse qui lui déplaisait, et reprit ses gérémiades de plus belle.

"Foutus Humains, à se crare plus hauts que tous. Et vas-y que j't' méprise. Si j'tais plus grand j'lui balancerais bien mon pied où j'pense et on verrait bien qui s'rait méprisant le dernier. 'Aurais mieux fait de continuer mon marché tiens, bonhomme irritant, mérite qu'du cracha..."

Il était toujours forcé de garder ses orbites jaunies en hauteur et lorsque l'homme bougea, un rayon de soleil vint acérer son humeur en l'obligeant à froncer encore plus ses sourcils broussailleux et retrousser sa patate de nez rougie. Il sembla grogner, dans un bruit dégoutant proche de la secousse de glaires dans une gorge de grippeux. Puis il croisa ses bras sur sa poitrine et battit de la semelle décousue sur le pavé, regardant d'un oeil mauvais le cigare allumé.

"Tous les mêmes. Résidus de fumier engrossé, cuir mal tanné!"

Tandis qu'une nouvelle fois "la mèche blanche" ouvrait la bouche pour lui parler, tentant d'engager une conversation probablement plus sympathique, Grimles l'écouta à peine et finit par regretter de l'avoir suivi. Il n'aimait pas qu'on lui fasse la leçon, et il n'étais pas un animal pour être renvoyé dans les bois de cette façon. Il tourna les talons grossièrement et fit quelques pas sans demander son reste. Puis, comme reprit d'un nouvel élan d'esprit, tel un phare dans son brouillard pestilentiel [Attention orthographe approximatif °°], il fit demi-tour et vint se placer aussi droit qu'un i de rhumatisme face aux genoux du docteur.

"Bien, qu'ça fut clair! ch'suis un Leprechaun civilisé, j'vis où bon me semb' et j'crains sûrement pas les gars comme ta! Les bois, les bois... C'est bon pour les bêtes poilues! J'ai l'air poilu?"

S'il avait été à sa hauteur, il aurait collé son nez au sien pour qu'il ose le défier. Mais il reprit dans son élan, cachant dans ses chausses et ses chemises teintées de crasse le lainage gris qui recouvrait sa peau:

"J'ai besoin de l'aide d'un gars comme ta, bien que j'm'en serais bien passé, ma! ... Voilà... J'contrôle p'us mes pouvars."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 687
Localisation : Centre
Métier/Fonction : Médecin du paranormal et linguiste / Conteur amateur

MessageSujet: Re: Les ennuis commençent...   Jeu 30 Aoû 2007, 15:32

Ginkô regardait le Leprechaun d'un air passif et fatigué sans rien dire, alors qu'en réalité, il était tout à sa réflexion et était intrigué. Mais en même temps, au fond de lui, il était un tant soit peu exaspéré par les insultes que lui proférait le petit bonhomme. Il n'était pas dupe, et savait que les médisances incompréhensibles et basses du Leprechaun étaient à son égard.

*... Grnnn Espèce de sale petit grincheux, attends un peu que je mette ma cigarette en feu sur ton joli petit minois et on verra si tu auras encore la force de maugréer... Mmm en tout cas c'est la première fois qu'un non-humain me demande son aide... D'habitude, je tente de repousser tout ce qui n'est pas humain et qui nuit aux humains, pour des humains. Mais est-il l'individu qui m'a écrit ? En plus, il a vraiment plus l'air d'un Nain que d'un Leprechaun.*

Sans rien révéler de son irritation, il décida de souffler sa fumée, cette fois en plein sur le nain, afin de calmer les ardeurs du nouveau client. Puis il la lança dans une poubelle et se retourna vers lui, une expression calme sur le visge, avec un sourire légèrement forcé. Il n'osa pas cependant dire tout haut ce qu'il avait en tête, en espérant que les Leprechauns ne pouvaient pas lire dans les pensées... Du moins, c'est ce qu'il avait appris d'eux.

*Primo... pitié, ta gueule. Ou alors, parle-moi à haute voix de ce qui ne va pas chez moi, de manière à ce que je puisse comprendre. Si tu t'es donné tellement de mal pour me suivre afin de me regarder de haut et de me parler sur ce ton, tu peux retourner dans ta hutte au fond du bois. Deuzio... Les Leprechauns sont d'habitude habillés en vert et vivent toujours dans les forêts. Troizio, je n'ai jamais dit que tu étais poilu, alors ne me rends pas coupable de ce que je n'ai pas dit ou fait. Quatrio... Roo Ginkô tu deviens méchant avec le client ! Reste cool... Ca fait déjà un moment que tu restes comme un con devant lui sans rien dire. Parle-lui ! N'importe quel mot fera l'affaire. Bon, tu ne veux pas qu'on refasse tes chaussures ou qu'on te donne de l'or. Mais c'est un client, et la perte de ses pouvoirs a dû l'indigner ! Mets-toi un peu à sa place...*

Il souffla un instant pour calmer sa petite colère intérieure.

"......... Je vois. C'est un cas relevant de l'anormal... Je dois t'avouer que je suis ravi d'aider un Leprechaun ^^ ça change des humains agonisant dans la maladie... Bref. Parle-moi plus précisément du moment où l'on t'a privé de tes capacités magiques, et aussi, donne-moi ton nom, qu'on puisse faire plus ample connaissance... Y-a-t-il, de là où tu viens, d'autres Leprechauns ou créatures qui auraient été susceptibles de te couper de tes moyens ? Selon la créature, le remède sera différent. Si tu me dis juste 'j'ai perdu mes pouvars', on n'arrivera pas à grand-chose, tu comprends ?"

*Première phase du diagnostic : qu'adviendrait-il de toi si tu étais à la place du client ? Pose-toi d'emblée cette question. N'empêche que... j'ai vraiment l'air d'un lunatique à ses yeux, j'ai l'impression.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~¤ Mille-Visages ¤~

avatar


Nombre de messages : 184
Localisation : Partout à la fois!
Métier/Fonction : Pnj

MessageSujet: Re: Les ennuis commençent...   Lun 10 Sep 2007, 13:09

Grimles s'était tu, comme par enchantement, attendant une réponse de l'humain. Il le regardait toujours de son oeil mauvais, mais les insultes lui venant en tête ne franchissaient pas la barrière de sa bouche. Il se mordillait la langue, impatient, tandis que l'autre semblait faire exprès de la laisser mariner dans son angoisse. Quelle audace!

Il se mit à toussoter pitoyablement lorsque la fumée de la cigarette se jeta sur lui, et ses joues devinrent cramoisies. Cet humain allait bientôt lui filer de l'urticaire... Bon sang s'il ne récupérait pas vite ses pouvoirs il allait crever comme un mendiant de nain sur les pavés! Sa santé ne cessait de se déteriorer.

Finalement, la mèche blanche se remit à bavasser, et le Leprechaun l'écouta attentivement. L'entente des deux s'avançait délicate, mais il n'avait pas le choix, il lui ferait ravaler son dédain plus tard avec un bon poing dans les dents... Néanmoins hésitant, Grimles plongea ses mains dans ses poches et tortilla son pied nerveusement. Ce n'était pas dans la nature des Leprechauns de se montrer au public et de parler d'eux autour d'une tasse de thé.

"Grimles..."

Il releva la tête vers lui, renifflant bruyamment. Les Leprechaun n'avaient pas dans leur capacité de prendre directement les pouvois des autres, cependant avec tout le peuple que le miséreux Grimles s'était collé à dos, ils auraient pu payer quelqu'un à le faire...

"Ya beaucoup d'créatures dans les bas[XD]. J'sais pas ma..."

Il reniffla à nouveau, après un haussement d'épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 687
Localisation : Centre
Métier/Fonction : Médecin du paranormal et linguiste / Conteur amateur

MessageSujet: Re: Les ennuis commençent...   Sam 15 Sep 2007, 20:14

Ginkô souriait lorsque le Leprechaun lui dit son nom. L'être abject en apparence était tout de même doté de bonne volonté quand il le fallait, se disait-il. En revanche, il ne lui donna pas un seul indice...

*Il fait des efforts, mais pas beaucoup, celui-là. Est-il sourd ou bien est-il sourd ? Il a oublié mes autres questions !! Ah la la moi qui étais si enthousiaste. Je suis déçu. Mais je ne dois pas renoncer devant le devoir, il n'y a pas de raison à avoir pour aider quelqu'un, après tout, comme le disait mon maître.*

"Ah, Grimles... Ca se prononce comment ?"

Lorsqu'il vit son client lui lancer un regard foudroyant, il reporta tout de suite sa question aux Calendes grecques. Puis il se mit à réfléchir en levant derechef les yeux au ciel. Puis il interrompit sa réflexion en regardant Grimles d'un air blasé.

"Vraiment désolé Grimeulz, mais je crois que tu t'es adressé à la mauvaise personne. Je suis docteur, médecin, je soigne les maladies, tu vois ? Toi, tu as perdu tes pouvoirs. Tu t'attendais sûrement à ce que je te les rende. Mais je ne suis pas doté de réels pouvoirs... Pour te le dire franchement, je n'en ai presque aucun, à part celui de mes cigarettes, et je n'utilise ce pouvoir qu'en certaines occasions. Toi qui es un Leprechaun, tu devrais connaître certains sorciers de confiance, non ? Eux, ils peuvent peut-être te rendre tes pouvoirs. Moi, je ne peux rien. D'autant plus que tu ne veux rien me dire... Mais bon, je ne vais pas te laisser tomber pour autant."

*Alors là, si jamais il dit que je le laisse tomber comme un chien, je l'écrabouille Evil or Very Mad *

Il se releva et tendit la main calmement vers le Leprechaun.

"Est-ce que tu veux monter sur mon épaule pour que je te conduise quelque part, où tu te débrouilleras tout seul ?"

*...Mais bon, j'ai pas le droit de l'abandonner comme ça, quand même.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~¤ Mille-Visages ¤~

avatar


Nombre de messages : 184
Localisation : Partout à la fois!
Métier/Fonction : Pnj

MessageSujet: Re: Les ennuis commençent...   Sam 13 Oct 2007, 19:26

Le Leprechaun fronçait ses brousailles de sourcil, irrité par la nonchalance du bonhomme, qui aurait pu faire plus d'efforts pour se montrer courtois avec lui. Il prit cependant le temps de répondre à sa nouvelle question idiote, prenant lentement conscience que la mèche blanche ne se montrerait pas sous un meilleur jour si Grimles ne l'amadouait pa sun peu:[comment ça j'inverse les rôles? xD]

"Faut rouler le 'r', parle comme t'avais la voix enrué"

[En fait c'est Grim'eulsse avec une voix d'ogre des cavernes, mais normalement la prononciation t'en avais pas besoin puisqu'il l'a dit et non pas écrit :p]

Le discours interminable qui s'en suivit de la part du médecin fit monter la moutarde au nez de la petite créature. Il ne comprenait donc rien ce bachi bouzouk, détritus de sanglier blanchi à la chaux pas frais? C'était son boulot de savoir comment on lui avait pris ses pouvoirs et de chercher une solution, qu'il soit incapable de les lui redonner, il le savait bien! Comment un pauvre humain décrépi pourrait les lui rendre?! La main tendue vers lui ainsi que la honte de se sentir rabaissé furent la goûte de vase qui fait déborder le marécage. Grimles s'aida de ce membre tendu pour grimper sur la poubelle et attraper le docteur par le col. L'haleine de bouc collée à son pauvre nez, il le secoua fébrilement avant de lui cracher au visage tout le respect qu'il avait pour lui:

"Spèce d'racis d'moule, tu m'prends pour qui?! HEIN? J'te dmande de m'trouver un prablème, je sa très bien que tu peux pas pus! Des pouvars ça s'envole pas comme ça! T'as qu'à trouver pourqua, escroc, et tu m'verras pus jamais!"

Il colla son oeil torve à celui qui n'était pas caché derrière la mèche et souffla bruyamment. Il n'aurait pas la force de se battre contre un refus mais l'intimidation, c'était tout ce qu'il connaissait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 687
Localisation : Centre
Métier/Fonction : Médecin du paranormal et linguiste / Conteur amateur

MessageSujet: Re: Les ennuis commençent...   Ven 19 Oct 2007, 20:06

Ginkô gardait son calme malgré la colère du Leprechaun bourru, et ferma légèrement les yeux afin de créer un petit rempart contre ses postillons. En revanche, il n'osa pas se boucher le nez : le Leprechaun était suffisamment énervé comme ça. Néanmoins, le pharmacien n'avait pas tellement l'habitude de se faire fâcher : de plus, c'était la seconde fois qu'on l'attrapait par le col. Après la fin du soliloque de Grimles, Ginkô attrapa sa cigarette, l'alluma rapidement puis la fourra sur le menton du Leprechaun, qui tomba sur le sol.

"Moi aussi, je suis content de te connaître... Grimles... Smile Au fait, je ne suis pas un escroc ^^ mes services sont gratos. Capisce ? "

Il l'éteignit puis la jeta dans une poubelle. Puis il s'assit, regrettant d'avoir utilisé la force contre un être plus petit que lui.

"Je crois que tu m'as mal compris. Je vais donc être clair : je ne peux pas te rendre tes pouvoirs. Je t'ai déjà dit d'aller voir des sorciers ou des sorcières environnants, qui eux, peuvent t'aider. Mais si ça ne marche pas, et que tu veux retrouver tes habilités......."

Il réfléchit une seconde en fermant les yeux, et marqua une courte pause. Puis il les ouvrit en prenant un air sérieux.

"Tu sais, tes pouvoirs sont comme une seconde vie. Alors les récupérer équivaut à un danger. Si les sorciers et les sorcières dans les forêts - que tu sembles bien paresseux à voir, par ailleurs - ne peuvent rien pour t'aider, j'ai un autre remède pour toi... Mais il peut te coûter la vie. Fais ton choix..."

Il s'attendit à ce que le Leprechaun lui crie dessus, et en profite d'ailleurs pour lui donner des coups. Si c'était le cas, il était en train de préparer des cigarettes dans sa poche, et ne lâcherait le paquet pour rien au monde.

*C'est vraiment ridicule... J'adorerais lui mettre les points sur les i et lui dire ses quatre vérités ; lui dire que ce n'est pas en me tançant sans arrêt qu'il sera guéri. Mais ça ne fera qu'empirer... Comment puis-je conserver ma sérénité avec quelqu'un d'aussi déplaisant ?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~¤ Mille-Visages ¤~

avatar


Nombre de messages : 184
Localisation : Partout à la fois!
Métier/Fonction : Pnj

MessageSujet: Re: Les ennuis commençent...   Sam 12 Jan 2008, 17:18

La brûlure sur les poils disséminés de sa vieille barbe arracha au Leprechaun un grognement hargneux. La caresse de la terre sur son coccyx tassé n’arrangea pas son humeur. Il s’apprêtait à se relever d’un bond, une main sur les hanches, une autre prenant appui sur le sol… En tous cas il s’apprêtait à se relever douloureusement et faire ravaler son insolence au médecin par les narines tant bien que mal, quand ses paroles le coupèrent en plein élan. Il retomba sur ses fesses et le regarda malgré tout de haut, ses joues cramoisies bombées par sa respiration hâtive.

« Quel remède ? »

Sa vie ne tenait plus qu’à un fil miteux comme ceux qui composaient sa culotte, qu’avait-il à perdre ? Dans sa jeunesse, il avait eu une dignité, un orgueil fort et du mépris pour ces méthodes. Aujourd’hui son ego l’avait quitté pour un autre, il était prêt à tout pour ne pas mourir comme ça. Si lentement…

Il se frotta le menton de ses doigts calleux et renifla bruyamment.

« Dis-ma. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 687
Localisation : Centre
Métier/Fonction : Médecin du paranormal et linguiste / Conteur amateur

MessageSujet: Re: Les ennuis commençent...   Mar 15 Jan 2008, 00:17

Ginkô lança un regard inquisiteur vers Grimles, qui avait perdu toute agressivité.

*Tiens, comme dans les dessins animés... Je pense à quelque chose, il s'en produit le contraire !*

Le médecin explorateur aux cheveux blancs enleva alors son bagage, puis fouilla parmi les étranges minuscules tiroirs que celui-ci comprenait, jusqu'à en sortir un petit grain de riz.

"... Il s'agit de ça."

Ginkô referma son étrange bagage en bois. Puis il tint soigneusement le grain de riz entre deux doigts et le montra au Leprechaun. Cela semblait être un grain de riz ordinaire.

"Ce grain de riz a hérité d'une plante spéciale, qui lui a servi de berçeau. Elle apparaît toutes les quatre années au nombre de dix dans le monde entier. Des gens qui les ont mangés ont soit acquis des pouvoirs mystérieux et bénéfiques, soit sont passés de l'autre côté. Pour les médecins-explorateurs, jouer ainsi avec la vie des malades pour obtenir une guérison parfaite de leur organisme... est rigoureusement prohibé. Mais ce n'est pas moi qui vais t'apprendre que l'interdit est conçu pour être brisé ^^ Alors soit tu prends la peine d'aller voir des vrais spécialistes en la matière, soit tu mets ta vie en jeu pour retrouver tes pouvoirs en avalant ce grain de riz... La décision t'appartient..."

Ginkô espérait que Grimles serait raisonnable et opterait pour la première solution. Mais tout dépendait de la réponse du Leprechaun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~¤ Mille-Visages ¤~

avatar


Nombre de messages : 184
Localisation : Partout à la fois!
Métier/Fonction : Pnj

MessageSujet: Re: Les ennuis commençent...   Jeu 17 Jan 2008, 22:24

Le petit être suivait avec une attention presque désobligeante les gestes du médecin. Voilà plus d'une quarantaine d'année qu'il respirait autant qu'il créait de la magie. Ses pouvoirs n'étaient certes pas les plus puissants, mais il les contrôlait et les maniait avec une agilité maligne. Sa connaissance du monde, bien qu'il s'en tint à ne vivre que dans sa forêt, était des plus ouvertes et diverses, des plus développées. Derrière son visage rabougri ne se cachaient pas seulement des trésors d'insultes se bousculant à la sortie de sa bouche à tout va, parmi elles se lovait une culture inespérée. Et pourtant, ce remède que lui tendait soudain un homme, cette fantasque idée de miracle à double tranchant, ce merveilleux grain de kit ou double, il ne le connaissait pas. Réglé comme une horloge, ridiculement petit, innocemment blanc...

La respiration lourde, traînante, et les sourcils froncés jusqu'au milieu du nez, il le détaillait. Sans prévenir, il se releva et l'attrapa d'une rotation du bras et s'en alla l'examiner un peu plus loin, désirant être seul avec son sort en ce moment crucial.

Il s'installa les fesses sur un muret, ses jambonnots balancés dans le vide. Presque collé au 'remède', il s'interrogeait. Il sentait son coeur peiner à sa besogne, il sentait ses muscles lourds et fatigués. Sa tête trop vide ou trop pleine, il n'aurait su le dire, c'était comme s'il ne restait en elle plus qu'un râle se choquant sur les parois de son crâne et se répercutant tel un écho, encore et encore, créant ainsi un choeur douloureux. Il se balançait d'avant en arrière lassivement. C'était plus qu'un épuisevement physique. Ses reins le lançaient, ou peut-être était-ce plus bas? Un profond malaitre, comme des fourmis éternelles dans son ventre ayant remplacé les papillons de l'amour.

Et puis, il avait peur, il était en colère.

« Bah, pourqua pas? »

demanda-t-il au grain de riz. Il jeta un coup d'oeil à Ginkô et d'un lancer précis l'engouffra dans sa gorge. L'effet fut immédiat, une quinte de toux lui saisit les bronches et il manqua de virer tête la première sur le pavé. Ah non, en fait il s'était étouffée avec son médicament, qui retomba gluant de salive sur la paume ouverte du Leprechaun. Beuh... Il le ravala moins brutalement cette fois et s'essuya négligeament la main sur ses culottes. Et puis, il attendit un peu, les yeux dans le vague.

Alors, il venait l'effet oui?

Et soudain, sans prévenir, son corps inerte s'écroula par terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 687
Localisation : Centre
Métier/Fonction : Médecin du paranormal et linguiste / Conteur amateur

MessageSujet: Re: Les ennuis commençent...   Sam 19 Jan 2008, 23:02

[C'est quitte ou double ^^]

Ginkô regarda, effaré, le Leprechaun répugnant recracher le grain de riz après l'avoir avalé.

"Mais... Tu aurais pu le mâcher au moins !!"

Mais Grimles ne semblait pas prêter attention à ce que le docteur disait. Il le ravala, puis attendit patiemment une dizaine de secondes. Ginkô frémissait, et priait pour que vingt secondes passent sans qu'il n'eût plus qu'un cadavre devant ses yeux.

*J'ai essayé de ne pas céder, et de ne pas lui dire.... Mais il avait une force étrange sur moi... Navré, Maître. Je prie pour ne pas que ce genre de grains de riz utilisés dans les situations désespérées, ne prennent pas la vie de l'un de mes clients pour la seconde fois. 40%.... C'est grosso modo le pourcentage de chances de survie et de guérison complète après avoir mangé ce grain de riz. Je suis tellement égoïste... Je m'inquiète pour sa survie parce que sa mort inclurait une part de culpabilité dans mon esprit. Mais je n'ai pas de réel attachement envers lui, je ne vois en lui qu'un client... En gros, j'espère qu'il survivra pour que je puisse avoir la conscience tranquille. Je ne veux pas penser de cette manière !!!!!! Je veux me plaire à croire que Grimles a un bon fond, et espérer qu'il survive pour qu'il retrouve sa fierté et sa dignité. Voilà ce que je veux ! Espérons que le petit gaillard pourra arrêter de se plaindre du monde entier grâce à ce grain de riz, et retrouver son statut de Leprechaun !*

Mais il en fut tout autre. Le grain de riz, dans le corps du Leprechaun, avait en fin de compte puisé dans toute la vie de ce dernier. Il tomba par terre. Le docteur resta figé, comme si on lui avait donné un coup de poing dans le ventre, devant la chute de toutes ses espérances. Il savait mieux que quiconque à quel point un médecin peut devenir meurtrier malgré lui. Certes, Grimles était mort de son propre gré, en connaissance de cause (ou pas... ?). Mais Ginkô lui avait montré le grain de riz trempé dans la source du flux de l'énergie biosphérique, et cela fut fatal à son client : il avait lui aussi sa part de responsabilité.
Il se mit la main devant la bouche, puis se frotta les yeux, en s'appuyant de l'autre main sur le sol. Il releva doucement la tête vers le cadavre de Grimles., puis se releva lentement. Il prit alors une expression colérique, et frappa sur le mur, tout en regardant son client, étendu sur le sol humide de la ruelle.


"... Ugh... Bordel... Bordel !.......... Pauvre crétin... ! Pauvre crétin !!"

Il mit la tête contre le mur, en se calmant.

"Pauvre crétin... Pourquoi tu lui as montré le grain ? Il a tout perdu, et tu lui as montré une arme qu'il trouvait trop tranchante ! Il a utilisé cette arme sans se douter qu'il se trancherait lui-même les veines !!"

Personne ne pouvait entendre sa colère contre lui-même depuis le marché du port. La vie continuait alors qu'une autre s'était éteinte. Cela fit rire ironiquement Ginkô.

*... Remarque... On n'a pas le temps d'enterrer tous les morts du monde, chaque jour... Surtout si on ne connaît pas ces morts là.*

Il ramassa son sac à dos, le mit sur ses épaules, puis s'avança vers le cadavre du Leprechaun, dont le regard avait perdu toute la hargne. Le voyageur aux cheveux argentés serra les poings.

*Mais moi, je peux l'enterrer. J'en ai le temps, la responsabilité, le devoir et surtout... la volonté.*

Il ramassa le corps du Leprechaun. Il ne pouvait pas utiliser le dernier grain de riz magique dans son mystérieux sac à dos en bois pour ramener Grimles à la vie : ce genre de grains remplissait hasardeusement ses fonctions par ce qui était inscrit dans ses gènes à l'aide de l'énergie vitale imperceptible de l'individu : mais il avait l'effet d'un grain de riz ordinaire s'il est assimilé par un organisme sans vie.
Ginkô alla dans un cimetière, dans un coin où absolument personne ne viendrait. Il sortit Grimles de son manteau, l'odeur émanant de son corps (mort, qui plus est) n'important guère à ses yeux. Il prit alors des bouts de bois ambulants, puis creusa une tombe et inhuma le corps du Leprechaun dont l'ambition de récupérer ses pouvoirs lui avait malencontreusement coûté son existence en ce monde ridicule où l'on gagne des choses et où l'on en perd d'autres. Ainsi était l'état d'esprit du médecin. Il n'oubliait bien sûr pas de couvrir la fumée avec son manteau.
Le cadavre de Grimles aurait pu être incinéré à la place, pour récupérer le grain de riz toujours dans l'estomac. Mais la fumée aurait pu attirer les curieux, et à quoi cela servait-il si Ginkô avait déjà laissé un autre grain de riz dans le corps d'un précédent client ? Il n'avait plus qu'un seul grain de riz, et il n'allait pas s'en servir de sitôt. Il allait plutôt l'analyser de manière à ce qu'aucun cultivateur de riz ne meure "selon la volonté des Dieux".


*Je dois mettre fin à ces conneries-là. Personne ne doit plus s'en servir. J'ai décidé de trouver une solution à cela.*

Le docteur du paranormal se releva, et mit les mains dans ses poches en regardant longtemps la tombe de Grimles, son manteau bougeant au rythme du vent. Il finit par prendre, allumer et fumer une cigarette.

"Désolé Grimeulz, mais je ne peux pas te fourrer ma cigarette de la mort dans ton oeil torve une dernière fois. J'avais plein de choses à te dire, mais un autre client m'attend. Et il est probablement en danger de mort. Je dois aller l'aider. Non... En fait, je veux aller l'aider. Et viens pas te plaindre en me hantant, je te signale que je me suis tué à te faire des funérailles, petit con, va... Hahaha.......... Voilà, ben j'y vais. Là où tu es, je doute que tu puisses te plaindre qu'on te marche dessus."

Il fuma de nouveau sa cigarette, puis souffla une fumée plus pure que d'habitude.

"A la prochaine. Et... désolé de t'avoir tenté. La prochaine fois, j'écrirai ton nom sur ta tombe le plus joliment possible."

En fermant les yeux et en prenant une expression de sage, il détourna la tête de la croix en bois et sortit du cimetière. Jettant sa cigarette dans une poubelle, et marchant plus rapidement que d'habitude dans le marché, il courut plus vite que prévu : on l'attendait, et surtout il pleuvait.

*Comme si tu étais encore en train de me postilloner dessus...*

"Haha..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~*Reine des Abysses*~

avatar

~*Reine des Abysses*~

Nombre de messages : 4683
Localisation : *~ là où les corps rencontrent la nuit ~*

MessageSujet: Re: Les ennuis commençent...   Sam 19 Jan 2008, 23:30

[XD C'est pas moi c'est l'admin!! Razz *balance*]

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
¤Admin¤

avatar

¤Admin¤

Nombre de messages : 10629
Localisation : ¤ Là où la mer et le ciel se rejoignent, sur l'horizon, là où le Rêve existe encore ¤
Métier/Fonction : ~¤Maître du Jeu¤~ / ~*Conteuse*~

MessageSujet: Re: Les ennuis commençent...   Dim 20 Jan 2008, 20:29

[Non mais en faite Oa', j'avais pas compris que tu me demandais ça sur mess'n... Je croyais juste que tu voulais faire un jeu de mot foireux, et du coup, le "ki-kat" était inévitable u_u ... Pis franchement... snif... Ca m'apprendra tiens...!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~*Reine des Abysses*~

avatar

~*Reine des Abysses*~

Nombre de messages : 4683
Localisation : *~ là où les corps rencontrent la nuit ~*

MessageSujet: Re: Les ennuis commençent...   Dim 20 Jan 2008, 20:45

[ cheers c'est pas grave maintenant on comprend tous ce qu'il s'est passé et personne n'est fautif. *câliiin*]

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Les ennuis commençent...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les ennuis commençent...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quand on cherche les ennuis, on les trouve ! (pv)
» les ennuis ne viennent jamais seuls (PV Jared)
» Parce que les amis ça sert lorsqu'on a des ennuis [ Wilhelm Murnau ]
» Fugue, prémices d'ennuis collatéraux - Hôtel de Courtenvaux [rp unique]
» Dihydrogène + Dioxygène = Ennuis en perspective
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Lan Rei :: Lan Rei Est :: Port de Reilor-