AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Repos du voyageur à l'aube du printemps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Jeu 25 Mar 2010, 22:44

Un milan royal tournoyait au-dessus des prairies qui venaient de retrouver leur verdure avec le printemps. Silencieux, il décrivait de larges cercles, patientant jusqu'à ce qu'un rongeur sorte à découvert. Son ombre glissa sur le chemin où marchait Balsa. Elle s'arrêta un instant pour admirer le vol de rapace. Dans le ciel d'un bleu azur, aucun nuage ne laissait présager une pluie pour les jours à venir. Mais la sécheresse n'était pas à craindre, car les neiges de la ceinture de Brendian fondait doucement avec la chaleur du printemps.

Et bientôt le saumon remontera les cours d'eau... je dois penser à acheter une ligne de pêche...

Balsa s'était levée à l'aube, et avait marché pendant près de six heures. Le soleil à son zénith diffusait ses rayons chaleureux sur la peau de la jeune femme. Vêtue d'une longue robe dont elle avait déchiré les manches, elle souffrait un peu de la température qui avait rapidement augmenté ces derniers jours.
Le chemin qu'elle parcourait coupait droit au travers des étendues sauvages. Elle avait quitté la forêt et sa fraicheur en milieu de matinée. La fatigue commençait à se faire ressentir, ainsi que la faim. Lorsqu'elle trouva sur la bord de la voie un grand chêne centenaire, elle décida de faire une pause sous son ombre déployée en un cercle de plusieurs mètres.

- Que fais-tu là, à te dresser seul au milieu des étendues verdoyantes ?...

Oui, la chimère parlait aux arbres... La solitude, ou simplement l'amour de la nature. Elle contempla le chêne un moment avant de s'en approcher. Il déployait au-dessus de la prairies ses branches épaisses. Son tronc, couvert de lierre, était plus large que les corps de six hommes réunis. Balsa finit par se rendre sous l'arbre, et s'y assit en tailleur, le dos plaqué contre le tronc.
Elle posa délicatement sa lance sur sa droite, détacha la gourde à sa ceinture et y bu quelques gorgées. Retrouvant peu à peu son souffle, elle cherchait du regard l'oiseau de proie qu'elle avait aperçu juste avant. Il s'était déporté sur la gauche, mais gardait toujours le même mouvement. Quelle grâce, quelle élégance... Il plongea Balsa dans une rêverie où elle aussi traversait Lan Rei depuis les cieux, baignée dans l'azur du printemps.
Mais le voyageur, s'il peut à chaque instant contempler la nature dans toute sa splendeur, ne doit pas se perdre en songeries. Pour s'occuper pendant que les muscles de ses jambes reprenaient des forces, la chimère savait quoi faire. De son sac en bandoulière, elle sortit sa pierre à aiguiser et son couteau de chasse. La lame était usée en plusieurs endroits. Alors, calmement, Balsa se mit à le frotter du bas vers le haut avec la pierre, donnant juste assez de force à son mouvement pour libérer l'acier des éclats abimés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Ven 26 Mar 2010, 00:24

Aymas courait toujours, sa devait faire un moment qu'il courait dans la forêt. Après avoir échappé à cette gamine complètement dingue et sa bande de loups abrutit, il n'avait ralentit que pour déposer Alisia dans son foulard qu'il avait autour du cou. Elle était très épuisée et devait se reposer. Le nékothrope ne s'était pas occupé de son bras mais savait que sa devenait urgent.

Aymas sortit de la forêt et devait désormais se trouver dans les collines d'or. Une grande étendue de verdure s'étendait devant lui. Il ralentit sa course et arriva finalement sur un chemin. La journée n'en finissait pas. Il faisait un peu moins chaud que précédemment et il n'y avait toujours pas de nuages visibles et il n'y en aurait sûrement pas avant longtemps.A sa gauche se trouvait un chêne immense. Il décida d'y grimper et de s'y cacher pour se reposer.

Le nékothrope grimpa avec agilité et s'y installa comme il fallait. Il arracha sa manche déchiquetée et s'en servit pour se bander le bras. Puis il s'endormit paisiblement après avoir vérifier que personne n'était sortit de la forêt à sa suite. La ou il se trouvait il était totalement invisible. Mais une heure ou deux avaient du passer avant qu'un bruit ne le réveille. Une voix plutôt, quelqu'un avait semblé s'adresser à une autre personne.

"- Que fais-tu là, à te dresser seul au milieu des étendues verdoyantes ?..."

Le jeune homme qui désormais était réveillé observa ce qui se présentait. Il n'y avait qu'une personne... ou plutôt une créature... en effet ce qui lui faisait penser cela était la queue qui se trouvait derrière. A part cette queue, on reconnaissait une femme aux cheveux noir avec d'intéressants tatouages - semblait-il - tribaux. Elle portait une lance et apparemment pas grand chose d'autre. Avant que cette chose n'approche plus, il chuchota quelque chose à Alisia au cas ou elle serait réveillé aussi :

"- Ne fais pas un bruit Alisia !"

Elle s'adossa à l'arbre et sortit un couteau et de quoi l'aiguiser puis se mit à l'œuvre. Après ce qui s'était passé avec Ràna, il espérait que tout se passerait bien... du moins il ne pensait pas lui parler et continuer à se reposer sans faire de bruit. Mais une question bien qu'elle pouvait être idiote lui vint à l'esprit :

*Serais-elle capable -il décida que c'était en effet une femme - de sentir l'odeur du sang dont mon bras est maculé ?*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Ven 26 Mar 2010, 18:18

Alisia se réveilla au son de la vois d’Aymas :

"- Ne fais pas un bruit Alisia !"

Se demandant ce qui se passait encore une fois elle regarda autour d’elle et remarqua qu’elle était dans un arbre posé sur Aymas. L’esprit encore brumeux elle fît confiance au neko et ne fît pas un bruit regardant autour d’elle puis en dessous, elle vît alors une femme adossée à l’arbre entrain d’aiguiser une lance. Ayant mal au dos et particulièrement a ses ailes qui avait été toucher lors du combat elle regarda les colline et plus particulièrement la forêt mais ne vît aucun des loups entrain de les poursuivre, soupirant légèrement de soulagement elle tressaillit de douleur lorsque son aile droite bougea légèrement. Elle se demandait la gravité de ces blessure mais n’osait pas bougé, le neko n’ayant apparemment pas envie que la femme en dessous d’eux ne les repère. L’observant plus attentivement elle remarqua alors une queue qui bougeait légèrement dans le dos de la femme assise contre l’arbre. Regardant Aymas pour voir ce qu’il contait faire et murmura à son oreille d’une voix fatigué :

« Que fait-on ? »


Puis se rassit sur son épaule évitant que ses ailes n’entre en contact avec quoi que ce soir observant calmement le neko qui avez une blessure plutôt grave et panser à la va vite.
Revenir en haut Aller en bas
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Ven 26 Mar 2010, 19:04

Du vent ?...

Au murmure s'élevant du grand chêne, Balsa crut que l'air venait de soulever quelques feuilles. Elle leva les yeux au-dessus d'elle. Le soleil filtrait à travers l'épais feuillage de l'arbre, et elle du plisser les paupière pour le fixer tant bien que mal. Mais il était parfaitement immobile.

Mon imagination me jouerait-elle des tours ?...

Mais la jeune chimère ne reniait pas son instinct si facilement. Elle ouvrit ses sens au monde. Si sa vue ne pouvait percer au-delà des lourdes branches du chêne, elle tendit l'oreille. Rien. Ce fut une effluve timide qui parvint à ses narines... du sang ! Le sien ne fit qu'un tour dans ses veines.
Au loin, le milan plongea sur une petit mammifère dans un piqué d'une rapidité foudroyante. Le pauvre rongeur ne verrait même pas sa mort venir... Balsa, d'un bond, se saisit de sa lance et se retrouva plusieurs mètres de là où elle s'était assise. Il ne restait au pied de l'arbre que son léger sac de voyage, et son couteau fraichement aiguisé. Elle réalisa son erreur d'avoir laissée une arme, si courte soit-elle, à la disposition de l'être présent au-dessus d'elle.

- Vous là-haut ! Descendez si vous n'êtes pas lâches !

Sa voix ne tremblait pas, ne laissant pas supposer une once de peur. Elle était ferme, déterminée, sans faille. Tenant fermement sa lance de la main droite, pointée en direction des feuilles immobiles, Balsa s'attendait à tout moment à en voir surgir quelqu'un. Dans les secondes qui suivirent, les pensées fusèrent, désordonnées, dans l'esprit de la jeune femme.

Qui est-ce ?... pourquoi m'espionnent-ils ?... S'ils comptaient m'attaquer pendant mon sommeil, c'est raté... et s'ils voulaient s'emparer de mes biens, qu'ils viennent, on verra de quoi il en retourne !... Mais ils étaient forcément là avant mon arrivée... ils m'attendait ?... Je suis... leur cible ?...

_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Sam 27 Mar 2010, 17:53

"- Que fait-on ?"

C'est ce qu'Alisia venait de murmurer à Aymas quand la créature au pied de l'arbre s'arrêta net dans ce qu'elle faisait. Il s'en voulait d'avoir dis quoique ce soit à Alisia, il aurait dû ignorer l'intrus et il n'en voulait pas à Alisia. La femme releva la tête dans leur direction mais le nékothrope savait bien qu'ils étaient invisibles dans l'arbre. Il n'en voulait pas à Alisia, ni à cette... chose mais plutôt, il en voulait au destin, même s'il se refusait à croire que l'histoire d'une personne soit déjà écrite.

"- Vous là-haut ! Descendez si vous n'êtes pas lâches !"

La femme avait bondit de sa position pour s'éloigner de l'arbre tenant fermement sa lance dans leur direction approximative. Elle avait parlé d'un voix net et déterminée, qui se voulait dénuée de peur. Aymas remarqua qu'elle avait laissé son sac et son couteau fraichement aiguisé au pied du chêne. Il nota cela au cas ou il aurait à s'en servir, car il na savait pas du tout ce qui se trouvait en face de lui, ou plutôt face aux branchages. Il fallait agir et vite. Le jeune homme réfléchit un instant, ils ne pouvaient rester dans l'arbre puisqu'il ne connaissait pas la nature de la chose. Il voulait à tout prix protéger Alisia et puis il n'avaient rien à perdre. De plus si la créature les avait vu - ce dont il doutait - il serait plus facile de courir s'il était déjà sur la terre ferme. Son bras quand à lui s'était remis à saigner.

*Il faut que je me montre ! Et puis pourquoi j'arrête pas de la traiter de chose, chaque créature à le droit d'être différente...*

Le nékothrope était complètement embrouillé, il se rendait compte qu'il était dans un sale état. Puis après une minute environ qu'elle ai parlée, Aymas descendit doucement et souplement par le tronc de l'arbre majestueux alors que son opposante n'avait toujours pas bougé. Il regarda la femme puis détourna les yeux vers le sac et le poignard. Après les avoir regardé il regarda de nouveau son opposante et s'écarta de ses affaires de trois pas. Il voulait lui montrer qu'il n'avait pas l'intention de la voler. Ses yeux plongèrent dans ceux de la créature, ses yeux était empli de détermination et tout comme la femme, dénué de peur, tandis qu'il s'adressa à elle :

"- Je m'appelle Aymas et voici mon amie Alisia ! Désolé si on vous à fait peur mais ce n'était pas notre intention. Nous nous reposions juste dans cette arbre et j'avoue que je n'ai jamais vu quelqu'un... qui vous ressemblait... sans vouloir vous offensez !"

*Qu'est ce que je suis fatigué... Combien de temps j'ai couru aujourd'hui ? Combien de sang j'ai perdu ? Est-ce qu'Alisia va bien maintenant qu'elle est réveillée ? Quand est-ce que sa va finir ?*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Sam 27 Mar 2010, 19:34

La chimère, oui apparemment c'était bien une chimère venait d'arrêter son travail, Alisia retint sa respiration malgré sa grande fatigue, honteuse pensant que c'était à cause d'elle qu'ils étaient repérés. Soudain la femme s'écarta brusquement de l'arbre laissant son sac et un couteaux aiguisé comme un rasoir, pointa sa lance vers l'arbre et dit :

"- Vous là-haut ! Descendez si vous n'êtes pas lâches !"

Alisia posa sa tête contre le coup du neko se demandant ce qu'il allait faire. Elle ne pouvait pas s'envoler pour fuir et la fatigue accentuée sa peur. Observant comme elle le pouvait la chimère à travers les quelque troue minuscule que laissait les feuilles, elle ne se rendit pas compte immédiatement qu'ils descendaient vers le sol.

*Que fait-il ? Va-t-il parlementé et essayer de s'en sortir sans combattre ? La combattre malgré sa blessure plutôt grave ? Ou fuir en courant malgré sa fatigue ?*

La petite fée se posait beaucoup de questions, atteignant le sol Aymas ne fuiya pas et restât près de l'arbre avant de s'écarter de quelques pas des affaires posées au sol. Elle remarqua alors que le bras du neko saignait à travers le bandage, le panser correctement devenait urgent ou tout cela aller mal finir avant même de commencer. Malgré la fatigue, la petite créature de 10 cm restât éveiller tentant de suivre les événements.

"- Je m'appelle Aymas et voici mon amie Alisia ! Désolé si on vous à fait peur mais ce n'était pas notre intention. Nous nous reposions juste dans cette arbre et j'avoue que je n'ai jamais vu quelqu'un... qui vous ressemblait... sans vouloir vous offensez !"

Se rendant compte quelque seconde plus tard, un peu lente à réagir elle leva une de ses petites mains en guise de salut et dit d'une voix fatiguée et légèrement emprunte de douleur.

" Bonjour !"

Puis reposa doucement sa tête contre le coup du neko se reposant un peu tout en restant un minimum attentive à ce qui se passait espérant que l'inconnu ne serait pas hostile et les laisserai se reposer à l'ombre fraiche et agréable de l'arbre. Elle ne pouvait pas, de toute façon aider son ami étant à peine capable de bouger.
Revenir en haut Aller en bas
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Sam 27 Mar 2010, 20:54

Le temps semblait s'être figé. Aucun bruit, aucun mouvement ne vint de l'arbre pendant un moment qui sembla interminable. Balsa prenait cela comme un bon signe. L'intrus, quel qu'il soit, n'avait pas assez confiance en lui pour se jeter sur elle et l'éliminer. Ce n'était peut-être même pas son but.
Quand une silhouette se détacha du feuillage, la chimère braqua son regard sur elle. Un jeune homme, à peine moins âgé qu'elle. Son allure souple et les deux oreilles triangulaires sur le dessus de sa tête ne laissait aucun doute quant à sa nature. Les yeux de Balsa passèrent ensuite sur la blessure au bras du jeune neko. Du sang en coulait à grosses gouttes. La chimère, en parfaite santé, avait l'avantage.
Le neko s'écarta des affaires de la jeune femme, puis prit la parole :

- Je m'appelle Aymas et voici mon amie Alisia !
Son amie ?... Où ça ?... A moins que... sur son épaule ce soit...
- Désolé si on vous à fait peur mais ce n'était pas notre intention. Nous nous reposions juste dans cette arbre...
Sa voix est claire... il dit la vérité ?...
- ... et j'avoue que je n'ai jamais vu quelqu'un... qui vous ressemblait... sans vouloir vous offensez !
En tout cas il est honnête... et... poli en quelque sorte...
- Bonjour !

La petite voix s'élevait de l'épaule du jeune homme, où une fée minuscule était posée. Balsa n'en avait jamais vu, et sa curiosité envers la petite créature était grande. Après tout, elle avait en elle une part de gènes de fée, bien qu'ils ne se soient jamais exprimés. La chimère fit cependant attention à ne pas fixer la dénommée Alisia, et à ne pas la considérer comme une bête que l'on expose à la foire. Ce que Aymas semblait avoir du mal à faire. Mais s'il s'interrogeait sur la nature de la chimère, il était sincère et le disait ouvertement. Finalement, Balsa leur répondit d'une voix plus calme. Elle tenait toujours sa lance, mais moins fermement, et elle en avait orienté la lame un peu au-dessus du neko en signe de non agressivité.

- Mon nom est Balsa. Je suis une chimère.

Elle ne donna pour l'instant pas plus de précisions sur sa nature. Si le jeune homme était vraiment curieux, il aurait la patience d'attendre que la chimère lui fasse plus confiance. Elle désigna ensuite de sa main libre la blessure de Aymas.

- Qui vous a fait ça ?

Comme elle ne lisait toujours aucune menace dans les yeux des deux compagnons, elle décida de les approcher. Quand elle fut à moins d'un mètre d'eux, elle pencha un instant son regard sur la fée, puis sur le bras ensanglanté du jeune neko aux yeux gris. Elle se redressa ensuite, et sembla réfléchir avant de dire :

- J'ai de quoi nettoyer les plaies et les recoudre sur moi. Si vous le souhaitez, je peux tenter de vous soigner, du moins faire le maximum avec les connaissances que j'ai.

Puis, pour la première fois, elle s'adressa à la fée, après lui avoir fait un léger signe de tête respectueux.

- S'il vous plait acceptez et, en échange de ce service, pourriez-vous me montrer comment vous utiliser la magie, si vous la pratiquez.

_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Dim 28 Mar 2010, 00:12

"- Bonjour !"

Alisia étonna Aymas, il n'aurait jamais cru d'elle qu'elle puisse s'adresser comme ça d'un coup à l'inconnue dans un tel situation. Mais il devait avouer que ça aidait, et sa présence lui donnait confiance en lui. Il la sentit se re-blottir contre son cou et la recouvrit légèrement avec son foulard. L'interlocutrice quand à elle releva légèrement sa lance pour qu'elle ne soit plus à hauteur du nékothrope apparemment. Puis elle s'adressa à eux :

"- Mon nom est Balsa. Je suis une chimère."

*Balsa... Une chimère, c'est pour cela qu'elle ne ressemble à personne ! Je ne pensais pas voir une chimère un jour...*

"- Qui vous a fait ça ?"

Elle venait de désigné son bras dont le bandage était maintenant totalement imbibé de sang qui commençait à en couler. Il n'avait pas réussi à en faire un correcte avec une seule main pour le faire. Elle s'était approchée à moins d'un mètre d'eux et le nékothrope n'avait pas encore totalement confiance mais n'avait pas bougé. De toute façon une lance est dur à utiliser à si courte distance. Et avant qu'il n'ai répondu elle ajouta :

"- J'ai de quoi nettoyer les plaies et les recoudre sur moi. Si vous le souhaitez, je peux tenter de vous soigner, du moins faire le maximum avec les connaissances que j'ai. S'il vous plait acceptez et, en échange de ce service, pourriez-vous me montrer comment vous utiliser la magie, si vous la pratiquez.

- Bonjour Balsa, je serais très content que vous m'aidiez. Je suis sur que vous pourrez faire mieux que moi avec une seule main. En contrepartie, pour la magie ce n'est pas à moi d'accepter pour Alisia. Je la laisse répondre mais si elle accepte je vous demanderais de la laisser se reposer avant, je refuse qu'elle fasse quoique ce soit tout de suite."


Après avoir parlé, Aymas se relâcha. Il tenta de se détendre mais ce fut peut-être un erreur car il se mit à trembler et recula d'un pas avant de s'affaler contre l'arbre faisant tout de même un ultime effort pour retenir Alisia sur son épaule. Il avait perdu trop de sang. Le jeune homme releva la tête et dit avec un grand sourire :

"- Je crois qu'il faut pas perdre de temps... Quand à votre première question, il... il y a beaucoup de... de personnes dangereuse ici, pour ça... aussi que... nous n'avons pas... bougé de l'arbre... mais je... je... je vous en parlerais... après..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Dim 28 Mar 2010, 01:12

Aymas la recouvrit de son foulard, fermant presque entièrement les yeux elle écouta la conversation distraitement. Comprenant au fil de la discussion que la chimère (qui était effectivement une chimère) qui s'appelait Balsa ne leur voulait pas de mal elle soupira de soulagement.

Ouvrant un peu plus les yeux elle remarqua qu'elle s'était rapprochée d'eux.

- J'ai de quoi nettoyer les plaies et les recoudre sur moi. Si vous le souhaitez, je peux tenter de vous soigner, du moins faire le maximum avec les connaissances que j'ai.

Elle était soulagée, à force de perdre du sang son ami ne tiendrait plus très longtemps et il avait vraiment besoin de soin. Puis étonné elle remarqua aussi que Balsa lui avait adressé un petit signe de tête respectueux.

- S'il vous plait acceptez et, en échange de ce service, pourriez-vous me montrer comment vous utiliser la magie, si vous la pratiquez.

Se redressant un petit peu sur l'épaule du neko elle s'apprêtait à répondre mais celui-ci la prit de vitesse.

- Bonjour Balsa, je serais très content que vous m'aidiez. Je suis sur que vous pourrez faire mieux que moi avec une seule main. En contrepartie, pour la magie ce n'est pas à moi d'accepter pour Alisia. Je la laisse répondre mais si elle accepte je vous demanderais de la laisser se reposer avant, je refuse qu'elle fasse quoique ce soit tout de suite."


Elle le senti trembler et s'affaler contre l'arbre tout en la retenant pour pas qu'elle ne tombe.
Alisia se leva avec difficulté inquiète et s'écria inquiète

" Aymas ! "

Celui-ci sourit et dit :

"- Je crois qu'il faut pas perdre de temps... Quand à votre première question, il... il y a beaucoup de... de personnes dangereuse ici, pour ça... aussi que... nous n'avons pas... bougé de l'arbre... mais je... je... je vous en parlerais... après..."

Des larmes coulaient des yeux de Alisia tombant sur ces joux, la jeune fée qui était terriblement inquiète, se tourna vers la chimère elle parla d'une voix suppliante :

"Sauvez le s'il vous plait ! Je vous dirai tout et vous montrerai tout, mais sauvez le ! "

Elle pleurait terriblement inquiète pour le neko qui se vidait progressivement de son sang continuant de murmurer tout bas des s'il vous plaît incessant.
Revenir en haut Aller en bas
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Dim 28 Mar 2010, 02:23

Aymas semblait bien heureux d'avoir quelqu'un pour l'aider à panser ses blessures. Il teint un discours peut-être un peu long pour le peu de force qu'il lui restait. En effet, son corps trembla, et il recula, chancelant. Se laissant tombé dos à l'arbre, il retint tout de même la petite fée sur son épaule. Balsa s'avança vers lui et s'accroupit pour être à sa hauteur, posant sa lance sans prendre la précaution de rester sur ses gardes. Une chose l'impressionnait beaucoup...

Alors qu'il tombait, il a retenu Alisia... il fait passer sa santé au second plan... j'imagine qu'ils voyagent ensemble depuis longtemps... ça me rappelle l'époque où je vivait avec Akin...

D'une certaine manière, la chimère pouvait comprendre cette amitié entre deux être si différents mais unis dans ce monde où les hommes étaient souvent sans pitié pour les créatures à l'apparence étrange. Le cœur de Balsa s'emplit d'une chaleur agréable. La haine n'était pas encore maître en ce monde...
Aymas balbutiait, avec difficulté. Dans ses propos, Balsa trouva la justification quant à leur présence dans l'arbre. La fée semblait choquée par l'effondrement du neko. Ses yeux s'étaient embués, et des larmes roulait sur ses petites joues.

- Sauvez le s'il vous plait ! Je vous dirai tout et vous montrerai tout, mais sauvez le !
- Ne vous inquiétez pas, je ferais tout ce qui est en mon possible. Et je n'attends même rien en retour.

La confiance. Ce sentiment que Balsa avait appris à connaître au fil des années passées avec l'anubite Akin. En cet instant, elle décida de l'accorder aux deux voyageurs. Elle regrettait que Alisia ai pu comprendre qu'elle ne ferait rien si elle ne pouvait voir de magie. Elle s'était mal exprimée peut-être... Quoi qu'il en soit, il fallait maintenant agir, et au plus vite.
La jeune femme commença par aller chercher son sac, ainsi que sa gourde. Elle ouvrit cette dernière et la porta aux lèvres de Aymas.

- Buvez. Votre corps a besoin de s'hydrater pour lutter contre la perte de sang.

Après cela elle posa la gourde sur le côté, la laissant ouverte. Elle eut un léger signe de tête, comme pour s'excuser, avant de tendre ses mains vers le bandage. Délicatement, elle retira le tissu entourant le bras du neko. Son visage reflétait son extrême concentration, ses gestes étaient précis et ses yeux fixait la blessure qui se découvrait peu à peu.
Une morsure sans aucun doute. Deux entailles profonde sur le dessus de l'avant bras, deux plus petites dessous. L'os n'était pas brisé, ce qui était une chance. Un flot de sang s'échappa quand elle eut retiré la dernière couche du bandage, et elle s'empressa d'y verser une bonne quantité d'eau.

- Cela risque d'être un peu douloureux... Tenez bon ! Alisia, vous devriez lui parler pour qu'il ne perde pas connaissance.

Elle regarda le neko, puis la fée, et enfin son sac dont elle se saisit. Elle en sortit l'écharpe qu'elle avait porté cet hiver, un petit os taillé en forme d'aiguille, un fil épais et deux pots de terre cuite. Elle ouvrit le plus petit d'entre eux, et prit une poignée du sel qu'il contenait. C'est à ce moment là que la douleur risquait de saisir le jeune homme...
Elle saupoudra la plaie. Le sel était le meilleur désinfectant qu'elle avait sur elle. Avec le couteau qu'elle avait aiguisé l'instant d'avant, elle tailla dans l'écharpe un bout de tissu qu'elle humidifia et trempa dans le sel. Elle le passa ensuite sur les lacération du bras de Aymas, nettoyant le sang séché et estompant l'hémorragie.
Maintenant d'une main la compresse de fortune sur l'entaille qui laissait encore couler un peu du flot rouge, elle prit de l'autre main son fil artisanal -en boyaux de lièvre- et l'aiguille en os.

- Alisia, pouvez-vous tenir le tissu sur la plaie un moment ?

Une goutte de sueur perla sur le front de Balsa. Le moment le plus délicat arrivait. Elle fit un nœud grossier au bout du fil, et passa l'autre extrémité dans l'aiguille. Elle reprit la compresse à Alisia, l'enleva et retint sa respiration. Alors elle piqua le petit os dans la chair de Aymas, juste assez pour saisir la peau, et commença à refermer les plaies. Elle fit trois points sur la plus large entaille, deux sur une autre. Pour le reste, il lui sembla qu'il n'était pas nécessaire de recoudre.
Une fois les points fait, elle ouvrit le deuxième pot de terre cuite. Il contenait de la graisse animale qu'elle mélangea à un peu de sel avant de l'appliquer sur les plaies. Puis elle déchira le reste de son écharpe pour en faire une bande suffisamment longue qu'elle passa autour du bras du neko. Le bandage était plutôt serré, et elle fit un nœud pour qu'il ne bouge pas.

_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Dim 28 Mar 2010, 03:30

Après ses dernières paroles, il avait regardé Alisia pleurer... impuissant... Il était dans un brouillard total et les paroles n'étaient pas net. Il ne comprenait pas ce qui se passait autour de lui. ça l'avait pris soudainement, le fait de devoir bouger et parler avec l'inconnue ou plutôt Balsa, avait laissé le temps à trop de sang de s'écouler. Apparemment la chimères s'était approchée et baissée devant lui. Il sentit son cou devenir humide de quelques larmes de sa fée, de son amie. puis quelque chose approcha de sa figure tandis qu'il entendit ou plutôt compris quelques mots :

"- Buvez ...?... corps ...?... de s'hydrater ...?... contre ...?... perte ...?... - il sentit son bras bouger et de petites douleur lorsqu'on fini de lui retirer son pansement - ...?... risque ...?... douloureux ...?... bon ! Alisia ...?... lui parler ...?... ne perde pas ...?..."

Il sentit de nouveau la morsure à cause du sel qui venait d'être déposer sur son bras mutilé. Il sentit un douleur lui parcourant l'avant-bras quand l'aiguille entrait et sortait. Il savait se contrôler mais remarqua que même dans ce moment inhabituel, il résistait toujours autant à la douleur. Il était content de sa, de ne pas montrer ses blessures physique mais savait qu'il fallait quelque fois faire attention et se promit de s'en souvenir à l'avenir. Il se défendit tout seul en se disant que de toute façon il n'avait rien pour faire quelque chose de correct. Il se rendit compte que la douleur et les mots qu'Alisia lui murmurait à l'oreille lui faisaient du bien, non pas qu'il était sado-maso et qu'il comprenait les mots d'Alisia, mais parce qu'il sentait son corps et se sentait redevenir un peu plus conscient.

Il sentit ensuite un bandage se refermer sur la blessure, bandage qui s'avoua bien serré. Il avait assez reprit conscience pour remarquer le visage concentré de Balsa qui vérifiait que tout était bien maintenant avant qu'il ne tourne la tête vers Alisia, lui laissant le temps de s'éloigner sur son épaule pour ne pas l'écraser contre l'arbre avec sa joue. Puis le nékothrope la regarda quelque instant, retourna la tête et s'assoupit de fatigue malgré le jour encore présent après avoir dis un mot à la chimère :

"- Merci !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Dim 28 Mar 2010, 17:06

" Ne vous inquiétez pas, je ferais tout ce qui est en mon possible. Et je n'attends même rien en retour."

Soulagé Alisia regarda la chimère s'activer, prenant son sac elle fît boire le neko, se concentrant elle retira ensuite doucement le bandage fait d'une seul main par Aymas.

"Cela risque d'être un peu douloureux... Tenez bon ! Alisia, vous devriez lui parler pour qu'il ne perde pas connaissance."

Obéissant à Balsa, Alisia s'approcha de l'oreille de son ami pour lui parler, elle parla d'une petite voie qu'elle voulait calme et rassurante, racontant les bons moments qu'ils avaient vécue ensemble, lui disant que tout ce passera bien, le rassurant comme elle le pouvait. Elle ne vît pas ce que faisait Balsa, concentré sur ces paroles elle ne faisait attention a rien d'autre lorsqu'elle entendit :

- Alisia, pouvez-vous tenir le tissu sur la plaie un moment ?

Alisia arrêta de parler, se déplaça et parvint à descendre du bras de son ami pour aller tenir le tissu pendant quelques secondes/minutes, la chimère reprit le tissu et s'apprêtait à coudre la peau du neko. Détournant les yeux Alisia n'assista pas à cette opération délicate, retournant sur l'épaule de son ami. Serrant un bandage sur le bras de Aymas Balsa avait apparemment fini, Alisia s'écarta légèrement lorsque celui-ci tourna la tête vers elle puis l'entendit dire merci à la chimère avant de s'assoupir. Souriant de soulagement la petite fée remercia aussi celle qui avait sauvé son ami avant de regarder un moment le neko, commençant à avoir faim après toutes ces émotions chercha quelque chose a mangé. Son ami avait toujours un petit truc à grignoter sur lui et elle espérait avec de la chance trouver une pomme que celui-ci aurait gardé pour elle. Cherchant partout, elle finît par en trouver une dans une des poches intérieurs, sans doute caché pour une surprise pendant le cache-cache qu'ils avaient fait avant d'être attaqué. La sortant délicatement de la poche pour ne pas réveiller le neko, elle remonta sur l'épaule et croqua dedans à pleine dents pour se refaire des forces, regardant par la même occasion ce que faisait Balsa, ne sachant pas comment la remercier vraiment pour ce qu'elle avait fait pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Dim 28 Mar 2010, 22:14

Alisia avait séché ses larmes, et aidé Balsa à maintenir Aymas conscient. Elle accepta aussi d'aider la chimère lorsqu'elle eut besoin de ses deux mains, mais retourna vite se blottir dans le cou du neko. Aymas supporta l'opération avec bravoure, ne se plaignant pas une seule fois. Son corps semblait habitué à la douleur, et sa fierté lui interdisait de pleurer ou gémir. Balsa comprenait son attitude, elle aussi était plus du genre à prendre sur elle qu'à se laisser aller.

Et puis... devant une femme... cela aurait été gênant pour lui de craquer...

Quand elle eut terminé, il remercia la chimère, et tomba de fatigue. Balsa s'assura que son cou était droit pour qu'il ne s'abime pas les vertèbres. Elle souleva quelques unes des mèches gris argenté de Aymas pour poser sa main sur son front. Il n'avait pas de fièvre. Elle espérait que les soins avait été fait à temps pour qu'il ne contracte pas d'infection.
Puis, calmement, elle commença à ranger son matériel. Alisia semblait elle aussi soulagée, et toutes ces émotions lui avait ouvert l'appétit. Elle sortit une pomme d'une des poches du jeune homme, remonta sur son épaule et croqua dans le fruit juteux. A voix basse pour ne pas réveillé le neko, Balsa s'adressa à la fée :

- Il serait bon qu'il change ce pansement régulièrement, tous les jours si possible. Pour les points, ils se résorberont d'eux-mêmes normalement. Sinon il peut les couper quand la peau sera bien refermée. Vous devrez acheter du sel et de la graisse animale pour refaire le pansement.

L'estomac de la jeune femme gargouilla. Elle aussi avait besoin de se ressourcer. Mais comme elle n'avait que peu de pain sur elle, elle choisit de se retenir de manger jusqu'au soir. Elle but une gorgée à sa gourde, et soupira de soulagement. Elle y été arrivé. Bien qu'elle paraissait confiante, elle n'avait en réalité que très peu d'expérience en soins. Les seules blessures qu'elle avait déjà guéries étaient les siennes.
Le soleil était un peu descendu vers l'horizon depuis que Balsa était arrivée, et l'ombre du chêne s'étirait dans sa course. Comme la chimère n'avait aucune idée de l'endroit vers lequel elle se dirigeait, elle aurait voulu partir vite, pour s'assurer de trouver une bourgade dans laquelle elle prendrait un bon repas.

Elle avait complètement oublier de rappeler à la fée de lui montrer ses pouvoirs. Cela n'avait pas beaucoup d'importance de toutes façons. Même si elle la voyait pratiquée, Balsa ne serait jamais capable de faire de la magie.
Elle posa sur Aymas un regard attendri. Il devait avoir besoin de récupérer. Les yeux de la chimère s'attardèrent ensuite sur les oreilles du neko. Elle se demanda s'il avait autant souffert qu'elle de sa différence. Combien de temps allait-il dormir ainsi ?... Elle ne voulait pas le réveiller, mais elle aurait bien aimé pouvoir lui parler avant de partir.

- Alisia ?
Elle s'assura d'avoir l'attention de la fée, et lui indiqua le chemin en direction du sud.
- Savez-vous à quelle distance se trouve le prochain village ? En fait, je ne sais d'où vous êtes venus et où vous allez...

_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Dim 28 Mar 2010, 23:47

[Aymas s'est endormi... j'avais pas prévu ça mais je passe ce tour... Merci de votre compréhension... (si vous voulez je peut faire un rêve ^^)]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Lun 29 Mar 2010, 11:51

Alisia mangé sa pomme, croquant dedans à plein dents et avec délice, le jus coulant doucement sur ses petite joue, s’essuyant rapidement avec sa main elle continuait de dévorer sa pomme et reprenait peu à peu des forces. Elle fît une pose vers la moitié.

"Il serait bon qu'il change ce pansement régulièrement, tous les jours si possible. Pour les points, ils se résorberont d'eux-mêmes normalement. Sinon il peut les couper quand la peau sera bien refermée. Vous devrez acheter du sel et de la graisse animale pour refaire le pansement."

" D’accord, je m’occuperai de lui rappeler pour dès qu’il ira un peu mieux "

Reprenant son repas mais mangeant plus doucement et se demandant ce qui se serai passez si cet femme n’était pas passez par là elle entendit qu’on l’appelait :

"Alisia ?"

Levant la tête pour regarder la chimère qui venait de l’appeler elle attendit la suite s’arrêtant complètement de manger.

"Savez-vous à quelle distance se trouve le prochain village ? En fait, je ne sais d'où vous êtes venus et où vous allez..."

La petite fée répondit d’une voix hésitante

"J-je suis désolé, je ne sais pas, avant nous étions vers…. Le lac Olia ou nous avons été attaqué. Puis je me suis évanoui de fatigue après avoir trop utilisé ma magie pour me réveiller lorsque vous êtes arrivés ! "

Soupirant

"Je ne sais même pas où nous somme ! "

Elle regarda alternativement sa pomme et le ventre de Balsa qui gargouiller légèrement elle dit en tendant sa pomme :

" Vous en voulez ? "

C’était une façon comme une autre de remercier celle qui avait sauvé son ami. Sous le geste son dos la lança douloureusement la faisant blêmir mais elle ne bougea pas tendant toujours la pomme vers la chimère. Son dos et ses ailes la faisaient souffrir mais on ne pouvait rien y faire, les doigts humains étant trop rude pour les manipuler seul un membre de son espèce pourrait vraiment l’aider. Il fallait donc laissait le temps faire son œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Lun 29 Mar 2010, 14:57

A la question de Blasa sur leur position géographique, Alisia sembla un peu paniquée. Elle finit par admettre qu'elle ne savait pas du tout où ils se trouvaient.

- Et bien, je sais qu'à deux jours de marche au nord il y a un petit village, Les Pradelles. Le lac Olia ne doit pas en être loin, mais je ne suis pas allé sur ses rives.
Trop bondées de pèlerins à ce que j'ai entendu...

Pourtant, la chimère aurait bien voulu voir quelle créature avait pu s'en prendre à Aymas et Alisia. Son esprit combatif et sa fierté étaient grand. Elle aurait voulu se mesurer à la chose, mesurer sa force dans un nouveau combat. Mais la jeune femme se retint bien de poser quelque question à la fée, de peur de remuer des souvenirs douloureux.
Alisia avait englouti une bonne moitié de la pomme, à la grande surprise de Balsa. Elle envisageait mal qu'un si petit être puisse tant manger. Mais si cela lui permettait de reprendre des forces, c'était tant mieux. La chimère mit un moment à réagir quand la fée lui proposa de partager le fruit.

- M... Merci !

Elle ne refusait jamais de la nourriture. Par principe, elle considérait qui si on lui offrait quelque chose, elle devait l'accepter. Encore une leçon d'Akin... La chimère saisit la pomme, soulageant la petite fée de ce poids.
Le goût sucré et un peu acide saisit ses papilles. La nature procurait à ceux qui foulaient cette terre des fruits succulents. En quelques bouchées, elle avala la même quantité que Alisia avait mis quelques minutes à manger. Elle se débarrassa du trognon en le lançant de l'autre côté du chemin.

Si un pommier pousse ici, ce chêne ne sera plus aussi seul... Ah ! Et zut !...
- Euh... désolée, je l'ai finie sans m'en rendre compte. J'espère que vous ne souhaitiez pas en reprendre.

Balsa sourit, ce qui était plutôt rare, comme une enfant voulant se faire pardonné. Elle regarda Aymas, dont la poitrine se soulevait lentement au rythme d'une respiration calme et apaisée. Puis son regard se tourna vers l'immense prairie qui s'étendait devant eux. Elle chercha le milan qu'elle avait observé un peu avant, mais ne le trouva pas. Au loin, quelque corbeaux se disputaient au-dessus des roseaux. Il devaient probablement y avoir là une mare de boue ou les vers grouillaient.
La chimère aurait voulu aller voir là-bas, derrière la ligne d'horizon. Quel genre d'endroit se cachait au-delà de ces étendues vertes ? Trouverait-elle rapidement un village ? Ou devrait-elle encore passer plusieurs nuit dehors ? L'un ou l'autre lui convenait, mais si elle ne trouvait aucune présence humaine, elle devrait poser des pièges et attendre l'aube du lendemain en espérant avoir pris de quoi se nourrir. Elle avait le goût du voyage et de l'aventure. Elle aimait cette vie incertaine, faite de longues solitudes et de rencontres originales, comme aujourd'hui.

Aaaah... je crois que je pourrais pas tenir en place plus longtemps... Ça m'ennuie de laisser Alisia attendre seule le réveil de Aymas mais... je ne peux décidément pas rester là à attendre alors que mon corps veut aller de l'avant...

_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Lun 29 Mar 2010, 16:36

Aymas se réveilla, en se redressant brusquement, faisant tanguer Alisia qu'il rattrapa par réflexe et reposa sur son épaule, il la regarda qui le regardait les yeux grand ouvert... Puis il regarda son bras bien bandé et positionné en bandoulière en soupirant de soulagement.

Le nékothrope regarda le ciel qui était beaucoup moins lumineux désormais. Il se tourna vers la chimère, se passant le main dont le bras était bandé dans ses cheveux derrière la tête, malgré le tissu qui le maintenait en bandoulière et souriant à pleine dents, révélant ses crocs tandis qu'il tâtait ses poches avec son autre main :

"- Merci beaucoup ! Je suis désolé j'ai du m'assoupir... J'espère pas avoir dormi beaucoup de temps... Si vous avez faim j'ai une po..."

Aymas était sur qu'il avait une pomme sur lui, qu'il avait ramassée en chemin, à l'origine pour Alisia. Mais apparemment elle n'était plus là... Il chercha alors dans sa petite sacoche ou il lui restait un peu de pain et en sortit trois morceaux puis en tendit à ses deux compagnes du moment :

"- J'ai un peu de pain ! Alisia il faut que tu reprenne des forces... Quand à vous Balsa, si vous en voulez encore, redemandez-en !"

Avant qu'elles aient eu le temps de prendre leu morceau, après que lui ai réfléchi, il avait plusieurs question pour Balsa et il se disait qu'il fallait d'abord par trouver un lieu ou passer la nuit car même si ça leur arrivait de dormir à la belle étoile, leur état actuel ne le leur permettait pas. Et comme il avait un bon sens de l'orientation, malgré sa course il savait ou il se trouvait et puis il aimait mémoriser les différentes cartes qu'il voyait dans les magasins, cela lui évitait de les acheter. Il proposa donc à Balsa :

"- Il se fait tard et il faudrait trouver un lieu ou se reposer à l'abri, car notre état ne nous permet pas de rester dehors. Il y a un village du nom de Les Pradelles, au nord, mais il est trop loin pour y parvenir ce soir... Je sais qu'il y a un tout petit hameau sur la colline dans la forêt à une heure de marche au nord-est... Si vous voulez bien, j'aimerais que vous nous accompagniez, nous pourrons ainsi parler et ce tissu doit vous appartenir... Alors je vous en doit un et quoique vous direz ne m'empêchera pas de vous le rembourser !"

Il se rendait compte qu'il parlait beaucoup... c'était comme sa à chaque fois qu'il rencontrait des gens... à part avec les enfants trop jeune qui disaient toujours n'importe quoi... Il espérait donc ne pas avoir saoulé la chimère et qu'elle accepte de parcourir un bout de chemin avec eux...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Lun 29 Mar 2010, 19:54

"Euh... désolée, je l'ai finie sans m'en rendre compte. J'espère que vous ne souhaitiez pas en reprendre."

" Ce n'est pas grave, je n'ai plus faim de toute façon " répondit Alisia souriante.

La petite fée faillit tomber lorsque le neko ce réveilla, celui-ci la rattrapant rapidement la redéposa sur son épaule comme à son habitude. Ils s'observèrent quelques secondes avant que Aymas commença à chercher quelque chose dans sa poche.

"Merci beaucoup ! Je suis désolé j'ai du m'assoupir... J'espère pas avoir dormi beaucoup de temps... Si vous avez faim j'ai une po..."

Souriant en constatant qu'elle avait effectivement pris la pomme que son ami lui avait cueillit lorsque son ami lui tendit du pain, elle était aussi heureuse qu'il est l'air en si bonne forme aussi rapidement.

"- J'ai un peu de pain ! Alisia il faut que tu reprenne des forces... Quand à vous Balsa, si vous en voulez encore, redemandez-en !"


Alisia refusa le pain ayant déjà mangé la moitié d'une pomme deux fois plus grosse qu'elle.

" Non merci, j'ai déjà mangé la pomme qui trainait dans une de tes poches " répondit telle en souriant de toutes ses petites dents.

Elle espérait que le neko savait où ils étaient lorsqu'il invita subitement Balsa.

"- Il se fait tard et il faudrait trouver un lieu ou se reposer à l'abri, car notre état ne nous permet pas de rester dehors. Il y a un village du nom de Les Pradelles, au nord, mais il est trop loin pour y parvenir ce soir... Je sais qu'il y a un tout petit hameau sur la colline dans la forêt à une heure de marche au nord-est... Si vous voulez bien, j'aimerais que vous nous accompagniez, nous pourrons ainsi parler et ce tissu doit vous appartenir... Alors je vous en doit un et quoique vous direz ne m'empêchera pas de vous le rembourser !"

Décidemment il ne changerait pas, il parlait, parler sans jamais s'arrêtait. Le soleil baisser dans le ciel et sans abri l'état de Aymas risquer de ne pas vraiment s'améliorer. Espérant que la chimère accepterai l'invitation ce qui leur permettrai de discuter plus longtemps ensemble et ajouta.

"Oui passez donc la nuit avec nous, cela égaillera votre soirée et la notre"
Revenir en haut Aller en bas
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Lun 29 Mar 2010, 22:38

Aymas se réveilla enfin. Alors qu'il se relevait brusquement, il ne manqua pas de retenir la fée qui glissait sur son épaule. Balsa sourit intérieurement de voir tant d'altruisme. Le neko remercia une fois de plus la chimère, qui inclina légèrement la tête. Il chercha ensuite la pomme que Alisia lui avait subtilisée pour patienter pendant qu'il faisait sa petite sieste. Ne la trouvant pas, il proposa l'alternative suivante :

- J'ai un peu de pain ! Alisia il faut que tu reprenne des forces... Quand à vous Balsa, si vous en voulez encore, redemandez-en !
- Non merci, j'ai déjà mangé la pomme qui trainait dans une de tes poches
- Et j'avoue ne pas être tout à fait innocente dans cette affaire.

Mais une demi pomme n'avait pas calée la jeune femme autant que la fée, ce qui était tout naturel. Elle accepta donc le morceau de pain que lui tendait Aymas. C'était moins savoureux qu'un fruit, mais beaucoup plus nourrissant. Avec ça, elle devrait pouvoir se passer de manger jusqu'au lendemain.
On dit que la sieste a des vertus reposantes surprenantes, et Balsa comprit que cela n'était pas une légende quand elle écouta Aymas sortir un long discours. Une façon de se venger d'avoir gardé le silence ? Bien qu'il fut encore assez tôt, il envisageait déjà la question de trouver un endroit où dormir. Apparemment un petit hameau à proximité. Il tenait aussi à tout prix à rembourser la chimère pour le pansement. Elle voulu répondre, mais Alisia fut plus rapide :

- Oui passez donc la nuit avec nous, cela égaillera votre soirée et la notre.

Difficile de refuser... L'idée d'avoir de la compagnie pour la soirée n'était pas mauvaise. Depuis le jour où Akin l'avait laissée seule, Balsa n'avait jamais eu de compagnon de route. Bien sur, une nuit ne l'engageait à rien, mais elle avait le pressentiment qu'ils lui proposeraient plus tard de les suivre. Cela signifiait beaucoup pour la jeune femme, qui s'était forgé un caractère très solitaire.
D'un autre côté, la chimère se sentait la force de marcher encore longtemps, même si le soleil se couchait. Sa part d'ADN de panthère lui donnait une meilleure vision nocturne, sa pupille s'adaptant rapidement aux changements de luminosité. Et puis, Balsa voyait beaucoup moins d'intérêt à chercher refuge dans un village maintenant qu'elle avait le ventre suffisamment rempli.

Que faire ?... Si j'accepte, je reviendrais sur mes pas et « perdrais » un jour de marche... mais je ne serais plus seule... si je refuse, je pourrais avancer à mon rythme, et je ne les décevrais pas plus tard... mais je les décevrais tout de suite...

- Excusez-moi, mais je vais devoir refuser. Je peux vous accompagner jusqu'aux Pradelles...
Si on croise ceux qui leur ont fait ça, je devrais pouvoir les défendre... et je me battrais avec plaisir !...
- … Mais je compte reprendre la route juste après. Ne vous en faites pas pour l'écharpe, elle ne m'aurais été d'aucune utilité avec l'été qui arrive. Et puis... je ne sais pas... nos routes se recroiseront peut-être, qui sait ?

_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Lun 29 Mar 2010, 23:51

Alisia avait mangé la pomme, voilà un mystère de résolu, il n'était pas fou... Et puis elle était d'accord avec lui pour que la chimères reste mais celle-ci paraissait totalement indécise. Elle n'avait pas l'air d'avoir connu beaucoup de monde ou d'avoir fait beaucoup de rencontres. On l'aurait cru prisonnière de quelque chose mais ce qui était sur c'est qu'elle était très réservée.

"- Excusez-moi, mais je vais devoir refuser. Je peux vous accompagner jusqu'aux Pradelles... Mais je compte reprendre la route juste après. Ne vous en faites pas pour l'écharpe, elle ne m'aurais été d'aucune utilité avec l'été qui arrive. Et puis... je ne sais pas... nos routes se recroiseront peut-être, qui sait ?"

D'après ce qu'Aymas avait pu remarquer de son comportement et de son choix, il estima, à son avis, que la chimère était très solitaire et malgré qu'elle voudrait sûrement avoir des compagnons, elle avait l'air d'avoir peur de s'attacher. Mais comme il l'avait dis il n'en démordrais pas.

Il avait mangé son bout de pain en l'écoutant et en réfléchissant... Il rêvait un jour de pouvoir se balader avec toute une bande de compagnon... comme... une nouvelle famille, avec Alisia... Il voulait aussi en savoir plus sur les chimères et sa curiosité était énorme...

"- Je suis désolé mais utile ou pas, l'écharpe que vous avez utilisée est un bien matérielle qui vous appartenait et je ne veux rien devoir à personne, c'est un principe. Je vous en achèterais donc une nouvelle de votre choix. A part cela, puis-je savoir ou vous vous rendez ? A vrai dire nous sommes de simple vagabond sans plus de chez nous... Et nous aimons nous rendre utiles !"

Peut-être que Balsa avait quelque chose à leur proposer ou une direction pour leur donner une idée ou aller... Au début il n'allait pas vers Les Pradelles mais c'était le village le plus proche. Il préférait rejoindre pour une fois la plus grande ville de l'île avant d'aller au port et de commencer a découvrir le monde. Cela faisait un moment qu'ils parcouraient cette île Alisia et lui...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Mer 31 Mar 2010, 17:42

"- Excusez-moi, mais je vais devoir refuser. Je peux vous accompagner jusqu'aux Pradelles... Mais je compte reprendre la route juste après. Ne vous en faites pas pour l'écharpe, elle ne m'aurais été d'aucune utilité avec l'été qui arrive. Et puis... je ne sais pas... nos routes se recroiseront peut-être, qui sait ?"

Alisia était un peu déçu, mais elle comprenait Balsa, chacun suit sa route comme il l'entend et fait ses propres choix. Elle regarda le neko attendant sa réaction qui ne se fît pas attendre.

"- Je suis désolé mais utile ou pas, l'écharpe que vous avez utilisée est un bien matérielle qui vous appartenait et je ne veux rien devoir à personne, c'est un principe. Je vous en achèterais donc une nouvelle de votre choix. A part cela, puis-je savoir ou vous vous rendez ? A vrai dire nous sommes de simple vagabond sans plus de chez nous... Et nous aimons nous rendre utiles !"


Elle soupire, comme d'habitude son ami insistait beaucoup trop et ne se rendait pas compte dans ces cas la de son impolitesse total envers les autres. Elle décida d'intervenir et lui tira doucement la joue et dit d'une voix de nouveau fatigué :

" Aymas.... "
elle lâcha la joue " si elle refuse c'est qu'elle a ses raisons " Elle baya un grand coup et sourit à la chimère et s'allongea sur l'épaule de son ami, " et si nous y allions, je dormirai bien un bon coup moi ! ".

Elle prit le foulard de son ami et se recouvrit avec, le chauffant doucement pour se réchauffer. Avant de s'endormir elle dit à balsa :

"J'espère que nous nous reverrons. "

Elle sourit et ferma doucement les paupières, espèrent que son ami l'avait écouté, attendant sa réaction elle ne s'endormit pas tout de suite.




[HRP: désolé, je ne sait vraiment pas quoi écrire d'autre]
Revenir en haut Aller en bas
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Mer 31 Mar 2010, 22:38

La queue de Balsa eut un geste nerveux incontrôlé quand Aymas insista pour l'écharpe. Comme un chat qu'on dérange en pleine sieste. Décidément, il était têtu ce neko, peut-être autant que la chimère. Qu'à cela ne tienne, la jeune femme se laisserai offrir une écharpe... Encore fallait-il qu'ils trouvent une échoppe qui en vende aux Pradelles.

- A part cela, puis-je savoir ou vous vous rendez ?
Où je me rend ?...
- Hum... A vrai dire, je n'ai pas vraiment de but... Mais je pensais aller jusqu'à Reilor. Par curiosité, je n'ai jamais vécu dans une grande ville.

Ce n'était pas tout à fait vrai. Balsa avait passé son enfance dans un des plus grands laboratoires de Lan Rei Ouest. Mais elle n'avait jamais mis les pieds dehors, d'où son ignorance pour le monde citadin.
Aller à Reilor était pour elle un véritable défi. Car bien plus que dans une petite bourgade de campagne, elle s'attendait à devoir supporter le regard des hommes sur la créature étrange qu'elle était. Cela serait surement douloureux et pénible mentalement. Mais Balsa voulait se prouver à elle-même qu'elle en était capable. Et puis, si elle avait choisit de visiter le monde, elle ne pouvait se permettre de faire l'impasse sur la grande capitale Reilor.

- Mais vu votre état, vous feriez mieux de remettre ce voyage à plus tard, nous sommes loin de Reilor.

Balsa était contente que Alisia ait raisonné un peu Aymas. La petite fée semblait fatiguée, et pressée de trouver un endroit où se reposer. La chimère en conclut qu'il était largement temps de partir. Son sac était déjà bouclé. Elle le passa en bandoulière, et se redressa. Joignant ses mains et les tendant au-dessus de sa tête, elle s'étira longuement. Comportement félin ?... Ses muscles déliés, elle ramassa sa lance par terre, et s'en saisit comme d'un bâton de marche.
Une mèche de ses cheveux noirs passa devant ses yeux. Elle fronça les sourcils, s'interrogeant elle-même. La chimère leva les yeux vers le grand chêne. Rien... si ! Un mouvement de feuilles. Le vent se levait. Apporterait-il des nuages pour la fin de journée ?

- J'espère que nous nous reverrons.
- Hein ?... Mais je vous accompagne jusqu'aux Pradelles. Nous pourrons discuter en route. A moins que vous refusiez maintenant ma compagnie. Nous nous dirons au revoir bien assez tôt. Allons-y ! Vous pourrez marchez ?

Question stupide ? Aymas avait beau être touché au bras, il avait perdu beaucoup de sang, et il était possible qu'il ait le tournis en se levant. Si tel était le cas... ils n'auraient d'autre choix que de dormir sur place, en espérant que le vent n'amène pas la pluie pour cette nuit.

_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Jeu 01 Avr 2010, 18:21

"- Hum... A vrai dire, je n'ai pas vraiment de but... Mais je pensais aller jusqu'à Reilor. Par curiosité, je n'ai jamais vécu dans une grande ville. Mais vu votre état, vous feriez mieux de remettre ce voyage à plus tard, nous sommes loin de Reilor."

Elle avait raison, bien qu'il se sentait capable de se déplacer, il ne pouvait se rendre si loin de suite. Et puis il ne voulait pas risquer de retomber dans les pommes comme cela venait de lui arriver et laisser Alisia toute seule face au danger...

"- J'espère que nous nous reverrons.

- Hein ?... Mais je vous accompagne jusqu'aux Pradelles. Nous pourrons discuter en route. A moins que vous refusiez maintenant ma compagnie. Nous nous dirons au revoir bien assez tôt. Allons-y ! Vous pourrez marchez ?
"


Il comprenait que même si la chimère les accompagnaient un peu, au moins jusqu'aux Pradelles, elle veuille tout de même profiter de sa solitude après. Lui même avait eut des moments ou il avait eu besoin de cette solitude. Maintenant il ne quittait pas Alisia et pendant ces moments, seule elle pouvait l'accompagner car un lien très fort existait entre eux.

A la dernière question de la chimère, Aymas se releva d'un bond, tout en rattrapant encore une fois la fée. Malgré qu'il avait l'habitude, il avait toujours tendance à faire non pas des gestes brusques mais vifs et qui avaient tendance à désarçonné sa compagne de route. En plus ces ailes étaient abimées en ce moment, raisons de plus pour qu'il fasse attention. Une fois debout, il sentit tout son poids lui peser, son corps manquait de sang et il paraissait légèrement engourdit. Le nekothrope tangua un instant avant de trouver son équilibre et déclara fièrement :

"- Je crois qu'on peut y aller. Je te laisse ouvrir la marche..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Ven 02 Avr 2010, 10:55

"Hein ?... Mais je vous accompagne jusqu'aux Pradelles. Nous pourrons discuter en route. A moins que vous refusiez maintenant ma compagnie. Nous nous dirons au revoir bien assez tôt. Allons-y ! Vous pourrez marchez ?"

Alisia était rouge de confusion, la fatigue sans doute, elle était aussi pressée de partir sachant qu'elle n'arriverait plus à dormir avec un soleil pareille.

"Excusez-moi j'avais mal compris "

Elle sourit heureuse que la chimère vienne avec eux, cela ferait un peu de compagnie pour au moins la fin de la journée, ne sachant pas vraiment jusqu'à quand elle resterait. Se rallongeant sur l'épaule de son ami elle regarda le ciel, des nuages apparaissait progressivement, cachant le soleil qui persistait à chauffer, mais ces nuages étaient menaçants, la pluie arriverait malheureusement bientôt. Elle faillit tomber lorsque le neko ce releva, mais celui-ci la rattrapa par réflexe la reposant doucement sur son épaule, il tangua légèrement puis dit.

"- Je crois qu'on peut y aller. Je te laisse ouvrir la marche..."

Heureuse de partir enfin, elle s'installa confortablement pour regarder le paysage défiler devant ses yeux, et surtout pour pouvoir repéré un pommier en chemin ou quelqu'un pourrait lui cueillir une pomme bien fraiche, elle frissonna légèrement en regardant la forêt se rappelant ce qui c'était passé pendant la journée.
Revenir en haut Aller en bas
=Aïkologue=

avatar


Nombre de messages : 3675
Métier/Fonction : Conteuse

MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   Sam 03 Avr 2010, 02:22

Aymas se releva avec la souplesse et l'agilité d'un félin. Rattrapant comme à son habitude la petite fée, il montrait ainsi à la chimère que son état s'était grandement amélioré et qu'il pouvait tout à fait avancer. Mais il avait peut-être été un peu vite en besogne, et Balsa s'imaginait très bien le tournis qu'il devait avoir, l'afflux de sang ralentit par son brusque changement de position.
Sur l'épaule du neko, Alisia s'était allongée confortablement. Elle au moins n'aurait pas à marcher ou à voler, ce qui était plutôt rassurant vu son état. La jeune femme avait remarqué son aile pliée, mais n'avait rien dit à ce sujet. Peut-être par peur de dire une bêtise, tant elle en connaissait peu les fées. Balsa n'aurait rien pu y faire de toute façons. C'était dans son caractère de se taire lorsqu'elle ne savait pas, d'autant plus qu'elle ne voulait pas réveiller de souvenirs douloureux en l'interrogeant sur la cause de sa blessure.

- Je crois qu'on peut y aller. Je te laisse ouvrir la marche...

La chimère hocha la tête, puis tourna le dos à ses compagnons d'un jour pour faire le premier pas en direction du nord. Cela la faisait un peu revenir sur ses pas, mais elle rattraperait bien vite le retard de quelques heures engendré.
Et puis un retard sur quoi ?... personne ne m'attend nulle part...
Puis le premier pas en entraîna d'autres, faisant défiler sous leurs pieds un chemin de terre irrégulier. C'était toujours ainsi. Et Balsa avait ce goût du voyage, celui d'avancer aux milieu d'étendues inconnues, dans une nature sauvage et tranquille. Par réflexe, la chimère regardait le ciel, espérant apercevoir un oiseau. Elle aimait à regarder ces animaux voler avec tant de grâce. Les rapaces étaient ceux qu'elle préférait. Ces oiseaux de proie, dans leur vol silencieux, dans leurs chasses redoutables, lui donnait envie d'avoir ses propres ailes. Un rêve bien humain somme toute.

- Vous aviez remarqué le milan royal qui volait autour de l'arbre tout à l'heure ?... bah, certainement pas en fait, si vous dormiez.

Balsa se sentit un peu gênée d'avoir posée une question si stupide. Mais elle l'avait fait tout naturellement, sans vraiment réfléchir. Elle se trouvait bien familière sur cette parole, d'autant qu'elle avait ponctuée sa phrase d'un « bah » pas très formel. Qu'importe après tout ?... Ces voyageurs rencontrés par hasard lui inspiraient confiance. D'ailleurs, elle espérait que ce soit réciproque, car elle aurait voulu savoir certaines choses à leur sujet. Elle hésita un instant, puis, tout en continuant de marcher en s'appuyant sur sa lance, elle se tourna vers Aymas.

- Excusez-moi si je suis indiscrète mais j'aimerais savoir d'où vous venez ? Je veux dire, les nekotrophes vivent-ils dans un endroit en particulier ?

Non, ce n'était pas là sa vraie question. Mais elle ne savait pas comment tourner ses mots. Le sujet qu'elle voulait aborder était délicat, tout du moins pour elle au vu de ce qu'elle avait vécu. Elle serait patiente, attendant la réponse de Aymas. Et si la conversation tournait comme elle l'entendait, elle irait creuser plus loin les choses.

_________________
Celui qui ne peut se concentrer sur ce qu'il doit faire n'a pas le droit de parler de ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Repos du voyageur à l'aube du printemps   

Revenir en haut Aller en bas
 

Repos du voyageur à l'aube du printemps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Yho Sétano [voyageur]
» MON REPOS 50 CARREFOUR!!! SOS!
» Kirk Mueller quitterait le CH au printemps .. !
» Une bataille à l'aube...
» Voyageur sanguinaire cherche partenaire pour gentil massacre de la veuve et de l'orphelin.
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Lan Rei :: Lan Rei Est :: Collines d'Or-