AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Pour un charnier (Lethlana)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Pour un charnier (Lethlana)   Sam 30 Jan 2010, 17:19

La main squelettique et ensanglantée s'accrocha désespérément à la poignée de la dague, dans un dernier réflexe de survie…Il fallait qu'il soit fort, il fallait retenir la lame, mais rien n'y faisait, la drogue agissait encore, elle embrumait son esprit, affaiblissait ses muscles, endolorissait chacun de ses os…Quand le fil de la lame commença à entailler la chair de sa gorge, l'homme abandonna le combat, et attendit la fin, qui semblait venir très lentement…beaucoup trop. Il sentit l'acier s'enfoncer en lui, il sentit le sang s'écouler, il sentit ses veines se sectionner et entendit ses os crisser contre l'arme qui lui ôtait la vie…sa vision s'assombrissait, un froid terrible l'envahit, recouvrant même l'inimaginable douleur qu'il ressentait en cet instant…Et finalement, son dernier soupir s'échappa de ses lèvres, un râle d'agonie mêlé d'un gargouillis sanglant…

Le vieil homme qui fut mendiant s'écroula sur le sol poussiéreux de la cabane, sa tunique mitée et sa barbe crasseuse recouverte de sang frais…Les projections et la tache de sang dessinaient une étrange mosaïque d'un rouge envoûtant autour du cadavre désarticulé…Et au dessus de lui se dressait, telle une statue morbide, un homme dans une robe noire tachée de sang, tenant une dague légèrement rongée par la rouille, et qui venait d'ôter la vie à un mendiant innocent. L'homme, dont le visage était recouvert par un voile de ténèbres à l'intérieur du capuchon de sa robe, affichait le plus hideux sourire dont il était capable, un sourire cruel et machiavélique, un sourire pervers et dément. Le peu que l'on pouvait voir de son visage semblait indiqué qu'il était vieux, qu'il avait atteint un âge vénérable, mais surtout que sa peau avait été brûlée et coupée à maintes reprises…Quelques mèches de longs cheveux gris à présent ensanglantés encadraient son visage, et même au fond des ténèbres de son capuchon, on pouvait distinguer des yeux terribles qui reflétaient une folie ou les mortels pouvaient sombrer en les croisant…

Nazj, ou plutôt le Seigneur Nazj, comme il aimait s'appeler, passa la lame rouillée de sa dague sur la manche droite de sa robe, afin de l'essuyer…il n'en avait pas fini avec l'homme qui gisait pitoyablement devant lui. Le vieillard en robe noire se mit à genoux, et retourna le cadavre, de façon à ce qu'il se retrouve sur le dos. Le visage était paralysé dans une expression de soulagement, et son œil unique semblait apaisé, malgré son aspect vitreux…La mort était une véritable délivrance, Nazj le savait, et enviait parfois ceux qu'il tuait, même ceux qui trépassaient après avoir enduré les pires souffrances…mais il avait du travail, un travail d'une grande importance, et si l'étreinte aimante et glacée de la Mort ne l'avait pas encore arraché à ce monde où tout était pourri jusqu'à la moelle, c'est que ce travail n'était pas encore terminé…la Mort rappelle à elle ceux qui n'ont plus rien à faire en ce monde, par n'importe quel moyen…

La dague déchira à nouveau la chair. Elle s'enfonça dans le ventre du cadavre, et remonta, agrandissait la plaie déjà béante. Il scia avec énergie les os de la cage thoracique du mendiant, et enfin plongea son bras à l'intérieur même du cadavre…Les longs doigts squelettiques se refermèrent sur le cœur du mort, et Nazj l'arracha avec force, et le brandit à la lumière de la lune qui entrait dans la cabane par les quelques fenêtres. Le sang qui se trouvait dans l'organe coula le long du bras maigre de Nazj, dont le sourire s'élargit encore…c'était parfait. Il se releva, et le sang s'écoula sur le sol, d'abord en un flot, puis goutte par goutte, au rythme changeant. Il posa le cœur dans un plat en étain, sur une table au fond de la cabane, collée au mur…Sur cette table reposait divers ustensiles en acier, des aiguilles, des couteaux en tout genre, des plateaux, des fioles remplies d'étranges liquides, des plantes diverses…mais aussi quelques os, des crânes encore rouges de sang, et à présent un cœur…Nazj posa sa dague rouillée près d'autres outils du même genre…

Puis il retourna près du cadavre, le prit par les bras, et commença à le traîner…Le corps laissa un sillon sanglant derrière lui jusqu'à l'autre extrémité de la cabane, dans un coin sombre. Nazj prit alors le cadavre sur son épaule, et le jeta dans les ténèbres, ou il atterrit avec un bruit flasque, mou…Nazj scruta les ombres, et finit par distinguer d'autres formes, d'autres corps ensanglantés , un donc la tête avait été séparée de son corps, et un autre dont une bonne partie de la peau avait été arrachée…En vérité, ils étaient cinq, mais seulement trois avaient pu lui servir…cinq, tous tués rien que ce soir, tous des mendiants qui ne manqueraient à personne, qui avaient étés hypnotisés par les paroles mielleuses de Nazj, puis drogués la veille et amenés ici…Il se débarrasserait des cadavres lorsque le jour se lèverait, il allait les faire brûler non loin de la cabane, comme à son habitude…ou peut-être les jeter à la mer ? Il avait encore le temps de se décider…

Nazj s'assit à une autre table, c'était en quelque sorte son bureau…il passa sa main au dessus d'une bougie, qui s'alluma, puis s'empara d'une plume bien taillée, qu'il plongea dans de l'encre noire avant de commencer à écrire sur un bout de parchemin…il avait beaucoup à faire, encore beaucoup de cadavres à mutiler, beaucoup de vies à arracher…mais Nazj avait tout son temps, après tout, il ne partirait pas tant que son travail ne serait pas terminé, n'est-ce pas ?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Ven 05 Fév 2010, 22:09

Même si Lethlana détestait ça, elle savait qu’elle devait s’approcher de la ville pour trouver les meilleurs spécimens. En conséquence, elle avançait prudemment car son esprit, même ravagé, se souvenait parfaitement de la cruauté des humains envers elle. Cependant, elle avait trouvé une proie pour assouvir sa faim.
Sous sa forme bestiale, elle progressait à pas feutrés dans la forêt même si parfois ses griffes raclaient nerveusement le sol, désireuses de déchirer de la chair fraîche. L’animal était rapide, la phase d’approche allait donc être déterminante et elle le savait, l’instinct de la dizaine de bêtes féroces dont résultait son corps ne cessait de le lui marteler.
La chimère choisit finalement une approche arboricole et grimpa dans donc les arbres, ainsi sa proie n’aurait pas l’opportunité de la voir arriver. Elle se rapprochait, lentement, usant de son flair plus que de sa vue. Puis elle la repéra enfin… Elle n’avait plus qu’à bondir, courir quelques mettre et frapper pour enfin pouvoir remplir son estomac. Elle mit son plan à exécution et se délecta de la sensation de ses griffes dans le flan de la biche, des humeurs chaudes coulant entre ses doigts de félins et du couinement de douleur étouffé de la bête agonisante.
Lethlana allait pour porter un premier morceau de chair à sa bouche quand elle remarqua enfin l’étrange aura de l’endroit dans lequel elle se trouvait. Tout était sombre et silencieux, les lieux sentaient la mort.


* Cette cabane ne ressemble vraiment à rien… Ho ? De la lumière… Et du bruit aussi. Ça pourrait être amusant. *

Pensa la chimère en commençant son repas, complètement inconsciente de se qui pouvait bien se passer à l’intérieur. En fait, elle s’en fichait, rien dans son esprit dérangé ne pouvait la préparer à ce qui se passait si près d’elle. D’ailleurs elle finit par se dresser de toute sa hauteur bestiale pour mieux voir. Un établit étrange couvert d’objets tranchants ou perforants, des organes, humains visiblement et un homme en train d’écrire à son bureau.
Elle n’arrivait pas à le voir correctement, était-il un scientifique ou un mystique ? Dans un cas comme dans l’autre, il avait peut-être accès à un laboratoire… Ce qui en faisait un partenaire, non, un domestique potentiel. Le mélange entre les bribes d’humanité et les instincts prédateurs de la créature artificielle donnait parfois naissances à des raisonnements étranges ou absurdes : comme cette théorie selon laquelle sa folie était une conséquence du déséquilibre entre les qualités de ses différents greffons.
Le goût de la chair fraîche n’arrangeait rien car même si son ventre se remplissait, elle était parfaitement capable d’attaquer, de torturer ou de tuer par pur plaisir. Ses dents déchirèrent un peu plus de viande, la biche entière allait y passer à ce rythme.

Un rayon de lune traversa les frondaisons et vînt illuminer la chimère dans sa plus grotesque splendeur. Elle ne chercha même pas à se dissimuler, persuadée qu’elle était de sa supériorité absolue sur tout ce qui vivait dans cette forêt. Si l’humain la voyait, il lui suffirait de bondir, traverser le mur et en finir avec lui de sa pince et de ses tentacules. Du moins, c’est ce qu’elle imaginait dans sa tête de prédatrice.
D’un claquement de son appendice chitineux, elle découpa un nouveau morceau de viande crue qu’elle porta à sa bouche. Vue du ciel, elle ressemblait presque à une femme regardant un film avec un gros sceau de pop corn sur les genoux.


* Mes pattes s’enfoncent dans quelque chose de mou… Ho ! Mais ce sont des cadavres humains !? Ils n’ont pas l’air très frais, je me demande s’il y a quelque chose de récupérable ?*

Constata-t-elle en baissant la tête. Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres fines et bien trop attrayantes pour une monstruosité pareille.
Revenir en haut Aller en bas
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Sam 06 Fév 2010, 18:03

Nazj était penché sur son parchemin, les sourcils froncés et remuant les lèvres à mesure que la plume déversait son encre. Non pas qu'il eut de difficulté particulière avec l'écriture, seulement la langue qu'il utilisait en cet instant était compliquée, et plus encore à lire et à écrire qu'a comprendre ou à parler…des dizaines de signes cabalistiques différents s'enchainaient, tous plus étriqués les uns que les autres, et pourtant ayant tous un dessin particulier et compliqué, certains se ressemblant à s'y méprendre, ne se différenciant que par un trait ou ce qui pourrait passer pour un ornement inutile. Lire cette langue donnait l'illusion de milles animaux cauchemardesques dansant à un rythme endiablé sur le papier, se mouvant et s'entrelaçant à l'infini, hypnotisant le lecteur comme des serpents, le plongeant dans une tanière sombre où ne règne que la folie…Il fallait être prévenu et préparé pour ne serais-ce que poser ses yeux sur un texte écrit avec ces caractères…même Nazj ne devait jamais relâcher sa concentration, et s'arrêter de temps à autre, tant l'effet diabolique de cette écriture lui martelait l'esprit. Entendre cette langue était aussi une curiosité, elle produisant de nombreux et longs sifflements, elle semblait glissante, et extraordinairement froide...elle pouvait sembler très lente, mais en vérité c'était tout le contraire, il ne fallait pas perdre le temps et en finir le plus vite possible. A l'image des lettres se ressemblant, les sons ne se différenciaient parfois que par un changement d'intonation…C'était une langue dangereuse que Nazj avait décidé d'utiliser pour que personne ne puisse lui voler ses secrets.

C'est au moment où le nécromancien hésita sur un mot qu'il remarqua que quelque chose n'allait pas. Il releva brusquement la tête, et la bougie tout près de lui s'éteignit dans un sifflement furieux. Il resta là, immobile durant quelques secondes, dans les ténèbres parfois traversées de quelques rayons de lunes…Il n'entendait que le bruissement du vent dans les arbres au dehors, rien d'extraordinaire…le silence était toujours présent, rien ne venait le chasser des lieux…et pourtant quelque chose n'allait pas, Nazj le sentait. Peut-être qu'inconsciemment il avait perçu un bruit inhabituel, ou peut-être avait-il ressenti de la magie s'approcher ? Il était possible qu'il n'ait pas fait suffisamment attention, et que quelqu'un ait pu le repérer…ce qui ne serait pas très bon pour ses affaires. Nazj posa lentement sa plume souillée d'encre sur son bureau, et se leva. Il regarda par une fenêtre…rien, rien que le calme habituel et le vide mortel des alentours de sa cabane…à ce qu'il semblait en tout cas, car son étrange impression ne le quittait pas. Il se dirigea vers la grande table au fond de la cabane, et s'empara d'un long coutelas. Il ne savait nullement se servir de cette arme, mais c'était toujours plus impressionnant que d'arriver les mains vides devant un agitateur. Il passa lentement sa main sur le fil de la lame, et fut satisfait de son tranchant. Il se dirigea alors vers la porte, et l'ouvrit lentement.

Il prit une grande goulée d'air froid, et scruta les ombres tandis que le vent s'engouffrait dans la cabane à l'air vicié, faisant voleter les pans de sa robe. Nazj étrécit ses paupières, tentant de percer l'obscurité, mais hormis quelques arbres et buissons, il ne distingua rien de notable. Les animaux avaient fuis devant l'odeur de la mort, aucun oiseau ne semblait vouloir se poser sur les arbres alentours, seul le vent avait décidé de rester, sans doute croyait-il encore pouvoir chasser le terrible mal qui s'était emparé des lieux d'un simple souffle. Un bruit attira l'attention de Nazj, qui tourna brusquement la tête vers la droite. Il y avait bien quelque chose -ou quelqu'un- ici, car rien de mort, ni même de végétal n'aurait pu faire bouger quoi que ce soit autour de la petite demeure de Nazj. Il ferma la porte devant lui, et raffermit sa prise sur la poignée de son arme. Puis se dirigea à pas lents vers l'origine du bruit qui l'avait alerté. Il était méfiant mais pas inquiet, qu'est-ce qui aurait bien pu inquiéter un sorcier comme lui ? Il aurait même ri à la face du roi de l'Enfer si celui-ci s'était présenté à sa porte avec une promesse de destruction et de damnation éternelle. Nazj afficha même un petit rictus satisfait, car il semblait qu'il n'avait même plus besoin d'aller chasser les vivants…ils venaient eux-mêmes se sacrifier, et Nazj n'allait pas les renvoyer, qui était-il pour refuser la mort à une vermine qui la quémandait ?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Jeu 11 Fév 2010, 19:20

Ha ? Le vieil homme se levait soudain et sortait quelques instants après de chez lui ? Pourtant, à le voir se tenir la tête et s’affaisser lentement, Lethlana aurait juré qu’il finirait par s’endormir sur ses parchemins. Mais ce revirement inattendu rendait la situation plus intéressante. La chimère s’enfonça dans l’ombre un moment pour observer l’homme sur le pas de sa porte. Elle plissa les yeux afin de mieux déjouer l’obscurité de la nuit. Ainsi donc, il était armé… Encore plus intéressant.

* Je crois que je vais m’offrir un sympathique petit extra ce soir… On va voir comment papi supporte une bonne frayeur. *

Il fallait attendre à présent, attendre le moment souvent fugace de l’attaque. Soit le nécromancien lui tournerait le dos et elle pourrait plonger pour l’atteindre, soit il viendrait dans sa direction auquel cas il ne pourrait pas passer à côté sans la voir. La créature artificielle n’aurait alors que la fraction de seconde que lui laisserait la surprise pour prendre un avantage décisif et maitriser son adversaire sans lui faire trop de mal. Cependant, ne pas lui faire trop de mal avait une définition souvent floue dans l’esprit torturé de Lethlana qui n’avait guère de talent pour laisser ses proies en vie.

L’herbe était devenue comme des couteaux sous les coussinets hyper sensibles de ses pattes, sa pince était en tension, prête à claquer avec vigueur. Ses tentacules avaient toutes les peines du monde à ne pas bouger et un grognement était coincé dans sa gorge. Lethlana avait envie de bondir, seule la mince part d’intelligence humaine qui lui restait lui permettait de rester raisonnable. Elle plissa d’avantage les yeux afin d’observer le sorcier, de le jauger. Etrangement, il n’avait pas l’air si dangereux, mais il fallait toujours se méfier des pratiquants des arts occultes.

L’odeur poisseuse de la mort semblait avoir disparu tandis qu’elle se concentrait sur le seul autre être vivant des environ. La créature artificielle fut cependant légèrement déçue de constater que son odeur dégageait très peu de peur. Qu’à cela ne tienne, cela pouvait encore changer d’ici quelques secondes, la peur donnait tellement meilleur goût à la viande !


* Non, non, non… Je dois chasser cette pensée de mon esprit ! Je dois le capturer et l’interroger, pas le dévorer. Si je veux que mon corps atteigne un jour la véritable perfection, il faut que je trouve des gens possédant les ressources et le talent nécessaire pour faire d’autres opérations. Ce vieux bonhomme sait peut être quelque chose… *

Puis un autre flot de pensées envahit l’esprit de la chimère.

* Beurk, qu’il est moche ! En même temps, tous les hommes intelligent sont moches… Il n’y avait que Wilfried qui était beau mais lui, c’était à l’intérieur qu’il était moche. En fait, quitte à choisir, je préfère une laideur qui se voit, c’est plus facile à éviter… C’est amusant, si celle que j’étais avant avait pu finaliser son projet, il n’y aurait plus de gens moche à l’extérieur. A la place on a créé un être unique mais presque parfait… Il faudrait pousser la recherche dans ce sens !
Et j’ai encore faim ! Bon, quand j’en ai fini avec lui, je me trouve autre chose à manger… Mais quoi ? J’ai envie de crustacés sauf que la mer est loin… Vie de merde… *
Revenir en haut Aller en bas
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Mar 16 Fév 2010, 16:50

C'est à pas lents que Nazj arriva à l'angle de la petite cabane…Il ne savait pas ce qu'il pourrait bien trouver, mais il était peu de choses qui pouvaient le surprendre…le vieillard avait parcouru des milliers de lieues à travers le monde, il avait vu des mystères insoupçonnés et des créatures que beaucoup croyaient oubliés…Les bizarreries de la natures lui étaient à présent familières, et les aberrations de la magie encore plus, car il était lui-même l'auteur de beaucoup de ces monstres. Mais il ne distingua rien de la sorte dans les ténèbres…et fronça les sourcils. Il était certain que quelque chose c'était trouvé ici il y a quelques instants. Il scruta les profondeurs glacées de la nuit, plongeant son regard dans la végétation engloutie pas les ténèbres…mais ne vit rien de satisfaisant. Soit ! Il en aurait bientôt le cœur net. Si quelque chose s'était tenu là, il le saurait, et si rien n'était arrivé sinon une brève manifestation de son imagination, alors ce sera tant mieux, et il pourrait vaquer à ses occupations sans plus se soucier de ceci.

Il s'approcha du petit tas de cadavres qu'il avait laissé à l'extérieur de la cabane…il n'aurait pas du, il aurait mieux fait de les trainer à l'intérieur comme les autres, l'odeur pourrait attirer quelques curieux, et leur simple vue attirerait des ennuis à Nazj. Il se promit de s'occuper de ces cadavres-là très prochainement…il pourrait les enterrer, tout simplement, ou alors les bruler ? La question se poserait plus tard, pour l'heure, il avait besoin des corps tels qu'ils étaient. Il s'approcha de l'un deux, qui était dans un sale état, mais qui pouvait toujours servir. Il planta son coutelas profondément dans la cage thoracique du cadavre, et se délecta de l'horrible craquement qui résonna dans la nuit. Puis, ne lâchant pas la poignée, il murmura quelques mots, avant de reculer. Il attendit quelques secondes, et enfin quelque chose apparut, entourant le cadavre…une sorte de fumée bleutée qui enveloppait le corps…Un râle spectral s'échappa du cadavre, et Nazj soupira.

"Esprit sans nom, dis moi, qui m'a dérangé dans ma demeure ?"

Un autre râle s'échappa du cadavre…c'était toujours ainsi avec les morts que Nazj voulait interroger, quand ils avaient étés faibles dans leur vie, ils ne pouvaient s'empêcher d'être tout aussi faibles dans la morts, ils ne pouvaient arrêter de se lamenter, et cela irritait le sorcier, car pour qu'ils puissent dire quelque chose, il fallait qu'ils se sentent important, et donc leur parler d'une façon ridiculement théâtrale…C'était bien plus simple avec les forts, en quelques mots brefs l'affaire était réglée, et ils retournaient à une paix méritée. Le fantôme répondit enfin, et Nazj distingua avec une pointe de surprise quelque chose voisin de la crainte dans la voix spectrale du cadavre.

"Un monstre ! Une créature sortie tout droit de l'Enfer ! Une abomination logée dans le corps d'une femme ! Il faut fuir, il faut disparaître, il faut…"

Nazj retira soudain le coutelas du cadavre, et l'apparition disparut, l'écho de sa peur retentissant encore dans la nuit…Il resta immobile quelques instants, réfléchissant à ce qu'il avait appris…Un monstre infernal ? Dans le corps d'une femme…Serais-ce une succube ? Ça serait étonnant, que viendraient-elles faire dans la demeure de Nazj ? Se pourrait-il que le mort ait été pris d'un délire ? Non, les esprits sont clairvoyants, ils voient bien plus de choses que les vivants…Nazj se retourna, et scruta encore une fis la végétation…voila un mystère qui ne lui plaisait pas…pas du tout.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Sam 27 Fév 2010, 00:11

Soudain, une lumière pâle s’éleva du cadavre que Nazj venait de manipuler. Puis l’homme sembla absorbé par cette chose. D’ailleurs y avait-il quelque chose devant lui ou est ce que l’esprit de Lethlana fantasmait ? Ou est ce que ses yeux, à force d’expériences et de greffes, voyaient des choses que le commun des mortels ne pouvait pas voir. Le coeur de la chimère s'emballa, propulsant le sang chaud dans tout son être.

Battement de cœur.

C’était le signal, il fallait agir maintenant !

Battement de cœur.

La bête s’élança. Une impulsion puissante et elle avait déjà couvert la moitié de la distance qui les séparaient encore au moment de son attaque. Ses pattes foulèrent le sol et quelques brins d’herbes s’envolèrent. Ses yeux étaient focalisés sur sa proie, ses appendices prêts à tailler, déchirer ou performer chairs et os. Un sourire se dessina sur son visage, un visage bien trop angélique pour être coordonné à cette masse de membres anarchiques et repoussants, un visage trop angélique pour avoir un sourire aussi sadique.

Battement de cœur.

Plus qu’un dernier bond et l’affaire serait faite. Si tout ce passait comme prévu, sa pince enserrerait le cou du vieil homme et ses tentacules emprisonneraient ses membres. Elle pourrait alors le questionner à loisir. Mais tout cela c’était sans compter sur les ressources du magicien…



[Je sais, c’est un peu court, mais c’est pas facile de traduire un moment fulgurant en beaucoup de mots, en plus je manque de temps en ce moment et ça fait déjà un moment que je te fais attendre… mille excuses]
Revenir en haut Aller en bas
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Dim 07 Mar 2010, 19:53

[Hrp : aucun problème pour le temps et la longueur, ce n'est pas ça qui prime, j'espère que tout s'arrangera pour toi, concernant l'emploi du temps chaotique : o]

Nazj était sur le point de faire volte-face, et de retourner à ses travaux dans la cabane, quand quelque chose changea presque imperceptiblement dans l'air…Nazj étrécit ses paupières, sentant quelque chose de pesant dans l'atmosphère…Etais-ce une menace ? Mais que pouvait-il y avoir de dangereux ici pour un talentueux sorcier comme lui ? Aucun animal sauvage ne ce serait aventuré, la puanteur de la mort était telle que seuls quelques rares corbeaux osaient se poser près de la cabane, et aucun simple humain, surtout un roturier comme on en trouvait aux alentours, n'aurait pu inquiéter Nazj…le fantôme avait-il eu une véritable raison d'être apeuré de la sorte ? Nazj serra la poignée de son coutelas avec force, pourquoi avait-il fallu que quelque chose vienne le déranger ? Ne pouvait-il jamais être en paix pour apporter la mort et l'horreur ? Il fallait croire que tous les Dieux étaient contre lui…

Du coin de l'œil, Nazj repéra un mouvement dans les broussailles…c'était furtif, très discret, mais il l'avait vu…étais-ce simplement le bruissement des feuilles bercées par le vent ? Non, le son des quelques branches dérangées avait sonné comme le craquement des os…Et enfin, Nazj repéra ce qui avait osé pénétrer dans son territoire…une forme qui avançait rapidement, et en silence, un prédateur qui savait s'y prendre…Nazj distingue vaguement une forme humanoïde, et se rappela ce qu'avait dit le fantôme…Une abomination logée dans le corps d'une femme.

"Te voila…" murmura-t-il. Il tiqua, et se prépara…il n'allait pas laisser cette chose interrompre son travail ici. Il recula tout en murmurant quelques mots étranges, et ramena son bras droit en arrière, vers le tas de cadavre…Un étrange lien, comme le fil argenté d'une toile d'araignée, luit un bref instant à la lumière blanchâtre de la lune, puis disparut…et Nazj termina son incantation. Le sorcier fit un mouvement brusque de la main, comme s'il tirait sur une corde, et soudain le tas de cadavre s'anima ! Chaque cadavre se releva en sursaut, poussant des cris et des râles, des plaintes et des grognements, griffant l'air à la recherche de ce que désirait Nazj…Tandis que ce dernier reculait encore, les corps réanimés se levèrent, et commencèrent à courir vers ce qu'avait vu le sorcier, qui espérait voir cette chose qu'il n'avait pas pu voir clairement réduite en charpie par ses créatures, qui useraient de leurs doigts squelettiques, de leurs ongles brisés et de leur dents.

Le sorcier ne se détendit pas pour autant, il se tenait prêt à user d'autres sortilèges, car il ne fallait pas grand-chose pour se débarrasser de quelques zombies, même si ceux-ci étaient animés par la colère et la haine de Nazj…il comptait bien montrer à l'intrus quelle grossière erreur il venait de faire en s'approchant de la petite cabane qui puait la mort…

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Mer 17 Mar 2010, 19:39

Diable, il était rapide pour un vieil homme ! Et c’était bien un mystique, d’une mauvaise espèce qui plus est ! Le genre à relever les morts pour servir ses désirs. Peu importait à Lethlana en réalité, aucun homme ne pouvait lui tenir tête très longtemps alors des sous hommes déjà à moitié pourris, il ne fallait même pas y penser, elle en aurait vaincu vingt, enfin, dans son esprit dérangé en tout cas. Elle saisi le premier à sa porté à l’aide de sa pince et, négligemment, lui trancha la tête d’un claquement sec. Les autres s’avançaient déjà, titubants à cause de leurs jambes amoindries par la pourriture. Elle se redressa de toute sa hauteur pour les toiser, sur ses pattes arrière, elle mesurait peut-être trois mètres de haut, mais impossible d’effrayer un mort. La chimère se laissa tomber de toute sa masse sur le premier de ses nouveaux assaillants, toutes griffes dehors. Un bruit gluant se fit entendre, celui des poches d’humeurs putrides qui éclatent sous une pression trop forte. Pendant ce temps, elle envoya ses tentacules se saisir d’une autre proie, le non mort était trop lent et trop bête pour comprendre ce qui lui arrivait. Chaque appendice commença à tirer et à tordre dans une direction différente pour que leur victime soit démembrée.
Les autres non morts se jetèrent sur elle toutes griffes dehors. Heureusement sa peau épaisse et couverte de fourrure résistait aux assauts de ses ennemis, sans quoi elle aurait peut-être fini vivante mais assurément malade à en crever dans d’atroces souffrances.
Quelques coups de griffes et de pince plus tard, Lethlana se tenait debout dans une marre de sang putrides et de morceau de cadavres démembrés.

- Il faudra faire beaucoup mieux que ça, Nécromancien !

Asséna la créature en agitant sa pince pour en chasser l’excédant de sang. Elle s’avança alors, menaçante mais pas agressive.

- Je n’en veux pas à ta vie nécromancien… Pas encore…

Sa tête pencha soudain sur la gauche, comme agiter de petits chocs électriques, une preuve que les transformations ne s’étaient pas faites sans provoquer de petits problèmes moteurs. Sa queue de scorpion géant dansait de droite à gauche, aussi régulière que le battant d’une pendule.

- Réponds-moi et tu pourras t’en sortir.

Elle parlait comme les scientistes qui l’avaient malmenée pendant toutes ses années de captivités, elle ne savait plus parler autrement. Son sourire dévoila ses crocs disproportionnés, elle se sentait en sécurité, sure de sa force, incapable d’envisager que son adversaire pouvait avoir de nombreuses mauvaises dans son sac.
Revenir en haut Aller en bas
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Sam 27 Mar 2010, 23:34

Parfaite. Cette créature était réellement parfaite. Une véritable machine à tuer qui alliait la grâce, l’agilité, le silence et la force brute…Nazj contempla ce superbe monstre alors qu’il était en train d’arracher la chair de ses minions, de briser leurs os et de répandre leur sang pourri. Le sorcier c’était bien douté que de simples zombies sans cervelle ne pouvaient faire le poids contre un tel adversaire, qui avait échappé aux sens de Nazj avant que la créature ne charge. De plus, les morts n’étaient pas très nombreux, et cela réduisait considérablement leur efficacité…il n’y avait rien de mieux que de submerger un adversaire sous les râles et la bile de corps désarticulés qui suintaient les plus abominables substances. Mais la valeur des guerriers en face du monstre ne comptait pas…pas du tout. Ce qui avait beaucoup intéressé Nazj, c’était les mouvements de ce corps, la souplesse, la force…il devinait une ossature puissante, des muscles parfaits, des viscères hors du commun…c’était tout ce dont Nazj avait besoin ! Il avait longtemps cherché des os adéquats, des bon muscles et des organes performants…Et tout ceci était réuni là, devant lui, il lui suffisait d’arracher une monstrueuse vie, et tout serait à lui !

Mais Nazj ne pouvait pas s’attaquer à la créature maintenant…il avait de nombreux sorts qu’il pouvait jeter, mais ils nécessitaient un minimum de temps pour être efficaces, et considérant la célérité de ce monstre, le temps était quelque chose qui allait certainement lui manquer…Mieux valait attendre, il semblait que cette créature ne voulait pas sa mort pour l’instant…Dieux, que sa voix était détestable ! C’était un contraste frappant avec son corps, un contraste qui ne plaisait pas à Nazj…pas du tout ! Il avait trouvé une imperfection, mais elle ne durerait pas, la mort rendrait cette créature réellement irréprochable…Nazj recula de quelque pas tandis que la créature s’approchait…il ne voulait pas qu’elle vienne trop près, il devait avoir une chance de s’en sortir lorsqu’elle se jetterait sur lui, tout de même ! Et il pouvait faire un petit quelque chose pour augmenter ces chances…Nazj traça un arc devant lui à l’aide de son pied, dans la poussière…il n’était pas profond, mais bien visible cependant. Il murmura rapidement quelques mots brefs, et cracha dans l’arc dessiné, qui se mit à fumer légèrement….voila qui était fait ! La bête ne pourrait s’approcher sans que l’enfer ne vienne lécher sa fourrure de quelques flammes rageuses et voraces…serais-ce suffisant ? Nazj en doutait, mais ça lui fournirait assez de temps pour préparer autre chose. Le sorcier recula, un rictus cruel tordant ses lèvres…il avait repéré une autre imperfection dans la créature…Etait-ce un spasme ? Une convulsion ? Quelque chose qui disparaîtrait avec l’éclat de vie dans son regard en tout cas…


"Répondre ? Mais bien sur, tout ce que vous voudrez…"

Il savait déjà quel sortilège il allait lancer pour commencer les festivités…Mais il était tout de même curieux, que pouvait bien vouloir cette chose ? Il semblait à Nazj qu’il n’y avait rien ici qui puisse intéresser la bête, hormis des cadavres, mais qu’avait-elle besoin de réponses pour se servir ? Nazj écoutait attentivement…

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Ven 02 Avr 2010, 18:35

Lethlana se montra satisfaite et afficha un sourire carnassier, elle avait soumis le nécromancien et il était à présent prêt à l’écouter.

- Bien, c’est fort simple. Je suis à la recherche de quelqu’un qui soit capable de m’aider pour un projet important…

Les chairs de la chimère se mirent à frémir puis à palpiter avant que ses appendices ne commencent à rentrer dans le corps de leur hôte. En à peine quelques dizaine de secondes elle ressemblait de nouveau à une banale, quoi que belle jeune femme. Entièrement nue et ne semblant pas s’en soucier, elle offrait en spectacle ses cicatrices qui étaient autant de cachettes pour ses mutations transplantées.

- Comme tu peux le voir, je suis une hybride métamorphe. Mais ce qui ne se voit pas c’est que je suis un être artificiel, créée par… Je ne sais plus qui d’ailleurs. Peu importe, voilà le marché…

La créature regarda le nécromancien d’un œil bien plus serein que d’habitude mais nul doute qu’elle sombrerait bientôt de nouveau dans sa folie habituelle. Même en luttant de toutes ses forces, elle ne pouvait lutter contre le mélange explosif de ses instincts prédateurs et de ses traumatismes humains.

- Aide moi à perfectionner ce corps imparfait ou trouve moi quelqu’un capable de m’aider et en échange de te donnerai les secrets permettant de créer de toutes pièces une œuvre semblable… Je sais même où trouver des morceaux de choix pour ça.

Elle prit une pause calculée.

- Alors nécromancien, es-tu un simple pourvoyeur de mort sans intérêt ou un érudit de la chair prêt à sacrifier encore plus de son âme pour avoir accès à des secrets rares et interdits ? Parle avant que je ne ratatine ta viande de mes griffes et de mes crocs !

Voilà, l’aliénation reprenait ses droits, la rendant paranoïaque et agressive. Un bruissement au sol attira son attention et aussitôt elle écrasa un pauvre escargot du pied sans prendre le temps d’analyser la situation.
Autre preuve de sa raison défaillante, elle n’avait aucune idée des conséquences que pourrait avoir le fait de confier les secrets du grimoire de Moïl à un nécromancien reclus qui ne prenait guère la peine de dissimuler les cadavres sur lesquels il avait travaillé.


Lethlana se mit à renifler dans le vent, peut être avait-elle capté une nouvelle odeur qui éveilla sa curiosité ou peut être avait-elle enfin remarqué l’odeur de mort de l’endroit. Impossible à dire, la seule chose qui était sûr était qu’elle attendait une réponse de Nazj, réponse qu’elle espérait positive quoi qu’elle fut persuadée que sa mise à mort la divertirait quelques minutes au moins.

* 1, 2, 3… Nous irons au bois… 4, 5, 6… Cueillir des cerises… *

Elle commença à fredonner au rythme de ses pensées en dodelinant de la tête, une nouvelle crise, discrète cette fois ci.
Revenir en haut Aller en bas
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Lun 05 Avr 2010, 18:07

Voir tous ces appendices et ces excroissances se résorber étonna grandement Nazj, non sans l'émerveiller…c'était quelque chose qu'il tentait de mettre au point depuis des mois, c'était la base de son travail dans la petite cabane qu'il occupait aujourd'hui…oui, oui, à présent l'utilité du cadavre d'une telle créature était encore plus claire, il pourrait l'étudier, la dépecer…par exemple, pouvait-on voir des "embryons" de monstruosité lorsque l'on découpait la chair de l'hôte ? Ou étais-ce un procédé magique ? Nazj en doutait, il n'avait senti aucune pulsation, aucun souffle de pouvoir…c'était réellement fascinant, voir de telles aberrations entrer sans difficulté aucune dans le corps frêle de cette femme soulevait d'importantes questions, dont les réponses étaient cruciales pour Nazj…il ne voulait pas créer une créature pareille à celle qu'il avait devant lui, non…celle-ci était trop sauvage, trop brutale, trop barbare et incontrôlable…mais le principe restait le même, la métamorphose à volonté pour la chasse au vivant.

La femme en elle-même n'avait absolument aucun intérêt, bien que le corps n'eut rien de repoussant, Nazj n'y voyait qu'une source de connaissances…il comprenait mieux pourquoi l'esprit lui avait parlé d'abomination dans le corps d'une femme…mais le Nécromancien ne voyait là nulle abomination, il voyait un reflet de la perfection même, qu'il allait s'efforcer d'améliorer…lorsque le sang bouillonnant qui alimentait les veines de la créature aurait cessé de courir, bien sur. Mais voila qu'un autre élément venait s'ajouter aux nombreuses sources d'émerveillement du vieux sorcier ; la créature lui proposait une solution pour que ses expériences soient fructueuses, en échange d'une aide toute simple ! C'était inespéré ! Bien sur qu'il allait l'aider, et lorsqu'il aurait acquis la connaissance qu'il convoitait, il aviserait…dans sa méfiance, Nazj se doutait bien que la créature tapie dans le corps de cette femme voudrait lui arracher les membres après qu'ils aient terminés…eh bien le Nécromancien comptait bien la devancer ! Tout dépendait de la façon dont le corps du monstre serait "perfectionné"…Nazj pourrait-il leurrer la bête pour l'étudier tout en faisant en sorte qu'elle soit sous son contrôle ? Il ne pouvait le prédire, il fallait essayer…

"Vous aider serait un honneur, créature que je ne peux nommer…Par amour pour la mort, je perfectionnerais votre corps, et vous écouterais avec attention…entrez dans ma "demeure", j'espère que l'odeur ne vous incommodera pas trop, elle est pire qu'au dehors, où le vent porte ces exhalaisons au loin pour avertir vivants…mais il ne fait que les écarter."

Il fit signe à la créature de le suivre, puis il balaya la marque qu'il avait tracé au sol…inutile de prendre de telles précautions à présent, tout semblait indiquer qu'il était en sécurité pour un moment…bien que voir cette femme brûler dans des flammes rageuses lui aurait plus, sur le moment ! Il n'avait pas apprécié sa dernière tirade…simple pourvoyeur de mort sans intérêt ? Lui, le Seigneur Nazj ?! Il allait lui faire comprendre qu'il était bien plus que ça, bien plus qu'un assassin de bas étage…il avait des ambitions, des plans, et oui, il était prêt à sacrifier bien plus qu'une âme pour ça ! Ce qui l'amusa, cependant, c'est que la bête n'avait pas idée de l'étendue du pouvoir de Nazj…il pouvait échapper à ses griffes et la faire souffrir horriblement, s'il en avait le temps, et il semblait qu'elle ne s'en doutait pas…il espérait pouvoir lui montrer à ses dépends. Nazj eut un petit ricanement lorsque cette idée lui traversa l'esprit, et il entra dans sa cabane qui puait la mort. Il fit un simple geste nonchalant de la main, et toutes les bougies s'allumèrent en même temps, éclairant les murs d'une lumière inquiétante, dévoilant des ombres dansantes qui semblaient se tordre pour exprimer toute la douleur qui avait été étouffée ici…cette vision de torture éternelle fit sourire Nazj, qui s'avança avant de faire volte face pour se retrouver devant son "invitée".

"Eh bien, comment les talents du Seigneur Nazj peuvent vous être utiles ?"

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Jeu 22 Avr 2010, 18:50

Lethlana suivit le pas de Nazj sans rechigner, même la moiteur poisseuse du sol gorgé de sang ne semblait pas avoir de prise sur ses pieds d’albâtre. Elle monta les quelque marche grinçantes, ses yeux furetaient partout, on aurait dit une gamine curieuse dans un magasin de jouets : alambics, instrument chirurgicaux, composantes magiques… Elle détailla tout avec attention, un grand sourire sur son visage. L’odeur de mort ne la dérangea nullement, ayant vécu dans un charnier d’expériences ratées et en décomposition plus ou moins avancée, il en fallait bien plus pour la choquer. Une moue contrariée finit par se laisser voir.

- Il est loin d’être à la pointe ton labo mon vieil ami… On aura du mal à produire ne serait-ce que de pâle copies ici. Enfin, j’imagine qu’il faut tout de même essayer.

Constata la bête changeante en se frottant le menton. Elle en était presque à regretter les locaux de pointes des scientistes tortionnaires, presque…
Soudain, elle éclata de rire, un rire psychopathe et glacé.


- Je sais ! Il faut les tuer… Les déloger de leur forteresse de verre et les tuer ! Qu’ils contemplent leur création imparfaite avant de passer ad patres et de me rendre mon livre !

Elle cracha par terre avec mépris.

- Nécromancien ! Jusqu’ou vont tes pouvoirs ? Peux-tu prétendre chasser des scientistes d’un de leur laboratoire isolé ? Et en faire des laborantins disciplinés ensuite ? là bas nous pourrions avancer à la vitesse de l’éclair.

Un plan complètement fou, à l’image du cerveau qui venait de l’imaginer mais ça, le sorcier noir avait du le réaliser depuis longtemps déjà. De toutes façons, il y avait fort à parier que cette idée s’en irait aussi soudainement qu’elle était venue.

[Désolé du retard, gros soucis de famille *^^]
Revenir en haut Aller en bas
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Sam 24 Avr 2010, 15:10

Mon vieil ami ? Etais-ce bien là les mots qu’elle avait employés ? Il semblait que la créature changeait bien vite d’opinion ! Mais peu importait, un cerveau dérangé à ses côtés ne le dérangerait nullement, il aurait peut-être quelques difficultés à déchiffrer ce qu’elle voulait bien dire, mais ce n’était pas très grave, Nazj avait déjà rencontré des esprits tourmentés, des créatures vivantes perdues dans leurs pensées, des degrés de folie incroyablement élevés…n’étais-ce pas là ce qui faisait les prophètes, les oracles, et les grands génies ? Mais leur destin est une malédiction qui les condamnent à l’exil, et personne ne les écoutent…hormis ceux qui cherchent le pouvoir. Mais concernant le monstre contre-nature qui se trouvait dans la maison de Nazj, cette folie était seulement due à des malformations, à des ratures dans sa création…Si Nazj devait rencontrer ses créateurs, il aurait une ou deux choses à leur apprendre, concernant le modelage d’un esprit assoiffé de sang. Ce dont il devait se méfier, lui, c’était les accès de rage fulgurants qui pouvaient surgir à tout moment d’une telle bête créée pour tuer. Peut-être des spasmes inconscients qui auraient pour but d’assouvir sa soif de sang, peut-être des colères irrationnelles la forçant à s’attaquer à lui…ou peut-être une paranoïa -qui serait alors justifiée- qui la pousserait à se débarrasser de Nazj au plus vite. Et si le sorcier ne faisait pas attention, les occasions de lui arracher la tête ne manqueraient pas, il allait donc constamment devoir garder un œil sur le monstre…cela allait être des plus éprouvants, mais soit, il pouvait faire ça, pour le pouvoir !

Du moins l’espérait-il, car la créature au corps féminin entama leur collaboration de façon plutôt…irritante. Son labo loin d'être à la pointe ? Nazj afficha un air renfrogné…qui avait besoin d'autre chose que ce qu'il possédait là ? Quelques instruments et de la magie pouvaient faire des miracles ! Certains, cependant, trouvaient plus utiles de posséder des centaines d'instruments étrange et pour la plupart inutiles, installés en des lieux dont ils ne pouvaient rien sortir…mais cet isolement fort peu pratique était réservé aux plus ignorants, ceux qui voulaient accéder à la connaissance et au pouvoir sans posséder ce qui faisait pousser ses racines…la magie ! Des idiots idéalistes qui, à cause de leur ignorance, déformaient la connaissance de façon atroce. Etais-ce donc à ça que ressemblait Nazj pour la créature ? À un idiot aveugle qui imposait comme vérité les choses que seuls les yeux pouvaient voir ? À un…scientifique ? Nazj ouvrit la bouche pour répliquer, un éclat de fureur grandissant en lui. Il n'était pas un de ces idiots adeptes du culte de la cécité ! Il voyait et savait bien plus de choses que ces incapables qui osaient imposer leur ignorance comme seule vérité ! Mais il n'eut pas le temps de protester, car voila que la créature fut prise d'un puissant éclat de rire, un rire dément qui laissa Nazj plutôt…perplexe.

Les tuer ? Bien sur, tuer, qui ne fallait-il pas rendre à la Mort ? Mais de qui parlait-elle...Par le Diable, les dires de cette créatures étaient aussi chaotiques et insensés que ses transformation…elle parlait d'une forteresse de verre…soit, mais Nazj n'avait nullement connaissance de pareil endroit…s'agissait-il donc d'une image ? Et d'un livre…oui, un grimoire ? Nazj en possédait un, son grimoire à lui, la base de son pouvoir toujours grandissant…comment un grimoire appartenant à un être aussi étrange et déformé, et donc un grimoire sans doute totalement incompréhensible, pourrait-il leur être utile ? Il ne comprenait pas tout, mais n'eut pas le temps d'y réfléchir, car la voila qui l'apostrophait, visiblement avec colère, ce qui poussa Nazj à avoir un léger mouvement de recul, par sécurité…Et la voila qui retournait à son délire étrange…les scientistes ? Ah, voila donc de quoi elle parlait quand la forteresse de verre avait été mentionnée ! Mais qu'allait-il bien pouvoir faire là-bas ? Travailler plus vite avec des équipements de pointe ? Nazj étouffa un rire moqueur à cette simple pensée…la seule chose qu'il aurait envie de faire, là-bas, ce serait de tout détruire, de ravager leur laboratoire, et de les massacrer, jusqu'au dernier ! C'était bien là la sentence appropriée…Mais c'était dangereux, trop dangereux…pour l'instant du moins. Nazj se mit à réfléchir à toute vitesse, et finit par afficher un léger sourire…il fit quelques pas en avant, vers la créature.


"Nous n'allons pas…chasser les scientistes, étrange chose. Travailler plus vite nous conduirait à l'imperfection, et tout cet équipement pourrait tout fausser, pourrait tout faire rater…pensez-vous qu'une machine pourrait faire plus que ce que moi je peux faire ? Ici, bercée par la magie noire, plongée dans le doux chantonnement de la Mort, vous serez prête, vous serez…parfaite, et peu importe le temps que ça prendra, car il nous en restera suffisamment pour…démontrer vos talents au reste du monde. Et que diriez-vous d'aller rendre visite à ces "scientistes" après votre perfection ? Et ainsi leur montrer ce que vaut réellement la science face à la magie, leur montrer ce que leur ignorance ne leur aurait jamais permis de faire…Et vous pourrez enfin reprendre votre livre…"

Tout était logique, si le livre était entre les mains de ceux qui habitaient la "forteresse de verre", alors il s'agissait des scientistes, et cela signifiait donc que le monstre devant Nazj était leur création, car il n'y avait que les sorciers et les scientistes pour créer une telle chose…Mais bien sur, il n'y avait que ces hommes qui rejetaient la connaissance pour laisser partir une telle beauté. Nazj affichait toujours un grand sourire, presque réconfortant, et avait posé sa main sur l'épaule de son "collègue", au mépris de tous les risques…il avait une incantation sur le bout de la langue qui lui permettrait de s'en sortir en un clin d'œil. La confiance devait s'installer, il devait alors jouer le rôle d'un grand-père malicieux…

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Jeu 29 Avr 2010, 19:17

Lethlana Sorti soudain de ses délires en entendant que Nazj n’était pas chaud à l’idée de tuer les scientistes pour prendre leur laboratoire. D’un autre côté, on ne pouvait pas lui donner tord, la tâche serait ardue, pour ne pas dire impossible et il serait infiniment plus facile de trouver un local approprié ailleurs. Elle le regarda fixement en penchant la tête sur le côté.

- Appelle-moi Lethlana !

Lança-t-elle soudain, comme pour dissiper un malentendu.
Elle se remit alors à penser au grimoire de Moïl, ce chef d’œuvre de la technomagie qui avait fait d’elle ce qu’elle était, une des rares choses qui ne se perdait jamais dans les méandres tortueux de son esprit.


- Ne te méprends pas nécromancien ! Le grimoire de Moïl n’est pas une tentative raté de concilier la science et la magie pour des imbécile incapables de progresser dans l’une ou l’autre de ces disciplines. S’il les formules et les rituels qui sont à l’intérieur demandent de lourdes installations, c’est parce qu’ils poussent la magie de la chair dans ses derniers retranchements. Et il n’y a guère que les scientistes pour pouvoir s’offrir des instruments à pointe de diamant bénie sous les rayons de la première heure de la pleine lune… Et d’autres joyeusetés du genre…

Soudain la créature s’immobilisa, figé comme une statue l’espace de quelques secondes. Puis elle approcha son visage très près de celui du vieil homme, l'air très intéressée.

- Tu as dit que tu pouvais corriger certaines de mes imperfections ? Je n’ai rien contre, loin de là. A la seule et unique condition que cela ne me fasse pas passer au statut de créature non morte. Car vois-tu, j’ai l’intime conviction que la pourriture ne me va pas au teint ! Et que ma poitrine ne rendrait pas aussi bien avec des trous et des plaies.

Une femme normale, du moins saine d’esprit, aurait probablement eut un air de dégoût en prononçant ces mots mais il s’agissait là de Lethlana la chimère. Elle commença a fureter d’un peu plus près et en s’approchant du bureau, elle ne pu que voir le grimoire ouvert sur une nouvelle page à l’encre encore fraiche.

- Tiens, c’est amusant ces dessins…

Elle commença à les fixer pour essayer de les déchiffrer.

- Houlà ! Ça donne mal à la tête ton machin là ! Mais je suis sure que ça a une signification, je sais pas pourquoi… Intuition féminine.

La bête s’attarda alors sur les étagères, observant les herbes les ossements et les bocaux. L’un d’eux, qui semblait contenir des yeux, attira toute son attention, elle en fit le tour en bougeant sa tête lentement avant de se tourner vers Nazj, un grand sourire enfantin sur le visage.

- T’as vu, je l’ai regardé dans les yeux.

Elle avait l’air très fière d’elle à cette instant mais il était fort peu probable qu’elle soit consciente d’avoir fait de l’humour.
Revenir en haut Aller en bas
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Dim 09 Mai 2010, 00:26

Nazj fut quelque peu rassuré que la créature consentit à lui donner son nom…Lethlana ; très bien, il ne l’oublierait pas…Nazj oubliait rarement le nom de ceux qui avaient osés le défier…Et le nombre de ces noms était très réduit, bien sur. Le nécromancien faisait bien en sorte d’avoir le moins de contacts possible avec toute créature vivante…hormis ses victimes, bien entendu. Il était arrivé qu’un preux chevalier ou qu’un sorcier ou autre idiot d’aventurier bienfaiteur vienne le déranger, de temps en temps, mais il était rare qu’ils arrivent à quoi que ce soit. Les plus idiots ne pouvaient déjouer les ruses de Nazj, qui se faisait passer pour un vieillard sénile sans histoires…quelques illusions, un bon jeu d’acteur, et les vertueux passaient leur chemin…Mais les plus intelligents et les plus doués avaient droit à quelque chose de plus violent, et leur mort servait les intérêts de Nazj. Malheureusement, il arrivait que des "héros" toquent à sa porte, et repartaient en vie, non pas indemnes, bien sur, mais Nazj ne l’était pas non plus…La présente situation était différente des autres, cependant…elle pouvait aboutir sur une…collaboration, et c’était très inhabituel pour Nazj…il allait tenter d’en tirer le plus de bénéfices possibles, il était certain que Lethlana était capable de lui offrir beaucoup de choses.

Soudain, Nazj eut un léger mais brusque mouvement de recul surpris lorsque la créature se mit à parler…Pourquoi cette surprise ? Peut-être étais-ce seulement le fait que le sorcier n’était pas habitué qu’on lui parle de la sorte, ou peut-être s’attendait-il à autre chose…Nazj n’en savait rien, en vérité, et ne s’en préoccupait pas le moins du monde, car ce que disait la bête était très intéressant. Le grimoire de Moïl ? Nazj n’en avait jamais entendu parler, mais cette histoire de concilier la science et la magie capta son attention…pour lui, cette étrange alliance ne pouvait être qu’une aberration ! Comment la magie pouvait-elle se mêler à cette création d’un ramassis de ratés auto-obscurantistes qu’étaient les scientifiques ? A moins de la rabaisser, bien sur, mais là encore, c’était un crime impardonnable ! Il n’y avait qu’à voir Lethlana…certes, elle était d’une merveilleuse sauvagerie, c’était un monstre créé pour tuer…mais elle était incontrôlable ! Comment expliquer le fait qu’elle errait seule dans la nature, sinon ? Elle n’avait pas l’air de servir un maître quelconque, et ne semblait pas apte à ça…tous ces changements d’humeur, de comportement -qui promettaient de remarquables migraines à Nazj- étaient les signes d’un travail imparfait qui aurait été bien meilleur grâce à la magie, et uniquement la magie. A quoi bon travailler plus rapidement si c’était pour mourir entre les griffes et les tentacules de sa propre création impossible à garder en laisse ?

Nazj allait grommeler quelque chose à propos des lourdes installations, des diamants au clair de lune, mais fut interrompu brusquement lorsque le visage de Lethlana se retrouva à quelques centimètres du sien…cette position était très inconfortable pour le sorcier, qui supportait difficilement la proximité avec un autre être intelligent -et vivant de surcroît. Nazj grimaça lorsque la méfiance de Lethlana atteint ses oreilles.

"Pas d’inquiétude à avoir, chère Lethlana, nous allons corriger ces erreurs ensembles, et puis nous pourrons…collaborer, afin de trouver mieux encore, de vous rendre encore plus belle, qu’en dites… ?"

Mais il semblait que la créature n’écoutait plus…Nazj allait donc devoir s’habituer à tout ces changements, à la distraction de la créature…et cela s’annonçait fatiguant. Il soupira avant de remarquer que Lethlana avait posé les yeux sur le grimoire en cours de rédaction. Nazj ouvrit grand ses yeux et se précipita vers son bureau, laissant échapper un "Héééé !" un peu paniqué. Qu’est-ce qui lui prenait, à cette créature ? Voulait-elle devenir folle jusqu'à s’en arracher les yeux ? Mais Lethlana s’était déjà détournée lorsque Nazj arriva pour refermer le grimoire…il allait donc devoir faire attention à tout ce qui pouvait traîner dans la cabane. Le sorcier eut un autre puissant soupir lorsque la pitoyable tentative d’humour de Lethlana -qui affichait alors un hideux visage innocent et enfantin, chose que Nazj exécrait- résonna dans ses oreilles…Peut-être n’étais-ce pas une très bonne idée de vouloir la garder près de lui, finalement.

"Bien, euh…Lethlana ? Peut-être devrions-nous commencer tout de suite ? Montrez-moi de quoi vous-êtes capable, déployez toutes vos excroissances, vos appendices, et que sais-je encore…dévoilez-moi ces secret que je puisse les examiner."

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Mer 19 Mai 2010, 19:41

Alors comme ça Nazj n’en avait pas eu assez tout à l’heure ? Il voulait de nouveau voir Lethlana sous sa forme d’hybride. Soit, elle la considérait comme sa vraie forme et se trouvait bien plus belle ainsi, une autre preuve que son esprit avait été gravement touché lors des expérimentations.

- Bon, on va sortir, sinon cette vieille cabane va finir en tas de ruines.

La jeune femme descendit les marches et savoura la sensation de l’herbe humide sous ses pieds. Elle respira un grand coup et se concentra, elle n’en avait plus vraiment besoin mais elle en avait gardé l’habitude.
La transformation ne prit d’ailleurs que quelques instants, quoique le résultat fût spectaculaire : sur son front trônaient des cornes striées semblables à celles d’un bouquetin, ses yeux étaient devenus ceux d’un aigle et des défenses de sangliers sortaient de sa bouche. Sur son cou, des branchies palpitaient au rythme de sa respiration mais ses bras offrait un spectacle bien plus étrange : le droit se changeait en pince chitineuse épaisse mais tranchante un peu avant l’articulation du coude et le gauche s’était changé en 5 tentacules à crochets. Dans son dos se déployaient deux grandes ailes courtes mais puissantes qui rappelaient fortement celles des vouivres des montagnes. Ses jambes avaient cédé la place à un corps de panthère noire au poil lisse et aux griffes acérées dont la queue avait été remplacée par celle d’un scorpion géant.
Bouquetin, aigle, sanglier, dauphin, vouivre, crabe, calamar, panthère, scorpion… Des greffons de 9 espèces différentes sur le corps d’une femme. Un spectacle inquiétant et fascinant à la fois pour n’importe quel expert de la biologie ou de la magie.


* Haaa… On se sent bien comme ça ! Des crochets de serpents, un sonar de chauve souris… Il y a encore des améliorations possibles. Ha oui, je veux un appendice de créature psionique pour pouvoir faire de la télépathie et de la télékinésie ! *

La Chimère sourit en pensant aux modifications qu’elle aimerait apporter à son corps et il y avait encore beaucoup. Si elle parvenait à retrouver la raison et commençait à apprendre la magie, elle pourrait surement devenir l’un des pire fléaux que la terre ait jamais porté ! Il ne restait plus qu’à prier pour que ce jour n’arrive jamais.

- Alors, cher nécromancien, que désires-tu voir d’autre ? Ma force, ma vitesse ? Tu peux déjà te délecter de mon incroyable beauté mais je crois que tu n’es pas du genre à te contenter de cela, je me trompe ?

Toute folle qu’elle fut, Lethlana n’en restait pas moins une ancienne scientifique avec un esprit d’analyse pointu, elle n’était juste plus en mesure de tirer et d’exploiter toutes les conclusions qu’un esprit sain aurait pu faire.
L’un de ses tentacules se mit à glisser entre ses seins, l’un des rares éléments de son corps de femme qui n’avait pas était altéré par l’équipe de scientistes qui l’avaient prise en charge. Il aurait pourtant était facile d’y implanter une carapace ou une quelconque forme d’armure pour protéger son cœur et ses poumons. Une sécurité peut être ? Cela ne s’était pas avéré suffisant de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Sam 29 Mai 2010, 17:30

Nazj fut émerveillé par la prestation de Lethlana. Tant de métamorphoses diverses, de bouts de chair rassemblés n'ayant aucun lien entre eux, tant de monstruosité, et pourtant tant de magnificence dans ce corps d'une mortelle puissance. Le sorcier ne s'attendait pas à moins, mais il était certain qu'il y avait encore beaucoup de choses à apporter à cette créature…Qui pourraient lui servir pour son propre plan. Il n'était pas particulièrement conquis par cette idée de multiples greffes à partir d'animaux, mais le principe de métamorphose était la clé de son travail, et sans ces bouts rassemblés d'animaux divers et variés, sa propre création sera bien plus simple et rapide à créer, tout en étant particulièrement performante, et facile à tenir en laisse…du moins l'espérait-il, mais il fallait bien expérimenter, Nazj ne pouvait permettre à l'incertitude de s'installer.

Le sorcier commença à étudier la bête avec intérêt, tournant autour d'elle, plissant les yeux, se frottant le menton et grognant de temps en temps des mots inintelligibles. Il ne comprenait pas comment les "scientistes" avaient pu donner naissance à une telle chose…car Lethlana n'était pas construite de toute pièce par les scientifiques, manifestement, pourquoi auraient-ils provoqués eux-mêmes ces évidents problèmes cérébraux ? Pourquoi auraient-ils programmés une sauvagerie qu'eux même ne parvenaient pas à contrôler ? Lethlana avait donc été humaine, celle qu'il avait vu un peu plut tôt…Comment avait-elle pu survivre ? Les transformations étaient particulièrement brutales, il n'y avait qu'a voir les cornes, Nazj était surpris que le crâne ne soit pas broyé sous le choc. Il s'intéressa tout particulièrement aux ailes, le principe était simple, il serait facile de faire une chose pareille sur ses propres créations…et cela faciliterais beaucoup de choses…il suffisait de trouver un moyen pour que les ailes soient utiles sans que les os ne soient creux, comme ceux des oiseaux…Pour cela, Nazj allait étudier le corps de Lethlana, et il allait consulter des parchemins traitant des dragons et autres créatures de ce genre…La créature allait beaucoup l'aider dans ses recherches, il en était certain.

Il s'attarda un peu sur la queue de scorpion…Etais-ce la mutation d'une souche de scorpion simple ? Si c'était le cas, ça n'en était que plus mystérieux et intéressant ! S'il ne s'agissait que de la greffe d'une espèce gigantesque de scorpion, la queue était entourée du même mystère que les autres parties du corps…il existait peut-être des scorpions de cette taille après tout, l'île de Ghurol lui semblait un havre parfait pour de telle créatures. Nazj fit finalement face à Lethlana, et recula de quelques pas afin de la contempler entièrement…Même si elle était une superbe machine à tuer, les scientistes n'avaient misés que sur la barbarie et la sauvagerie de la créature…il manquait beaucoup de subtilités pour que Lethlana soit parfaite en toute situation…Nazj réfléchit un instant. Il était expert en créations étranges, en assemblages de chair et en aberrations osseuses…mais il était rare qu'il face appel aux forces de la nature tels que les animaux, il les réservait pour ses expériences alchimiques…mais il savait comment faire.


"Nul besoin de me montrer plus que ça, chère Lethlana, un simple coup d'œil m'a suffi pour juger de vos capacités, mais si le cœur vous en dit…"

Nazj tendit la main vers la cabane, et sembla tirer sur un maigre fil invisible…quelques instants plus tard, des cadavres animés surgirent de la petit maison…ils s'éloignèrent, puis se tinrent immobile, attendant les ordres de Nazj.

"Faites ce que bon vous semble, mais avant même que vous ne vous élanciez, je sais que ce que je peux vous proposer…Que diriez-vous si votre cœur battait froidement comme celui d'un serpent ? Un corps de sang froid dépense bien moins d'énergie que les autres…Et si je vous dotais du venin d'une araignée ? Ainsi la moindre des égratignures sur le commun des mortels sera particulièrement douloureuse…et assurément mortelle. "

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Lun 31 Mai 2010, 22:49

Lethlana eut un profond soupir de satisfaction, modeste et discrète quand elle était humaine, les opérations l’avaient rendue vaniteuse et à présent, elle adorait entendre qu’elle fascinait les hommes, que ce soit par ses capacités ou son apparence.
Elle écouta avec attention les idées du nécromancien.


- Est-ce à dire qu’un corps à sang froid pourrait faire les mêmes efforts plus longtemps ou qu’il aurait un surplus d’énergie qui me rendrait capable de dépasser mes limites actuelles ? A vrai dire, les deux évolutions m’intéressent…

Elle parlait, pour le coup, avec la froideur d’un serpent. Ses évolutions étaient toujours un sujet qui captivait son attention et, indirectement, calmait sa folie. Mais il ne fallait tout de même pas trop y compter, un stimulus extérieur serait parfaitement à même de la faire replonger.

- Quant à ce qui est du poison d’araignée… Les poils urticants ne vont pas aux femmes, cher ami ! Mais je n’ai rien contre des mandibules et un abdomen à soie.

La véritable question serait alors : où le placer ? Son corps était déjà bien surchargé sur l’arrière et il ne serait pas évident d’y trouver de la place. De plus, certains auraient jugé plus urgent de faire en sorte que le système nerveux de la créature soit plus adapter à sa nouvelle forme et par conséquent, que les perturbations de son métabolisme et de sa psyché soient moins nombreuses. D’un autre côté, l’ancienne Lethlana ne serait assurément pas aux goûts de Nazj : gentille ; pleine de vie, dévouée à ses recherche pour le bien de l’humanité… En fait, elle aurait tout de sa proie favorite. Il avait donc tout intérêt à garder auprès de lui la monstruosité instable et sanguinaire qu’il avait rencontré ce soir.

- Halalala… Il y a mille choses encore qui me plairaient… Des phéromones, un camouflage, des crochets venimeux, des capacités télépathiques, une langue de caméléon… Peut-être que le plus gros du travail est fait mais tout de même, quelques options de plus seraient du plus bel effet.

Et la chimère repartait dans ses délires… D’une certaines façon, elle n’avait pas tord, son corps pouvait encore endurer plusieurs greffes et pour peu qu’un neuro-magicien lui remette au moins partiellement le cerveau en place, elle pourrait devenir la créature la plus redoutable du règne animal dans sa catégorie de taille.

- Au fait, ils sont là pour quoi les zombies ? C’est des chiens de garde ou des défouloirs ? Parce que bon, je veux bien les massacrer mais ça ne te permettra pas de voir à quel point mon venin est foudroyant par exemple… Tu ne pourras pas voir non plus comme il est facile d’étouffer un homme avec mes tentacules, vu que ces choses ne respirent pas. Attention, je ne dis pas, c’est amusant de tuer des zombies, même si leur viande n’est pas récupérable. Mais finalement, on ne peut les tuer que de manière assez primaire, à coups de griffes et de crocs.

En attendant la réponse du vieil homme, ses pattes labouraient le sol tandis qu’elle se dandinait, prête à bondir.
Revenir en haut Aller en bas
*Humain*

avatar

*Humain*

Nombre de messages : 314
Métier/Fonction : Apprenti Conteur

MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Jeu 10 Juin 2010, 16:06

[hrp: Désolé pour le temps d'attente]

L'esprit de Nazj allait à toute vitesse tandis que Lethlana énumérait les nouveaux pouvoirs qu'elle voulait acquérir…Cela n'allait pas être facile, il doutait même de pouvoir tout accomplir, et il doutait encore plus que le corps de Lethlana pouvait résister à tous ces changements violents...mais toutes ces transformations étaient si alléchantes ! Des phéromones pour attirer les proies, un camouflage pour se tenir en embuscade, des capacités télépathiques pour briser l'esprit…il ne voyait pas tout à fait l'utilité d'une langue de caméléon, mais si la créature était capable de résister à une nouvelle transformation, pourquoi pas ? Cela pourrait débarrasser Nazj des trop nombreuses mouches qui envahissaient ses espaces de travail…Cependant, trouver tout cela allait être difficile…et encore plus lorsqu'il s'agira de les placer sur le corps déjà cauchemardesque du monstre ! Cela allait prendre un temps fou, tout en étant dangereux…Les transformations que voulait Lethlana demandaient un travail très précis au niveau du cerveau. L'on pouvait dire que Nazj était un bon chirurgien, mais peut-être sa vieillesse et ses mains à la peau bien trop tendue allaient-elles le trahir au moment critique…d'un autre côté, cela avait du bon, il pourrait ainsi se débarrasser rapidement de la créature sans combat ridicule...mais Nazj voudrait tout de même garder Lethlana à ses côtés pour un moment, ne serais-ce que pour contempler le chaos qu'elle engendrerait.

Le sorcier à la robe noire fut expulsé de ses pensées par les propos de Lethlana, qui méritaient alors toute sont attention. Il l'avait vaguement entendu parler des zombies que Nazj avait réveillés afin que Lethlana lui montre de quoi elle était capable, mais ça n'avait plus d'importance à présent, ce qu'avait proposé la créature eut pour effet de fendre le visage de Nazj d'un sourire atrocement cruel…quelle idée ravissante ! Nazj devait l'avouer, tester les capacités de Lethlana en plein cœur de la cité n'avait pas effleuré son esprit, il avait passé bien trop de temps à essayer de fuir le grouillement humain pour que l'idée de s'y mêler ne lui vienne spontanément…mais soit ! Il était conquis par le charme de cette idée, ils allaient donc entrer en Reilor et y semer la mort…nul doute que cela allait peut-être déclencher une certaine panique dans l'esprit des habitants, mais qui irait soupçonner une jeune fille et un vieillard ? Cette idée avait un charme fou, mais cela allait prendre un peu de temps…aller en ville, tuer, revenir avec des corps, cela signifiait qu'il faudrait laisser passer plusieurs jours, dont la majeure partie du temps serait constituée d'attente…Et ce même temps pourrait être employé à travailler sur le corps de Lethlana.


"Votre proposition me ravit, chère Lethlana ! Il est vrai qu'avec de simples cadavres réanimés, je n'aurais qu'un bref aperçu de vos capacités…alors qu'en allant chasser des êtres vivants, nous pourrons voir de quoi vous êtes capable, mais je pourrais aussi me procurer de la matière première ! Ah, il semblerait que votre force n'a d'égale que votre intelligence, chère Lethlana…l'Aube se lèvera bientôt, nous aurons toute la journée pour parcourir les rues et trouver un lieu où se cacher, et où entreposer les morts…Enfin, c'est à vous de choisir, nous pouvons aussi partir à la recherche de vos nouveaux pouvoirs, il nous faut trouver les créatures, en extraire l'essence qui vous servira, et faire en sorte que votre corps l'assimile…"

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   Mar 15 Juin 2010, 19:32

Le visage de Lethlana s’illumina d’un sourire dément. Retourner en ville et y jouer à sa guise pour aider Nazj dans ses expériences, voilà une idée qui ne tarderait pas à se réaliser et à se réaliser dans le sang qui plus est. Le nécromancien pouvait en être sûr, il ne manquerait plus d’ingrédients frais pour un bon moment avec la chimère comme moissonneuse personnelle. Elle sauta d’ailleurs sur l’un des zombies qu’elle démembra avec une violence complètement gratuite, aucun coup n’était calculé, le seul but de l’opération était d’exprimer sa joie et son excitation, la pauvre créature fut réduite en pièce de manière complètement anarchique.

- Hihihi… On va faire une sortie en ville ! C’est une occasion rêvée pour me retrouver quelques robes et une malle. C’est que voyager nue n’est ni très pratique, ni très hygiénique. Hooo… Et on mangera des pâtisseries ! Niveau nutrition c’est nul mais c’est trop bon ! et ‘est pas comme si on en trouvait sous les pierres en pleine forêt.

La bête jouait frénétiquement avec de petits bouts d’os, essayant de les assembler suivant des schémas pour le moins improbables tandis qu’elle reprenait progressivement une apparence humaine. Elle constata alors que ses mains et ses jambes étaient couvertes de sang à moitié pourri.

- Beurk, c’est vrai que jouer c’est salissant. J’imagine que c’est pour ça que toutes les mamans le disent…

Un instant plus tard, elle était prise d’un fou rire incontrôlé de psychopathe. Elle dut même se tenir les cotes tant son délire était violent.

- Hey, Nazj ! Tu imagines ce que ça pourrait donner si j’essayais de me reproduire ? Déjà, il faudrait savoir avec quoi, parce que là, mine de rien, ça commence à devenir un défis. Et puis dans quelles conditions aussi, ça va être quoi ma période de gestation ? Si ça se trouve, je vais pondre un œuf !

Et son fou rire reparti de plus bel. Comment savoir en effet ? Lethlana était devenue une aberration biologique, mélange de vivipares et d’ovipares, de mammifères, de reptiles, d’insectes et de poissons. Il avait fallu une puissante magie appliquée avec une précision chirurgicale pour arriver à ce résultat alors rien ne disait si le résultat de toutes ces opération était susceptible de se reproduire par voies naturelles.

- Bon, je suis fatiguée mon cher ami. Je vais donc trouver un endroit pour me reposer et on mettra un plan d’action au point dès demain matin. Parce que là, j’ai l’esprit trop embrumé pour réfléchir convenablement.

Elle s’étira et bailla à gorge déployée. Depuis qu’elle était libre, elle n’avait pas beaucoup dormi, cherchant à mettre de la distance entre elle et ses tortionnaires, elle n’avait pas beaucoup mangé non plus car ses instincts n’étaient pas assez forts pour compenser son manque d’expérience de la chasse.


[Pas grave, on fait pas une course de vitesse, j'ai du mal à répondre rapidement aussi de mon côté.]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Pour un charnier (Lethlana)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pour un charnier (Lethlana)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Lan Rei :: Lan Rei Est :: Port de Reilor-