AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Le freakshow (Aelix)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 304
Localisation : Dans une taverne tenu par une démone
Métier/Fonction : J'rempli vos choppes quand elles sont vides... et j'en profite pour vider vos bourse par la même occasion !

MessageSujet: Le freakshow (Aelix)   Mar 28 Oct 2014, 04:59

Les sombres aubes, ce mois terrifiant consacré aux morts. Un mois de fête pour commémorer nos disparus, les apaiser et faire fuir les créatures du mal, quel beau paradoxe n'est-il pas que de célébrer la disparition d'une vie par des célébrations festives et joyeuse ? De plus que ce mois permet aux habitants de la nuit non pas d'être repoussé, mais de ce mêler pleinement aux humain...

 De la fenêtre de ma chambre dans la taverne je peux voir cette période de l'année étendre son influence dans tout Reilor, citrouilles sculptées, épouvantail, tâche de sang sur les portes, la ville s'habille ainsi de sombre couleur, laissant paraître une folie ambiante, en effet tout y est plus cauchemardesque, plus onirique. Même les gens sont gagnés par cette folie : tantôt un loup-garous, tantôt un démon, parfois une sorcière, ici un cavalier sans tête, la un vampire. Et moi même je ne fais pas exception à cette règle.

 Je reporte mon attention vers mon reflet dans le miroir, mets au point les derniers détails de mon costume, ce soir je serais un démon. Pour l'occasion j'ai teinté mes cheveux en noir, un tatouage bleu foncé orne ma joue : 3 larmes coulant jusqu'à mon menton, ma peau est pâle, presque cadavérique et teinté d'une substance ressemblant fortement à du sang. Même mes oreilles ont subit une transformation, prenant l’apparence de celles de chauves-souris et décorés de boucle d'oreilles, quand à mes yeux, quelques produit acheté chez l'apothicaire d'à côté leur ont fait prendre une teinte violacée. Mes vêtements sont quand à eux noirs, déchirés.

 Bref, j'ai maintenant plus l'air d'une bête sauvage démoniaque que d'un elfe. Et tout cela pour un mois... Enfin, cela n'est pas le sujet du jour, qui dit Aikloween dit célébrations, attractions, et un cirque avait justement déposé ses valises dans la ville, avec en tête d'affiche un spectacle de défilé de monstre, de quoi effrayer l'enfant et faire rire l'adulte, des créatures venues de toutes part disait l'affiche, « des plus profondes forêts de Royel au plus sinistres déserts de Ghurol », tout un programme.

 Ainsi voilà le programme de la soirée, et puis je ne serais pas seul, Aelix tenait à sortir aussi, le patron semblait déprimé ces derniers jours, si cela pouvait lui changer les idées...

 Mais avant ça j'ai encore du travail à finir, environ une heure... Je me regarde une dernière fois  dans le miroir et soupire. J'avais peut être espérer que ce déguisement me ferait paraître un peu plus comme un homme, mais c'est tout le contraire, non content d’amplifier mon aspect féminin, il me donne une certaine beauté froide... la soirée allait être longue, très longue.

 A peine ai-je posé un pied dans la taverne que tous les regards se tournent vers moi. Mon violon dans la main, je monte sur scène, sentant le poids de ces yeux. Toujours cette même exaltation à me trouver la, je ferme les yeux, la première ne sera pas une musique joyeuse , après tout, il faut s'accorder à l'ambiance de ce mois. C'est ainsi qu'une mélodie triste, mélancolique s'élève dans la taverne, dès lors les clients s’apaisent, écoutent en silence.

 Puis une voie s'élève, rauque, grave, tout aussi mélancolique et harmonieuse que ma musique, c'est mon corps tout entier qui vibre à l'écoute de cette voie. J'ouvre un œil, et sans surprise constate que Gardakan m'a suivi sur scène, c'est de ce petit corps déguisé en gobelin que s'échappe cette voie. Et peu à peu de nouvelles viennent s'ajouter à celle de Gardakan, très vite c'est toute la taverne qui résonne de cette chanson triste... A ce moment j'ai l'impression que l'on touche le réel sens de Sombre Aube, non pas une fête joyeuse, non, quelques chose de plus lugubre, triste, célébrant la mort comme elle devrait être, à cet instant on touche sa véritable signification.

 Enfin, la musique s’arrête, les chants s’éteignent. Il est temps pour une nouvelle musique, plus festive celle-ci. Je fais un signe à Gardakan pour lui indiquer la prochaine et commence à jouer. A nouveau la taverne retentit de chants, plus joyeux, d'immense « This is Aikloween » résonnent dans la taverne, des choppes sont tapés sur les tables en rythme.

 Ainsi l'heure passa, une heure remplie d'alcool, de mélodie triste et de joie, une heure qui passa bien trop vite à mon goût. J'aime ces moments sur scène qui me permettent de me sentir pleinement vivant. Mais Aelix m'attendait, ce fut donc avec regret que je descendis de la scène, laissant les autres musiciens divertir les clients...


Edit d'Ether : Je vous aime ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Démon*

avatar

*Démon*

Nombre de messages : 798
Localisation : vers une nouvelle aube, quelque part au delà des apparences
Métier/Fonction : pianiste démoniaque

MessageSujet: Re: Le freakshow (Aelix)   Ven 12 Déc 2014, 18:20

La nuit était tombée sur Reilor depuis quelques heures à présent. Dans les rues, des milliers de lanternes aux couleurs bariolées dispensaient une lumière chaude et pourtant étrange, presque surnaturelle. J'aimais la seconde partie du mois des Sombres Aubes. Passés les pleurs et la dépression ambiante des premiers jours, la ville reprenait vie et s'éclairait, célébrant la vie, riant au nez de la mort. C'était peut être la période durant laquelle j'avais le plus de mal à détester les humains. Il m'arrivait même, presque malgré moi, de les admirer.
Il faut être particulièrement stupide pour narguer la mort quand on a de si faibles capacités.
En plus de cela, c'était sans doute la seule période de l'année où les créatures de la nuit, de l'ombre et du chaos pouvaient marcher parmi le peuple sans craindre de se retrouver sur un bûcher dans l'heure. Ou écrasées sur le pavé. Ou transpercées de piques. Bref, c'était assez agréable.

C'est donc d'un pas inhabituellement joyeux et sautillant que je parcourais les ruelles du port, Nareil à mon côté. L'ambiance festive semblait l'avoir contaminé lui aussi, et sa prestation plus tôt à la taverne m'avait laissée sans voix. Magique. Son déguisement y était sûrement pour quelque chose, cela dit. Les cheveux noirs aux reflets huileux, qui transformaient la lumière des lanternes en nuances d'incendie, la peau pâlie, les lèvres sombres, et les tatouages... Ciel, ces tatouages. "Démon", hein. Si seulement il avait pu saisir l'ironie de la situation...
Cette apparence sauvage éveillait de multiples possibilités dans ma cervelle corrompue. Peut être qu'un jour, je pourrais vraiment le transformer ainsi. Peut être qu'un jour, il me rejoindrait dans l'ombre...
Je m'appliquais pourtant à ne pas trop le dévisager. Je savais qu'il n'aimait pas ce genre d'attention, qu'il en récoltait déjà beaucoup trop à la taverne. Même si les habitués avaient pour la plupart arrêté de le considérer comme une petite damoiselle fragile et délicieuse, il recevait encore beaucoup de... "propositions" plus ou moins subtiles des nouveaux attirés par les fêtes du mois des Sombres Aubes. Je ne voulais pas le gêner plus que nécessaire.
Pourtant, la lueur qui brillait au fond de mon regard n'avait rien à voir avec la luxure.

Moi même, j'avais cédé à la coutume du déguisement et portait un long manteau noir, partiellement déchiré, ainsi qu'un masque composé de morceaux variés et disparates de cranes d'animaux. L'effet était... dérangeant. De face, on aurait pu croire à un immense squelette de loup bipède souriant. De côté, les défenses et les crocs positionnés à des endroits improbables faisaient plus penser à une expérience de nécromant ayant assez mal tourné. Et sous le museau proéminent, dans l'ombre qui s'étirait sur mon menton, mon sourire tordu renvoyait un éclat sordide.
J'avais même poussé l'effort jusqu'à rendre ma peau d'un peau violacé maladif, sur laquelle mon réseau sanguin s'imprimait en noir. Ainsi, je n'avais plus grand chose d'humain.
Quelque part, j'avais plus l'impression d'avoir quitté mon déguisement habituel que de m'en être créé un nouveau.

Nous descendîmes le long labyrinthe de ruelle le long du port, pour parvenir enfin quelques minutes plus tard sur une vaste place entourée de maisons particulièrement biscornues. Nous y étions.
Les roulottes des saltimbanques étaient poussées le long des façades, et leurs tentes colorées avaient été dressées au milieu, en cercle. Un petit passage avait été aménagé à un endroit pour permettre aux spectateurs de rentrer.
Un homme en costume mal ajusté y attendait les premiers clients. Son corps trop grand et trop fin ployait sous le poids de son crâne disproportionné, étrangement allongé. Il ne prêta pas la moindre attention à nos déguisements, ce que je trouvais au fond de moi un peu vexant mais pas plus étonnant que ça, vue le milieu où il évoluait quotidiennement, se contentant de nous tendre deux tickets bariolés.

Bienvenue, bienvenue ! Venez assister ce soir au plus étrange des spectacles ! Bêtes-humaines, animaux rares capturés dans les plus exotiques régions de l’archipel, contorsionnistes et autres démembreurs ! Venez, chers messieurs, belles dames, venez les observer ce soir !

Le cris soudain me fit presque sursauter. L'homme qui l'avait lancé nous souriait depuis la caisse où il était perché, très classe dans son veston vert rayé de noir et son haut chapeau. Je hochais la tête pour le saluer et pressais le pas. Je voulais avoir le temps d'observer les stands avant que le spectacle, véritable attraction de la soirée, ne commence.
L'espace entre les tentes avait été aménagé pour permettre aux gens de déambuler entre les différents stands. Des cages étaient placées un peu au hasard, dans une composition étrange, et renfermaient tout un tas d'animaux grognant, sifflant ou chantant. Les rideaux ouverts des plus petites tentes dévoilaient déjà des scènes occupées par les attraction mineures du freakshow : Musner, l'homme hippopotame, aux membres courtaud et extraordinairement musclés, et au crâne aplatit faisant effectivement vaguement penser à celui d'un hippopotame. Grina, la femme panthère, qui, entièrement dénudée si on exceptait un pagne sommaire, dévoilait une longue queue touffue et une fourrure tachetée magnifique. Une néko. Je grimaçais. Elle n'avait pas l'air particulièrement malheureuse, aguichant les clients les plus proches avec des poses osées et des clins d’œil, mais je n'aimais pas l'idée qu'elle soit présentée comme une bête de foire. Enfin, heureusement, elle n'était pas dans une cage. C'était déjà ça.
Je me désintéressais pourtant rapidement de ces scènes. La plupart de ces créatures seraient présentées durant le spectacle. Au milieu du cercle des tentes, un cracheur de feu divertissait la foule en dansant au son d'un violoniste. Celui ci, plutôt doué, ne semblait pas totalement rassuré. Je le comprenais : la plupart des souffles enflammés de son collègue le frôlaient de peu, le forçant à changer de position assez souvent, si bien qu'on ne savait pas exactement le quel faisait danser l'autre.
Plus loin, dans un coin moins fréquenté, je vis une femme en tenue de ballerine brosser avec attention le pelage d'un poney outrageusement rose. Je détournais rapidement le regard. Cela, oui, cela était sans doute un aperçu de la véritable horreur de ce monde. Si je le regardais plus longtemps, j'allais probablement vaincre les lois de la nature et me mettre à faire des cauchemars.
Mon regard se porta alors sur la cage la plus proche de moi. Contrairement aux autres, elle était faite de bois et non de métal. Un curieux animal couvert d'écailles d'un mauve nacré profond s'y reposait, roulé en boule. Un panneau sur le côté de la cage indiquait la nature de la créature.

Citation :
« Tatoul'kel 
Animal originaire de Ghurol. Il a la particularité de se nourrir de minéraux, après les avoir dissous avec sa bave corrosive. Très câlin, affectueux, tant que vous n'êtes pas un Golem. »

Je levais un sourcil et passais à la cage suivante. Une petite boule de fourrure jaune vif y avait fait son nid. Sa vue me rappelait vaguement quelque chose... Se sentant sûrement observée, la bestiole ouvrit un grand œil limpide et me dévisagea en retour.

« Monsieur rouge ! »

De surprise, je fis un pas en arrière. Je la connaissais ! Et elle me reconnaissait. Je ne savais pas si c'était une bonne chose.

Nareil ! Viens voir. J'ai retrouvé un vieille connaissance. Tu te souviens de … de ça ?

Je désignais d'un geste vague la cage. Le panneau qui se trouvait dessus indiquait qu'il s'agissait d'un Piknee, une créature télépathe dotée d'une intelligence rudimentaire originaire de Rosyel.
Mais avant que nous n'ayons eu le temps de nous pencher sur le cas de la bestiole jaune, un clairon retenti sous le grand chapiteau, signalant aux spectateurs qu'il était tant qu'ils prennent leurs places pour le début du show. Portés par le mouvement de foule, nous dûmes nous éloigner de la petite cage, où la créature maintenant surexcitée sautillait en continuant de pépier à tue-tête :

« Monsieur rouge ! Monsieur rouge ! J'aime pas la cage, monsieur rouge ! Pars pas ! »

Je secouais la tête, et entrais à la suite de Nareil dans la grande tente, essayant de ne pas me sentir coupable.
En vain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le freakshow (Aelix)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Freakshow [11/15]
» (Dimitri) ? Is that Houdini or a freakshow?
» LE FREAKSHOW ARRIVE A ARLINGTON !
» FREAKSHOW
» {Connor/Joan} ? FREAKSHOW
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Lan Rei :: Lan Rei Est :: Port de Reilor-