AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Savourer une vengeance jusqu'au bout des canines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*Vampire*

avatar

*Vampire*

Nombre de messages : 1142
Localisation : Loin, très loin, très louun !
Métier/Fonction : Mon métier est de hanter tes rêves les plus fous !

MessageSujet: Savourer une vengeance jusqu'au bout des canines   Jeu 27 Sep 2012, 19:39


J'ai faim.

Deux mots qui ne faisaient qu'un. Un seul sentiment accru de jour en jour, alors que les nuits devenaient de plus en plus aimables avec lui, le vampire... Le nouveau-né.
Zeviehl avait terriblement faim. Silgrum, son ami, son patron désormais, lui avait indiqué le chemin qui le mènerait directement chez le marchand.
Quel marchand ? Ce marchand... L'oncle de Mahel. Celui qui les avait engagé pour écarter du marcher la concurrence dans leur ville natale. Cet avare n'avait d'yeux que pour l'or et les biens les plus précieux, alors que les quatre jeunes voulaient juste se faire un peu d'argent. Pour voyager... Grand rêve, désormais engloutis dans le néant, avec les souvenirs. Car la faim prédominé totalement sur ses souvenirs passés...
Zeviehl avait faim...

"Tu devrais le trouver, à fermer sa boutique tard le soir." Il y était. Elle ressemblait à celle qu'il possédait dans l'autre ville, en plus raffinée et mieux fournie. Evidemment, il était devenu un excellent marchand à Reilor. Donc très riche.
"Il s'est refait correctement de bougre. Mais ce n’est pas grâce à ses talents. Tu me suis ?" Zeviehl connaissait le personnage, et il était loin d'être un vendeur hors pair. Juste un bon grippe sous.
"Si tu ne le trouves pas là-bas, suis le chemin à gauche. Il n'habite pas très loin... Il y a une petite place mais à l'écart des foules habituelles... Aucun garde ne passe. Bon appétit" Sur le visage du nain naquit un grand sourire, celui de l'appât du gain. Il passerait derrière lui, dans la boutique notamment, une fois le travail fait. C'était dans leur contrat oral.
Zeviehl tuait les gêneurs potentiellement riche, ou possédant de bonnes parts, et Silgrum allait ramasser dans les caisses avant que la garde découvre le corps.
"N'oublie pas de te servir de ton couteau... Histoire qu'on pense que c'est un animal qui a fait ça" Oui oui, et il devait se débrouiller pour qu'on trouve le corps plus loin... Pas de souci. Du moment qu'il pouvait enfin manger...
Ce plat froid qu'est la vengeance sera cependant tellement nourrissant pour lui. C'était son salut, s'il ne le faisait pas maintenant... Il allait finir comme un animal sans contrôle. Une bête féroce et sans pitié qui mangerait tout ce qui lui passerait par la main. Et ça... notre vampire ne le voulait pas.

J'ai si faim...

Zeviehl suivit le chemin qui passa derrière la boutique. Là ! Le voilà... Il était arrivé à temps, car le marchand marchait dans la rue, en direction de son domicile. Sans s'en rendre compte, le vampire sortit les dents... Sa rage monta d'une traite. Cette enflure, ce mécréant, ce sale ingrat... L'oncle de ce traître... Ils méritaient tout les deux de subir la frappe de la Justice qui arrive par derrière, celle qui réclame le sang, la Vengeance à l'état pure.
Car si le vampire était tel qu'il était, ce n'était pas par choix, mais bien parce qu'il s'était retrouvé dans une situation désespérée où il avait dû fuir. Car ce marchand l'avait ordonné, en influençant les gardes. Car son neveu... avait trahis ses amis...


L'homme fut parcouru d'un frisson et s'arrêta en chemin. Il se rendit que quelqu'un l'observait et se tourna pour mieux voir. Son visage tiré, bien entretenu grâce au moyen qu'il avait prit une expression hautaine. Il leva un sourcil, essayant de voir le visage de l'inconnu.
- Bonsoir ? ...

Le vent répondit en sifflant un peu.
- Je peux vous aider ? ... Mais ça vous coûtera de l'argent. On n'a rien sans rien.

Zeviehl ne bougea pas d'un cil. Dans l'ombre, il observait sa... sa proie ? C'était bien la première fois qu'il ... s'apprêtait à prendre un humain comme cible. Comme proie, comme nourriture future. Il ne devait pas faire un faux pas, il avait promis à Silgrum. Et il devait manger... Il devait manger une créature plus consistante qu'un...
- Qui êtes-vous ? J'ai l'impression de vous connaître...

... Animal. Plus consistant qu'un animal, mais ce n'était qu'une bête. Un humain était...
- Mais ? ... Toi ?! C'est toi ?

Une bête... Une espèce parmi les autres...
- Je te reconnais ! Tu as travaillé pour moi...

De la nourriture pour vampire... Son sang, je le ressens jusqu'ici. J'ai tellement faim.
- Zeviehl

Ce dernier sortit les dents. Le marchand s'était rapproché pour voir le visage de l'homme. Son expression changea, pris de terreur. Il recula rapidement et fit l'erreur de se retourner pour prendre ses jambes à son cou. Zeviehl, bien plus rapide, l'attrapa et entoura le cou de sa victime avec son bras. Il le maintenait de façon à légèrement le pencher. Ses canines pointues se plantèrent dans le cou du marchand. Une de ses mains l'empêcha de crier. Ou plutôt de pousser des hurlements de douleurs. Faut le dire... Le vampire n'y allait pas de main morte. Il avait bien trop faim pour employer la délicatesse et l'art de mordre, qu'il ne connaissait pas très bien d'ailleurs.
Le marchand se débâtit, alors que son bourreau les emmena dans l'ombre de la ruelle. Doucement, il cessa de crier dans la main, pour employer davantage d'énergie à essayer de s'extirper de là. Son cerveau analysait vite et se rendit compte petit à petit qu'il était dans une très mauvaise posture. Le vampire pompait le sang, sans s'arrêter.
Même s'il l'aurait voulu... Il n'aurait pas pu s'arrêter...

Ce sang est... délicieux. Tellement bon... Tellement mieux ! Je me ... Je me sens renaître.

Pourvu que cela dure toute la nuit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humaine*


*Humaine*

Nombre de messages : 57

MessageSujet: Re: Savourer une vengeance jusqu'au bout des canines   Jeu 27 Sep 2012, 20:53

.


Dernière édition par Jordane Livingston le Lun 28 Jan 2013, 08:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Vampire*

avatar

*Vampire*

Nombre de messages : 1142
Localisation : Loin, très loin, très louun !
Métier/Fonction : Mon métier est de hanter tes rêves les plus fous !

MessageSujet: Re: Savourer une vengeance jusqu'au bout des canines   Jeu 27 Sep 2012, 22:47

Il buvait longuement le flux vital. Savourant chaque instant de bien être que cela lui procure. Une sensation de renaître, un instant de confort, rassurant, et bientôt, quand il aura fini, de parfait rétablissement de ses sens. Un moment il crut même avoir de nouveau le cœur qui bat. Mais c'était illusoire. Non, il était inerte, depuis ce soir où...
A la pensée de cette nuit horrible, le vampire serra son étreinte, ce qui fit crier le marchand.

Crie, souffre, hurle même si tu veux... Personne ne t'entendra. Personne ne viendra te sauver, toi, espèce de sac à argent. Profiteur, arnaqueur, lâche. Ta gourmandise te perdra... Ta chance à tourné, car je ne m'arrêterais pas.

Jamais. Il ne s'arrêtera jamais. Pourvu que cela dure, car ce dîner était goûteux. Il avait passé des mois à errer dans la forêt, à se nourrir de bêtes. Sans jamais approcher les fermes, où les paysans vivaient nombreux. Sans jamais approcher la ville, où les citoyens pullulaient en nombre. Il n'avait pas voulu tuer. Commettre cet acte ignoble qu'était le meurtre.

Les personnes qu'il croisa sur son chemin l’avaient mis en garde. Silgrum en dernier l'incita à le faire pour "vivre". Et parce que c'était stipulé dans le contrat...

Il ne reculera plus. De toute façon il n'avait ni la possibilité de le faire, ni l'envie...
Il se délectait de chaque gorgé de sang... Il se sentit un peu monstrueux de penser ainsi. Mais une fois qu'on goûte à quelque chose...
On ne s'en passe plus...
- Ze... Zeviehl... Tu... Espèce de...

Le marchand se débâtait de moins en moins. Son corps lui sembla plus lourd à porter... Il commençait à lâcher prise, à se laisser faire. Bientôt ses membres ne répondraient plus et il perdrait connaissance. Après quoi, il mourrait. Le vampire mettra plusieurs dizaines de minutes à aspirer tout son sang...
- ... Non... Je ne...

Veux pas mourir ? Fallait y penser avant de m'envoyer en enfer !
Zeviehl maintenait le marchand. Jusqu'à ce qu'il se reçut quelque chose dans le dos. Il sursauta et lâcha sa prise. Le marchand s'effondra sur le sol alors que le vampire s'écarta, passant dans une autre ruelle. Qu'est-ce que c'était ?
Il grimaça en essayant de retirer une épique du dos et la regarda, étonné. C'était une petite dague. Alors que son corps reconstitua aisément son dos, il jeta un léger coup d'œil... grâce à sa vision nocturne, aidé par les lanternes de feu de la ville, il aperçut en détail la jeune femme qui avait sauvé in extremis le marchand.
Grande, mince, aux formes généreuses en particulier ce qui lui servait d'atout féminin, de longs cheveux noires, un visage jeune et vif, plein d'énergie. On aurait une chasseresse, venue tout droit d'une colonie. Elle n'avait rien avoir avec les ladies des villes.

Zeviehl s'écarta, lâchant la dague qui vacilla sur le sol. Il courut à une vitesse folle sur des caisses et sauta en deux, trois bonds dessus. Il arriva sur le toit d'une maison, s'avançant silencieusement sur le bord, discret. Il observa les évènements en bas... Ses canines étaient toujours sorties... Sa faim étanchée mais malgré tout, son corps vampirique en réclamait encore...
Il voulait la fin du dîner...
Zeviehl secoua la tête... Que lui arrivait-il ? C'était... C'était bon. Boire le sang humain était revigorant. Voilà pourquoi il ne pouvait plus se retenir d'avaler le sang du marchand. Et c'était bien la raison qui le poussait à terminer son travail.
Quand il n'avait pas faim, il se sentait bien, ne s'inquiéter pas pour son dîner car il était rassasié ou qu'il pouvait exister sur des jours sans manger. Mais quand il avait faim, il devait manger. Sinon il deviendrait bien pire.
Il passa sa langue sur ses dents, patient.

Le marchand quand à lui respirait encore... Il rampa, tenant une main ferment sur la plaie... Il n'avait plus de force et voyait floue pendant de longues minutes. Il put percevoir une silhouette plus loin. Il tendit une main faible et tremblante et supplia de l'aide d'une voix presque absente.

Zeviehl grimaça, contrarié. Si elle le prenait avec lui, il ne pourrait pas le tuer... Et si le marchand venait à parler... A dire qu'un vampire était en ville et l'avait attaqué, il aurait de gros ennui...
D'abord avec Silgrum qui lui plantera sa hache dans le pied en hurlant qu'il avait mal fait son boulot, qu'il ne devait pas avoir de témoin...
Le vampire jeta un coup d'oeil vers la demoiselle. Elle avait un si beau visage, qu'il ne pourrait jamais... lui faire la même chose.
Il ne pourrait pas le faire sur des femmes.

Alors, le vampire resta aux aguets et écouta, passant sur un autre toit pour mieux les voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Humaine*


*Humaine*

Nombre de messages : 57

MessageSujet: Re: Savourer une vengeance jusqu'au bout des canines   Ven 28 Sep 2012, 20:38

.


Dernière édition par Jordane Livingston le Lun 28 Jan 2013, 08:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Vampire*

avatar

*Vampire*

Nombre de messages : 1142
Localisation : Loin, très loin, très louun !
Métier/Fonction : Mon métier est de hanter tes rêves les plus fous !

MessageSujet: Re: Savourer une vengeance jusqu'au bout des canines   Ven 28 Sep 2012, 23:23


Le vampire, passif, observa la jeune femme. Elle semblait le chercher. Il espérait qu'elle n'avait pas vue ce qu'il était, où qu'elle doutait, car cela serait particulièrement fâcheux de devoir la tuer.
Mais les évènements et les plaintes du marchand firent qu'elle se focalisa davantage sur lui. Zeviehl put marcher tranquillement sur les toits, sans se faire remarquer. Il chercha un moyen de l'éloigner de ce gros tas... De ce... Nan mais oh !
Zeviehl s'arrêta net, stupéfait. Cette espèce de gros pervers ! Il... Il était entrain de la ploter, comme ça, sans gêne, sans reproche ! La jeune fille ne semblait pas énervée, ni gênée par ces gestes déplacés... Elle aida le marchand à se relever comme si de rien n'était.
La vision exceptionnelle du vampire lui indiqua que sa victime mit une main dans un endroit trop intime pour que Zeviehl n'en soit pas indigné !
- Sale porc..., murmura-t-il entre ses dents toujours sorties.

La rage monta en une flèche et le vampire sauta de toit en toit. Il atteignit l'autre côté rapidement et put entendre leur discutions. Apparemment, la jeune demoiselle l'avait pris pour un loup... Tant mieux, au moins il n'aura pas à la tuer. Le marchand avait beau essayer d'expliquer que c'était un humain qui l'avait mordu, elle resta butée sur sa position.
Très rationnelle comme petite. Mais elle restait d'une beauté remarquable.
Le marchand lui indiqua un chemin et ils partirent doucement dans cette direction. Zeviehl leva un sourcil et les suivit d'en haut...
Zut... Il ne put le faire plus loin, car ils rentrèrent dans une maison, celle de l'homme sans doute. Le vampire s'assit sur un autre toit pour être en face de la fenêtre éclairée. Ainsi il pouvait voir un peu ce qui s'y produisait...
Et il n'aurait pas dû...
- Mais ?! Ce n'est pas possible ! Même à moitié mort, c'est une espèce de gros pervers sans scrupule ! Raaah !

Zeviehl ferma les yeux et mit sa tête dans ses mains. Tout ceci indiquait que le vampire était parfaitement lui-même. Il avait toujours autant de respect pour les femmes...
Il soupira, contrarié.
- Elle se laisse faire en plus... C'est malheureux...

Il afficha un air boudeur. Elle aimait peut-être ça : les vieux riches...
C'était un goût après tout. Certaines aimaient les jeunes, d'autres les mûres et enfin les vieux, en général ceux qui avaient les moyens. Comme ce monstre là...
Ne pas respecter une jeune fille aussi belle et pure mettait notre Zeviehl hors de lui. Il faillit avoir des cheveux blancs (façon de parler bien sûr) lorsqu'elle se déplaça dans la pièce. Pour finalement sortir dehors...
Le vampire soupira de soulagement et changea de toit, pour être sur celui de la maison du marchand. Ce dernier invita la demoiselle à revenir un jour. Avec un sourire, elle le remercia et s'en alla comme elle était venue. Les termes "récompenser dignement" fit naître sur le visage du vampire un air à la fois blasé et en colère envers sa victime.
« Il faut reprendre des forces pour se la farcir cette beauté… » Marmonna le marchand. Assez fort pour les oreilles de la créature...
- Tu n'en auras pas l'occasion, sourit Zeviehl.

Horrifié, le marchand leva les yeux et aperçut un bras qui le chopa fortement. Il n'eut pas le temps de crier qu'il se retrouva sur le toit, avec "le loup". Ce dernier sortie ses canines et les relogea dans son cou.
Il se passa à peine une dizaine de minutes avant que le marchand soit inerte, sans poule. Puis une quinzaine de minutes avant que Zeviehl est fini. Il se leva et regarda le corps...
Il savait la jeune fille dans le coin, et avait peur de laisser le cadavre à porter de ses yeux... Si jamais elle l'apercevait alors qu'elle venait de le quitter il y a à peine trente minutes, ce serait catastrophique.
Une main sous le menton, le vampire réfléchissait, léchant au passage une dernière trainée de sang...
Oh et puis zut ! Il prit sa dague et trancha la gorge du marchand, de façon que l'on puisse croire à une attaque de bête sauvage. Il n'avait pas d'autres choix que de le laisser ici...
- Je te laisse là... Que les dieux, s'ils existent quelque part aient pitié de toi... Moi, je n'en ai eu aucune.

Et il n'en aura pas pour Mahel... Jamais.
Il passa de l'autre côté, atteignant le bord de la maison et sauta. Il se réceptionna agilement, regardant sur les côtés pour voir s'il n'y avait personne. Pas un chat... Pour une fois que cette ville était tranquille...
Zeviehl se dirigea vers la maison du nain, pour le prévenir de sa réussite, et de ce qui c'était passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Savourer une vengeance jusqu'au bout des canines   

Revenir en haut Aller en bas
 

Savourer une vengeance jusqu'au bout des canines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Jusqu'au bout de la nuit [Pv : Carpe Diem]
» Dansons, jusqu'au bout de la nuit ! [PV Nino & Dulcianna]
» Les Etats que nous devons gagner Mardi, Pour que Obama aille jusqu'au bout
» Magistra magicienne jusqu'au bout des doigts =D
» Attali: L'ultra libéralisme jusqu'au bout des ongles
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Lan Rei :: Lan Rei Est :: Reilor-