AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Jeu 26 Juil 2012, 14:54

- Je vais voyager, s’expliqua Solaufein. J’ai besoin de partir, voir du pays, découvrir des cultures, et par-dessous tout comprendre. J’aimerais partager mes connaissances, ma musique, et en retour connaître tout de ce monde.

Anàrion, son grand frère et nouveau chef de la famille lui avait sourit. Il s’attendait à ce qui lui dise de ne pas partir. Qu’il avait encore beaucoup de chose à apprendre. Et que le monde extérieur était bien trop dangereux pour quelqu’un comme lui.
Rappelons que Solaufein était de constitution fragile, et hémophile de plus. Après la bataille faite contre des pirates humains qui voulaient s’emparer des plages non loin du domaine Ingwé, l’elfe passa un an et demi à se remettre d’une blessure. Elle n’aurait pas été si grave à la base, mais pour lui les plus grands soins avaient été appliqués en toute urgence. Sa grande sœur Anéya, soigneuse de la famille, était resté à le surveiller les six premiers mois.
Anàrion au lieu de l’arrêter, lui dit ceci :
- On dirait Vanathor quand il parle de ses voyages. Mon cher frère, tu n’as pas besoin de mon autorisation pour partir. Tu seras toujours chez toi ici, tu le sais et je n’ai pas besoin de te le rappeler. Essayes juste de ne pas te faire avoir… Le monde extérieur n’est pas comme ici, et il est encore plus dangereux par delà Rosyel. Mais je ne t’apprends rien, entre Vanathor et Fénaro, tu en sais beaucoup déjà.


C’est ainsi que Solaufein se retrouva dans sa chambre, préparant ses affaires. Son grand frère n’avait pas réagit comme il le pensait. Il l’avait compris. Anàrion savait que son petit frère devait se changer les idées, s’éloigner un peu du cocon familial. Et avec un peu de chance, il apprendra des choses à l’extérieur mieux qu’au domaine. Malgré son envie de voyager, ses perceptions du monde et tout ce qu’il pourra découvrir, le savoir, la beauté, et les rencontres, Solaufein était hésitant. Il n’avait jamais auparavant envisagé de quitter le domaine…
Il emporta son épée, au fourreau sanglé à sa ceinture. Un sac avec le nécessaire de voyage, dont des bandages et des soins de secours, toujours très pratique. Des feuilles vierges avec une plume et de l’encre. Sa flûte bien sûr, car il n’irait nulle part sans elle.
Il regarda cet ouvrage de bois sculpté par ses mains. Un instrument à bec un peu plus complexe qu’une flûte ordinaire, mais tout de même très facile à utiliser. Il la possédait depuis quelques années et s’en servait avec talent.
Il l’installa confortablement dans son sac et le ferma avec une boucle à ceinture.
Il était prêt.
Il prit une grande inspiration, décidé à aller jusqu’au bout. Et alors qu’il sortit de sa chambre, refermant la porte derrière lui, une main se plaqua face contre son visage.
- Aïe !

Solaufein se massa le nez. Il reconnaitra toujours le rire de son frère.
- Fénaro ! Heureusement que je ne marchais pas vite !, s'emporta le jeune elfe.
- Haha… Excuse-moi. Il fallait bien que je te dise au revoir à ma façon, non ?

Le scribe de la famille, un adepte de ma taquinerie avéré, était le plus proche de Solaufein niveau physionomie, en moins fragile. Malgré leur caractère un peu opposé, ils restèrent des frères proches et complices parfois. Fénaro ébouriffa la tignasse violette de son petit frère.
- Tu n’allais tout de même pas partir en me laissant songeur à mes livres, si ? Quelle cruauté !
- Allons… J’ai promis à tout le monde que je passerais avant de m’en aller.
- Alors c’est vrai. Le petit Sola prend son envole. Une feuille de papier me l’aurait chuchoté, je ne l’aurais pas cru…

Avec étonnement, Solaufein aperçut un air triste sur le visage de son frère.
- Hé, je reviendrais, ne t’inquiète pas, sourit-il pour le rassurer.
- Mais évidemment que tu reviendras ! Tu es notre tout petit moineau qui ne sait pas voler !, s’exclama l’autre avec beaucoup d’entrain, le prenant dans ses bras.

Il le serra un peu, mais pas trop pour éviter de lui faire mal. Il le salua respectueusement avec un sourire enjoué et s’excusa ensuite avec un air beaucoup plus sérieux, disant qu’il avait du travail. Ce Fénaro, il ne changera jamais ! Enthousiaste mais sérieux à la fois !

Solaufein descendit dans la pièce voisine du hall. Assis dans un canapé en face d’une table base, Eran discutait avec sa femme Leyette. Cette… cette magnifique elfe. Solaufein avait essayé de tourner la page de leur histoire. Mais en voyant ses yeux, il avait du mal. Il avait été fou amoureux d’elle à une époque. Mais elle s’était éprise d’Eran et ils se marièrent.
C’était la vie.
Seul trois personnes avaient su son secret. Dont son propre père, qui avait emporté le secret dans sa tombe. Solaufein tourna les yeux vers un tableau, représentant le portrait d’Anatar et d’Agëlle, ses deux défunts parents, le jour de leur mariage.
*Vous me manquez terriblement…*
- Solaufein !

Eran se leva pour aller saluer son petit frère. Leyette approcha également, esquissant d’un sublime sourire.
- Nous étions venu pour te dire au revoir, commença Eran. Surtout fait bien attention à toi. Tu sais comment est la forêt. Nous avons beau être des cohabitant, Rosyel restera toujours insaisissable et sauvage. Tout particulièrement les animaux, qui expriment sa fougue.
- Ne t’inquiète pas. Tout ira bien, assura notre elfe.
- J’espère ! Comme ça tu pourras nous revenir et tout nous raconter, dit la belle elfe.

Ils le laissèrent se dirigeant vers le salon. Solaufein les regarda partir. Le domaine avait lancé une petite rumeur, comme quoi Leyette serait enceinte. Mais pour le moment rien n’indiquait que c’était le cas.
Solaufein secoua la tête pour sortir de ses pensées. Il se dirigea d’un pas décidé en direction du hall, où se trouvait la porte principale de la maison Ingwé.
- Hop hop hop !, fit soudain une voix.

Le jeune elfe se retourna et aperçut Vanathor, le majordome. Bien qu’aucun Ingwé ne le considérait ainsi. Il a avant tout était un ami de la famille depuis très longtemps et avait toujours été aux côtés d’Anatar.
- Mon cher Solaufein, je n’ai pas beaucoup de temps à t’accorder. C’est bien dommage, je t’aurais raconté le nombre de fois que je devais te ramasser parce que tu étais si maladroit que tu tombais alors que tu courrais…
- Van’ !
- Oui, excuse-moi, sourit le vieille elfe ( Et pas si vieux que ça le loup de mer ! Eh oui, j’étais un elfe qui voyageait sur l’eau... Mais passons ! ) Je voulais te donner ceci, une petite partie de mon trésor pour te soutenir.

Il lui fourra dans les mains une bourse. Il était aisé de savoir qu’il s’y trouvait quelques pièces.
- Vanathor je… Je ne sais pas quoi dire, hésita Solaufein mal à l’aise. C’est trop généreux.
- Tu allais partir sans argent ? Tu comptais allez loin comme ça, mon petit ? Haha ! Ne me remercie pas va, je me sentirais plus rassuré si tu partais avec mon trésor entier, mais j’en garde pour tout le monde.
- Vanathor, vous avez toujours été là pour nous. Nous vous devons bien plus.
- Non, vraiment, c’est moi qui vous dois tout. Surtout à ton père…

Evoquer des souvenirs sur lui remonta de la mélancolie chez les deux hommes. Le silence fut vite déchiré par Vanathor qui serra la main d’un de ses protégés.
- Fait bien attention, sourit-il avant de retourner à ses occupations. Il devait sans doute aidé Anàrion. Solaufein les avait soutenus également pendant un temps.

L’elfe sortit de la maison. Il eut un regard en arrière, pour garder une dernière image de son chez lui. Puis traversa le jardin, toujours aussi resplendissant. Parsemé de roses en majorité mais de bien d’autres fleurs et plantes fugaces, ce jardin était un petit joyau du domaine. C’était Agëlle qui l’entretenait le plus souvent, d’après ce qu’on lui avait dit. Solaufein ne l’avait pas connu. Sa mère décéda en accouchant de lui, son huitième enfant. C’était dans ce jardin qu’étaient enterrés les quatre corps. Anatar, Agëlle, et ses deux sœurs mortes à la bataille : Lenawë et Leya… Tous les autres morts au combat étaient enterrés chez leur famille, respectant une très vieille tradition du domaine.
En chemin, à la sortie du jardin, il croisa Rundel, une épée posé sur l’épaule. Le plus costaud de ses frères, le plus rustre dans ses manières mais qui gardait un charme elfique naturel. Le frère jumeau de Leya en avait voulu à Solaufein d’avoir survécu. Mais honteux, il était venu s’excuser auprès de lui, reconnaissant sa stupidité.
Solaufein ne lui en tenait pas rigueur, il savait combien il avait souffert. Ils avaient tous souffert…
- Pot de fleur !, salua-t-il.
[Surnom que Rundel donna à Solaufein, en rapport à sa capacité à être aussi solide qu’un pot. Il s’amusait également à dire qu’il faudrait, à défaut de s’entraîner avec des épées en bois, prendre de la mousse pour ne pas « troubler sa délicatesse »]

Oui, Rundel était charmant. Vraiment. Solaufein afficha une moue contrarié.
- Tu ne changeras jamais hein ?
- Ne compte pas sur moi pour te chouchouter et faire attention à tes petites fesses ! J’ai toujours été ainsi avec toi, et grâce à ça, tu es devenu un homme. Enfin… nous allons plutôt dire un bout d’homme, termina-t-il protégeant son visage des coups frénétiques de son petit frère.
- Tu pourrais, une fois dans ta vie, te montrer sympathique avec moi, alors que je m’en vais !, lança notre elfe irrité.
- Tu cours si bien, écoute. C’est toujours drôle.

Ils se regardèrent tous les deux et éclatèrent de rire. Il l’allait lui manquer tout de même.
- Allez, je dois partir entrainer des jeunes, fit Rundel avec un clin d’œil. Bonne chance, et avance à ton rythme. Que la Nature veille sur toi.

Ils se laissèrent en bon terme, pour une fois. Entre Fénaro et ses blagues, et Rundel et ses coups, il ne savait pas lequel des deux personnages lui avaient fait le plus de bleu… Mais Solaufein avait eu beaucoup de chance d’avoir eu ces deux là, ainsi que tous les autres. Lenawë lui avait enseigné la sagesse, Leya également mais seulement pour gérer Rundel. Personne d’autre qu’elle avait réussi à avoir Rundel sérieux.
Qu’elles reposent en paix.

Solaufein passa dire au revoir aux personnes qu’il connaissait bien dans le domaine. Il finit bien sûr par toquer à la hutte de sa grande sœur Anéya, l’avant dernière fille d’Agëlle, la plus jeune avec lui. Et déjà une talentueuse guérisseuse.
Personne ne répondit. Notre elfe sortit du domaine, passant en dessous de la porte. La muraille en bois était protégée par des grands pieux, servant à repousser la plupart des animaux sauvages. Il trouva Anéya, cueillant des plantes pour ses préparations médicales.
- Sissy !
[Surnom donné par Anéya et elle seulement]

Encore un surnom très gênant qui faisait horreur à Solaufein. Mais sa sœur était si mignonne qui ne lui refusait rien. On avait d’ailleurs dû mal à croire qu’elle était plus âgée, car à côté d’elle il faisait très sérieux. Elle enlaça fortement son petit frère.
- Ne part pas ! C’est trop dangereux ! Tu n’es pas bien ici, hein ? Allez reste, s’il te plait !
- Any, je suis très bien chez moi. Trop bien même. J’ai besoin de respirer, tu comprends ? De voir du paysage, du monde, et vivre des aventures !, dit-il les yeux brillant.
- Sola tu es fragile, hémophile, maladroit et les aventures sont les prédateurs des personnes comme toi !

L’elfe regarda sa sœur d’un air blasé. Elle avait le don de détruire son morale. Mais son inquiétude se lisait dans ses yeux. Il savait… Il savait tout ça. Il avait envie de prouver à tout le monde qu’il n’était pas seulement le petit dernier à protéger, mais bien un elfe, un homme à part entière, capable de survivre dans la nature.
Anéya sourit.
- Tu ne changeras pas d’avis. Je te connais, tu es buté comme un taureau.
- Comparaison un peu juste pour moi, sourit-il.
- Vas. Vas découvrir le monde… Et tu as intérêt…

Elle sauta sur lui. Il fut obligé de la rattraper en lâchant son sac à la dernière minute. Paniqué, il se laissa tomber avec elle. Elle s’exclama comme une enfant capricieuse :
- Tu AS intérêt à nous envoyé PLEIN de lettre ! C’est compris ?

Il hocha rapidement de la tête, approuvant ses désirs. Elle ria aux éclats.
- Je t’aime petit frère ! Et met ça dans ton sac, ça t’aidera, assura-t-il en lui faisant un clin d’œil.

Elle lui fourra dans sa main des fioles. Elle contenait un liquide à la texture étrange, mélangeant transparence et verdure. C’était une concoction spéciale pour soigner un peu plus vite ses blessures. Sa sœur avait toujours été bienveillante à son égard. Et aussi à l’écoute de ses moindres problèmes.

Il se releva et reprit son sac, y mettant les fioles. Avec la bourse en plus, il faisait son petit poids. Solaufein regarda une dernière fois le domaine, puis sa sœur, qui le saluait de la main.
Elle le regarda partir… Elle ne pu s’empêcher d’avoir des larmes, qui glissèrent le long de ses joues roses. Solaufein disparut derrière les épais arbres de la forêt de Yelli. Son petit frère, son si fragile frère.
- Que la Dame te protège.

Son murmure s’envola dans le vent matinal.



***


La forêt de Yelli couvrait une bonne partie de l'île. Cette étendue naturelle était libre et sauvage, les elfes lui laissant tous les droits de pousser n'importe où. Contrairement aux humains qui contrôlaient leur environnement, les elfes vivaient en harmonie avec elle.
C'était grâce à une carte, dessiné à l'improviste par son frère Fénaro, que Solaufein n'eut aucun mal à s'orienter. Il évitait de se perdre plus d'une fois.
Mais la forêt était si danse qu'il n'avançait pas très vite, obligé de contourner des arbres vraiment très grands aux troncs très gros. Ce qui le désorientait également.
Il n’avait pas encore croisé de village elfe. Pourtant il en existait non loin du domaine…
Serait-il si perdu que cela ? L’elfe ne paniqua pas, et continua de chercher.
Le soleil se couchait déjà. Même s’il faisait encore jour, le jeune Ingwé n'était pas rassuré. Se balader le soir en pleine forêt n’était pas une des meilleures choses à faire. Surtout quand on n’était dans son cas : un voyageur et non un chasseur.
Les forêts de Rosyel abritaient des elfes, des légendes et croyances, des beautés inimaginables, certaines n’ayant jamais été découverte car la nature les cachait si bien. Mais il s’y trouvait également des bêtes féroces. L’état sauvage de l’environnement, le fait que les elfes la laissaient vivre faisant son cycle sans la perturber, avait fait des animaux les maîtres de certain coin des espaces verdoyants.
Solaufein savait se défendre… Mais il n’avait jamais été seul dans la forêt contre des animaux sauvages.

Es ténèbres apparaissaient déjà. La lune montait dans le ciel timidement alors que le soleil atteignait l’horizon, sans doute… Il fallait qu'il se trouve un coin au calme pour passer la nuit. Mais alors qu'il cherchait une clairière pour éviter d'être coincé entre les arbres, il entendit des bruits dans les buissons... La pénombre ne gênait pas sa vision, mais il ne vit rien qui pouvait provoquer ce bruit, et avec si peu de vent, c'était troublant. Solaufein mit une main sur le pommeau de son arme. Il restait prudent. Ses craintes s’avéraient justes… Aussi rapide qu'un éclair, un grand loup sortit des feuillages, en compagnie de deux autres de ses semblables. L’elfe recula de plusieurs pas, les gardant bien en face de lui. Il ne se rendit pas compte tout de suite que quatre autres bêtes le piégeaient par derrière. Il esquiva à la dernière seconde un coup de patte dans le dos. Solaufein n’était pas préparer à ce genre de situation. Seul contre sept loups, avec pour seule arme une épée qu’il n’avait plus utilisée depuis presque deux ans…
Voyant l’agressivité des loups, il savait qu’il ne le lâchera pas de si tôt, voulant sans doute dîner un elfe ce soir. Il n’attendit pas plus longtemps pour prendre ses jambes à son coup.
Il courut aussi vite que possible. Ce fut dure à cause du sac… Il croisa un arbre creusé très reconnaissable et balança le sac dans le creux en question. Ainsi il put courir bien plus vite.
Les loups étaient à courte distance de leur repas. Un peu maigre pour sept mais suffisant pour la nuit. Il passerait toute la soirée à courir derrière lui s’il le fallait.
Solaufein s’en doutait. Et il avait bien peur de ne pas tenir aussi longtemps. Il essaya de réfléchir rapidement à une solution.
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 109

MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Ven 27 Juil 2012, 03:47

    Le soleil s’éleva lentement dans les cieux. Le jeune elfe se leva doucement se fit du thé et prit de quoi manger pour son petit déjeuné. Il s’habilla, prit son arc et ses flèches puis sorti de chez lui pour aller à la chasse son cours de tire à l’arc n’étant que dans l’après-midi il pouvait déjà s’échauffer à la chasse en faisant attention à sa cheville gauche qui était encore convalescente.

    Même en ne s’appuyant pas dessus il grimaçait sous la douleur même minime que lui offrait chaque pas. Il avançait dans les bois en silence et se mis en garde en voyant des faisans.

    Il respira très doucement pour faire le moins de bruit possible se prépara à tirer. Mais les bêtes qu’il avait en vue s’envolèrent. Des loups les avaient pris pour cibles…. Cloud soupira, mais ne tira pas sur les loups. Il en avait un peu marre de manger que du loup midi et soir… Il continua sa chasse toute la matinée mais ne trouva que des renards, des lapins et un sanglier… Il eût du mal à tout ramener chez lui mais il y arriva. A midi il prépara le renard et commença à manger en massant sa cheville gauche qui le faisait souffrir par l’effort qu’il venait de faire… Il se rechangea et s’habilla dans des tons verts foncé et un peu de bleu en bordure des vêtements. Il prit ses affaires pour le court de tire à l’arc de l’après-midi et se rend sur le lieu.

    Après quelques heures de marche il arriva comme à son habitude, avec cinq minutes d’avance, il se mit à sa place et attendit l’heure et le « vrais » professeur. Il soupira longuement quand il vit -pour son plus grand malheur- son grand frère arriver… Celui-ci connaissait bien les habitudes de son « adorable » petit frère. Il sourit toujours étrangement et s’approcha.


    - Toujours en avance, Cloud ? Tu ne veux pas t’échauffer avec moi ?
    - Non. Va-t’en !
    - Non, je suis inscrit au cours et ça me coûte cher tu sais !
    - Alors arrête de les suivre sa tu feras des économies !
    - Tsss… Et comment je pourrais voir t’as jolie bouille d’elfe ?!

    Cloud se leva et frappa son frère. Les deux se battirent pendant plusieurs minutes qui semblaient atrocement longues pour le pauvre Cloud car il peinait au combat rapproché. Par chance le professeur arriva avec quelques élèves et sépara les deux elfes.

    - Toi tu l’approches plus, c’est compris ?!
    - Mais ! C’est lui qui m’a frappé le premier !
    - Je m’en contre fiche ! Tu l’as provoqué le premier. Dit-il au frère de Cloud puis se retourna et s’adressa à Cloud - Tu devrais rentrer chez ton père vue ton état tu dois recevoir des soins. Vas-y, et tu peux te reposer chez lui, je vais faire le cours tout seul cette fois *sourit gentiment à son petit assistant*
    - Bien monsieur. *dit Cloud en boitant sévèrement cette fois ci, reprenant ses affaires et se dirigeait vers la maison de son père.*

    Après deux heures de marche assez lente, il arriva chez ses parents, toqua à la porte et attendit que sa mère vienne lui ouvrir. Celle-ci ne demanda pas ce qui c’était passé puisqu’elle en avait l’habitude qu’il se batte contre son frère aîné. Elle le fit rentrer dans la maison et le fit s’assoir avant de lui préparer du thé.

    - Ton père sera bientôt là. Il doit rentrer pour manger de toute façon…
    - Il n’est pas rentré à midi ?
    - Oh tu le connais, il préfère rester plus longtemps avec un patient, s’assurer qu’il est hors de danger et qu’il se porte bien…
    - Je sais, il va encore râler parce que je me suis encore battu contre lui …. ?
    - Si je ne râle pas, il ne râlera pas, t’as toujours était son préféré et le miens aussi tu sais.
    - Oui je sais… Essaye de sourire

    Cela dura encore deux ou trois heures, puis le père de Cloud arriva enfin, soupirant en voyant l’état de son fils chéri… Il s’approcha doucement en posant le nécessaire médical près de Cloud.

    - Il a encore gagné hein ?
    - Non enfin… Le prof’ et d’autres élèves nous ont séparé avant que sa finisse mal… J’ai eu de la chance aujourd’hui je crois…
    - Oui… Bon laisse-moi regarder ce que t’as…

    Il examina son fils, posa de la crème sur ses bleus, et regarda la cheville… Soupire.

    - T’as forcé dessus ce matin ?
    - Fallait bien… J’étais heu… chargé en bestiaux …
    - Alalala …. Et le combat de tout à l’heure n’a rien arrangé … Je vais te remettre de la crème pour la désenflé et, une attelle. Tu fais attention cette fois, d’accord ?
    - Oui, oui ….

    Le père de du blond, déchaussa son fils, releva un peu le pan du pantalon et constata mieux les dégâts… Il prit sa crème, en appliqua sur la cheville et remis une attelle.

    - Cloud, écoute-moi. T’as cheville est fragile ça tu le sais. Ne force pas dessus pendant que tu as l’attelle d’accord ?
    - Oui je vais essayer … Ce n’est pas trop grave hein ?
    - Ben disons que au lieu d’être à deux semaines de repos, la te faudra au moins trois semaines… Tu gardes l’attelle encore trois quatre jours mais après ça ne veut pas dire que tu dois forcer dessus !
    - Compris !

    Cloud soupira. Il allait être encore en convalescence … Enfin bon, il positiva parce que son père ne lui interdit pas d’aller à la chasse ! Après encore deux heures de soins et de discussion avec son père Cloud prit ses affaires et rentra doucement chez lui. Il s’y reposa avant de repartir à la chasse le soir. Il marchait doucement s’appuyant sur le pied droit le plus possible, au fur et à mesure qu’il avançait il entendait du bruit, des pas rapides qui venaient plus ou moins vers lui. Il avança plus rapidement arme à la main prêt à tirer et vit un elfe poursuivit par des loups.

    Il s’arrêta et commença à tirer sur le loup pour essayer de sauver le pauvre elfe… Il en toucha un, celui-ci tomba au sol, inerte. Difficile de résister à une flèche en pleine tête. Il vit cinq des loups lui foncer dessus et il eut juste eu le temps de dire « Courrez ! Vite ! » À l’autre elfe, avant d’être submergé par les cinq loups. Il essaya de se débattre en essayant de les repousser, mais il se faisait griffer, mordre les bras, et les jambes il donna des coups de pieds dans les deux loups qu’il avait sur les jambes en serrant les dents à cause de sa cheville. Il sortit -difficilement- ses couteaux elfiques de ses poches et planta les loups les plus proches en les envoyant valsé plus loin. Il se redressa et fit la même chose aux loups restant, sauf que pendant ce temps il avait oublié le loup qui courrait toujours après l’elfe. Il y repensa vite en récupérant ses lames et courut tant bien que mal vers l’elfe en danger, se disant que son père n’allait pas être très content …. Enfin bref. Il vit le loup au loin et se rapprocha pour essayer de le tuer. Il tira une première flèche et le toucha mais le loup tenait encore debout et semblait beaucoup plus agressif qu’avant…

    Cloud continuait de s’avancer et regardait l’elfe de là où il était. Il pouvait voir qu’il n’avait pas l’air très solide comme garçon…Il lui cria encore de courir loin et vite qu’il se chargerait du loup. Mais même en lançant des cailloux pour attirer l’attention du loup celui-ci ne quittait pas sa « proie » des yeux … Et continuait d’avancer vers le pauvre elfe aux cheveux violets… L’elfe se demandait ce qu’il se passerait mais une fois à bonne porté il tira encore une fois sur l’énorme loup, mais il ne bronchait même pas. Comme s’il ne sentait rien…. Le blond ne comprenait pas…


    - Continuez de courir ! Il ne vous lâchera pas ! Courrez !

    Dit Cloud à l’autre. Il espérait qu’il continue de courir et ainsi réussir peut être à distancer l’énorme loup affamé … Mais il dut s’arrêter à cause d’une violente douleur dans la cheville gauche qui avait était mordu plusieurs fois par un des loups qui l’avait agressé à sa gauche … Il se mit à genoux et se massa la cheville essayant de garder l’énorme loup et l’elfe dans son champ de vision histoire de voir ce qu’il se passait … Puis les efforts qu’il avait dû faire dessus pour les rattraper n’arrangeaient rien du tout. Il continua de masser sa cheville doucement pour pas faire trop mal mais comme son père lui avait appris à faire au cas où…

    - Ne me lâche pas… Pas maintenant … Tiens le coup ….

    Dit-il à lui-même et à sa pauvre cheville qui commençait à ne plus tellement tenir le coup à force… Il leva la tête et voyais l’elfe et le loup s’éloigner il se leva et reprit la chasse dans leur direction en grimaçant de douleur mais essayant de ne pas trop s’appuyer sur le pied gauche… Commencent aussi à ne plus trop sentir son pied et sa cheville à cause des efforts qu’il fait. Il arriva à nouveau à leur hauteur et du encore une fois s’arrêter pour masser sa pauvre cheville… Il espérait que le loup laisserait tomber sa chasse et partirait choisir une autre proie mais apparemment celui-ci ne changea pas et était toujours face à l’elfe les crocs sortis en grognant férocement. Avec deux flèches sur lui il continuait d’avancer comme s’il n’en n’avait même pas…

    - Continuez … De courir voyons ! Répliqua Cloud à l’autre elfe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Ven 27 Juil 2012, 19:11

Les loups se rapprochaient dangereusement. Solaufein tenta tous les moyens pour les esquiver, les distancer, mais rien n'y faisait. Les loups devaient être affamés pour insister à ce point. L'un des loups tenta de le plaquer sur le sol en s'élançant vers lui.
Une flèche l'arrêta. Il s'écroula sur le sol, mort sur le coup, une flèche fichait dans son crâne. Solaufein ralentit pour reprendre son souffle. Alertés, les loups s'élancèrent vers la personne qui avait tiré. Il n'eut pas le temps voir son visage. Le dernier loup, le plus imposant et de loin le plus effrayant de tous, se mit entre lui et l'inconnu. « Courrez ! Vite ! » entendit-il. Solaufein ne le fit pas répéter et prit ses jambes à son coup. L'imposant animal le poursuivit, laissant les autres sur la seconde proie.

Solaufein ne savait pas depuis combien de temps il courait. Il vit défiler les arbres. A un moment, ils se resserrèrent, ce qui ne facilita pas sa fuite. Il se plaqua contre un tronc renversé et grimpa avec peine pour passer par dessus... Il sentit du vent suivit d'un fracas de bois non loin de son pied droit... Le loup avait failli lui arracher.
L'elfe ne prit pas le temps de reprendre son souffle et descendit du tronc pour reprendre la course. Il distança un peu le loup, mais ce dernier le rattrapa. Il était désespéré, car il ne pourrait pas continuer à courir ainsi bien longtemps.
Ils débouchèrent sur une petite clairière. Là le loup prit un appui et fit s'élança. Il atterrit pile devant notre elfe. Ses crocs sortis, il grognait, marchant lentement vers lui.
Solaufein entendit un sifflement familier. Une seconde flèche se hissa dans le corps du loup. Se dernier grogna un peu plus mais ne fit pas attention à son agresseur. On aurait dit que la douleur ne le touchait pas. Il était particulièrement intéressé par lui, sa proie appétissante... Même si l'elfe n'avait pas de "viande", il serait goûteux. C'était ce qu'il devait se dire, au vue de cette folie furieuse...
- Continuez de courir ! Il ne vous lâchera pas ! Courrez !
L'elfe attrapa une pierre et la lança sur le loup. Se dernier se la reçut, se qui permit à sa proie de prendre de la distance. Il continuerait à courir derrière, jusqu'à épuisement de l'elfe. Solaufein était endurant. Mais cela faisait un bon moment qu'il courrait. Il commençait à atteindre ses limites...
Il continua ainsi mais finit par s'appuyer contre un arbre, à bout de souffle. Le loup s'était arrêté de courir et marcher en sa direction, prenant son temps, se délectant de chaque seconde. Ce chasseur aimait voir ses proies en émois. Il voulait voir cet elfe paniquer avant de se faire manger.
Solaufein su que l'inconnu les avait rattrapés. Il vit son visage. Un jeune elfe, environ de son âge à vue d’œil. Il avait les cheveux blonds en bataille avec des mèches rebelles. Ses yeux étaient d'un bleu si profond qu'on s'y perdrait. Il avait tenté de lui venir en aide, il avait risqué sa vie. Et maintenant, il était en danger... Car il comprit très bien sa détresse, il semblait souffrir à sa cheville. Le loup ne le laissera pas s'échapper. Il se répètera de leurs corps...
- Continuez … De courir voyons !
Il ne semblait pas découragé. Il l'incitait à fuir... Mais Solaufein n'en pouvait plus. Il n'y arriverait pas. Il ferma les yeux, essayant de puiser dans ses forces. Il dégaina doucement son épée.
- Il faut l'affronter, murmura-t-il.

Et de toute façon, il ne l'aurait pas laissé seul dans cet état. Le loup prit conscience que sa proie se révoltait. Il n'aimait pas la tournure de la situation. Il voulut mettre un coup de patte puissant. L'elfe esquiva avec aisance. Il prouva à son adversaire qu'il était une fine lame et attaqua les points vitaux de la bête. Le loup poussa des cris de rage. Il ne semblait pas sentir grand chose, sauf au moment où l'elfe planta son épée dans la plaie déjà béante, causé par une flèche. Son crie se transforma en hurlement.
Par un réflexe, il poussa l'elfe avec une patte. Solaufein valsa contre un arbre, s'y cognant méchamment...
Son souffle fut coupé. Il le reprit avec difficulté, ne pouvant plus bouger. Le loup s'approcha, montrant son dos à l'inconnu.
Solaufein ne le voyait plus... Il espérait qu'il avait pu fuir... Il bougea un peu et sentit son bras droit, qui lui piquait. Il posa sa main dessus, et sut qu'il était blessé...
Il allait commencer à saigner abondamment. C'était une petite plaie superficielle, mais pour un hémophile qui perdait plus de sang qu'à la moyenne, c'était suffisant pour le tuer.
Il allait mourir... Par le loup ou le sang. Il allait... mourir.
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 109

MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Dim 29 Juil 2012, 21:55

    Cloud observa la scène et ne voyait plus l’elfe qu’il tentait de protéger. Il entendit les dires de celui-ci. Cloud, tout en se relevant, sortit une de ses lames, la tenant dans la main gauche, et une flèche dans la main droite. Il vit le loup lui foncer dessus l’elfe esquiva très bien, mais celui-ci se fit bousculer contre un arbre après avoir planté son épée dans la bête. Il était à terre et le loup continuait de le fixer, Cloud dans un élans d’énergie sorti de nulle part sûrement dû à l’envie de protéger ce pauvre petit être… Il sauta sur le loup, celui-ci bougea dans tous les sens pour le faire tomber mais Cloud ne lâcha pas prise et planta sa lame dans la gorge du loup, puis sa flèche dans son crâne. Il répéta cela plusieurs fois jusqu’à ce que le loup tombe au sol, mort.

    Il descendit du loup fraîchement mort, et arracha un grand bout de sa tunique pour faire un bandage de secoure sur le bras de l’elfe, serrant très fortement le nœud pour calmer un peu l’affut de sang. Il prit le bras de l’inconnu, le passant derrière sa nuque, et passa son bras derrière le dos de l’elfe pour le tenir puis de l’autre main tient celle de du blesser qui était passé derrière sa nuque. Il essaya tant bien que mal d’avancer vite ne voulant pas que son grand blessé lui claque dans les bras…

    Mais le chemin était long, très long avec plein d’obstacles devant, d’épais buissons, des rochers, des troncs d’arbres couchés au sol. Il avançait encore et toujours en déviant de sa route pour éviter les obstacles comme il connaissait bien le chemin pour chez lui c’était facile de s’orienter dans cette nuit naissante sur cette épaisse forêt. Il entendait plein de bruit d’animaux mais ne s’arrêta pas. Il continuait sans se soucier de sa cheville en compote, qui rappelons-le est déjà dans un très sale état.

    Après quelques heures atroces passées dans la forêt, il vit enfin son arbre abritant sa petite maison. Il se dépêcha d’arriver, ouvrit sa porte, rentre, ferme la porte et va poser doucement l’elfe dans son lit. Il se dépêcha aussi de prendre son nécessaire médical que son père lui avait donné au cas où… Il revient vers l’elfe, enleva vite le bandage de fortune et en appliqua un autre encore plus serré que le précédent et ne sachant pas trop comment faire, il se leva et parla à son blesser.


    - Je reviens très vite, vous n’avez pas intérêt de mourir entre temps ! Dit-il avant de courir jusqu’à chez son père. Il arriva vite mais souffrait de plus en plus de la cheville gauche.

    Il toqua à la porte et son père le vois essoufflé et dans un très sale état.

    - Qu’est-ce qui se passe ?!
    - J’ai…. J’ai sauvé un elfe d’une meute de loup tu m’engueuleras plus tard…. Il va mourir si tu ne fais rien ! Il perd beaucoup, beaucoup de sang !
    - Je prends ce qu’il faut attend moi ! Dit le père allant prendre toute ses potions, crèmes et autre médicaments pour ce genre de situation. - Voila on peut y aller.

    Cloud courut encore une fois mais son père ne disait rien car le temps était compté et ils arrivèrent vite chez Cloud. Son père alla voir le blesser et enleva le bandage de son fil pour examiner vite et bien la plaie. Il demanda à son fils d’appuyer sur la plaie aussi fort que possible pendant qu’il appliquait une crème dite « cicatrisante ». Il surveillait bien sur l’état de l’elfe et lui parla doucement.

    - Mon petit ? Tu es conscient ? Je vais te sauver ne t’en fais pas, je suis là pour ça.

    Il le regarda en lui caressant doucement les cheveux d’un geste doux et calme. Puis regarde son fils avec un regard moins doux voir presque froid et sévère.

    - Toi, quand il sera hors de danger faut qu’on parle tous les deux.

    Cloud regarda son père avec un air apeuré. Les loups ne lui faisait pas peur il en voyait souvent pendant la chasse mais son père qui se mettais en colère comme cela ça l’effrayait au plus haut point ! Il parla avec une voix cassée et on sentait bien qu’il avait très peur.

    - Oui, oui …. Père …. Quand il sera …. Hors de danger….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Mar 31 Juil 2012, 23:59

Mourir… C’était une chose à laquelle on ne pensait pas. Pourtant il le faudrait, de temps en temps, pour se rendre compte que nous sommes en vie. On se pose des questions, on s’interroge sur sa vie. Est-ce qu’on l’a bien vécu ? Est-ce que nous avons bien agis ? Et ainsi de suite…
Solaufein y pensait comme n’importe qui. Sauf que lui, c’était plus souvent, plus intensément, surtout depuis ces deux dernières années. Dans sa condition, il pouvait se faire très vite mal. Et mourir d’une hémorragie était un risque qu’il connaissait. Il en avait pleinement conscience.
C’était pour cela qu’il s’attendait à ne pas s’en sortir cette fois ci. La chance tournait, et lui l’avait était trop souvent… Le loup allait manger son corps. Il espérait ne pas en souffrir… Il avait peur de mourir bien sûr, mais surtout de souffrir. Mais à la vitesse où il perdait son sang, souvent, il ne sentait plus rien au bout de sept minutes, et dans les dix minutes il perdrait connaissance… Il ne sentira pas les crocs du loup.

Mais le destin en avait décidé autrement. Solaufein perçut faiblement la silhouette de l’autre elfe, celui qui avait tenté de le sauver contre les autres loups. Il attaqua le plus gros, avec autant d’acharnement qu’un dément. Il le transperça de toutes parts. Il finit par l’empaler une bonne fois et la bête s’effondra, laissant échapper du sang de sa gueule béante.
L’elfe s’approcha de lui. Il le percevait encore… Il sentit qu’on manipula son bras. Son cerveau perçut une pression, quelque chose lui serrait le bras. C’était peut-être un bandage ? Allez savoir… L’elfe le prit sur son dos. Solaufein vit les arbres passer dans son champ de vision. Ils se déplacèrent vite… Le blessé commençait à ne voir plus que des ombres. Les arbres disparurent… Les détails avec… Il sentait le vent balayer son visage au rythme de la marche. Ils allèrent vite… Mais il ne voyait plus… Il… ne…


~~~~~

L’ombre le prit dans ses longs bras de ténèbres. Elle lui chuchota que tout allait bien se passer. Ils allaient attendre la mort ensemble. Celle-ci avait encore du travaille, mais elle ne tarderait pas à venir le chercher. Solaufein tremblait. Il avait peur… Il aurait tellement voulu…
Shhh, dit L’ombre. Tout va bien.
Elle s’éclipsait de temps à autre. Parfois, une lumière surgissait. Et elle gémissait, L’ombre, car elle n’aimait pas trop la lumière. Mais les lueurs s’en allaient, et elle revenait en force. Comme une conquérante des âmes perdues, elle les rassurait, les berçait dans la quiétude. Juste pour attendre la mort.
Mais Solaufein se débattit. Il ne voulait pas mourir.
Non ? , demanda L’ombre. Mais tu vas mourir… Tu es si fragile, tu perds beaucoup de sang…
Oh mais L’ombre savait. Elle connaissait la souffrance des âmes. Enfin…
Elle ne pouvait que les comprendre, car elle n’était que le fruit d’une transition. Un monde entre le conscient et l’inconscient, celui du passage vers la mort. Celle-ci tardait à venir le chercher.
Un bruit déchira le voile. Solaufein entendit quelque chose… C’était très lointain. Les murmures de L’ombre s’intensifièrent pour l’attirer un peu plus vers l’inconscient de la mort. Mais il était têtu, il ne voulait pas mourir ! Il voulait vivre !
Ce bruit… Ces mots… Il entendait…
Solaufein, reste avec moi, fit L’ombre.
Elle connaissait son nom, mais ce n'était que façade...
Un piège lovait de bonnes attentions.

Solaufein… Réveille toi, firent les mots.
Solaufein…
Sola… Sola !

- Sola !? Ouvres les yeux ! Oui ! Oui voilà comme ça, c’est bien. Reviens avec nous !

Fénaro lui mettait des claques sur la joue. Il avait l’air extrêmement soulagé. Ils se trouvaient quelque part dans la bataille… Un autre elfe était à leur côté, il ne le connaissait pas.
- Merci, dit sincèrement Fénaro à l’elfe. Merci pour votre aide, je vais me débrouiller pour la suite. Je le porterais vers les médecins. Retournez dans les troupes pour les aider !
- Bien ! Tout de suite !


L’elfe partit de son champ de vision. Fénaro le prit sur son dos… Il se souvint avoir gémi et avoir senti la douleur de sa blessure. Il était en vie… Il avait vaincu l’ombre. Mais malgré sa force d’esprit, elle le réclamait, elle l’appelait… Il ne pouvait qu’y répondre…


~~~~~


Solaufein se réveilla dans un léger sursaut. Sa respiration était rapide. Il prit conscience dans les secondes qui suivirent qu’il avait failli s’en aller et se laisser mourir… Mais également ce que son cerveau enregistré : Il était sur le dos de quelqu’un, ils se déplaçaient vite… Il était encore en vie. Il ne sentait plus son bras meurtri. Par contre, il sentit aisément son sauveur ralentir le pas. Le paysage passa de l’épaisse forêt à un intérieur de cabane. Sa vision se troubla un peu à cause de la violente douleur qui le lança au moment où l’elfe le posa que un sol moue et agréable. Un lit déduit-il.
Il entendit des bruits de pas frénétique sur le bois sec du sol. On manipula rapidement son bras. Il ne distingua pas réellement se qui lui faisait… La douleur et le fait qu’il commençait à perdre son sang au fil du temps l’amenait progressivement vers cette ombre qu’il côtoyait assez souvent.
"- Je reviens très vite, vous n’avez pas intérêt de mourir entre temps !"

Que disait-il ?...
Non revient ! Non ne me laisse pas, ne me laisse pas seul...
Il aurait dit, s’il avait eu des forces pour articuler. Solaufein entendit un bruit de claquement de porte. Il commençait à ne plus voir grand-chose, sa vision se troublait plus désormais… Il allait repartir…
- Non…, murmura-t-il difficilement.

Sa main du bras valide serra la couverture en dessous de lui. Il devait rester conscient ! Il fallait qu’il laisse le temps à son sauveur de revenir… Ses yeux se fermèrent tout seul. Difficile de rester conscient maintenant… Mais il pouvait y arriver.
Je vaincrais cette ombre qui m’enveloppe de ses bras. Elle ne me tiendra plus… Car je vais vivre. Mais… C’est bien trop dur. Je… Je n'en peux plus.


~~~~~

Tu es là toi ? Cela faisait longtemps… Allez viens. Cette fois-ci elle ne tardera pas, c’est promis…
L’ombre était toujours si grande, si sombre mais tellement accueillante. Elle susurrait doucement, d’un air mélodieux. La mort froide et pâle dépareillait devant ce songe de l’inconscience. Ils ne se complétaient pas toujours… Souvent elles étaient séparées. C’était L’ombre la première étape. Puis la mort… Mais de nouveau, celle-ci avait trop tardé à venir le chercher…

~~~~~


- Mon petit ? Tu es conscient ? Je vais te sauver ne t’en fais pas, je suis là pour ça.

Solaufein sentit qu’on lui appliquait quelque chose sur le bras. Il était complètement vidé de ses forces. C’était miraculeux qu’il soit de nouveau conscience. La main de l’ombre avait peu d’emprise ce soir.
- Où… je…

L’elfe essayait de parler mais rien n’y faisait. Il gémit de douleur à force du contact avec la pommade. Elle devait sans doute faire son effet curatif. Il les entendit parler, mais ne comprenait pas. Ses yeux se posèrent sur celui qui le soignait… Il avait l’air plus âgé que son sauveur… Visage bienveillant, des yeux pleins de sagesses… Un elfe d’un âge mûr… Il sentit sa main sur sa tête. Elle le rassurait. Le jeune elfe tenta de sourire. Il y arriva à peine. Puis ses yeux s’alourdir et se fermèrent…
Il respirait doucement. Mais il respirait… C’était déjà ça de gagné.
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 109

MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Mer 01 Aoû 2012, 19:11

    Cloud observa l’elfe doucement et commençait à s’inquiéter de l’état de celui-ci. Son père le surveillait aussi, bien qu’il fût plus calme que son fils qui se leva en boitant sévèrement pour partir se faire du thé pour se calmer. Astaldo, continuait de regarder un coup son fils, souffrant le martyre en faisant les cent pas dans l’entré de sa maison, et le blesser sur le lit de son fils. Puis il vit son fils revenir assez vite et les deux regardèrent le blesser, qui essaya de parler.

    - Où… je…

    Le médecin continuait de lui caresser les cheveux en parlant doucement.

    - Calmez-vous, vous êtes en sécurité ici, je veillerais sur vous et mon fils aussi.

    Dit-il en souriant un peu plus. Puis il vit le faible sourire de son patient quand il lui caressait les cheveux et sourit un peu plus. Puis une fois assurée qu’il respirait correctement, il se leva et parla à son fils sur un autre ton un peu plus sec et froid.

    - Suis-moi devant la porte de ta chambre. Faut qu’on parle.
    - D’accord …

    Répondit doucement Cloud avec un ton assez apeuré cela se s’entendais très, très bien. Il suivit son père qui referma un peu la porte mais pas trop pour qu’il puisse surveiller son patient tout en engueulant son fils. Il eût un silence assez tendu, qu’on pourrait couper au couteau… Puis le père prit la parole.

    - Tu es inconscient ou quoi ?! Te prévenir ne sert à rien on dirait ?! Tu sais que tu risques d’être handicapé pendant un très long moment après ce que tu viens de faire ?!
    - …..C’était pour le sauver ! Je n'allais tout de même pas le laisser… Il allait se faire manger par une meute de loup!
    - Peut-être mais tu aurais quand même dût ménager ta cheville !
    - Fallait bien que je le rattrape … L’énorme loup aurait fait qu’une bouchée de cet elfe !
    - Certes. Mais je maintiens que ta convalescence va durer encore un moment.

    Cloud commença à s’énerver, et essaya vainement de frapper son père qui l’envoya fortement contre le mur en le bloquant.

    - Ne refais plus jamais ça. Si même ton frère ne m’a jamais battu, ce n’est pas toi qui va y arriver. Ce n’est pas parce que tu te bats contre des loups que ça te donne plus de force pour lutter contre moi ou lui.

    Dit froidement Astaldo à son fils. Puis le lâcha, en le regardant avec un air froid puis s’adoucit un peu.

    - Retournons dans t’a chambre je vais soigner ta cheville… Encore.

    Cloud était calmé pour le coup… Il se dit que son père avait plus de force qu’il pensait … Il parla difficilement mais lui répondit …

    - D’accord …

    Il suivit son père dans sa chambre se frottant l’arrière de la tête. Le choc fut assez violent mais il n’avait rien de grave à part un gros mal de tête. Il s’assoit sur la chaise près du lit où se trouvait le blesser, tendit la jambe gauche pour poser sa cheville sur les genoux de son père qui enleva la botte, l’attelle, et examina les dégâts… Celui-ci soupira et parla à Cloud.

    - C’est pire qu’avant… Même ton attelle n’a pas limité les dégâts vue comme tu as forcé dessus…

    Il prit de la pommade pour faire désenfler la cheville de son second blessé. Il massa doucement pour ne pas lui faire trop mal, mais le jeune archer souffrait énormément. Il essayait de ne pas trop le montrer… Il gémissait de douleur dès que son père appuyait même doucement sur sa cheville et grimaçait …

    - Père ça fait mal ….
    - T’aurais dû y penser plutôt avant de foncer tête baissée à la poursuite des loups…
    - Mais… C’était pour le sauver ! Déjà que j’aide personne en général alors m’engueuler parce que j’aide quelqu’un ce n’est pas vraiment ce qui va m’encourager à me sociabiliser, à me faire des amis, et aider les autres…
    - Dit comme tu viens de le faire c’est une bonne raison. Mais, je maintiens que tu aurais pu revenir vite, demander de l’aide et repartir avec plus de soutiens pour l’aider.

    Cloud fit une mine boudeuse, et grogna contre son père. Celui-ci se vengea sur la cheville en appuyant fortement dessus. Il rit doucement, son côté sadique était quand même bien là, même s’il ne le montrait jamais.

    - T’es calmé, c’est bon ?
    - Oui, oui je suis calmé ….

    Dit-il en essuyant des petites larmes qui avait perlé sur ses beaux yeux bleus au moment où son père avait appuyé sur sa cheville et se disait que ce n’était pas le moment de lui chercher des problèmes … Puis il regarda le blesser dormir. Il se demandait s’il avait entendu leur dispute… Puis soupira en se disant qu’il devait dormir très profondément pour n’avoir rien entendre. Il vit son père se lever et poser son pied sur la chaise où il était assis.

    - Je reviens, je vais te chercher des béquilles. Hors de question que tu te déplace sans elles maintenant. Tu y fais très attention d’accord ? Sinon je te forcerais à rester coucher jusqu’à la guérison de t’a cheville.
    - Promit cette fois je ferais attention … Donc plus de court de tire à l’arc ni de parti de chasse ?
    - C’est exactement ça. Je t’aiderais à payer ton loyer et ta nourriture ne t’en fait pas pour ça. Tu veilles sur lui pendant que je m’absente hein ? Mais par pitié ne viens pas me courir après … Sauf si ça va vraiment mal…
    - Promit … Je ramperais au pire !
    - Alalala… Même rampé je crois que ça ne plaira pas à ta cheville…
    - D’accord.

    Astaldo, parti donc d’un pas rapide pour gagner le plus de temps possible et ne pas trop trainer. Une fois dehors il courût jusqu’à chez lui mais se fit retenir par sa femme et un patient qui attendait chez lui. Laissant Cloud et le blesser seul pendant quelques heures au moins. Cloud recula sa chaise en tirant celle qui soutenait sa cheville et regardait l’elfe dormir… Il avait l’air si paisible… Si fragile… Il soupira et regarda le plafond en espérant que personne ne vienne l’embêter en l’absence de son père.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Mer 01 Aoû 2012, 20:50

Solaufein s’était endormi. Cette fois, il n’était pas plongé dans les profondeurs des ténèbres, ni proche de la mort. Il essaya de récupérer un peu. Il était enfin hors de danger.
Ce n’était pas passé bien loin cette fois-ci. Le temps du trajet avait été suffisamment long pour qu’il perde du sang en conséquence. Il récupérera ses forces progressivement, dans les jours qui suivront. Une semaine ou deux pour se remettre, cela en mangeant et en restant tranquille. Deux choses qui étaient presque infaisable avec cet elfe qui mangeait peu, une sale habitude, et qui était incapable de rester sans rien faire. Il aimait bien occuper ses mains… La musique de son instrument était un très bon remède contre ce souci. Tient d’ailleurs…

Il ouvrit les yeux doucement. Repenser à son bien le plus précieux l’avait immédiatement sorti de sa torpeur. Il se souvint avoir balancé le sac dans le creux d’un grand arbre, planté sur le côté d’un chemin, qu’il prit au hasard pour échapper aux loups. Il espérait pouvoir le récupérer au plus vite…
Mais pour le moment, le temps était venu de dormir. Ses paupières se refermèrent, tandis que ses oreilles discernèrent des voix, de l’autre côté de la porte. Les mots rentraient et sortaient, comme une musique que l’elfe avait dû mal à analyser…
Il comprit deux, trois choses… Sauver… La meute de loup…
Les mots tombèrent, les souvenirs restèrent et resurgirent…

~~~~~
    Les loups ne me lâchaient pas, alors j’ai couru de toutes mes forces… L’un d’eux était énorme !

~~~~~

Ta cheville !... Fallait bien que je le rattrape !...

~~~~~
    Quelqu’un a tué ces bêtes, mais le chef de la meute voulait son repas… Qui… Qui était cet elfe ? Je ne peux lui venir en aide. Il faut que je continue à courir. Je vais éloigner ce gros loup.

~~~~~

L’énorme loup n’aurait fait qu’une bouchée de cet elfe !...
- Certes. Mais je maintiens que ta…
Convalescence…

~~~~~
    Cet elfe peinait… Ces loups lui ont fait dû mal. Et c’est de ma faute ! Et cette gigantesque créature ne me lâchait plus. Mon sauveur ne peut plus rien faire… Il faut que je combatte.
    Solaufein se vit sortir son épée du fourreau. Un acte qu’il n’avait plus fait depuis trois ans… Il sentit le sang sur son visage, au moment où il l’enfonça dans la chair de la bête… Il sentit le choc contre l’arbre…

~~~~~

« BOUM »
Solaufein sursauta. Il tremblait légèrement, couvert de sueurs froides. Il rêvait ? Ce n’était qu’un égarement de sa pensée, sur ses souvenirs récents… Il souffla de soulagement. Mais le bruit lui… Il avait été si réel. Il entendit une voix. Elle parlait plus fortement… Oui, ceci était concret.
Ne refais plus jamais ça, entendit-il distinctement. Le reste se perdait, bien qu’il entende toujours la conversation. Ou plutôt la dispute. Solaufein tenta de se déplacer un peu dans le lit, mais la douleur se lança dans le bras. Il était plus sage de rester sur le dos… Il referma les yeux au moment où les deux elfes entrèrent dans la chambre…
Il n’arrivait pas à se rendormir, alors il allait faire semblant, et écouter. Il sentit qu’on s’assied près de lui, puis le second personnage manipula une chaussure. Le frottement distinctif devait être l’application d’une pommade. Ceci étant simple à savoir car notre elfe l’avait entendu mainte fois… La personne assise gémissait… Il semblait avoir très mal. Serait-ce son sauveur ? Celui qui avait tant peiné à le sauver mais qui avait réussi ?...
Il entendit sa voix. Douce, un peu froide de nature mais qui lui donnait un certain charme. Oui c’était bien son sauveur. L’autre voix était plus apaisante, plus expérimenté, et reprochait l’action mal gérée de son fils. Ce devait être le soigneur. Il entendit une détresse dans la voix du plus jeune.
"- Mais… C’était pour le sauver ! Déjà que j’aide personne en général alors m’engueuler parce que j’aide quelqu’un ce n’est pas vraiment ce qui va m’encourager à me sociabiliser, à me faire des amis, et aider les autres…"

Le père comprenait mais il maintenait sur le point qu’il aurait dû appeler de l’aide. C’était vrai… Mais peut-être que si le jeune elfe avait agi ainsi, Solaufein ne serait plus là. Il aurait fini par s’épuiser et se faire manger. Et même s’il avait dégainé et combattu, il aurait subi une morsure mortelle, sans aucun doute.
Un rire et un gémissement de douleur sortit l’elfe de ses pensées. Apparemment ils ne savaient pas qu’il épiait.
Il entendit quelqu’un s’éloigner. C’était le père. Il intima son fils de rester à ses côtés, le temps qu’il aille chercher des béquilles… C’était donc aussi grave ?
Vraisemblablement, oui… Solaufein se mordit la lèvre discrètement. Il s’en voulait d’avoir fait courir un tel risque à cet elfe, et de plus, lui avoir causé des soucis de santé. La conversation traina un peu, puis plus aucun bruit de souvient… Ceci avait eu le don de plongé le jeune espion dans un sommeil léger. Le corps trouvait toujours le moyen de récupérer, malgré les esprits à fortes têtes tels que Solaufein.

Mais ce dernier se réveilla de nouveau. Le silence le pesait terriblement. Pas un seul son n’émanait de la maison. Dehors c’était le calme plein. Pas de vent, pas de bruit d’insecte ou trop peu, c’était une nuit douce et paisible… Son sauveur était là, juste à côté de lui. Solaufein ne se sentit pas très bien. Il fut pris d’une légère fièvre… Il ouvrit les yeux et fit enfin attention au plafond juste au dessus de lui. Du bois parfaitement scié et mit en plaques l’une aux côtés des l’autres pour faire le toit. Son regard se porta sur l’elfe. De plus près, il put voir les détails de son visage. Fin, un peu rond, abordant toujours ces cheveux blonds qui ne semblaient pas connaître l’ordre. Les mèches étaient anarchiques, en particulier la principale au milieu de son crâne. Il observait le plafond, mais Solaufein rencontra de nouveau ses yeux bleus magnifiques. Ils étaient pareils à ceux… de sa défunte sœur aînée, Lenawë. En repensant à elle, il sentit l’émotion monter dans ses yeux… Il les referma. Il tenta d’évacuer à la fois son mal être causé par la fièvre et sa soudaine tristesse, qui avait cru avoir enterré depuis longtemps. Il réussit à ne pas verser de larme devant son sauveur.

Car un Ingwé devait se montrer fort.

Il rouvrit les yeux, et tenta de sourire, malgré la douleur qui passa son temps libre à l’embêter et à lui causer des souffrances toutes les cinq minutes.
- C’est… C’était vous dans la forêt…

Il était fiévreux mais pas en délire. C’était juste une passade à cause de son bras, rien de bien grave. Le frêle personnage avait connu bien pire.
- Je te dois la vie. Merci… … Puis-je... connaître ton nom ?

Il se permit finalement de le tutoyer, mais resta respectueux. Il ne semblait pas plus vieux que lui, mais pas si jeune. Solaufein le voyait bien dans ses yeux. Il avait acquis lui aussi de l’expérience suite à une vie bien rempli. Pas encore tout à fait adulte, mais proche de ce contexte que l’on donnait à un certain âge. Un peu comme pour les humains…

Si l’on devait comparer Solaufein à la norme humaine, il se situerait dans la tranche 23-24 ans. Pas si vieux mais plus si jeune, en quelque sorte. Anàrion à côté était bien plus âgé et le montrait grâce à son assurance et à sa faculté de mener les hommes comme il le fallait. Il avait toujours admiré ce grand frère fort et déterminé. Solaufein n’était pas si frêle comme je le prétends souvent, mais il n’était pas robuste, disons le franchement.
Il était comme une rose. Délicat, mystérieux, étrange, beau à regarder et à entendre. Il ne passait pas toujours inaperçu, mais les gens ne faisaient pas plus attention à lui, car ils avaient peut-être peur de le briser s’il l’attrapait. En tout cas, ceux qui le connaissaient…
Les inconnus se permettaient parfois des choses qui pouvaient le blesser. Et c’était à ces moments là qu’on remarqua à quel point il n’était pas solide comme elfe…
La nature aimait jouer, semble-t-il…
De temps en temps, il s’en rendait compte et déprimé… Il lui arrivait ne plus vouloir se battre. Et quand il se reprit en main avec force, il se mettait à jouer de la flûte. Ceci assurait sa marche vers des horizons plus joyeux.

Déprimé… Non. Pas toujours. Son cœur se battait encore, son âme en morceau se reconstruisait avec le temps.

Solaufein gardait le sourire.
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 109

MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Ven 03 Aoû 2012, 19:56

    Le jeune elfe d’environ 19ans, physiquement du moins, était parti dans ses pensées après le départ de son père. A fixer le sol, le plafond, les murs… Sa cheville aussi. Enfin bon, il réfléchissait à comment sa mère réagirait en apprenant qu’il s’est bousiller la cheville, et qu’il marchera en béquille pendant un certain temps… Il soupira longuement, puis regarda le patient de son père… Il sourit un peu, très discrètement c’était à peine visible… Et lui répondit.

    - Oui c’était moi… Je dois dire que vous m’avez donnez du fil à retorde à courir comme ça… Bon ok, c’était pour sauver votre peau mais bon… Le plus gros était plus dur à tuer je dois bien le reconnaitre. Votre aide à était génial pour le tuer !

    Il s’arrêta et l’écouta encore une fois… Se répétant sa dernière phrase dans la tête. Bien qu’en regardant bien le blessé il semblait légèrement plus vieux que lui. Il sourit un peu plus mais cela restait discret.

    - Ben y a pas de soucis … Je me nomme Cloud. Je suis un petit nuage solitaire qui ne parle à quasiment personne et qui vit seul dans la cabane la plus éloignée possible des autres ! Et …. Toi ? Je peux te tutoyez aussi ? Tu n’as pas l’air beaucoup plus âgé que moi de toute façon...

    Il se permettait lui aussi de tutoyer son « locataire » en espérant que cela ne le dérangeait pas… Il se tourna un peu vers lui pour le regarder. C’est un beau jeune homme, aux cheveux violets, il semblait aussi fragile qu’une fleur. Pourtant Cloud n’était pas plus épais et costaux que lui et arrivait à supporter les coups. Enfin bon, il lui demanderait bien mais il avait peur de la réaction de son blessé.

    - Hum… Excuse-moi d’avance pour la question mais… On est à peu-près pareil toi et moi. Enfin niveau corpulence je veux dire… Mais toi, tu perds beaucoup, beaucoup de sang très vite comparé à moi ou à quelqu’un d’autre hein… T’as un souci de santé hein ?

    Il tourna la tête d’un air embêté. Il se dit qu’il était peut-être encore un peu tôt pour lui poser ce genre de question mais bon c’était dit maintenant … Il regarda un peu partout mais sans trouver un repaire quelconque pour se changer les idées… Il soupira et reprit doucement.

    - Excuse-moi des questions que je pose… En plus tu n’es sûrement pas d’ici. Enfin je pense hein… Mais les elfes aux cheveux violets sont plutôt rares dans le coin… Tu viens d’où ?

    Cloud commençait à se trouver lui-même désespérant à poser toutes ses questions … Si on lui en poserait autant je crois qu’il ne répondrait pas ou qu’il mettrait du temps avant de répondre. Il regarda les yeux dorés de l’inconnu. Ils les trouvaient beaux, il ne voyait pas souvent cette couleur-là parmi les elfes qu’il voyait au cours de tire à l’arc. Il aimait bien son regard… Il détourna la tête pour ne pas trop le fixer se disant que ça pourrait ne pas lui plaire. Le blond regardait sa cheville en soupirant… Il posa les yeux sur la porte d’entrer de chez lui et entendit qu’on y frappe… Il ne répondit rien et attendait que la personne se présente. Il resta silencieux puis la personne se présenta.

    - Ohé ! Petit frère ! Tu m’ouvres ?

    Il grogna fortement mais ne bougea pas. Puis il entendit des cris lointains se rapprocher de chez lui et comme un combat qui débutait. Il se doutait que la milice du village qui surveillait sa maison avait vue Deldúwath, rôder près de chez lui. Celui-ci râla et se débâtit.

    - Laisser moi voir mon petit frère ! Non mais ho !
    - Tu n’aies pas autorisé à t’approcher d’ici ! Et surtout pas de lui !
    - Mais ! C’est mon frère quoi !
    - Débarrasse-le planché !
    - Non !

    Son frère fit ce qu’il pouvait mais les renforts de la milice ne tardaient pas à arriver. Il soupira et lança à Cloud.

    - Quand tu viendras à ton cours. Je serais là.

    Dit-il en souriant sadiquement et se laisse embarquer une fois de plus par la milice de son village. Un des miliciens, frappa à la porte de Cloud et rentra doucement. Il referma la porte et arriva d’un pas léger vers l’habitant de la cabane.

    - Je suis désolé pour le dérangement Cloud.
    - Ce n’est rien, je suis toujours content de voir que vous le surveillez de près.
    - Bien sûr. Même si j’aimerais bien le voir dans un tribunal ou quelque chose dans le genre…
    - Moi aussi… Il le mérite tellement…
    - Désolé… Tu veux que je te fasse du thé ?
    - Je veux bien, père m’a dit de ne pas trop bouger à cause de ma cheville…
    - Je te fais ça tout de suite alors, ton ami en veut aussi ?
    - Heu je ne sais pas … Je pense attendre le retour de mon père il n’a pas l’air bien… Puis c’est l’elfe que j’ai sauvé dans les bois toute à l’heure… D’où le fait que je ne puisse plus bouger la cheville gauche j’ai tellement forcé pour le sauver que voilà… Mais bon, je suis content qu’il soit encore en vie !
    - Ahaha. C’est rare de te voir agir comme ça pour un inconnu. Dit le milicien en allant dans la cuisine préparer le thé comme il avait appris à Cloud des années plutôt. Puis arriva avec le plateau et le posa sur la table de chevet qu’il rapprocha à la hauteur de Cloud, en souriant.

    - Le thé est servi mon grand ! Tu veux que j’aille dire à ton père que ton ami n’est pas bien ?
    - Je veux bien oui ! Merci beaucoup pour le thé ! Cloud le regarda d’un air froid. Il se repassait les dires de son « ami » milicien et répondit froidement.

    - Au faite, celui que j’ai sauvé ce n’est pas mon ami hein. Je ne le connais même pas !
    - Oh, oh ! Me parle pas comme ça toi, sinon ça va barder pour ta cheville !
    - Hé touche pas ma cheville toi !
    - Alors parle-moi correctement ! Ce n’est pas parce qu’on se tutoie et que je veille sur toi à distance que ça te donne le droit de me parler froidement ! Je suis toujours ton aîné alors un peu de respect !
    - Mouais ! Monsieur prend les grands airs quand ça l’arrange hein ?!

    Cloud lui tira la langue. Le milicien le fixa et lui fit des chatouilles dans les côtes. Cloud résista tant bien que mal puis vit l’état de l’elfe et repoussa son « agresseur ».

    - Va chercher mon père je crois qu’il ne va vraiment pas bien là !
    - J’y vais tout de suite ! Il est parti chez lui c’est ça ?
    - Ouais ! Cours !

    Le soldat de la milice, partit donc en courant en claquant la porte derrière lui se dirigeant vers la maison du père de Cloud. Astaldo était chez lui encore occupé avec son patient et sa femme qui rallait à cause des erreurs de son jeune fils et parce qu’elle avait vu la milice embarquer encore fois son enfant adoré. Le milicien rentra dans la maison brusquement et alla directement voir le père de Cloud en ignorant les plaintes et commentaires insupportables de sa femme.

    - Cloud dit que le blesser avec lui ne va pas bien !
    - Bien j’arrive tout de suite ! Vous êtes en bien meilleur état que mon autre patient c’est pour cela que je peux vous laissez-la et retourné auprès de l’autre avec plus de matériel médicale, et les béquilles pour mon fils.
    - Bien docteur, je ne bouge pas à condition que votre femme se taise…
    - Je me tairais quand j’en aurais envie !
    - Rentrez-chez-vous. Cela sera mieux pour vous, et vos oreilles.
    - Bien, je ferais attention en chemin.
    - Oui.

    Dit-il en préparant toute ses affaires et en prenant les béquilles pour son fils. Il sourit à son patient, embrassa sa femme sur la joue et partit en courant chez Cloud. Il y arriva et le milicien prit congé pour retourner patrouiller. Le père de Cloud entra et alla directement voir le blesser. Il s’avança doucement… Il demanda à son fils ce qu’il avait eu.

    - Je ne sais pas… Enfin, il est juste brûlant. Je crois qu’il a de la fièvre…
    - Bon… Je vais arranger ça alors…

    Le père toucha le front de l’elfe et sentit très bien qu’il était très brûlant et commença à se dire que ce n’était pas forcément bon signe.

    - Cloud aide moi à le redresser, doucement.
    - D’accord…

    Le blond se leva doucement en prenant appuis sur la béquille que lui tendait son père et avec l’autre main il l’aidait à redresser l’elfe pour le faire s’assoir. Ensuite, Astaldo prépara un thé avec des herbes pour faire baisser sa fièvre. Il remua doucement puis regarda le blesser avec inquiétude, en approchant la tasse de thé à son visage.

    - Bois ça. Tu te sentiras mieux après, mon garçon… Il parlait doucement pour le rassurer. Il regardait son fils aussi qui avait encore du mal à rester debout même avec l’aide d’une béquille. Il le vit parler au blesser.
    - Je sais que c’est dur … Mais tu dois quand même boire ça, pour guérir !

    Les deux le regardèrent, et le médecin approcha la tasse de thé de la bouche du blesser attendant qu’il boive le thé qu’il lui avait préparé… Puis il s’adressa à Cloud.

    - Tiens prend la deuxième béquille et va me chercher chez le botaniste des plantes que j’ai listé ici. Lui donne une liste de plante à acheter et l’autre béquille.
    - Tu vas y arriver ?
    - Oui, oui, t’inquiète pas ce n’est pas lourd des plantes puis ta bien détaillé t’as commande alors ça devrait aller…
    - Bon, je t’attends ici avec lui, essaye de faire attention en chemin d’accord ?
    - L’échoppe du botaniste elle est où déjà ?
    - Tu vas tout droit puis tu tournes à droite c’est la première maison à droite de l’allée pour venir chez toi.
    - Okay je devrais y arriver alors… J’essaye de faire vite.

    Cloud mis la liste dans sa poche prit la seconde béquille et partit chercher les plantes que son père lui avait demandées. Pendant que celui-ci veillait sur le patient. Il savait qu’il prendrait son temps pour ne pas tomber, il espérait juste que son frère ne vienne pas tout gâcher une fois de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Dim 05 Aoû 2012, 00:04

L’elfe prit son temps pour réfléchir sur ce qu’il allait répondre. Solaufein venait peut-être de le sortir d’une profonde réflexion. Une mimique sur son visage faisait penser à un léger sourire, mais notre elfe n’était pas certain que s’en fut un… Il lui confirma qu’il était bien son sauveur et qu’il lui avait fait passé un sacré quart d’heure. Pour sûr, ils auraient pu tout deux servir de dîner à ces loups. Ils avaient eu assez de courage et de pratique pour s’opposer à cette attaque de désir ardent d’un festin. Un elfe à manger c’était bien, mais deux c’était encore mieux…
« Vous m’avez donnez du fil à retorde à courir comme ça »
Ce fut la meilleure chose à faire pour échapper aux loups, en même temps…
« Bon ok, c’était pour sauver votre peau mais bon… Le plus gros était plus dur à tuer je dois bien le reconnaitre. Votre aide à était génial pour le tuer ! »
Génial… C’était une étrange de façon de voir les choses. Solaufein sourit, ne sachant pas quoi répondre. Génial n’était pas le mot qu’il aurait utilisé. Dangereuse manœuvre hasardeuse aux risques de mort imminente toutefois adroitement exécuté, pas trop mal pour un plan inventif fait en un rien de temps.

Solaufein venait de se donner un mal de tête vertigineux…

Mais la personne semblait déjà repartit dans ses pensées. Il se présenta sous le nom de Cloud, et se décrivait comme un petit nuage solitaire, asocial, qui vivait seul dans cette cabane. Un… un nuage ? Pourquoi se comparer à une matière si éphémère ? Peut-être avait-il ses raisons… C’était quelque chose peu compréhensible pour Solaufein mais sans doute très claire pour d’autres personnes. Après tout pour certain de ses frères, Solaufein était un pot de fleurs de violettes…
Charmant n’est-ce pas ?
« Et …. Toi ? Je peux te tutoyez aussi ? Tu n’as pas l’air beaucoup plus âgé que moi de toute façon... »
- Bien sûr, sourit-il l’elfe. Je m’appelle Solaufein.

C’est vrai, il n’était pas très vieux. Cela se voyait-il tant que ça ? A côté de son aîné, Anàrion, ou mieux à côté de Vanathor, son mentor, qui avait vécu plusieurs siècles, oui il faisait très jeune. Cloud commençait à le détailler du regard. Il semblait petit à petit gêné par ce qu’il pensait, ou voulait dire… On voyait aisément qu’il n’avait pas l’habitude de discuter avec les autres. Solaufein fut comme lui, il l’était un peu encore d’ailleurs. Mais l’elfe ne connaissait pas assez Cloud pour comparé leurs expériences de la vie. Si Solaufein était un peu plus sociale, c’était seulement parce qu’il avait grandi en étant entouré. Très bien entouré… Peu de gens le savaient, mais asocial il le fut pendant six longs mois. Refusant de voir quiconque à part sa sœur qui le soignait, il ne parlait plus, mangeait à peine, et passait son temps à dessiner. C’était une des seules choses qu’il pouvait faire pendant sa convalescence. Ces six mois avaient été dur, autant pour lui que pour les membres de sa famille et du domaine.
Plus de note de flûte n’avait retentit. Sa guérison et sa reprise de la musique avait aiguayé tous les elfes.
« Hum… Excuse-moi d’avance pour la question mais… »
Solaufein sortit de ses pensées. Il arrivait encore à réfléchir alors que son mal de tête persistait… C’était sans doute à cause de la fièvre qui ne voulait pas s’en aller… Cloud posa la question à laquelle Solaufein avait terriblement l’habitude d’y répondre. Sa santé…
Le jeune elfe se retourna, l’air de plus en plus embarrassé. Solaufein sourit devant cette curiosité timide mais touchante et légitime. Après tout, il lui devait bien des explications.
- Rassures-toi, je ne suis pas malade. Je suis né ainsi… Quand je me coupe, mon sang coule plus rapidement. C’est pour cela qu’une coupure banale pour un elfe normal peut être mortelle pour moi… Et je suis aussi fragile de corps. Si l’on vient à me pousser trop brutalement, mes os peuvent se déboiter, voir se briser si le choc est trop important.

La Nature l’avait fait ainsi. Pendant que d’autres naissaient fort, robuste, doté d’une résistance naturelle aux coups, certains naquirent avec des attributs tout contraire. C’était un cycle naturel, une roue qui tournait et qui enchainait des hasards dans toutes les vies. Il était le seul parmi ses frères et sœurs à être ainsi… Parmi eux, Rundel possédait la grâce elfique classique mais s’avérait être bien plus costaud et résistant. On pourrait croire qu’il n’avait rien laissé à Solaufein si l’on pensait que Dame Nature avait de l’ironie.

Cloud s’excusa maladroitement et fit une remarque à laquelle Solaufein ne… n’était pas du tout préparé. La question en elle-même, très simple et concrète, n’était jamais tombée dans l’oreille de notre elfe, qui leva de grands yeux vers le plafond. D’où… D’où venait-il ?
*Tu vas y arriver mon vieux… Cloud a posé une question simple…*
Mais terrible ! Terrible dans le sens très ironique ! Peut-être que le fait d’être nait dans le domaine menait à la logique même que notre elfe était bien de Rosyel, et du coup personne ne lui avait posé cette question auparavant. Mais le pire c’était que l’énigme, tout aussi simple que troublante, arrivait tout droit en parallèle avec un sous entendu sur la couleur de ses cheveux. Donc… Cloud devait penser qu’il n’était pas ce qu’il croyait être…
Solaufein commençait à s’emmêler les pinceaux à force de chercher la cause de l’interrogation qui ne trouva toujours pas de réponse…
- Je… Je viens de… Je suis né sur Rosyel. Pourquoi ? Tu pensais que je … venais d’où ?

Cloud le regardait droit de les yeux, ce qui accentua son mal être. Mais il n’eut pas le temps d’ajouter quoi que se soit car sa douleur au crâne s’intensifia. Il gémit un peu et plaça sa main sur son front. La fièvre ne tombait pas, et le voilà prit de sueurs…
Il entendit le son de la porte en bois. Quelqu’un parla. On entendit clairement plusieurs voix s’élever et une légère musique de lutte dura à peine une minute. Solaufein n’avait pas tout compris, mais il s’agirait éventuellement du frère de Cloud, car la voix s’était présentée comme tel. Mais l’homme qui entra dans la chambre ne devait pas appartenir à la même famille. Il était accoutré d’une armure légère et semblait appartenir à une garde précise. Les deux elfes commencèrent à discuter. Cloud semblait bien le connaître. Il entendit qu’on parlait de lui, mais le son de son cœur martelait ses tempes, ce qui voilait légèrement le son reçut. Il respira profondément alors que le silence dans la chambre revint. Il prit le temps de rester calme et de ne penser à rien du tout. Ceci eut pour effet de d’apaiser son cœur qui eut un rythme moins important.
Cela soulagea sa tête, un peu.
« Au faite, celui que j’ai sauvé ce n’est pas mon ami hein. Je ne le connais même pas ! »
Le ton froid employait glaça le sang de Solaufein. C’était une étrange manière de s’exprimer, comme si les ténèbres eux même avaient acquis sa voix et son être et qu’ils l’employaient à servir leurs terribles desseins.
*Humph… Je suis souffrant pas sourd*
Il le pensait si fort que des mots auraient pu sortir de sa bouche. Mais à la place il gémit un peu… Sa fièvre ne le lâchait plus.

Cloud remarqua sa détresse et envoya son interlocuteur à la recherche du médecin de tout à l’heure, son père.
L’elfe lui toucha le front. Il lui incita à rester calme et à patienter. Solaufein essaya de nouveau de reprendre une respiration lente. Il n’eut pas longtemps à attendre, des pas sur le bois sec de la maison approchèrent. Solaufein avait fermé les yeux, supportant de moins en moins la fièvre. Il sentit qu’on posa une main sur son front, et entendit quelques échanges entre eux. Puis il devina des bras qui le redressèrent sur le lit. Il était assis contre le bois du lit, lui-même posé contre le mur. Une main fidèle restait sur son épaule pour qu’il reste ainsi. Il ouvrit les yeux et su que le père de Cloud était parti. Il n’était pas très loin, et déjà de retour, il approcha se qui paraissait être une tasse. Solaufein aperçut des herbes aux fonds. La couleur ressemblait à celle d’un thé mais l’odeur d’ici n’était pas agréable… Plus il approchait la tasse, moins l’elfe avait envi de la boire. Le médecin lui sollicita doucement de boire le contenu. Cloud également, à sa manière, d’un ton plus catégorique. Alors que notre elfe regardait et humait la tasse qu’on lui tenait soigneusement, prête à l’emploi, le père parlait avec son fils. Il l’envoya quelque part chercher quelque chose, deux détails qui se perdirent entre deux battements de ses tempes assaillit à la fièvre…
En un rien de temps, car il passait vite pour le souffrant, Solaufein se retrouva seul avec son soigneur. Ce dernier persistait en lui tenant la tasse, veillant à ce qu’il boive. Le jeune elfe sut qu’il devait tout boire, ce qui le décourageait davantage.

« - Mais si tu ne bois pas, je demande à Rundel de te mettre des baffes, à Fénaro de t’enlacer, à Eran de te prendre pour cible avec ses couteaux, à Anàrion de te priver de jouer de la flûte en te l’interdisant formellement et quand à moi je surveillerais à ce que tu boives TOUT le remède, jusqu’à la DERNIERE goutte ! »

Anéya savait se montrer convaincante quand elle le voulait. La persévérance du guérisseur lui faisait penser à elle. Sa patience marqua le jeune elfe. Il admira ce noble trait qui méritait toutes les louanges. Lui-même avait parfois dû mal à être patient et à rester calme quand les nerfs lâchaient et laissaient place à l’emportement.
- Merci, murmura enfin Solaufein qui accompagna le geste du médecin avec sa main pour rapprocher la tasse.

Ses lèvres touchèrent le liquide tiède. La première gorgée fut dure, il toussa un peu. Mais cela n’arrêta pas le père de Cloud qui laissa le gobelet près de la bouche de son patient. Ce dernier continua à l’ingurgiter avec difficulté. Quand il eut fini, Solaufein affichait une grimace et mâcha du rien, comme une envie de faire passer le goût plus vite. Il resta un moment adossé contre le mur, ne bougeant plus, les yeux fermés. Il rouvrit ses pupilles de citrines et croisèrent ceux de son bienfaiteur. La douleur diminua et il recouvrit toutes ses pensées. Elles étaient redevenus claires et eurent une question brûlante mais qu’il espérait non offensante pour le père…
- Tout à l’heure… Quelqu’un a toqué à la porte. Il s’était présenté comme… son frère, je crois. Et… un homme est entré, il semblait connaître votre fils. Il lui a présenté des excuses pour le dérangement et… Quelque chose m’a troublé dans ses paroles, il disait : « j’aimerais bien le voir dans un tribunal »… Je ne suis pas bien sûr après, j’étais assaillit par cette fièvre. Suis-je dans l’erreur ou un secret m’échappe t-il ?

Solaufein se dit qu’il ne devait peut-être pas se montrer si curieux…
- Surtout… Ne vous sentez pas obligé de me répondre. Après tout… Je… Je ne suis qu’un patient, finit-il par dire avec un faible sourire.
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 109

MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Mer 15 Aoû 2012, 03:42

    *Pendant ce temps sur le chemin pour aller chez le botaniste.*

    Depuis que Cloud avait laissé son père et le patient seuls, il n’avait parcouru que la moitié du chemin pour aller chez le botaniste. Il s’arrêtait régulièrement n’étant pas habitué à marcher avec des béquilles mais il ne pouvait plus marcher sans, maintenant. Il s’arrêta en plein milieux du petit chemin qui n’était pas forcément bien plat puisqu’il y avait plein de cailloux de différents tailles et grosseurs. Quelques trous dans le sol s’étaient formés où les béquilles se coinçaient de temps en temps. Ce qui le ralentissait énormément. Après avoir repris une respiration normale, il repartit doucement en regardant bien où il mettait les pieds et les béquilles. Il s’arrêta encore une fois un peu plus loin puis vit son ami milicien qui devait surement venir voir si tout allait bien.

    - Ben Cloud ? Je croyais que tu devais rester au calme ?
    - Tant que je ne lâche pas mes béquilles mon père dira rien tu vois ?
    - Oui, oui… Tu veux que je fasse le chemin avec toi ?
    - Je veux bien tu pourras m’aider si elles se coincent encore dans les trous par terre...
    - Oui ! Tu veux aller où ?
    - Je dois aller acheter des plantes médicinales pour mon père chez le botaniste…
    - Ok. Ça va qu’il est à côté du chemin pour chez toi ! Comme ça tu n’as pas tout le village à traverser …
    - Ouais c’est déjà bien… Puis si je croise l’autre tu pourras me protégé comme ça !
    - Ah ça oui ! Je ne le laisserais pas faire !

    Cloud le regarda doucement son « ami » Eöl, et eut un très petit sourire après que celui-ci lui est parler avec un ton franc et sincère. Cloud le savait. Il savait qu’il pourrait toujours compter sur lui depuis très longtemps maintenant même s’il ne le montrait pas. Le jeune blond sourit un peu plus à son aîné et reprit.

    - Tant mieux, ça me rassure tu sais…
    - Je sais. Puis comme ça je t’aiderais à portée les sacs de plantes aussi.
    - Oui aussi. Bon aller on y croit que je ne vais pas me retrouver les béquilles dans les trous cette fois …

    Dit Cloud en commençant à avancer doucement plus il avançait plus Cloud avait du mal avec les béquilles, l’une d’elle s’enfonça profondément dans un trou et manqua de faire tomber le bel elfe blond. Le milicien le vit à temps et l’empêcha de tomber au sol.

    - Appuis toi sur l’autre béquille je vais te la sortir de là.
    - Merci …

    Cloud laissa son « ami » faire, cela dura un moment le trou étant assez profond… Mais le milicien réussit à dégager la béquille prisonnière du trou et aida Cloud à reprendre le chemin vers l’échoppe du botaniste. Après trente minutes de marche lente et attentive pour Cloud qui regardait le sol pour ne pas retomber dans un trou les deux elfes arrivèrent enfin devant l’échoppe.

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Astaldo sourit à son patient quand il vit celui-ci boire le thé. Il eut un léger rire quand le blesser mâcha de l’air après avoir fini le thé. Puis il l’écoutait poser une question, il changea d’aspect. Il était devenu assez sombre et triste. Se rappeler de tout ça lui faisait avoir mal au cœur. Puis le jeune elfe lui dit qu’il n’était pas obliger d’y répondre qu’après tout ce n’étais qu’un patient. Le médecin sourit un peu puis répondit.

    - Je vais quand même vous en parler. Après tout, même si cela ne plaira surement pas à Cloud, je tiens quand même à lui trouver une aide pour qu’il puisse enfin aller mieux.

    Il s’arrêta fixant le sol, Astaldo respirait doucement et se raclait la gorge. Puis il hésita tout de même cherchant des mots pour ne pas paraitre trop brutal dans ses explications.

    - Cloud …. Admirait beaucoup son frère, il le voyait comme quelqu’un de fort, et très solide mentalement. Mais il ignorait tout le mal que celui-ci faisait aux femmes, mon petit nuage était trop jeune pour comprendre ça à l’époque. Puis un soir, Deldùwath est monté dans la chambre de son frère alors âgé d’à peine 12 ans. Leur mère préparait le repas dans la cuisine et moi je n’étais pas encore rentré de consultation, mais quand je suis rentré, voyez-vous… J’ai entendu Cloud hurler et demander à son frère d’arrêter… Au début je n’ai pas vraiment comprit pourquoi il disait ça… Je suis monté voir, j’ai ouvert la porte et j’ai vue…

    Il marqua une pause…. Il essayait tant bien que mal d’étouffer un sanglot naissant. Puis il reprit doucement une fois s’être calmer.

    - …Mon premier fils abusait physiquement de son propre frère. J’ai attrapé Deldùwath avec force, je sais que j’ai dû faire mal à Cloud à ce moment-là mais c’était le seul moyen de les séparés. Je l’ai trainé dehors et balancé dans les escaliers. J’ai pris ses sacs, je les ais rempli avec tous ses affaires et je lui ai dit de ne plus jamais revenir dans ma maison et de s’approcher de son frère. Tinúviel n’a pas bougé d’un pouce même en entendant son plus jeune fils crier dans la maison … Par contre, elle a réagi quand j’ai mis notre aîné à la porte avec toutes ses affaires. Je lui ai dit froidement que si elle le faisait rentrer à nouveau dans ma maison je le ferais arrêter par la milice du village mais bon… Ils n’auraient pas pu le garder longtemps de toute façon… Deux semaines pas plus…

    Il soupira et regarda son patient avec un air triste… Il essayait de ne plus y penser mais cela n’était pas chose facile. Il espérait juste que Cloud prenne bien son temps, pour qu’il puisse bien discuter avec le patient pour ne pas voir son fils préféré s’énerver à cause de la discussion qu’il a avec le blesser. Il se montrait néanmoins fort, et ne montrait pas son mal-être à se souvenir de tout cela. Puis il reprit la parole.

    - Si je n’avais pas peur d’avoir des ennuis, j’aurais volontiers tué mon premier fils pour ce qu’il a fait à Cloud. Mais ça aurait plus vue comme un meurtre de sang-froid et j’aurais surement perdu Cloud après ça. Je ne veux pas lui faire subir mon absence, je suis un des rares en qui il a confiance et à qui il parle ici… Je pense qu’il ne supportera pas le fait de ne plus m’avoir auprès de lui comme ça…

    Il se leva doucement et s’excusa poliment pour aller préparé du thé. Il prit des feuilles de thé vert avec de la vanille et prépare donc tout ça calmement. Puis revient avec le plateau sur lequel se trouvait la théière avec deux tasses. Il posa le plateau sur la table de chevet à sa gauche et servit le thé en tendant une des tasses à son patient.

    - Je vous rassure, c’est du thé normal. Plus de goût étrange comme dans la tasse précédente, vous pouvez boire tranquillement cette fois.

    Dit-il en lui souriant et se servit une tasse aussi. Il la regarda avec un air pensif. Il ne savait pas trop quoi faire… Puis il leva la tête et fixait l’elfe aux cheveux violets. Il ne le quittait pas des yeux le regardant plus attentivement qu’un peu plutôt dans la nuit. Son visage lui rappelait quelqu’un. Il essaya de s’en souvenir, et reprit doucement.

    - Vous me rappelé une jeune femme elfe que j’avais eu comme élève. Elle parlait toujours de sa famille et surtout de son petit frère adoré. Ce ne serait pas vous par hasard mon garçon ?

    Astaldo regarda fixement le jeune homme et espérait avoir visé juste. Il tourna la tête pour regarder la porte d’entrée qui était toujours fermée. Il se demandait comment se débrouillait son fils, seul avec deux béquilles et sans pouvoir poser le pied gauche au sol une seule fois. Astaldo se leva doucement et expliqua à son patient qu’il devait aller voir dehors si Cloud arrivait mais qu’il n’en n’aurait pas pour longtemps. Il alla doucement vers la porte de la sortie de la cabane et resta calmement devant l’entré surveillant les alentours pour guetter l’arrivé de son fils.

    Deldùwath surgit d’un autre chemin bien caché derrière les immenses arbres longent le petit chemin qui allait du village à la cabane de son frère. En se rapprochant d’une fenêtre de la cabane il vit son père attendre surement quelqu’un. Il força un peu la fenêtre pour l’ouvrir et réussit le plus discrètement possible pour ne pas se faire repérer par le guetteur devant l’entré de la cabane. Il grimpa sur le rebord puis avança un peu pour descendre du meuble qui était en dessous de la fenêtre et atterrit sur le sol se relevant fièrement et remettant sa longue chevelure blonde en place d’un geste de la main. Il commença à sourire doucement. Mais plus il avançait doucement vers la chambre de son frère, plus son sourire s’élargissait en un sourire malsain et sadique. Il prit un ton froid, suave et très calme.

    - Cloud…. Je sais que tu es la. Viens faire un câlin à ton frère adoré.

    Dans sa voix on sentait aussi un ton mielleux ce qui ne pouvais pas rassurer les personnes qui entendait cette voix étrange. Il continua d’avancer vers la chambre et vit quelqu’un allongé sur le lit. Son sourire devenait de plus en plus malsain. Il entra donc dans la chambre et fixa d’un air sadique la personne dans le lit.

    - Oh, oh ! Mon petit frère aurait-il adoré ce que je lui aie fait goûter il y a longtemps ? Il amène des hommes chez lui pour revivre ce moment avec d’autres hommes que moi ? Oh mais ce n’ai pas grave. Je vais quand même m’amuser un peu avec toi bel elfe ! Et voir ce que tu vaux !

    En disant cela, le grand elfe séduisant, mais à la fois froid et malsain, continuait de se rapprocher de l’elfe qui était couché. Puis il entendit des pas arriver mais ne bougea pas. Il resta la, avançant vers sa nouvelle victime, mais au moment où il cheminait doucement le bras pour l’attraper il sentit une violente emprise sur son autre bras qui l’envoya contre le mur assez violemment. Deldù se redressa et fonça sur son père qui riposta avec force et l’entraina dans la pièce d’à côté continuant de se battre avec son ex-fils aîné qu’il considère comme un traitre à sa race et à sa famille.

    - Dégage d’ici ! Tu n’a rien à faire ici !
    - J’ai le droit d’aller et venir où je veux ! Laisse moi m’amuser avec lui quoi !
    - Même pas en rêve face de troll médulleux !
    - Hey ! Je suis un elfe pas un troll ! Espèce de bouse d’Orc !

    Sur ses mots Astaldo vit rouge et choppa l’intrus par le cou et le traina sans ménagement à l’extérieur. Le prisonnier fit autant de bordel que possible en se débattant dans la petite maison. Une fois dehors, les deux elfes reprirent leur duel et au bout d’une heure et quelques l’elfe suffoquant fortement prit la fuite pour ne pas mourir de la main de son père. Le médecin revient vite à l’intérieur et va vers l’invité.

    - Ça va mon garçon ?! Il ne vous a pas trop fait peur ?
    Il s’avançait doucement et se rapproche de lui pour le regarder inquiet.

    - Celui que vous venez de voir, c’est Deldùwath. Mon… Fils aîné que j’ai renié depuis qu’il a abusé de Cloud. J’en veux plus de ce fils indigne et malsain. Je n’ai jamais sut ce qui la rendu comme ça mais je sais qu’il aime beaucoup trop son côté froid et immonde donc je doute qu’il change et qu’il devienne aussi gentil que moi ou Cloud… Enfin bon, s’il vous approche encore je lui ferais encore plus de mal que cette fois-ci.

    Il avait eut beaucoup de mal à expliquer qui était venue s’introduire dans la petite maison de son second enfant qu’il eut presque un air si sombre et triste en parlant au blesser. Il resta assis regardant son patient espérant qu’il ne soit pas trop traumatisé de sa rencontre avec ce déchet elfique qui ne mérite même plus de vivre. En repensant à cela le médecin changea en un air froid et triste pour vouloir la mort de son fils aîné. Enfin bon, s’il n’avait pas violenté son second fils il n’aurait pas pensé comme cela, mais les fais étant la il ne pouvait pas ignorer la souffrance de Cloud qui ne pouvais plus du tout supporter la présence de Deldùwath dans le même lieu que µlui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Mer 22 Aoû 2012, 17:10

Solaufein regarda son interlocuteur. Il lui avoua que son fils n’allait pas aimer ce qu’il allait lui dire, mais qu’il allait le faire pour qu’il aille mieux. Que voulait-il dire ? Qu’avait Cloud ?
L’elfe fuyait son regard, préférant le sol. Il hésitait, faisait des nœuds dans ses mains… Il racla finalement la gorge, réfléchissant à la formule de ses mots.
Etait-ce si … grave ? Le jeune elfe regretta de s’être mêlé de se qu’il ne le regardait pas. Mais maintenant ce qui était fait est fait… La curiosité était parfois un bien vilain défaut.

Le père commença à raconter son récit. Un souvenir qui datait, car Cloud avait 12 ans. Alors qu’Astaldo racontait, Solaufein écoutait, tout en imaginant… Car il lui était aisé d’imaginer.


~~~~

L’elfe était orgueilleux, sans foi, ni loi. Deldùwath était son nom, le frère de Cloud. En temps qu’aîné, il aurait dû le protéger… Hors tout ne se passa pas comme les choses devraient l’être. L’elfe monta les escaliers et entra dans la chambre du petit Cloud. Un jeune elfe, à peine l’âge de tenir un arc, le regarda en souriant. Il était heureux de voir son grand frère. La mère était occupée, le père rentrait à peine de son travail…
Des cris percèrent les murs, ébranlèrent les escaliers, et alertèrent le père…
Quelque chose n’allait pas…


~~~~


Le père marqua une pause. Cela arrêta le film… Solaufein avait peur d’entendre la suite. Astaldo lui racontait chaque détail, si bien qu’il le voyait. Comme s’il y était ce jour là…


~~~~

Deldùwath faisait une chose… impardonnable, effroyable. Il se comportait comme une bête sans âme, sans aucune forme de pitié il faisait dû mal à son petit frère. Le même sang que lui…
C’était… ignoble !
Le père l’envoya hors de sa maison. La mère n’avait pas bougé… Pourquoi ? De grâce pourquoi n’a-t-elle rien fait ?
Cloud… son propre fils…


~~~~


Le soupire de son médecin le ramena au présent. Son imagination débordante n’eut aucun mal à tisser dans son esprit des images de ce qui c’était produit. Il avait compris la souffrance du père, il compatissait à celle de Cloud et comprenait mieux son côté… froid et distant, qu’il avait eu envers lui. Comment… Comment ces choses pouvaient-elles se produire ? Ici, sur Rosyel, dans cette forêt… Et tout ça à quelques kilomètres à peine du domaine…
Solaufein se rendit compte qu’ils ne savaient pas tout. Que certaines choses restaient muettes, cachées des oreilles et des yeux bienveillants du domaine… Pourtant Anatar, son père, avait mis à disposition des hommes dans chaque village aux alentours du domaine. Comment une chose pareille a-t-elle pu se passer sans qu’ils soient au courant ? Aucun murmure, aucune information ne leur été parvenu. Cet acte abominable était resté impuni. Pendant toutes ces années…
- Si je n’avais pas peur d’avoir des ennuis, j’aurais volontiers tué mon premier fils pour ce qu’il a fait à Cloud. Mais ça aurait plus vue comme un meurtre de sang-froid et j’aurais surement perdu Cloud après ça. Je ne veux pas lui faire subir mon absence, je suis un des rares en qui il a confiance et à qui il parle ici… Je pense qu’il ne supportera pas le fait de ne plus m’avoir auprès de lui comme ça…

Impensable… La douleur de ce père se sentait d’ici. Il aura beau lui cacher, Solaufein le lisait dans ces yeux. Inimaginable, inadmissible… Impossible. Pas chez les elfes, pas ici, pas maintenant, ni jamais !
Ce n’était même pas humain…
- Je vous rassure, c’est du thé normal.
Solaufein sursauta à la vue de la tasse.
- Plus de goût étrange comme dans la tasse précédente, vous pouvez boire tranquillement cette fois.

Il ne répondit pas. Il était complètement abasourdi par ce qu’il venait d’apprendre. C’était révoltant, une chose qu’il fallait punir. Violer… Son propre frère…
Quelle folie animait ce dément pour avoir fait une chose si démoniaque !
Solaufein était pour la première fois de sa vie dans une rage sombre. Même à la guerre il n’avait utilisé de telle pensée… Des pensées noires, d’envie de meurtre, de faire justice lui-même.
Mais il savait que ce n’était la vrai Justice. Il serra ses poings sur sa tasse. Il ne méritait pas qu’on le nomme elfe. C’était une pourriture, un rien du tout qui ne méritait que les pires châtiments. A ces pensées, le jeune elfe trembla un peu. Il ne devait pas songer ainsi mais ce que Deldùwath avait fait à son frère était intolérable. Cloud méritait qu’on l’aide en enfermant son frère.
- Vous me rappelé une jeune femme elfe que j’avais eu comme élève. Elle parlait toujours de sa famille et surtout de son petit frère adoré. Ce ne serait pas vous par hasard mon garçon ?
- Euuh… !

Il eut un frisson qui passa sur toute son échine. Il tenta désespérément de se calmer. Sans y arriver.
- Je…

Il ne trouva pas les mots tout de suite. Il était partagé entre l’idée de se lever et de tuer Deldùwath, ou de courir dans les bois à la rechercher de ses frères pour lui mettre une raclé…
Non… Le tuer ou le torturer ne servirait à rien. Leur père n’approuverait pas. Il devait être jugé dans les normes et punis en conséquence.
- Pa-pardon… Je suis… Je suis troublé. Ce qui est arrivé à Cloud est… Tout simplement ignoble… Je ne pensais pas qu’une chose pareille était possible, sur ces terres.

La terre sainte de la Dame qui a fait Rosyel, les îles et tous ces êtres. Solaufein essaya de se calmer et répondit à la question du médecin.
- Le seule personne qui aurait pu être votre élève, c’est bien Anéya. Anéya Ingwé. Je suis le dernier fils d’Anatar.

Il tendit une main au médecin, pour la serrer en signe de salutation.
- Je m’appelle Solaufein. Je suis heureux de faire votre rencontre. Anéya nous avait parlé de vous et de votre enseignement riche. Mais je n’ai jamais su votre nom.

Solaufein entama sa tasse de thé. Il chercha un peu de réconfort, même si elle ne suffirait pas à le calmer convenablement. Il réfléchissait. Il se demandait comme il pouvait aider Cloud.
Il ne le connaissait que depuis très peu de temps. Mais Solaufein ne pouvait pas connaître son histoire et ne rien tenter pour lui venir en aide. Ce serait une insulte…
Il devait faire quelque chose. Il le fallait !
Il allait parler, mais son médecin s’excusa. Il voulait patienter à la porte d’entrée pour guetter l’arriver de son plus jeune fils. Solaufein acquiesça.
Il le regarda s’éloigner et sortir de la pièce. Le jeune elfe finit sa tasse… Quelque chose à l’intérieur, une plante sans doute, fit un effet sur lui. Cela le calma légèrement. La fièvre était tombée mais elle avait réussi à le vider de ses forces.
Il posa la tasse sur la table de chevet et se recoucha sur le lit. Il ferma un instant les yeux et tenta de se reposer un peu.

Il avait dû se passer dix, peut-être quinze minutes, difficile à dire. Solaufein fut réveillé par un bruit venant d’une autre pièce. Il ouvrit les yeux. Il ne vit rien aux alentours, c’est pour cela qu’il se redressa un peu sur le lit. Des pas se perçurent sur le bois sec de la maison et une voix douce s’éleva.
- Cloud…. Je sais que tu es la. Viens faire un câlin à ton frère adoré.

Le ton avait pris un air mielleux et sans âme.
Solaufein aperçut enfin l’étranger qui était rentré clandestinement dans la maison. L’elfe avait une allure fin et élancé, de longs cheveux blonds soignés, un visage beau. Il était comme Fenaro. Enfin, il aurait pu l’être, s’il n’avait pas eu ces traits machiavéliques sur les lèvres, ni cette profonde folie inexplicable au fond de ses yeux.
- Oh, oh ! Mon petit frère aurait-il adoré ce que je lui aie fait goûter il y a longtemps ? Il amène des hommes chez lui pour revivre ce moment avec d’autres hommes que moi ? Oh mais ce n’ai pas grave. Je vais quand même m’amuser un peu avec toi bel elfe ! Et voir ce que tu vaux !

Son sourire s’élargissait. Ses pensées étaient parfaitement diaboliques et ses gestes allaient les suivre. Notre elfe n’en croyait pas ses oreilles et encore moins en ses pensées qui lui disaient de courir, de se défendre, de fuir. Non, pas devant ce truc !
- C’est toi… C’est toi Deldùwath ?! Espèce d’ordure ! Ne t’approche pas ou tu regretteras d’être venu au monde. Monstre, tu ne mérites pas d’être nommé elfe, qausyt !

Solaufein était impuissant, mais il se prépara à lui mettre une droite au cas où. Même si celle-ci ne serait pas très puissante, il espérait que quelqu’un arrive à temps s’ils venaient à en venir aux mains. Heureusement, le médecin avait devancé Deldùwath et l’attrapa. Il le balança hors de la pièce avec violence. Ils échangèrent des coups, des paroles et des insultes et s’éloignèrent de la maison. Quelques temps plus tard et le médecin revint rapidement vers lui, l’air inquiet.
- Ça va mon garçon ?! Il ne vous a pas trop fait peur ?
- Tout va bien, monsieur, il ne m’a rien fait…
- Celui que vous venez de voir, c’est Deldùwath. Mon… Fils aîné que j’ai renié depuis qu’il a abusé de Cloud. J’en veux plus de ce fils indigne et malsain. Je n’ai jamais sut ce qui la rendu comme ça mais je sais qu’il aime beaucoup trop son côté froid et immonde donc je doute qu’il change et qu’il devienne aussi gentil que moi ou Cloud… Enfin bon, s’il vous approche encore je lui ferais encore plus de mal que cette fois-ci.

Solaufein ne sut que dire. Il avait vu dans les yeux de ce redoutable personnage qu’il n’y avait rien de bon. Comme dans un livre ouvert, les yeux étaient la porte de l’âme. Son âme n’avait rien de gracieuse, de bienveillante, de bonne. Elle était souillée. C’était l’impression qu’il avait eu en le voyant d’approcher de lui comme on approcherait une glace savoureuse.
C’était effrayant.
Même les regards des pirates humains n’avaient pas été aussi malsains que ceux-là…

Notre elfe sentit le mal aise de son soigneur. Il se redressa un peu mieux dans le lit pour pouvoir parler à son tour.
- Je vais bien, ne vous en faites pas, assura-t-il d’un ton calme et posé. Je ne connais pas votre… fils. Mais je peux vous assurer sans me tromper qu’il ne me voulait pas du bien. Cela se voyait dans ses yeux, et ses paroles traduisaient ses pensées à mon égare. Je n’avais jamais vue une personne comme lui auparavant…
Monsieur
, reprit l'elfe d'un ton plus dur. Je sais que tout ceci ne me regarde pas mais… Ce qui est arrivé à Cloud est… Je ne peux pas vivre et faire comme si je n’avais rien entendu. Alors laissez-moi vous aider ! Laissez-moi aider Cloud !

Il ne savait pas encore très bien comment il allait s’y prendre. Dès son rétablissement, il faudra qu’il rebrousse chemin pour rentrer au domaine. Peut-être qu’Anàrion pourra faire quelque chose. Il le fallait ! Pour que justice soit enfin faite et que cet acte odieux soit punis !
Tout ceci n’allait peut-être pas plaire à Cloud. Le fait qu’un inconnu était au courant de tout allait sans doute le mettre en rage. Solaufein devait essayer.
- Laissez-moi parler avec votre fils à son retour. J’aurais tout le temps de me reposer quand je serais mort, monsieur, si je puis me permettre.

Il ne voulait pas se faire passer pour plus faible qu’il ne l’était. Son corps était fragile, son sang pouvait s’écouler plus vite, ses blessures se fermaient lentement… La nature l’avait faite ainsi, peut-être pour une bonne raison, peut-être par pur hasard. Qui le sait ?
Cela n’avait aucune importance, car Solaufein avait assez de force d’esprit pour s’imposer comme un être vivant à part entière qui avait le droit de vivre. Car il le voulait.
Il n’avait sans doute pas les épaules pour aider tout le monde. Mais il allait essayer… Être aveugle et sourd devant la souffrance des autres était la pire de toutes les lâchetés.
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 109

MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Dim 11 Nov 2012, 18:26

Fëanturi et son « ami » avaient repris doucement et difficilement le chemin vers l’échoppe du botaniste, qui ne se doutait pas qu’il aurait un blesser accompagné d’un milicien comme client aujourd’hui. Eöl aidait Cloud à ne pas tomber, ni à se coincer les béquilles dans les trous. Il voyait très bien que son ami, avait du mal à marcher avec ça même si le blondinet ne disait rien, il pouvait facilement le remarquer. Quant à Cloud, il resta silencieux, et s’énervait un peu contre les béquilles qui malgré ses efforts et ceux du milicien arrivaient quand même à se coincer dans les trous. L’accompagnateur de Cloud voulait dire quelque chose pour faire parler le blesser, mais au vue du regard légèrement froid de Cloud il ne dit rien. Préférant ne pas fâcher son ami ou se prendre une réplique froide et méchante en pleine face, alors qu’il voulait l’aider… Après deux heures passer sur le chemin à avancer en silence, ils arrivent enfin devant chez le botaniste.

-Une fois à l’intérieur, j’irais m’assoir.

- D’accord… Je me demandais quand tu parlerais !

- ….La ferme. Je parle si j’en ai envie. Si tu n’aies pas content barres-toi.

- Si je pars, comment tu vas porter les sacs de plantes avec tes béquilles hein ?!

- ….Le botaniste ou sa femme m’aideront.

- Certes, mais à cette heure-là, elle est surement partie dans un autre village pour travailler.

Cloud préféra ne rien répondre et toqua à la porte avec une béquille, il frappa énergiquement. Eöl ne dit rien mais soupira longuement, puis la porte s’ouvrit vite et le blond faillit tomber en avant. Il grogna sur le botaniste.

- Si tu n’es pas content, fallait pas appuyer t'as béquille contre la porte ! Bon tu veux quoi Cloud ?

- Mon père ma envoyer acheter plein de plantes.

Dit-il en récupérant la liste des mains d’Eöl qui grogna et la donna au botaniste. Puis entra à sa suite fermant derrière lui, laissant le milicien dehors, mais celui-ci rentra en râlant. Puis il referma la porte et resta devant surveillant Cloud, qui était assis et se massait la cheville en râlant. Le botaniste était dans sa serre préparant les plantes pour Cloud. Le milicien tournait en rond puis voit une dame arriver.

- Vous êtes son assistante ?

- Je suis sa femme.

- Vous devriez être en voyage !

- Non, pas pour le moment j’ai le droit à des vacances aussi non ? Ce n’est pas les tires-aux flans comme vous qui devez prendre des vacances et rien faire de votre temps !

- Je bosse moi ! J’ai jamais pris du temps-là pour accompagner le grincheux là, pour qu’il prenne des plantes ici, et qu’il les ramène à son père !

- Oh peut être oui, mais son frère court toujours ! Qui vous dit, qu’il n’a pas fait d’autres dégâts ?!

- Fermez-la. Tous les deux !

- Cloud… Navré mais faut bien dire les choses à ton ami là !

- C’est pas mon ami. Il surveille que l’autre con m’approche pas c’est tout.

- D’accord, mais tu sais, il n’y a aucun mal à ce que tu le considères comme un ami, Cloud…

Le jeune blond grogna sur Serindë qui lui pesta dessus en lui rappelant que s’il continuer à leur grogner dessus comme un loup en colère il n’aurait plus d’aide de leur part. Cloud se calma après cela mais restait grognon quand même. Après un silence de près de trois longues heures, Celeborn revient avec toutes les plantes de la liste qu’avait écrite Astaldo. Il la donna au milicien et regarde Cloud. Il ne dira rien au petit mais il le fixa l’air de dire « cesse donc d’être froid avec nous, on t’aide nous alors sois plus gentils. » Mais cela eut quasiment aucun effet sur le jeune elfe qui se leva avec ses béquilles et dit juste un « merci pour les plantes » en sortant avec Eöl.

Les deux elfes repartirent vers la petite cabane de Cloud : toujours en silence, en faisant attention là où ils posaient les pieds et les béquilles. Eöl se mit devant Cloud en voyant Deldùwath venir vers eux. L’ennemie s’avança et regarde de haut son « petit frère »


- Il est mignon ton p’tit copain chez toi ~

- Mon quoiiiiiiiii ?! Qui tas permis d’entrée chez moi ?!

Cloud voulait le frapper, mais Eöl le stoppa il lui donna le sac de plantes et prit Deldùwath pour le trainé plus loin laissant Cloud rentré seul chez lui. Ce que fit instantanément le jeune blond bien que « charger » avec les béquilles et le gros sac de plantes…

~ Pendant ce temps ~

Astaldo s’était absenté pas très longtemps. Après qu’il est fait sortir Deldù. Il fixa pendant un instant Solaufein.... Se rappellant du petit bébé au cheveux violet qu'il était la première fois qu'il l'avais vue. Il avait trouver plein de prétexte à la noix pour aller au domaine voir son ami, et assistait à la naissance des petits bouts... Il resta pensif avec un visage tout gaga en se rappelant Anéya petite.... Puis répondit à Sola.

- Ah ! Anéya ! Ma gentille petite. Très bon médecin cette petite, mais elle a encore tellement de choses à apprendre… ! Herum… Enchanté Solaufein, je ne suis qu’un pauvre loup médecin qui a le malheur d’avoir un psychopathe comme fils et un autre fils totalement solitaire froid et qui refuses qu’on l’aide… Qu’est ce que j’ai pu faire à la dame pour mériter ça ! Bref… Il est comme sa mère de toute façon… Heureusement que Cloud n’ait pas………… Herm ! Je m’égare pardon !

Il marqua une pause pour laisser Sola continuer de parler. Puis reprit.

- Je te laisserais parler avec lui je resterais là pour le calmer s’il venait à refuser je lui dirais que les Ingwé, son capable de régler son problème et qu’il peut vous faire confiance. J’espère juste que ça fera pas trop d’émeute, vois-tu Tinúviel est assez « aimer » ici, mais bon ~ ils arriveront jamais à attaquer sauf s’ils sont suicidaires. Enfin bref !

Il allait reprendre quand tout à coup la porte s’ouvrir et il entend le bruit des béquilles sur le plancher.

- Ma…. Ma…….. IL A TOUT FOUTUT PAR TERRE CETTE ESPECE DE MERDE DE TROLL POURRITE !

- Je crois que Cloud est rentré… dit-il en soupirant…

Le médecin s’excusa et alla retrouver son fils. D’un ton calme il lui expliqua ce qui s’était passé, et prit le sac de plante que tenait son jeune fils. Et le posa à côté.

- Je te rachèterais du thé, je doute que les feuilles de thé au sol soient encore consommables … Au fait, reste calme. Solaufein, voudrait te proposer son aide pour que tu puisses tirer un trait sur ce que tu à subit.

- J’ai pas… Il fixa son père d’un air surpris. – Pour que je puisse …. ?! Il alla dans la chambre et regarda le blesser…- Vous-vous pouvez vraiment lui faire payer ce qu’il m’a fait ?!

- Je croyais que tu ne voulais pas d’aide ~ ?

- ……Je ne veux pas d’aide. Je veux juste savoir comment il compte faire pour « m’aider » et peut-être qu’après je dirais oui pour l’aide ou pas.

- Hum certes, certes…

Il resta dans la pièce principale qui servait à la fois de cuisine et de salle à manger, préparant les potions pour Solaufein. Après quelques minutes, il finit deux-trois potions pour aider Solaufein à se remettre assez vite de ses blessures. Il lui donna et précisa qu’il devait tout boire et doucement pour ne pas qu’il s’étouffe avec. Cloud était assis à côté du lit et massait sa cheville.

- J’ai croisé l’autre taré en revenant ici…

- …Il t’a rien fait ?

- Non, il a juste dit « il est mignon ton petit copain chez toi » … Eöl qui m’accompagnait ma donner le sac de plante et l'a trainé plus loin surement pour l’éloigner et le frapper.

- Bien. Je suis désolé pour le bazar mais rien n’est cassé à part les bocaux de tes feuilles de thé bien sur…

- Je referais le plein…

Cloud fixa la salle à manger plus précisément le sol avec toutes les feuilles de thé mélanger par terre… Il vit son père s’approcher lui donne une potion. Lui expliquant que ça aiderait un peu sa cheville à se remettre de sa foulure plus rapidement. Le jeune archer prit la potion et la bu en entier. Puis son père lui massa la cheville en appliquant de la crème pour aider un peu à la guérison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Jeu 20 Déc 2012, 18:27

Solaufein observa attentivement l’elfe. Il essaya de mémoriser chaque détail de son visage, en s’appliquant pour ne pas s’interroger sur ces traits très joyeux, alors qu’il venait de mentionner le nom de sa sœur :
Une longue crinière blonde, un visage mûr, des yeux bleus gris comme la tempête dans le ciel… S’il avait déjà rencontré cet elfe, il s’en souviendrait… Pourtant ce visage ferme lui rappeler…
Son père ? Oui, il lui rappelait son propre père, Anatar. Quasiment le même regard qui tient en respect les plus téméraires et fait fuir les plus lâches. Mais quelque chose de différent se discernait dans ceux du médecin : de la douleur… Ou quelque chose comme de la tristesse.
L’instinct de Solaufein voyait en cet elfe de la souffrance ainsi que plusieurs années d’expériences et de bataille, à combattre des épreuves douloureuses. Lui-même était encore loin d’avoir vécu. Sa jeune existence elfique venait à peine de commencer. N’oublions pas que le musicien avait déjà vécu des choses terribles… Mais il n’avouera jamais avoir de l’expérience dans un domaine ou un autre.
Il ne valorisait pas beaucoup ses expériences passées…

Après avoir sondé sa mémoire, il ne trouva pas un nom à mettre sur ce visage, sur cet elfe qui l’avait accueilli et soigné. Gêné, Solaufein pinça légèrement ses lèvres. Il ne savait plus quoi dire, très embarrasser de ne pas se souvenir de lui, alors que de toute évidence le médecin le connu. Ou du moins, il connaissait Anéya, vu comment il parlait d’elle. Certes, car sous les yeux ronds de Solaufein, l’elfe dévoila sa grande joie en entendant le nom d’Anéya. Il semblait parfaitement la connaître. C’était troublant...
Qui était donc ce personnage ? Le malaise de Solaufein s’accentua alors qu’il n’arrivait toujours pas à le reconnaître. Le médecin connaissait également sa famille. Il aurait pu juste dire « Ah oui j’ai entendu parler de cette famille », au moment où le jeune s’était présenter. Là, il montrait clairement avoir connaissance de la façon de faire des Ingwé. « Les Ingwé sont capable de régler son problème »…
Sa proposition d’aider son fils fut prise très sérieusement. Il parlait de sa famille avec respect et semblait avoir confiance. Solaufein ne put s’empêcher de sourire, soulagé qu’il le prenne au sérieux. Il acquiesça, un peu troublé par le brodage qu’il faisait lorsqu’il parla du domaine. Ce n’était pas un mur infranchissable comme il semblait le décrire, mais très bien gardé par les gardiens et chasseurs, qui patrouillaient en son long.

Décidément, Solaufein pensa de plus en plus qu’il avait en face un homme qui en savait beaucoup, chargé de secrets… Le jeune elfe le regarda en plus attentivement, comme s’il voulait lire, sonder son âme, pour découvrir ce qu’il dissimulait. Il baissa les yeux, se rendant compte de son impolitesse. Il devait résoudre ce mystère, mais pas de cette manière. La question de « qui est-il ? » le tenaillait. Cette personne en savait bien trop pour être un inconnu. Peut-être que sa sœur pourrait lui en dire davantage…
S’il aidait Cloud, il devra retourner au domaine.

Solaufein leva de nouveau les yeux vers le médecin. Il n’eut pas le temps de poser davantage de questions. Le jeune solitaire rentra chez lui avec fracas sur le plancher, martelé par les béquilles. Et d’après son énervement farouche et très expressif, il venait de découvrir le bazar qu’avait fait Deldùwath.
- Je crois que Cloud est rentré…
- Je le crois aussi, soupira à son tour Solaufein avec un léger sourire compréhensif.

Il lui souhaitait bien du courage intérieurement, car Cloud semblait particulièrement en colère. Le médecin prit congé pour aller calmer son enfant. Solaufein attendit à peine une minute, seul, que Cloud vint rapidement dans la chambre, le regard... On aurait dit de l’espoir, mais Solaufein n’en était pas certain.
- Vous-vous pouvez vraiment lui faire payer ce qu’il m’a fait ?!
- Je croyais que tu ne voulais pas d’aide ~ ?

Encore une fois dans ses pensées, Solaufein donna un bon point au père. Comme Cloud ne répondait pas, Solaufein commença à sourire légèrement. Il était heureux de voir qu’un personnage si sauvage, si buté daigne l’écouter… Jusqu’à ce qu’il répondit :
" ……Je ne veux pas d’aide. Je veux juste savoir comment il compte faire pour « m’aider » et peut-être qu’après je dirais oui pour l’aide ou pas "

Solaufein perdit son sourire, presque blasé. C’était un peu ingrat de procéder ainsi. Le père ne sut que répondre et le jeune musicien resta abasourdi par les dire du blond. Il prit le temps de réfléchir à sa réponse, pendant que son médecin lui prépare des potions pour se rétablir. Il lui expliqua consciencieusement comment les boire. Le jeune sourit, essayant de le rassurer. Après tout, il connaissait bien ce genre de procédé, puisque sa propre sœur s’occupait quotidiennement de lui, au domaine. Cloud ne disait plus rien, assis à ses côtés.

Solaufein écouta vaguement leur discussion, buvant doucement une des potions. Il comprit que Cloud avait croisé son grand frère mais en était sortit indemne. Lorsque Cloud assura que son ami l’avait attrapé juste après que Deldùwath est dit « il est mignon ton petit copain chez toi », Solaufein faillit avaler de travers. De quoi ? C’était de lui dont il avait parlé ?
L’elfe détourna le visage pour éviter de faire transparaître sa colère. Cette espèce de troll des cavernes ne s’en sortira pas indéfiniment. D’ailleurs, le musicien n’avait toujours pas répondu.
Il se retourna pour regarder les deux autres. Cloud semblait calmé, contrarié de voir toutes ces feuilles de thés sur le sol, inutilisable. Son père lui avait donné une potion pour sa guérison et lui massait la cheville.

Solaufein posa le flacon sur une table de chevet, et reprit ses réflexions. Il réfléchissait à chaque détail, chacun de ses mots qu’il emploiera. Car il ne devait pas discréditer sa famille en rapportant des choses fausses à ces elfes. Il ne voulait pas insuffler un faux espoir à Cloud… Ce regard… Dans ses yeux, il avait vu une étincelle. Légère, timide, mais bien présente, comme si le solitaire aigri par le temps passé dans cette cabane rêvait du jour où une personne, un parfait inconnu, viendrait le voir en lui disant : « Je peux t’aider »
Il allait le faire. Il le souhaitait. Il avait une dette envers lui.
- Oui…, répondit-il enfin.

Il se redressa sur le lit pour se mettre assis et plongea son regard dans celui bleuté de Cloud.
- Oui je peux t’aider. Je n’aurais pas un rôle direct dans cette aide. Je serais seulement celui qui peut t’amener à la personne qui saura quoi faire.

Il voulait la nature de l’aide, sauf que Solaufein ne savait pas quoi lui dire. Il ne savait pas encore comment sa famille pouvait l’aider… Quoi que…
- Il est peut-être possible de juger ton frère pour ce qu’il a fait. Laisses moi te guider au domaine, parles à mon grand frère de se qui c’est passé…

Ce n’était pas tout à fait une promesse. L’hésitation de Solaufein fera sans doute reculer Cloud. C’était pour cela qu’il ajouta :
- Je ne veux pas te duper… Juste… Payer ma dette. Tu m’as sauvé la vie et… -Solaufein serra les poings- Ce qu’il t’a fait est ignoble, il mérite d'être punis… Je ne peux pas repartir, sans rien faire…

Solaufein se recoucha sur l’oreiller, avec une légère grimace. Il massa un peu son bras machinalement, en attendant une quelconque réaction de Cloud. En espérant qu’il… ne sera pas trop fâché. Son père lui avait tout raconté, une histoire terrible qu’il ne fait pas bon, peut-être, de raconter à un inconnu qui venait à peine d’arriver dans cette maison.
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 109

MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Dim 30 Déc 2012, 23:42

Astaldo continuais le massage de la cheville de son fils doucement incorporant la crème pour aider à la guérison. Cloud restait calme, il se demandait si Eöl avait réussi à survivre à l'autre taré ça commençait à l'inquiéter un peu, mais il ne montrait rien. Bien que son père à du sentir de la tension dans sa jambe, mais ni Astaldo ni Cloud montrait de l'inquiétude pour le jeune milicien. Le jeune blond regarda dans le vague se demandant bien quel type d'aide pouvait lui apporter la famille de Solaufein. Cloud se perdis un peu dans ses pensées tout cela lui semblait un peu illusoire, comment il pouvait y croire ? Pourtant, il voulait y croire. Il voulait croire en cet elfe et à l'aide que pouvais lui apporter sa famille quel que soit ce soutiens. Cloud se demandait surtout pourquoi ils aideraient un parfait inconnu mais à juger par les regards de son père vers Solaufein il n'était peut-être pas si inconnue que ça. Il commença à parler avec son père.

« Tu connais Solaufein ? »

« Oh ben, le connaitre c'est peut-être un grand mot, mais j'ai connu son père, j'ai eu Anéya, sa grande soeur comme élève, pourquoi ? »

« Nan, comme ça... Pour savoir, tu ne parles presque jamais de tes élèves ni de ton passé alors je demande... »

« Tu aurais demandé je t'en aurais parlé. »

« Tsss. »

Cloud regarda le patient, il avait l'air vexé. Cloud se demandait un très cours instant pourquoi son invité avait cette tête là, puis il grogna un peu se rendant compte pourquoi il avait cette tête d'elfe vexé. Il soupira et fixa Solaufein tout en essayant de ne pas grimacé de douleur quand son médecin 'préféré' lui appliqua une autre crème. Bien plus forte que la précédente pour aider une guérison rapide. Les effets commençaient à se faire ressentir et le jeune blond avait un peu de mal à rester calme. La douleur restait encore un peu ; mais il pouvait déjà bouger un peu la cheville & le pied, ce qui le fit sourire très légèrement bien sûr. Les Fëanturi écoutaient attentivement les paroles de l'elfe violet bien qu'Astaldo a déjà un avis bien construit sur la question de l'aide il fallait encore réussir à convaincre son buté de fils. Le médecin observait Cloud attendant une réponse. Le jeune blond observait Solaufein, l'écoutant bien évidemment.

« Je vois, un procès ? Je ne savais pas que c'était possible ce genre de choses ici... Je te fais confiance ce qui aide à me convaincre c'est la confiance que porte mon père sur ta famille. Mais je reste méfiant quand même, ce n'ai-pas tous les jours que quelqu'un veulent bien m'aider. »

« Vas-y doucement sur la cheville hein, ce n'est pas parce que tu peux re-bougé le pied qu'il faut que tu forces, mais pour le coup tu garderas une seule béquille. »

« Okay, de toute façon on ne va pas courir pour retourner là-bas... »

« Oh je me méfie avec toi, Cloud... »

Le jeune loup grogna sur son père et pris une moue boudeuse reposant son pied au sol le bougeant un peu il dut, le relever et le poser sur les genoux de son père qui lui remit l'atèle pour maintenir la cheville en place. Cloud s'excusa à son père & Solaufein, il prit une béquille et avance vers l'autre pièce, il posa un genou au sol et commençait à ramasser son thé. Il ramassait tout, puis cherchais quelque chose pour les mettre dedans puis vois Eöl se mettre à sa hauteur avec un sac.

« Mes-les là-dedans, j'irais les brûler après, ça ne sert plus à rien de les garder vu qu'elles sont par terre... »

« Eöl ... Merci... »

Le jeune milicien fut un peu surpris par la réplique de son ami, mais il lui sourit franchement et reprit calmement aidant Cloud à mettre les feuilles de thé dans le sac pour les faire brûler.

« Oh ? Merci ? Tu sais, c'est normal entre ami de s'aider ! »

« Entre... » Il maqua une pause fixant Eöl puis les feuillent de thé part terre... « ...ami ? »

« Bien sûr ! De moi-à-toi, nous sommes ami mais qu'en est-il de toi-à-moi ? »

« ...Ben... Je n'ai pas vraiment réfléchit à cela auparavant... Mais je ne suis pas si asocial que ça... Si ? »

« Oh ! Tu envoies chier tout le monde, même ton père par moment, tu es si froid avec tout le monde, ce que je comprends vue ce que t'as subis, mais Cloud, s'il te plait... Je veux savoir ce que je suis pour toi... »

Cloud réfléchit, il voulait lui répondre... Mais quoi ? Il venait de prendre conscience que Eöl était un vrai ami, qu'il l'avait toujours soutenue et protéger contre l'autre taré, la majorité des bleus de son ami étaient dûs au fait qu'il prenait des coups à force de l'aider. Le jeune blond commençait à s'en vouloir pour les coups subits et voulait aussi s'excuser de ne pas avoir compris ça plutôt.

« Toi... Tu es un ami, un très bon ami Eöl, je suis désolé de le comprendre que maintenant... »

« Tu es tout pardonné mon ami ! Pour la peine tien ! »

Le milicien lui tend un autre sac avec plein de boite dedans, des boites avec du thé, plein de sorte de thé différent, Cloud pris le sac et le posa à côté continuant de nettoyer la cuisine, puis se relève avec l'aide de son ami, reprenant le sac et le posant sur un meuble dans la pièce puis retourne voir Solaufein.

« Tu avais quelque chose avant de te faire attaquer par les loups ? »

Il le regardait puis sens Eöl se tenir à côté de lui en lui ébouriffant les cheveux, puis s'excuse auprès d'eux pour repartir travailler bien qu'il risque fort de se faire engueuler -encore- pour avoir -encore- aider Cloud à fuir son frère. Le jeune homme en avait assez de cette injustice dans le village. Cloud voulut retenir un peu plus Eöl mais celui-ci c'était déjà éclipsé... Il soupira longuement et tente de sourire à nouveaux mais n'y arrive pas...

Pendant ce temps, un milicien faisait sa ronde dans la forêt et trouve des affaires, une épée, et un sac. Il les récupère et retourne au village commencent par la première maison qu'il trouve : celle de Cloud. Il marcha quand même dix bonnes minutes avant d'arriver à l'entrée, il toqua à la porte. Astaldo se leva et alla ouvrir puis il amène le milicien près de Solaufein pour qu'il lui montre les affaires qu'il a retrouvées dans les bois.


« J'ai trouvé ce sac et cette épée, ces objets sont-il à vous jeune homme ? »

Cloud observa il n'aimait pas vraiment le milicien, mais préférait ne rien dire pour ne pas dégrader les choses, il espérait bien que cela soit au patient de son père l'épée était trop belle pour être à un con de ce village et le sac de bonne qualité pour être à quelqu'un d'autre qu'à ce jeune homme aux cheveux violet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Mer 09 Jan 2013, 01:27

Solaufein resta attentif aux faits et gestes de Cloud. Malgré sa fatigue, qui commençait à pointer son nez, il essayait de se concentrer. Cloud prit le temps de réfléchir… C’était tout naturel : Un étranger se retrouve dans sa maison, blessé, et sait déjà beaucoup de choses sur son passé (son père y était pour quelque chose d’ailleurs). De plus, ce même étranger dit être issu d’une famille, non inconnue à son père semblait-il… Une famille qui pourrait l’aider. Solaufein espérait avoir eu raison en proposant, il souhaitait vraiment lui apporter un soutien, pour punir son montre de frère.

A cette pensée, le jeune elfe tressaillit d’horreur… Peu habitué à voir le mal au sein d’une famille, il avait du mal à comprendre le comportement de Deldùwath. Évidemment qu’il avait connu des hauts et des bas avec ses proches, mais… Jamais de telles immondices c’était produit au domaine des Ingwé.
« Je vois, un procès ? Je ne savais pas que c'était possible ce genre de choses ici... Je te fais confiance ce qui aide à me convaincre c'est la confiance que porte mon père sur ta famille. Mais je reste méfiant quand même, ce n'ai-pas tous les jours que quelqu'un veulent bien m'aider. »

Solaufein sortit de ses pensées et analysa ces paroles. Il avait bien cerné Cloud en pensant qu’il n’avait pas l’habitude qu’un étranger lui accorde autant d’attention. Le jeune elfe sourit, un beau sourire compréhensif, voulant apaiser l’âme troublé du blond.
- Tu peux me faire confiance, Cloud.
« Vas-y doucement sur la cheville hein, ce n'est pas parce que tu peux re-bouger le pied qu'il faut que tu forces, mais pour le coup tu garderas une seule béquille. »
« Okay, de toute façon on ne va pas courir pour retourner là-bas... »
« Oh je me méfie avec toi, Cloud... »

L’amour père/fils, c’était toujours beau à voir, pensa ironiquement le violet, avec un sourire amusé. Cloud sortit de la pièce, s’excusant auprès d’eux. Solaufein retomba dans ses pensées. Là où il s’était plus ou moins arrêter, en pensant au frère de Cloud…
Comment pouvait-on être… Comme ça ?
Solaufein n’avait jamais connu ça. Même s’il avait des mésententes avec Rundel ou Fenaro, ils étaient toujours soudés. Disons plutôt qu’avec Rundel, on peut passer outre car son fort caractère lui faisait faire des dires et gestes brusques mais pas méchants au fond. Il avait toujours des mots doux en réserves… Un amour fraternel un peu vache, vous voyez ?
Mais Fenaro, c’était une toute autre histoire…



Des souvenirs. Encore un souvenir…
Que dire sur Fenaro autre qu’il est toujours assoiffé de savoir. Apprendre est un travail à temps plein. Il reçut la même éducation que tout le monde. Mais il ne s’arrêta pas là et décida de devenir scribe ainsi que gérant de la grande bibliothèque du manoir Ingwé. Il est excentrique, impulsif et un peu trop sur lui. Mais il est également attentif et désireux de protéger sa famille. Cela ne fut pas toujours le cas… Même si Fenaro ne lui avait jamais fait autant de mal que Deldùwath sur Cloud. Mais…

Durant leurs enfances…
A trois, ou quatre ans, Solaufein était déjà fragile et pouvait aisément de faire mal. Mais à cette âge, il voulait jouer, s’amuser, et courrait partout, derrière ses frères. A ce moment là, Fenaro avait une dizaine d’années et était déjà fort intelligent. Il était capable de créer des cartes détaillées de Rosyel à la main, avec des mesures et des tracés techniques, rien qu’en lisant les descriptions bien fourni de l’île dans les livres. Un garçon réservé mais qui aux nombreuses ressources. Il avait également souffert de la disparition de leur mère, Agëlle. Et le fait que tous ses frères et sœurs portaient leurs attentions sur Solaufein en le surprotégeant le rendit terriblement jaloux.
Cela le poussa à faire des bêtises et un jour… alors que l’enfant aux cheveux violets marchait près des escaliers à sa recherche… le petit Fenaro lui avoua sa rancœur, lui disant qu’il le détestait car il avait toute l’attention et que lui était seul. Malgré que le petit lui dise le contraire, Fenaro le poussa, sans contrôler sa force, sans savoir que les marches n’étaient pas loin, sans vraiment se rendre compte de son acte… Solaufein se souvient de la sensation du vide dans son dos, de la chute, et de la douleur qui traversa son épaule, la première à toucher le sol. Il se souvient avoir crié avec beaucoup de souffrance, pendant peu de temps, car son esprit se brouilla… Sa vision également…
Il sentit des mains, il percevait des mèches blondes et un visage paniqué, avec des yeux verts remplis de larmes.
- Féna…, s’entendit-il murmurer…

Que c’était-il passé ?


Solaufein avait peu de souvenir de la suite. On le soigna et remit son épaule déboîtée en place. Fenaro fut punis par leur père, ce qui lui servit de leçon. Il vint plus tard lui demander pardon, se rendant compte de ce qu’il avait fait et qu’il n’avait pas voulu ça. Et depuis cet accident, il prit à son tour soin de son petit frère, le surprotégeant certes, mais également lui apporter tous son savoir, tous ses acquis, l’aidant à comprendre et apprendre. Solaufein sourit en se souvenant que Fenaro fut la première oreille à écouter ses débuts de flûte, qu’il avait lui-même montré comment lire les partitions. Et la deuxième personne a l’avoir entendu… Fut…



Le jeune elfe sortit de ses souvenirs lorsqu’il eut Astaldo dans son champ de vision. En le regardant, il se souvint désormais l’avoir déjà rencontré une fois… Peut-être plusieurs fois même, durant son enfance. Une musique, un air simple qu’il avait appris avec Fenaro, avait été jouée devant une autre personne.
Est-ce que se serait lui ?
« Tu avais quelque chose avant de te faire attaquer par les loups ? »

Solaufein le regarda sans comprendre. Il mit du temps avant de répondre.
- Ah oui ! J’avais un sac avec des affaires, ainsi qu’une épée.

Et comme dans ce monde, tous est magique… Enfin non pas vraiment, tout dépendait de… Bref.
Un milicien entra et présenta un sac, ainsi qu’une arme qui ressemblait fortement à l’armoirie de sa famille.
« J'ai trouvé ce sac et cette épée, ces objets sont-il à vous jeune homme ? »
- Oui ! Merci beaucoup de vous êtes donné tout ce mal.

Le milicien sourit un peu, déposa les affaires et sortit de la maison, sans trop rien dire de plus. Solaufein prit le sac et regarda à l’intérieur. Tout y était, rien ne manquait, et il sortit avec soulagement la flûte faite main.
Elle n’est pas abîmée, j’ai eu si peur de la perdre pour de bon.

Il joua un morceau. Il refit exactement les mêmes notes que la musique dont il s’était souvenu. Et s’il ne s’était pas trompé, peut-être qu’Astaldo s’en souviendrait. La mélodie retentit dans la cabane de Cloud pendant cinq minutes, un air enchanteur, dansant, puis qui se termina sur des notes paisibles. Solaufein s’arrêta, se frottant un peu les yeux, fatigué.
- Excusez-moi, je crois que j’ai besoin de me reposer…

Sur ces mots, il déposa sa flûte dans le sac et se recoucha sur le lit. Ils pourront partir une fois que l’elfe aura récupéré des forces. Le domaine n’était pas très loin, mais la forêt dangereuse pourrait leur réservée d’autres mauvaises surprises. Ils devaient se reposer.
De plus en plus fatigué, le regard de Solaufein se perdit un peu sur le détail du plafond en bois planchée, puis sur Astaldo, ce mystérieux elfe qui semblait si bien connaître sa famille… Et enfin, sa vision se posa sur… Cloud… Ses yeux se fermèrent sur ce visage froid… Ces yeux profonds… Comme l’océan.


Dernière édition par Solaufein Ingwé le Mar 02 Avr 2013, 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 109

MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Mer 20 Fév 2013, 22:01

Cloud et son père discutaient, observant leur invité qui semblait perdu dans ses pensées, enfin bon, ils étaient tous les deux hors de danger. Astaldo fit des soins supplémentaires sur la cheville de son fils pour qu’elle guérisse plus vite. Ensuite, le garde rendit les affaires de Sola à son propriétaire. Celui-ci semblait fort heureux de tout retrouver surement parce qu’il devait contenir des trucs importants pour le patient de son père. Le garde sortit enfin de la maison et Cloud pu soupirer pleinement. Le jeune elfe n’aimait pas vraiment les gardes du village, peut-être parce qu’ils ne l’aidaient pas quand il en avait besoin. Il vit ensuite Sola jouer de la musique puis son père eut un sourire en entendant la mélodie jouer par le p’tit. Astaldo revient près d’eux et sourit à Solaufein. Il le trouvait aussi doué que sa défunte mère… Paix à son âme pensa le médecin. Astal, se perdant aussi dans ses souvenirs très lointain, se fit secouer par Cloud pour en sortir. Il lui grogna dessus et soupira. Les deux elfes laissèrent Solaufein se reposer, sortant de la chambre refermant la porte derrière eux, et reprirent une discussion plutôt calme et sur un ton assez bas.

-Tu avais l’air de connaitre cette musique…

- Oui, j’ai connu ses parents, sa défunte mère la jouait à ses enfants. C’était magnifique à voir et à écouter, Solaufein semble avoir hérité du don de sa mère pour la musique. C’est une excellente chose !

- Tu peux m’en parler un peu ?

- Bien sur mon grand ! Dit-il en souriant.

Astaldo commença son récit en expliquant bien qu’il était originaire du domaine Ingwé, qu’il était le meilleur ami d’Anatar, qu’il avait sauvé la vie de celui-ci –contre sa volonté- et qu’il avait dû partir pour ses études de médecine. Mais qu’il trouvait toujours un moyen d’être présent à chacune des naissances des p’tits bouts de son ami. Et qu’il savait bien mentir à Tinúviel sur ses voyages au domaine. Il expliqua aussi qu’il y était allé pour la naissance de Solaufein, et qu’il avait réussi à sortir son meilleur ami d’une déprime mortelle. Enfin bon, il dit aussi qu’il aurait préféré participer même en tant que médecin à la bataille contre les pirates, pour au moins essayer de sauver tous les Ingwé et autres elfes participant. Cloud écoutait attentivement son père avec attention, servant des verres d’eaux à son père et buvaient les siens.

~ Une semaine plus tard… ~

Cloud allait déjà beaucoup mieux. Il regarda l’état de Solaufein, qui semblait s’être bien remis de ses blessures. Astaldo était partis chercher du thé chez un ami pour leur en servir au petit déjeuner. Cloud passait les nuits sur le petit canapé dans sa pièce principale pendant que le patient dormait tranquillement dans la chambre. Le jeune blond se réveilla doucement, et se leva pour continuer à faire un peu de ménage avec un air assez triste quand il ramassait les dernières feuilles de thé trainant par terre. Au bout d’une heure et demi, le médecin revint avec des plantes médicinales, des médicaments, et avec le p’tit déjeuné aussi. Il prépara tout ce qu’il fallait souriant à Cloud.

-Bien dormit vous deux ?

-Moi oui ça va ma cheville semble aller beaucoup mieux !

-Bien ça ! Et Solaufein ?

- Je ne suis pas encore aller voir s’il s’était réveillé, j’y vais.

-Bien le petit déjeuné sera bientôt prêt.

-Okay.

Cloud partit voir si Solaufein allait bien. Il le voyait encore en train de dormir et hésita à le réveiller, puis finalement le secoua doucement pour le réveiller pendant que son père préparait soigneusement le petit déjeuné.

-Solaufein ? Le petit déjeuné sera bientôt prêt.

Il parlait doucement pour pas lui faire peur et retourna dans la pièce d’à côté s’asseyant sur un tabouret et attendait son petit déjeuné. Le jour s’était déjà bien levé, Cloud avait tellement bien dormit qu’il ne c’était pas réveillé avec la lumière du jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar



MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Mar 02 Avr 2013, 17:01

Solaufein avait bien récupéré durant cette semaine. Il se sentait rétabli, encore un peu hésitant dans ses mouvements. Il prit le temps de se remettre, car non seulement traverser la forêt n'était pas de tout repos, mais c'était le retour au domaine qui risquait de lui prendre beaucoup d'énergie.
Il voyait déjà sa soeur s'affolait et l'engueulait parce qu'il n'avait pas fait assez attention. Et son grand frère lui dire : "Les pots de fleurs n'ont pas une grande espérance de vie en terre hostile"
Tsss... Rundel...

Mais il ne perdit pas espoir, son rétablissement se fit. Il prit l'habitude au bout d'un moment d'aider Cloud à faire le ménage dans la cuisine. Le frère du blond avait fait une sacré pagaille mais rien était irréparable. Solaufein tentait de discuter un peu avec Cloud sur le sujet de son frère, mais en vain. Cloud ne disait rien de plus que ce qu'il savait déjà. Il sentait qu'il avait mal, mais comment pouvait-il faire pour l'aider s'il ne s'ouvrait pas à lui ? Il n'allait pas le forcer à se confier... S'il le faisait il se sentirait mieux cependant.
C'était un conseil que Solaufein ne pratiquait qu'à peine après tout. Il avait également beaucoup de mal à se confier également depuis son retour de la guerre. Il s'isolait, se refermant sur lui-même, évitant absolument d'aborder ce sujet douloureux...

Avec le temps, peut-être qu'ils finiront par se faire confiance...

L'aube avait pointé son nez depuis plusieurs heures, que le jeune elfe aux cheveux violets ne broncha pas, dormant paisiblement. C'était rare qu'il se réveille en même temps que les premières lueurs, très matinal d'habitude. C'était encore plus rare qu'il se lève après...
La lumière pétillante et lumineuse réchauffa son visage sans le réveiller. Ses cheveux violet foncés prirent quelques tintes bleutés, très légèrement. Quel étrange bonhomme que voilà, que la nature a voulu ainsi : différent et fragile.

Mais le sommeil ne dura pas plus de temps, car une main se posa sur son épaule et le secoua légèrement.
- Hmmm...

Il fronça les sourcils et ouvrit lentement les yeux, sortant de sa torpeur... Il analysa doucement ce qui se passait, et n'avait que dans son champ de vision un Cloud en contre jour, ses mèches rebelles illuminés par la lumière ambiante de la pièce. Les yeux de l'elfe s'agrandirent alors qu'il se rendait compte de l'heure. Il regarda la fenêtre de la petite chambre, et fut éblouit par les rayons.
- Ouah, dit-il en plissant les yeux et mettant une main dans a trajectoire. Belle journée on dirait.

Il se mit assis, se réveillant. Il posa ses yeux dorés sur le blond et lui sourit.
- Bonjour, et merci de m'avoir réveillé. Je n'ai que trop dormit, je suppose qu'il est déjà tard.

Il entendit du mouvement dans la cuisine, comme une personne qui préparait un plat. Le ventre de l'elfe se mit à grogner, se plaignant de la famine.
- J'arrive, dit-il avec un sourire gêné.

Il se leva et se lava un peu avant de s'habiller. Il entra ensuite dans la cuisine, saluant respectueusement Astaldo et s'assit près d'eux. Il remercia ses hôtes avec beaucoup de politesse avant de commencer à manger un peu. Il n'avait jamais eu un gros appétit malgré les plaintes de son ventre. C'était une sale manie. Mais l'heure les prenait de vitesse, et le chemin encore long à faire.
- Astaldo... Je pense que nous partirons dans les heures qui suivent. Je sais que c'est un peu précipité et que je viens à peine de me remettre de mes blessures, et Cloud également. Mais j'ai peur que le temps nous manque... J'aimerais arriver au domaine rapidement afin de trouver mon frère. J'espère qu'il sera au domaine à ce moment là, sinon je ne sais pas comment nous procéderons au jugement. Cela me paraît déjà assez compliqué comme ça, mais sans le chef de famille cela sera davantage plus compliqué...

Il fit une pause pour manger un bout et reprit...
- Je ne sais pas si le domaine a déjà procédé à ce genre de justice. Mais je promets que nous tenterons de trouver des réponses et des solutions pour aider Cloud, et punir comme il se doit son frère.

Il se tourna vers Cloud.
- Je te les promis, je le pensais vraiment. Alors accompagnes-moi jusqu'au domaine Ingwé, dès ce midi.

Dans très peu de temps donc, d'après l'élévation du soleil, qui faisait son ascention dans le ciel qui ne comportait aucun nuage à l'horizon. Une bien belle journée pour de biens tristes choses à faire, pensait le jeune musicien.
Revenir en haut Aller en bas
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 109

MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   Sam 15 Juin 2013, 02:53

Astaldo sourit, et regardait son fils puis Sola. Il l’avait écouté doucement, et répondit calmement, tout en surveillent les réactions de son propre fils.
 
« Oui même moi, je vous aurez conseillez de partir le plutôt possible, mais s’il vous plait faite gaffe, même en journée vous pouvez vous faire attaquer. Cloud, prend ton arc & des flèches ça vous sera utile, ah et Sola, j’aurais un truc à te demander de dire à ton frère Anàrion… »
 
Il se leva et prit un bout de papier et écrivis une note à l’attention du chef de famille qu’il mit dans une petite enveloppe avec marquer dessus « pour Anàrion ». Puis la donne à Sola.
 
« Comme vous arriverez en premier, et que ça concerne ton frère & ma petite famille au domaine, tu pourrais lui donner cela pour moi, s’il te plait ? »
 
Il lui souriait gentiment pensant à l’idée de retrouver Earwen et Elenwë… De voir son fils être enfin heureux, avec sa sœur, et son ami et surtout qu’il se sociabilise enfin.
Astaldo laissa les garçons manger, sortant de la cabane. Il avait quelque chose à faire avant de partir définitivement…
 ~ ~ ~ 
Astaldo n’avait pas vraiment dormi de la nuit. Il était sorti discuter avec son ami Celeborn, pour son futur déménagement disant qu’il rentrait enfin là où il aurait dû revenir vivre après tant d’année… Il y retourna, pour dire à son ami que son fils allait partir avec Solaufein, et qu’il les suivrait dans la journée. Il sortit tard dans la matinée de chez l’herboriste et croisa Tinúviel…. Elle avait l’air fâché et profondément attristé, ce qui ravit le médecin. Il s’arrêta et lui fit face.

« Mon père est mort, t’es surement heureux de n’avoir pas soulagé ce pauvre homme ! »
 
« Très, très heureux ma chère, j’espère sincèrement qu'il a horriblement souffert avant de crever comme la merde de troll qu’il était. »
 
« Espèce de…. Va crever ! »
 
« Et ça veut AUSSI dire, que le contrat qui me retenait ici, prend fin. Je suis donc libre de toi et de ton fils de merde. Je peux donc retourner vivre au Domaine où j’ai vécus toute ma vie avant de finir dans s’trou à connard. »
 
« ….On est marié ! »
 
« Non, pas vraiment marié je te signal. Y a jamais eu de cérémonie ni rien d’officiel, juste ce satané de contrat de merde que mon « adorable » père a signé dans mon dos, me forçant à vivre cette vie au côté de la pire grognasse elfe qui existe. »
 
Tinúviel outrée et extrêmement en colère gifla & griffa violement la joue droite d’Astaldo, celui-ci ne répondit rien, à part un magnifique sourire magnifiquement satisfait et avec une once de sadisme. Il la laissa rentré chez elle en râlant et lui alla retourner chez son vrai fils : Cloud. Il arriva et vit son fils préparé à manger donc il se disait qu’il devait être aux alentours de midi. Il alla voir si Sola allait bien laissant le petit nuage préparé le repas pour le patient. Puis le salua aussi et le laissa s’assoir pour manger tranquillement. Le médecin prit la parole.

«   tu es peut être pas au courant mais… Es-que la maison que je possède au domaine Ingwé est toujours à moi ? Enfin je veux dire… Que quand j’quitterais ce trou à merde de troll, je compte me réinstaller avec ma vraie famille, et m’occuper d’enseigner la médecine aux jeunes elfes du domaine, tout en continuant d’enseigner à Any ! »
 
« Ralalala, de tous les élèves que tu as eu, tu parles que d’elle et en bien…. Elle doit vraiment être sympa cette fille pour que tu l’adores à ce point… »
 
«  ? Oh, tu la verras ! Elle est A-DO-RA-BLE ! Une vraie peluche ! »
 
« …..Si tu le dit. »
 
Le jeune blond n’était pas très convaincu, ayant surtout l’impression que son père adorait plus cette Anéya à sa propre fille, qui était sa petite sœur. Mais le médecin lui fit vite oublier ce doute.

« Toi, Elenwë et Earwen, êtes mes premiers amours et je vous remplacerais jamais. Je compte bien nous donner la chance d’être enfin réuni, et de vivre comme une vraie famille, tous ensembles au domaine Ingwé. Je ferais aussi déménager tes effets ici pour les emmener dans ma maison au domaine, d’accord ? »
 
« Oh…. Okay je te fais confiance alors. »
 
« Oh ne t’inquiète pas, si son frère -Anàrion c’est ça ? Brave petit ! Oh heu…- suis le chemin d’Anatar & de son grand père il trouvera forcément une solution adapté et vous pourrez faire le procès. Juste que faut pas vous étonner si Tinúviel fait un scandale et qu’elle rameute ses amis d’ici pour venir gueuler au domaine… M’enfin, tu lâches Earwen avec une masse à deux mains sur eux et c’est réglé en deux ou trois heures ! »
 
« Lâche aussi ma p’tite sœur avec une épée à deux mains et c’est réglé plus vite aussi. »
 
« Bon, je verrais plus tard pour essayer de trouver un homme digne de ce nom à ta sœur. Et toi une femme ! Pourquoi pas Any ? »
 
« Arrête avec ça…. On trouvera quand nous trouverons, point, pas besoin que tu nous pousse… » 
 
« Roh …. Toujours aussi asociale, je pensais que tu voudrais aussi fonder ta famille et tout… »
 
« Quand je l’aurais décidé, pas quand TOI tu le décide. C’est ma vie quand même. »
 
Les deux Fëanturi se regardèrent avec un air de défis. Puis ils finirent tous les trois de manger et Cloud fit son sac, prit son arc, ses flèches et attend Sola devant la porte arrière de sa maison qui était dans la chambre.

« On part par derrière. Pas envie de croiser les gens du village … »
 
Il vit son « ami » arriver avec ses affaires, et les deux partent en directions du domaine. Le jeune blond avait son arc en main et était attentif au bruit de la forêt, même en pleine journée il pouvait se faire attaquer par des loups. Il essayait de rester calme, et se disait qu’il devait changer son arc. Un bel arc en bois de chêne avec de jolis ornements elfique dessus, c’était son rêve… Mais ça devait coûter très cher, du coup, il garde son arc qui était efficace mais qu’il trouvait un peu vieux quand même….  Plus la journée passait plus il était inquiet et s’arrête net en entendant une flèche siffler pas loin d’eux. Il s’arrête et fait arrêter Sola, préparant son arc pour riposter. Une jeune elfe, blonde, tenue de chasse bleu ciel et bleu océan surgit et hurle en voyant Cloud.

« GRAND-FREEEEEEERRRREEE !!!! »
 
Le jeune concerné sursauta et sourit à sa petite sœur qui lui fonce dessus.

« Tu ne devrais pas sortir comme ça ce n’est pas raisonnable …. »
 
« Beuh…. Faut bien que je participe un peu aux partis de chasses j’ai le droit de faire ça !»
 
« Okay…. Tu connais Solaufein Ingwé je suppose ? »
 
«Hum… Oui, mais j’le connais autant que le reste de sa famille : Très peu donc… A part Anàrion et Eran, vue qu’ils prennent des nouvelles et donnent quelques autorisations pour réguler nos sorties du domaine avec maman, sinon ben… Je n’ai pas trop fait connaissance avec les autres ! Mais je regarde souvent Rundel entrainer les recrus mais je me fais discrète tu vois… »
 
« ………Tsss, Tsss bon reste avec nous, on allait au domaine. »
 
« Pour y faire quoi ? »
 
« Je t’explique en chemin. »
 
« Okay ! »
 
La jeune Elenwë alla quand même ramasser le cerf qu’elle avait tué et le porte dans ses bras. Puis Cloud lui résume assez bien ce qui les amenait au domaine Ingwé. Sa sœur sourit, et approuva l’idée de faire juger ce monstre. Cloud insista sur le fait qu’elle et leur mère devait rester dans la maison Fëanturi, durant le procès pour éviter que les deux autres les voient, surtout Deldùwath…. Il avait même peur pour la petite Any, de ce qu’il savait sur elle si Deldù mettait la patte sur la « peluche » de la famille, mais il doute qu’avec le nombre de frère qu’elle a que son demi frère survive à une éventuelle attaque qu’il pourrait porté sur un Ingwé. Après avoir retrouvé les autres chasseurs du domaine, ils arrivent enfin après quatre heures de marche aux portes du domaine. Cloud fut un peu intimidé par la taille des remparts, et vit qu’à l’intérieur c’était magnifique. Maisons typiquement traditionnelles elfiques. Bien espacées et pourtant tellement proche des unes des autres mais en gardant quand même une petite distance pour pas coller toutes les maisons en ensemble, et en face d’eux, le manoir Ingwé plutôt de taille normal, ni trop petit, ni trop grand c’était bien. Sur la droite une assez grande hutte toute seule. Ely lui dit que c’était la hutte d’Anéya, la doctoresse du domaine. Le jeune archer trouvait ça un peu petit quand même pour recevoir les patients m’enfin bon…. Il vit Ely lui faire la bise et rentré chez elle avec son cerf dans les bras. Puis il vit une elfe plutôt mignonne foncer sur Sola. Il en déduit que ça devait être Anéya, sa sœur. Il restait un peu à l’écart n’étant pas habitué à être en contact avec autant de monde et surtout : des jeunes elfes d’à peu près son âge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un départ chaotique pour un elfe, une rencontre fortuite pour un autre ~ [Cloud]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Ô mon amour c'est le jour parfait, pour ne rien faire ou pour crever.
» Qu'est ce qu'un an de plus pour un elfe Noir...
» Réflexions Pour Une Haïti Meilleure
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]
» Manuel-mode d'emploi en vue d'être président, pour les Nuls
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Rosyel :: Rosyel :: Forêt de Yelli-