AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Jeu 07 Juin 2012, 20:58

L'air frais du matin s'engouffre dans mes longs cheveux blonds. J'aime cette odeur de poissons, de sel marin et d'alcool que dégage l'immense port de Reilor. Je le connais comme ma poche et pourtant, la surprise s'est emparée de moi lorsque j'ai découvert il y a peu le nombre impressionant de nouveaux établissements. Je n'y ai pas du tout prêté attention la dernière fois que je suis venue ici, mais maintenant cela m'étonne. Quand aux autres fois, elles remontent à plusieurs mois lointains, bien avant que je n'entre dans l'équipage de Dante, équipage dont je n'ai pas de nouvelles depuis un certain temps. Il va falloir que je me renseigne un peu. Mais pas maintenant.

C'est amusant quand on y pense car j'ai la nette impression que chaque taverne que j'ai sacagée a été remplacée par une nouvelle. Par exemple, la taverne de la Fée Rigolote est devenue celle de la Licorne Argentée. Allez savoir pourquoi. Toujours est-il que je viens de sortir de cette taverne, sans l'avoir détruite, et que le patron a été dans l'incapacité de me renseigner sur la présence d'une certaine personne que je recherche. Peut-être que mon disparu n'est tout simplement pas passé à Reilor dans les vingt-huit années. Ou bien il se cache. Ou il est mort.

Mon coude gauche appuyé sur le genou du même côté, en position accroupie, j'observe le port. Les habitants inconscients s'activent tels des fourmis dans leurs occupations quotidiennes. Je ne connais personne et c'est tant mieux. La vie humaine est tellement éphémère. Une vie de plusieurs siècles n'est pas toute rose non plus.

Le soleil est levé depuis longtemps, je le regarde et ferme les yeux tout en soupirant de plaisir en sentant sa morsure de miel caresser ma peau. La mer n'est pas loin, j'entends clairement son chant dans mon esprit. Les murmures du Vent ne m'échappent pas non plus, ils sont porteurs de nouvelles banales qui ne m'intéressent pas plus que ça.

Ouvrant de nouveaux mes yeux azurs, je me redresse, dominant maintenant la rue de toute ma hauteur. L'ombre précise de ma silhouette fine aparait sur le sol, comme grandie, presque celle d'un géant.

"Tu me trouveras à l'endroit élevé où l'on peut apercevoir à la fois un soleil bleu et un soleil d'or".

Ce sont les dernières paroles qu'il m'a insufflé avant de disparaitre dans le tourbillon de pétales de cette fameuse journée d'été. Je m'en rappelle comme si c'était hier. C'était juste après la cérémonie de remise des diplômes, il avait obtenu le sien avec succès et étant le leader de l'Académie, j'avais été contrainte de faire un discours rapide, immédiatement suivi de celui du directeur. Celui que je cherche avait quitté le peloton des diplômés pour s'isoler. Je ne l'ai pas suivi. Il m'a rejoint sous ce grand chêne qui se trouve dans la grande cour de l'établissement. Il s'est assis à côté de moi, a prit mes mains et m'a embrassé pour la dernière fois. Puis il m'a expliqué la raison de son départ, pourquoi, malgré notre année d'écart, nous ne pouvions plus être ensemble et ce qu'il avait l'intention de faire. Le silence était comme un poids lourd ce jour-là. Puis il s'est levé et il est parti, comme ça, sans se retourner une seule fois.

Je ne l'ai plus jamais revu, mais je compte bien y remedier après bientôt trente ans de séparation. La dernière personne à m'avoir vu est Zeviehl, le fameux vampire avec lequel je me suis laissée aller à ces quelques plaisirs qui rendent la vie si intéressante et passionante. Cela fait exactement six jours que je l'ai quitté. Je me demande bien ce qu'il compte faire ensuite et où il va se rendre. Grâce à l'oiseau que je lui ai donné, il me contactera, s'il a un jour envie de le faire. Je le pourrais aussi, mais pas maintenant.

Surveillant les alentours du coin de l'oeil, je saute dans la rue avec agilité. Immédiatement, je me mêle à la foule. Je ne peux passer inaperçue avec mes oreilles d'elfe, mais au moins, je suis en mouvement. Et c'est ce qu'il me faut pour l'instant. Bouger, pour ne pas laisser les souvenirs douloureux remonter à la surface de mon coeur, uniquement les bons souvenirs, ceux qui apportent la joie.

Bon, il faut maintenant choisir la prochaine taverne à visiter, choisissons donc au hasard. Je devrais réussir à en voir une bonne vingtaine dans la journée, si je me dépêche. Tournant à gauche, puis plusieurs fois à droite, j'arrive devant un établissement nouveau que je ne connais pas.

Au chat en boite, spécial comme nom pour une taverne. Intriguée, je pousse la porte d'entrée.

Il n'y a pas personne, c'est normal, le soleil vient à peine de se lever. J'en profite pour m'assoir au comptoir. J'attends que quelqu'un arrive.

- Trois bouteilles de rhum, s'il-vous-plait. Pour commencer.

Je sors quelques pièces d'or de ma poche et les dépose doucement sur le comptoir astiqué.

- Dites-moi, pourrais-je parler au patron ? J'ai quelques questions à lui poser sur une certaine personne que je recherche.

J'esquisse un petit sourire en coin et dépose mon sac et un paquet enroulé dans une couverture au pied de la chaise haute sur laquelle je suis assise. Vu mon discours et mes actes, les gens pourraient croirent que je suis un mercenaire, un assassin ou encore un voleur. Je ne suis aucun de ces trois-là, mais ça, personne ne le sais encore.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Démon*

avatar

*Démon*

Nombre de messages : 798
Localisation : vers une nouvelle aube, quelque part au delà des apparences
Métier/Fonction : pianiste démoniaque

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Dim 24 Juin 2012, 19:29

Debout devant la plus haute fenêtre de la plus haute tour, je contemplais, pensive, l’étendu de la ville, ma ville, dans les rues de laquelle grouillaient mes sujets, mes adorateurs, mes serviteurs adorés. Tous, quand leur regard accrochait mon superbe donjon, éprouvaient peur, respect et espoir, et le sublime fumet de ces émotions chatouillait mes sens, coulait sur ma peau comme une eau délicieuse. C’était ce que j’avais toujours désiré, la concrétisation de mon souhait le plus profond, le Rêve suprême que je n’étais pourtant pas supposée pouvoir avoir. Même le ciel s’inclinait devant ma supériorité infernale, se teintant d’ocre et de ténèbres parfaites, et coulait comme du cuivre liquide jusqu’à se fondre dans l’étendue scintillante de la mer, en contrebas.
D’ingénieux appareils dispersés dans toute la cité retransmettaient en permanence des concertos de ma composition, et, visible de mes yeux seuls, des fumées multicolores de sentiments, de force, de vie, s’entremêlaient dans les airs, ajoutant une touche féerique au tableau.
Je soupirais d’aise, ravie de voir le monde m’accueillir enfin comme je le méritais, et me retournai, dans une envolée de cheveux multicolores. Ael m’attendait là, tout près de la porte, magnifique et parfaitement démoniaque, deux longues cornes noires s’enroulant délicatement en partant de ses tempes, ses yeux d’or revenus et son sourire d’ange nonchalant faisant frémir le cœur que je n’avais pas. Souriante, heureuse, je me précipitai vers lui, et il me réceptionna non sans étonnement.

*

Un raclement de gorge me ramena dans le monde réel, et je me retrouvais sans trop savoir pourquoi pendue au coup de Nox, mon associé. Celui-ci arborait un air assez gêné, et je m’imaginais non sans amusement la scène : moi, sous la forme d’Ael, enlaçant comme une jouvencelle en détresse le cou large d’un barman à la carrure impressionnante et à la mine patibulaire digne d’un ours tiré de sa sieste.


Bonjour Nox, susurrais-je en plissant les yeux d’un air charmeur. Tu as encore oublié de frapper à la porte avant d’entrer. Je t’avais dit que tu finirais par le regretter, vilain chenapan.

Le pauvre, ahuri, bégaya quelques excuses d’une manière qui aurait pu être plus amusante s’il n’avait été habitué à mon caractère, mais on fait avec ce que l’on a, hu. Je m’éloignais de lui et terminais d’enfiler ma tenue, une chemise blanche un peu ample surmonté d’un gilet marron sans manche. Il était encore tôt, le ménage était terminé depuis une bonne heure et on n’attendait pas les premiers clients avant au moins deux heures, à part peut-être quelques lèves-tôt, mais ceux-ci nous préféraient souvent les tavernes à l’ambiance plus agitée du port en lui-même.

Qu’est ce qui t’amène ?

Nox se racla de nouveau la gorge, dans une tentative plus ou moins fructueuse pour retrouver contenance, puis répondit, pendant que je boutonnais mon gilet.

Hem, une elfe vient d’arriver. Elle te demande.

Et tu l’as pas envoyée promener ?

Elle a commandé trois bouteilles de rhum.

Oh. Certes. Je suis sure que, combiné au physique de son genre, ça a du taper dans ton œil de gentleman, hu. Ne ment pas, j’ai vu comment tu fixais Nareil.

Nox me fixa d’un air plutôt blasé, et je lui répondis d’une grimace. Sa voix était un peu énervée lorsqu’il reprit.

Tu veux pas descendre la voir ?

Si, bien sûr. J’adore les elfes. Ce sont des créatures délicieusement surprenantes.

Je passais devant Nox avec un petit sourire accroché aux lèvres, le laissant fermer la marche, et dévalais les escaliers des deux étages de la taverne. J’occupais l’une des quatre chambres du dernier étage, les plus confortables à mon gout. Le premier étage était quant à lui réservé aux clients, avec sa dizaine de chambres, les plus propres et mieux aménagées du port, sans aucun doute. Pour l’heure, elles étaient pour la plupart inoccupées, mais j’envisageais déjà quelques travaux d’agrandissement dans les années à venir, pour accueillir le monde qui ne manquerait pas de se presser à nos portes, attiré par le luxe et mon aura irrésistible.
Je n’avais pas menti, quand j’avais dit adorer les elfes. Ces créatures étaient simplement… eh bien, au risque de me répéter, surprenantes. Les légendes et les on-dit les décrivaient comme des êtres fiers, de redoutables combattants fortement liés à la nature, sains, ayant un mode de vie très particulier et ne supportant pour la plupart ni l’alcool ni la viande… Or, Nareil, qui était un elfe, jusqu’à preuve du contraire, avait un penchant affolant pour les viandes en tout genre, et ne crachait pas sur une pinte de bière ou de rhum, et voilà qu’une autre représentante de cette race se présentait chez moi à une heure matinale pour demander trois (rien que ça) bouteilles de rhum. Oui, vraiment, je les adorais.
Je déboulais dans la grande salle, vide à cette heure, comme je m’y attendais. Le soleil illuminait la pièce, caressant de ses trop doux rayons le parquet ciré et les tables de bois massif, ondoyant jusqu’à l’estrade, effleurant mon piano, accrochant la chevelure d’or de la seule personne présente, assise au bar…
L’elfe. Avec ses trois bouteilles, surement apportées par Nareil. Je me demandais ce qu’il avait dû penser en voyant débarquer une autre représentante de son espèce. Surement rien. Enfin, rien d’innovant. Je laissais Nox retourner en cuisine pour contourner le bar et me présenter à la demoiselle.

Il parait que vous me cherchez ?

Je m’assis pour lui faire face, la mine enjouée. Ce coup-ci, j’étais presque certaine que c’était une femme. Presque. Elle était vêtue comme une voyageuse, dans un style efficace que j’appréciais assez. Elle devait surement venir d’arriver en ville. Je louchais sur ses bouteilles, déjà bien entamées, et me servis un verre de lait, nettement plus diététique bien que moins classe, il fallait l’avouer.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Lun 25 Juin 2012, 20:02

Une bouteille de rhum fut vidée avant que celui que j'attends n'arrive. Je l'entends descendre rapidement les marches de l'escalier. Il ou elle s'approche doucement et s'assoit à côté de moi.

- Il parait que vous me cherchez ?

Je vide la deuxième bouteille tandis que l'homme qui vient de parler se sert un verre de lait. Il y a quelque chose d'étrange chez cette personne, mais je ne saurais dire quoi exactement. Ce qui est sûr pourtant, c'est que son aura n'est pas banale !

Sans détourner le regard du doux liquide que je fais tourner dans le fond de la bouteille, je dis :

- Si vous êtes le propriétaire de cet établissement, alors oui, je vous cherchais. Je suis à la recherche d'une personne particulière et j'aimerais que vous répondiez en toute honneteté aux quelques petites questions que j'ai à vous poser.

J'ouvre la troisième bouteille de rhum et pose doucement le bouchon sur le bois du comptoir.

- Grand, environ une tête de plus que moi, c'est un elfe. Il a des cheveux blonds et de profonds yeux violets. Habituellement ses cheveux sont en bataille et moyennement longs. Auriez-vous vu quelqu'un ressemmblant à cette description ?

Je finis la troisième bouteille et la pose devant moi. Essuyant les quelques gouttes qui perlent à mes lèvres, j'ajoute :

- Car il faut absolument que je le retrouve. Peut importe le temps que cela me prendra, il faut que je le retrouve. Il est l'un des derniers maillons de la chaîne de mon passé et l'un des plus importants de celle de ma vie.

Je me tais ensuite, laissant le temps à mon interlocuteur de me répondre. Si ses mots ont un prix, je suis prête à le payer cher, pourvu que ce ne soient pas des mensonges. Et s'il refuse de me dévoiler quoi que ce soit, je connais d'excellents moyens de torture ou de manipulation. Je soupire. Je n'ai vraiment pas envie de les utiliser aujourd'hui, c'est une belle journée que je préfèrerais éviter de gâcher avec des jeux malsains.

- Avant de continuer cette charmante discussion, pourrais-je avoir une dizaine d'autres bouteilles rhum ? Je suis suffisamment échauffée maintenant.

Si la Luni d'il y a trente ans me verrais boire uniquement treize bouteilles de rhum, elle me ridiculiserait en public, elle qui était autrefois capable de s'enfiler dix-sept fois son poids en alcool...

- Rhum, alcool tant adoré des pirates, objets abondant et trésor des fêtes, toi qui transforme l'homme en la bête la plus féroce... J'ai dis l'homme, pas l'elfe...

Avec un large sourire, je regarde mon interlocuteur, attendant sa réaction comme un ours un gâteau au miel.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Démon*

avatar

*Démon*

Nombre de messages : 798
Localisation : vers une nouvelle aube, quelque part au delà des apparences
Métier/Fonction : pianiste démoniaque

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Ven 06 Juil 2012, 22:01

Je la regardais finir la seconde bouteille sans même paraitre affectée, comme si c’était de l’eau de source, ou du lait, ou du jus de fruit. J’aurais aimé que la moitié de mes clients aient sa descente, je serais devenue riche en un rien de temps, et j’aurais pu m’acheté un bâtiment bien plus grand, mieux placé, et argent aidant, acquérir enfin le rang qui me revenait de droit… Ou alors, faute de fournisseur, j’aurais fait faillite.
Ruminant mes désirs de grandeur, je l’écoutais parler. Elle avait une jolie voix, assurée, et les rasades d’alcool ponctuaient sa conversation avec le naturel de l’habitude. La salle vide conférait une sorte d’intimité, nouvelle pour moi, à la conversation, assez agréable à vrai dire.
Le problème était que je ne pouvais pas l’aider dans l’immédiat. Je ne connaissais que deux elfes : cette nouvelle venue, et mon tout nouveau employé, Nareil, qui de plus, d’après ce que j’avais compris, ne connaissait pas grand-chose à ses congénères. Je percevais pourtant le potentiel que représentait la situation : deux elfes, peut être trois si la chance me souriait, réunis en un seul endroit, en cette ville ennuyeuse à dominante humaine…
Je restais silencieuse jusqu’à ce que l’elfe ai fini sa troisième bouteille, réfléchissant à ses questions en fixant la table. Oui, bien sur, je pourrais retrouver cette personne… Mais cela me prendrait sans doute la journée entière, et j’avais une taverne à tenir. De plus, je n’y gagnais pas grand-chose, à part peut être le prix de ses consommations. Les elfes étaient ils donc tous aussi éloignés de la vision que les légendes en avaient ? Entre Nareil qui s’empiffrait sans compter et cette charmante demoiselle qui semblait avoir un gosier asséché depuis des mois, je me posais de sérieuses questions.
Je répondis enfin, reposant mon verre sur le bar. Le fond, encore humide, y laissa une auréole furtive, vite aspirée par le bois.


Je ne connais malheureusement personne répondant à cette description… Les elfes ne sont pourtant pas légion en ville, et la nouvelle de votre présence se déplace assez vite, vous savez, les rumeurs de ruelles, ces on-dit qui circulent et amplifient et déforment… Je ne l’ai donc jamais vu ici. Mais vous pourrez, si vous le désirez et si vous n’êtes pas trop pressée, attendre les nouvelles ici.

Je fis un signe de tête à Nox pour qu’il apporte les bouteilles. Alors qu’il filait vers la réserve, je débarrassais l’ « échauffement » de l’elfe.

En revanche….

Je me rassis devant l’elfe, cherchant à accrocher mon regard au sien.

En revanche, je pourrais connaitre quelques personnes qui pourraient être mieux informés que moi… Peut être.

Pour dire vrai, la moitié d’entre eux n’était pas de véritables « personnes », du moins pas au sens où on l’entend en général. Mais j’avais bon espoir de parvenir quand même à obtenir quelques informations de leur part.

Je pourrais peut être vous proposer un échange.

Ce n'était qu'un murmure, plus une réflexion qu'une proposition réelle, car j'étais plongée dans mes pensées. Un échange...

Oui, ça serait très intéressant. Les elfes m’étaient bien plus sympathiques que les humains, et quel tavernier de Reilor pouvait encore se targuer de n’avoir pour seuls employés que des créatures sylvestres ou, du moins, inhumaines ? Cela pourrait me faire une très bonne publicité, oui, et consolider ma réputation. Encore fallait il savoir jusqu’où pouvait aller cette elfe pour retrouver cette… personne.
Mais avant que je puisse lui poser la question, l’elfe repris la parole, sans doute impatiente de voir arriver sa dizaine de bouteilles. Bien sur, l’acompte qu’elle avait fourni à son arrivée suffisait à payer la moitié de sa consommation, mais Nox, avant de lui laisser la commande, attendit qu’elle daigne compléter la somme. Ce n’était peut être pas nécessaire, mais je ne pouvais pas me permettre d’inviter tous mes clients non plus.
Je laissais filtrer un petit rire de gorge avant de lui répondre.


Les pirates… les avez-vous connu, voyageuse ? Les histoires de la mer passionnent ceux qui sont condamnés à fouler la terre jusqu’à leur dernier souffle. Du reste, je pense que le rhum n’est qu’un révélateur, les hommes sont et restent des bêtes, l’alcool ne fait que lever le voile. Cependant, je pense pouvoir vous prouver que même ivre, je n’ai rien d’une bête. Peut être plus tard.

Bien sur, je ne comptais pas non plus vider autant de bouteilles qu’elle. Mais si elle me mettait au défit… Malheureusement, je ne pouvais me permettre de relever pour le moment, la journée s’annonçait à peine, et il me restait beaucoup à faire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Dim 08 Juil 2012, 17:41

- Je ne connais malheureusement personne répondant à cette description… Les elfes ne sont pourtant pas légion en ville, et la nouvelle de votre présence se déplace assez vite, vous savez, les rumeurs de ruelles, ces on-dit qui circulent et amplifient et déforment… Je ne l’ai donc jamais vu ici. Mais vous pourrez, si vous le désirez et si vous n’êtes pas trop pressée, attendre les nouvelles ici.

- Oui, les rumeurs je connais. Surtout quand c'est moi qui en est la source. Ou qui les provoque.

- En revanche… En revanche, je pourrais connaitre quelques personnes qui pourraient être mieux informés que moi… Peut être. Je pourrais peut être vous proposer un échange.

Les propos du tavernier devinrent soudain très intéressants. Sans que je puisse le contrôler, la pointe de mes oreilles se releva, indiquant que mon attention lui était acquise.

- Continuez.

- Les pirates… les avez-vous connu, voyageuse ? Les histoires de la mer passionnent ceux qui sont condamnés à fouler la terre jusqu’à leur dernier souffle. Du reste, je pense que le rhum n’est qu’un révélateur, les hommes sont et restent des bêtes, l’alcool ne fait que lever le voile. Cependant, je pense pouvoir vous prouver que même ivre, je n’ai rien d’une bête. Peut être plus tard.

J'explose de rire. Ignorant royalement la réaction de mon interrocuteur, je lui explique mon soudain changement d'humeur.

- Vous me demandez si j'ai connu les pirates ? Mais voyons mon mignon, j'en suis moi-même une ! Ma tenue aurait dût vous mettre sur la voie, même si vous n'êtes pas un adepte des embruns salés ! Vous voulez boire avec moi ? Désolée, c'est pourtant avec plaisir que j'aurais accepté votre invitation, mais je ne bois pas avec des amateurs. De plus, ma bourse se vide de plus en plus et je crains de devoir en laisser jusqu'à la couture chez vous. Mais dites-moi donc : je pourrais peut-être vous être utile.

Je fais une pause, puis continue :

- L'argent qui viens de filer est dû à un habile stratagème qui m'a permit de détrousser des bandits dans les montagnes de Pan Rei, il y a quelques années. Je ne vous dis pas le nombre de bijoux, courronnes, bagues, colliers en or et pierreries. Il ne me reste maintenant plus que quelques pièces et mon capitaine, Dante Bélial, ne répond pas à mes appels. J'étais censée rester que quelques semaines sur terre, mais ma petite escapade semble se prolonger. J'attendrai qu'il me contacte, jusque là, je ferai ce qui me semblera bon et j'irai où je voudrai aller. Si Dante a besoin de mes services, il m'appellera.

Bien entendu, j'avais caché mon inquiétude quant à l'absence de réponse de mon capitaine, mais je m'étais résolue. Retrouver les deux derniers membres de ma famille était le plus important pour le moment, mer ou pas mer.

- Je suis une guerrière rompue aux champs de batailles, aujourd'hui reconvertie en pirate qui sillonne les mers. Je pourrais être une infiltreuse, une voleuse, une serveuse, une chanteuse, oui j'ai une belle voix, une charmeuse et pourrais peut-être même aller plus loin si vos clients le désire... tout dépendra du prix. Mais je suis sûre que nous trouverons un terrain d'entente si vous m'embauchez.

Je regarde d'un air triste les bouteilles partir.

- Je ne suis pas très exigente. Une simple chambre avec une fenêtre, la possibilité de sa laver, salles de bain communes ou non je m'en fiche, avec au moins deux repas par jour et encore je peux me priver. M'entretenir ne vous coûtera pas beaucoup. Je pourrais divertir vos clients, au niveau de la teneur de boisson comme aux différents jeux, je réussirais sûrement même à en plumer certains. Par contre, je ne travaillerais pas en cuisines. Tout ce que vous voulez mais pas ça !

Ces lieux me rappellent trop un certain épisode que j'aimerais bien oublier. De plus, je cuisine très mal. Quant à la plonge, je sais faire d'autres choses beaucoup plus utiles que ça.

- Vous devez savoir aussi une chose si vous m'embauchez : autrefois, il y a une petite trentaine d'années, on me surnommait la bagarreuse de bars, ou la démoliseuse de taverne. J'espère pour vous et votre établissement que ma réputation d'antant de refera pas surface...

Je ne plaisantais qu'à moitié. Mais il était hors de question que je détruise la taverne de mon futur patron.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Démon*

avatar

*Démon*

Nombre de messages : 798
Localisation : vers une nouvelle aube, quelque part au delà des apparences
Métier/Fonction : pianiste démoniaque

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Mer 15 Aoû 2012, 01:28

Je sentis une étrange grimace à la limite du rictus étirer mes lèvres quand l’elfe me répondit. Mon mignon, hu. Certes, d’un point de vue parfaitement objectif, Ael était beau garçon, voire, oui, mignon. Mais dans la bouche de la femme blonde, ce surnom sonnait d’une façon qui ne me plaisait guère. Mon mignon. Vraiment. Comme on appelle un enfant, comme on reprend un adolescent naïf… Mon mignon. Non, je n’aimais pas ce nom. Ce ton condescendant ne rendait pas honneur à ma position de future reine.
Je pris une grande bouffée d’air. Même si c’était tentant, il ne fallait pas céder. Je n’agripperais pas le premier instrument de musique venu, je ne me repaîtrais pas de l’énergie délicieusement éternelle de l’elfe, je ne pervertirais pas son âme, qui au final devait déjà l’être assez, je ne tenterais pas de plonger son esprit brisé dans la plus délicieuse des folies… non. J’étais plus forte que ça.

Je repris totalement le contrôle de mes pensées à la fin de la proposition de l’elfe. Etre utile ? Oh, oui, elle pourrait certainement l’être. Après tout, si elle disait vrai, et d’après son effronterie et sa descente, je n’en doutais pas, elle avait été pirate, elle me serait d’une grande utilité. Maintenant, je préférais les employés capables de se défendre seuls. C’était plus économique, même si ça sous entendait des bagarres plus nombreuses.
Je la laissais parler, appréciant son histoire. J’imaginais difficilement ce qu’était qu’une vie nomade… Mes buts exigeaient une certaine sédentarisation, mais je me promis en l’écoutant de bientôt reprendre la route. Les pillages et les massacres me manquaient… Mais ce n’était pas l’heure. A L’évocation du nom de Dante, je relevais la tête. Ce nom me disait quelque chose. Comme une étrange familiarité. Mais je n’avais que très rarement rencontré de pirates, donc je ne devais pas le connaitre personnellement… Enfin, je crois.
J’écoutais d’une oreille distraite son histoire, ses aventures, ses arguments. Pouvais-je vraiment me permettre de la prendre à mon service, si elle trainait derrière elle une telle réputation ? Surement, au nom de mon orgueil. J’aimais les elfes, j’aimais l’exotisme de leur présence et les réactions des clients quand ils les voyaient. La présence de Nareïl attirait déjà les curieux, peut être qu’une deuxième elfe allait doubler mon chiffre d’affaire ! Peut-être. Mais en même temps, le nombre de bagarres et autres altercations avait doublé depuis son engagement.


*La taverne s’en est plutôt bien sortie, non ?*
*Il est vrai… Et puis, sa présence attire les hommes, et les habitués ont, pour la plupart, arrêté de réclamer des faveurs… c’est dommage, c’était amusant.*
*ça pourrait recommencer…*
*Je ne donne pas cher de la taverne…*
*Qu’importe, ils répareront. Et puis, tant que le Piano reste sauf…*
*Hm. Il faudrait d’ailleurs que je surveille l’avancée du Projet, sur l’humaine.*
*Plus tard, d’accord ?*


Je soupçonnais mon duel mental d’avoir été plutôt visible. Je m’immobilisais donc presque, avant de fixer l’elfe avec des yeux luisants. Elle voulait travailler pour moi ? Soit.

Tous les employés sont logés, blanchis et nourris. Je fournis le minimum vital, et si vous voulez plus, il faudra soit le payer soit le gagner. Bien sûr, les prix seront bridés. Si j’entends parler d’un elfe ressemblant à celui que vous recherchez… je vous en ferais part. Et de votre côté, vous pourrez vous renseigner. Vous pourriez participer au service, ou divertir les clients de la façon dont il vous plaira, tant que les pertes sont limitées. Les termes vous conviennent ils ? Dans ce cas, Nox vous montrera les chambres des employés. Elles sont au dernier étage, mais tranquilles, et plutôt agréables. La Taverne accueille toutes sortes de créatures. Les humains ne sont pas toujours en majorité, ici. S'ils ne se tiennent pas sage, j'autorise quelques débordements, mais sachez que les réparations sont en partie assumées par les responsables.

D'un signe de la tête, je désignais une trappe sur le sol, sous l'escalier.

Nous avons une manière bien à nous de nous débarrasser des indésirables, n'hésitez pas à vous en servir, le cas échéant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Ven 17 Aoû 2012, 15:39

- Tous les employés sont logés, blanchis et nourris. Je fournis le minimum vital, et si vous voulez plus, il faudra soit le payer soit le gagner. Bien sûr, les prix seront bridés. Si j’entends parler d’un elfe ressemblant à celui que vous recherchez… je vous en ferais part. Et de votre côté, vous pourrez vous renseigner. Vous pourriez participer au service, ou divertir les clients de la façon dont il vous plaira, tant que les pertes sont limitées. Les termes vous conviennent ils ? Dans ce cas, Nox vous montrera les chambres des employés. Elles sont au dernier étage, mais tranquilles, et plutôt agréables. La Taverne accueille toutes sortes de créatures. Les humains ne sont pas toujours en majorité, ici. S'ils ne se tiennent pas sage, j'autorise quelques débordements, mais sachez que les réparations sont en partie assumées par les responsables.

- Merci, je n'en attendais pas moins de votre part !

- Nous avons une manière bien à nous de nous débarrasser des indésirables, n'hésitez pas à vous en servir, le cas échéant.

- Dans ce cas, il faudra que vous me montrez ce fameuse méthode. Pour la durée de notre "contrat" disons pour le moment quatre semaines. Je ne sais pas si je resterai éternellement à Reilor, ce ne sera sûrement pas le cas, mais le mois qui vient, je n'ai rien de prévu. Et comme je vous l'ai dis, il me faut de l'argent pour voyager dans de bonnes conditions. Si travailler ici me convient, que vous avez encore besoin de moi et que ma soif d'aventure sera toujours bridée, je pense que nous pourrons prolonger le contrat. Maintenant si vous voulez bien m'excuser, je vais allez voir vos chambres.

Je me lève, prends mes affaires et m'approche du dénommé Nox. Il me fait penser à un gros nounours. Pas méchant, mais silencieux et efficace. Un futur allié peut-être ? D'habitude dans ce genre d'établissement, les employés s'entraident ou bien se jalousent. Mais Nox m'a l'air indifférent à mon égard. C'est pas plus mal.

Je le suis dans l'escalier, laissant le patron seul dans la salle commune. Tandis que je gravis les marches une par une, je me demande qui sont les autres employés. Y a-t-il des elfes ? Cela m'étonnerai, mais le patron n'avait-t-il pas dit lui-même que les humains sont peu nombreux à travailler ici ? Dans ce cas, la possibilité qu'il y ait un autre elfe est tout à fait probable.

Le dernier étage est le plus petit. Nox se place devant l'une des portes du fond. Aucune écriture ni numéro sur la porte. Peut-être mon nom y figurera-t-il ? Ou pas. Ouvrant la porte à l'aide d'une petite clé, il me laisse entrer en se décalant sur le côté et me demande si c'est bon.

- C'est parfait.

Il me donne la petite clé et redescend. La chambre n'est pas trop mal. Il y a un lit suffisament grand pour moi, une table et une chaise. Juste ce qu'il faut. Pour la salle de bains, je demanderai plus tard au patron où elle se trouve. Il y a un petit placard aussi. Et une fenêtre, presque le plus important. Elle est assez large, c'est bien. Les carreaux sont poussiéreux, sans doute que la chambre n'a pas été utilisée depuis longtemps. D'un geste rapide, je passe mes doigts sur la couche de poussière, laissant un trait brillant sur le verre.

Je pose alors mon arc roulé dans une couverture sur le lit. Il est rejoint par mon sac de voyage et mon carquois rempli de flèches colorées. J'hésite à enlever les deux sabres qui pendent à ma ceinture. Je demanderai au patron si je dois passer un uniforme et si les armes sont autorisées. Après tout, mes sabres sont mes deux plus fidèles alliés.

J'ouvre ensuite la fenêtre en grand et les battants grincent en tournant dans leurs gonds. Je grimace. Le bruit est le pire ennemi de l'infiltreur. Il va falloir trouver quelque chose pour graisser les gonds. Le Vent frais s'engouffre immédiatement dans la pièce, faisant voler mes longs cheveux blonds. Je regarde en bas : il y a bien deux, trois, peut-être quatre étages. Excellent, j'adore les endroits élevés. Ils nous permettent toujours d'avoir une position dominante sur le monde, on se croit plus grand de cette manière alors que l'on reste toujours une fourmi. Les hauteurs sont aussi le meilleur endroit pour une sentinelle.

J'observe la rue en-dessous. Quelques marchands négocient, je reconnais des pêcheurs aux filets qu'ils tiennent. Un voleur s'empare alors d'une tomate sur un étal, sans que le marchand de légume s'en rende compte. La démarche du laron est rapide et discrète, mais elle manque de fluidité. Il n'est pas plus grand qu'un gamin de douze ans. Encore un enfant des rues. Il disparait dans l'ombre d'un bâtiment annexe en regardant anxieusement autour de lui. Je soupire et lève maintenant les yeux au ciel. Celui-ci est bleu et dégagé, le soleil pointe timidement son nez à l'horizon. Reilor se réveille.

J'observe les constructions qui m'entourent. Cinq mètres au moins me séparent des bâtiments d'en face, c'est trop grand pour sauter. Autour de moi, l'encadrement de la fenêtre a l'air solide. J'aperçois alors une poutre vermoulue aux contours inégaux. Il y a de nombreux trous, parfait pour faire de l'escalade. Je me retourne et commence à grimper. Je me hisse habilement sur le toit. Pas très large, il fait le tour de la taverne. Avec précaution, je m'engage sur la charpente du toit. Soudain, mon pied droit s'enfonce d'une dizaine de centimètres et je plie le genou gauche afin de me pas m'enfoncer plus. Et merde, premier jour et déjà des dégâts. Soupirant de nouveau, je retire mon pied. Ça n'a pas l'air trop profond ni trop grave. Je passe mon chemin.

Enfin je trouve l'endroit parfait pour s'assoir. D'ici j'ai une bonne vue sur l'horizon, le soleil levant et l'océan. Combien de fois j'ai observé ce paysage ? Des milliers, peut-être même plus. Je reste ainsi pendant quelques minutes, puis regagne ma chambre en évitant soigneusement le trou que j'ai fais quelques instants plus tôt. J'ouvre la porte de ma chambre, la ferme à clé et emprunte l'escalier jusqu'en bas. Plusieurs personnes se trouvent dans la taverne, je reconnais la démarche de Nox, la respiration particulière du patron, les battements de mon propre coeur, mais aussi plusieurs autre personnes que je ne connais pas encore. Sans doute les autres employés. J'arrive dans la salle commune et m'adresse au patron en lui tendant ma main ouverte :

- Je suis Lunielle Elwindor. Je suis désolée, votre toit n'est pas très solide et j'y est malencontreuseument fait un trou d'une dizaine de centimètres. Alors, quelle est ma première tâche ? Oh avant ça, dois-je porter un uniforme ou non ? Et pour mes sabres, puis-je les garder en travaillant ou bien dois-je les enlever ? Ça pourrait faire peur à certains clients et une tenue un peu plus, sexy disons ou qui fait plus serveuse serait plus appropriée je pense. Si le but est d'attirer le plus de clients, bien entendu.

Mon regard azur croise le sien qui est gris.

- J'aimerais bien aussi rencontrer les autres employés afin de faire connaissance.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Démon*

avatar

*Démon*

Nombre de messages : 798
Localisation : vers une nouvelle aube, quelque part au delà des apparences
Métier/Fonction : pianiste démoniaque

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Mer 10 Oct 2012, 18:08

Je regardais l'elfe disparaître dans l'escalier. Cette entrevue m'avait mise de bonne humeur, tout comme la perspective d'employer une nouvelle représentante de ce peuple fascinant. J'allais lui laisser le temps de se familiariser avec les lieux, d'ici le soir, puis elle pourrait commencer son servie. Nareil s'occuperait de sa « formation », et les clients viendraient en nombre. Plus important encore, la réputation de la taverne, en tant qu'établissement spécialisé dans les races surnaturelles, grandirait.

*tu as encore oublié de demander son nom...*
*tu ne m'y as pas non plus fait penser.*
*... Dois je te rappeler que tu m'ignores royalement, depuis tout à l'heure ?*
*...Bah, elle me le dira bien...*


Alors que les pas de Nox, accompagné de la silencieuse elfe, résonnaient encore dans l'escalier, je m'assis au piano. Bien sur, la soirée était encore loin, et je n'avais aucune énergie à me mettre sous la dent, mais après tout, la musique n'était pas qu'un instrument, c'était aussi un plaisir, une passion.
Mes doigts effleurèrent d'abord doucement les touches blanches et noires, dessinant dans l'air un motif nouveau, comme des vagues de notes venant heurter le rivage du silence, le recouvrant pour mieux l'abandonner, se retirant pour revenir ensuite, plus fortes, plus sulfureuses. Tempête.
Je jouais mes émotions, je jouais le temps, je jouais la vie, comme je n'avais pas joué depuis longtemps, douce et optimiste, chaotique mais rêveuse.
Penchée sur le clavier, j'étais immergée dans un monde différent, terriblement éloigné du notre.

Aussi le craquement des poutres cédant, loin au dessus de ma tête, me fit l'effet d'une séance de chaise électrique. Mes mains retombèrent brutalement, plaquant les notes dans un effet de tonnerre.
Mes jambes, soudain devenues ressorts, me propulsèrent loin du piano, et je heurtais une table au passage, me cognant au genoux.
Allons bon.
La spirale dont je venait de m'extraire m'avait laissé la gorge sèche, et je sentais une certaine folie danser dans mon regard.
Heureusement, personne n'était là pour y assister, et j'eus amplement le temps de me rasséréner avant que Nox ne redescende. Nous échangeâmes un regard amusé pour moi et blasé pour lui, comme à l'habitude.
Alors qu'il allait disparaître dans la cuisine, je le rappelais.


Oh, Nox, s'il te plaît. Est ce que tu pourras gérer les indésirables ? Tout compte fait, je n'ai pas l'intention d'en parler à la nouvelle, ni à Nareil. Après tout, je n'ai pas envie d'avoir à nous débarrasser d'eux quand ils voudront partir...  sans compter qu'ils seraient sans doute plus difficiles à gérer que nos précédentes employées. Ce sont des elfes, après tout.

Il se contenta de hocher la tête, parfaitement de mon avis. Les pratiques de la taverne en matière d'évacuation de déchets humains ne regardaient pas les employés temporaires. Ils n'avaient pas besoin de savoir ce qui se déroulait sous leurs pieds. Ils n'avaient pas besoin de savoir quoi que ce soit à propos de nous, d'ailleurs. Heureusement, bientôt, je pourrais pallier à ces instincts sadiques, fous, qui me rongeaient petit à petit. Les années que j'avais passées parmi ces êtres m'avaient appris qu'on ne pouvait les tromper, les dominer, les gouverner, que s'ils nous faisaient confiance, nous connaissaient et nous respectaient, et quelque chose me disait qu'un démon assoiffé de démence n'était pas exactement ce qu'on pouvait appeler un élément fiable et digne de confiance. C'était ce qui m'avait amené à trouver un système, qui me permettrait de rester honorable aux yeux de tous, tout en satisfaisant mes besoins démoniaques.
Il fallait sérieusement que j'arrête de faire confiance à tous mes employés. Ils ne devaient surtout pas savoir, et j'avais manqué de faire une belle erreur en en parlant à la nouvelle.

Je remontais de la réserve, qui faisait office de garde manger, de range-meubles et de cave, lorsque l'elfe redescendit de son toit. Enfin, de mon toit. Je fixais un moment la main qu'elle me tendait, me demandant si je devais la mordre, si elle me montrait quelque chose, comme une brûlure, ou une griffure, avant de me rappeler que c'était aussi un moyen de se saluer. Je lui pris donc avant de m'incliner devant elle, attitude sûrement plus gentlemanienne (si si) que ce qu'on pourrait attendre d'un tenancier.

Ainsi donc, elle avait troué mon toit. Je ne m'étais pas trompée. C'était regrettable, mais pas étonnant pour autant : c'était la seule partie que je n'avais pas encore complètement réparée. Il ne fuyait pas, du moins pas encore, mais n'était pas vraiment solide...
Enfin, tout de même, un trou, c'était embêtant.
J'espérais qu'il ne donnait au moins pas sur ma chambre.


Ne vous en faites pas pour la tenue. Vous êtes suffisamment... enfin, ça ira très bien comme ça. Pour les sabres, j'aimerais autant que vous évitiez de les porter durant votre service. Gardez les à portée si vous y tenez, mais je ne vois pas vraiment l'utilité de les conserver sur vous, sans compter que les clients pourraient se blesser avec. Ce qui serait regrettable. Surtout s'ils n'ont pas encore payé.

Je rangeais les quelques bouteilles que j'avais rapporté avec moi sur le comptoir, avant de retourner dans la réserve, entraînant Lunielle avec moi.

Voilà la réserve, c'est là que ce trouve la plus grande partie de nos stocks : bouteilles diverses, pain, conserves, tonneaux, chaises et bancs supplémentaires, matériel de nettoyage.
Je pris encore cinq bouteilles, signifiant à l'elfe de faire de même, puis remontais.
L'entrée de la cuisine est là, juste derrière l'angle de l'escalier. C'est le territoire D'Enoch, le cuisinier. Ne t'étonne pas s'il ne t'adresse pas la parole, il est plutôt... renfermé. Mais il cuisine bien. Nous avons un.. marché particulier, aussi tu ne le verra pas chaque soir. Quand il n'est pas là, c'est Nox qui s'occupe de la cuisine.

Je posais ce nouveau chargement sur le bar, et commençais à réorganiser les stocks, réfléchissant à sa première tache. Après quelques instants de rangement, je la fixais et repris :

La plupart des clients arriveront ce soir. Je vais sortir, pour demander à un charpentier de venir voir le toit, et pour deux trois autres courses. Nareil, l'autre serveur, ne devrait pas tarder à revenir. Je pensais qu'il serait là ce matin, mais apparemment non. Tu le reconnaîtra sans problème, c'est un elfe, lui aussi. Je suis sure qu'il sera ravis de te rencontrer. Il t'expliquera le reste.

J'allais partir, mais me ravisais soudain.

Hm, et que dirais tu d'organiser un concours, ce soir ? Tu tiens fantastiquement bien l'alcool, à ce que j'ai pu voir. Ce n'est pas le cas de la majorité de mes clients, même s'ils pensent le contraire. Ça pourrait changer agréablement des bagarres habituelles. Oui, faisons ça. Disons que le perdant payera les consommation.

J’eus un sourire de requin.

Prend ça pour une fête de bienvenue.

Spoiler:
 


Dernière édition par Aelix Sith le Lun 24 Mar 2014, 17:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Dim 21 Oct 2012, 16:35

La plupart des clients arriveront ce soir. Je vais sortir, pour demander à un charpentier de venir voir le toit, et pour deux trois autres courses. Nareil, l'autre serveur, ne devrait pas tarder à revenir. Je pensais qu'il serait là ce matin, mais apparemment non. Tu le reconnaîtra sans problème, c'est un elfe, lui aussi. Je suis sure qu'il sera ravis de te rencontrer. Il t'expliquera le reste.

Un autre elfe ? Voilà qui commence à être intéressant...

Le patron s'apprête à sortir, mais il revient sur ses pas, comme s'il voulait encore me dire quelque chose.

Hm, et que dirais tu d'organiser un concours, ce soir ? Tu tiens fantastiquement bien l'alcool, à ce que j'ai pu voir. Ce n'est pas le cas de la majorité de mes clients, même s'ils pensent le contraire. Ça pourrait changer agréablement des bagarres habituelles. Oui, faisons ça. Disons que le perdant payera les consommation. Prend ça pour une fête de bienvenue.

Mon grand sourire rejoint celui carnassier de mon nouveau boss.

- C'est une excellente idée. Faisons donc comme ça, mais j'espère que vous avez suffisamment d'alcool...

Une fois l'affaire close, il se retire, me laissant seule dans la salle. Bon, je connais à peu près les lieux maintenant, ainsi que quelques employés. J'ai quand même hâte de rencontrer ce fameux Nareil. Et puis l'idée de ce petit concours m'enchante tout particulièrement car pour une fois, je pourrais boire autant que je veux ! J'espère seulement que je n'attendrais pas ma limite... Sinon le patron aura de gros soucis à se faire pour l'avenir de sa taverne.

N'ayant rien à faire pour le moment, je remonte dans ma chambre et laisse mes deux fidèles lames que je place sous le lit, mon sac restant dessus. Il n'y pas rien de précieux dedans de toute manière et je ne crains pas un voleur quelconque dans cet établissement. Cependant, je dégaine une fine dague que je place à l'intérieur de ma botte, contre la peau nue. On ne sais jamais. Je fais de même pour l'autre jambe et descends enfin.

En arrivant en bas, je retrouve Nox, l'ours patibulaire que m'a rapidement présenté ... en fait je ne connais même pas le nom du chef. Va pour le patron alors, je lui demanderais peut-être à l'occasion...

- Tu n'aurais pas quelque chose à me faire faire ? Je m'ennuie un peu et attendre le soir risque d'être long. S'il faut faire quelque chose, je suis là, du moins en attendant que Nareil arrive. Après on verra...

Patiente, j'attend que Nox parle tout en priant qu'il le fasse, ce gaillard n'ayant pas l'air très bavard. La journée s'annonce longue, très longue...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 304
Localisation : Dans une taverne tenu par une démone
Métier/Fonction : J'rempli vos choppes quand elles sont vides... et j'en profite pour vider vos bourse par la même occasion !

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Mar 27 Nov 2012, 01:44

Spoiler:
 

- Réveilles toi flemmard ! Fit une vois au loin.

- mmmh... plus tard ! Marmonnais-je en enfouissant ma tête sous mon oreiller.

- Allez lèves toi princesse ! C'est important ! Tu vas pas le regretter !
Insista la vois en tirant ma couverture.

J'ouvris un œil fatigué, il faut dire qu'il était 8 heure du matin, je n'avais pas l'habitude d'être réveillé si tôt. Enfin bref, Gardakan, le petit chanteur bedonnant ce trouvais derrière mon lit, entrain de tirer ma couverture en vociférant des insultes pour me faire me lever. Il était habillé d'un costume jaune vif qui aurait fait saigner les yeux de n'importe qui, son éternel haut de forme était quand a lui toujours enfoncé sur son crane chauve, un énorme sourire éclairait son visage.

Je me relevais difficilement et m'assis au bord du lit en baillant et en me frottant les yeux, c'était pas humain d'être réveillé si tôt... même si techniquement j'étais un elfe.

- Qu'est-ce qu'il y a pour que tu surgisses comme ça dans ma chambre ? Marmonnais-je en baillant.

- La caravane des Aldreneï vient d'arriver en ville ! Répondit-il joyeusement

- La caravane des qui ?

- Des Aldreineï ! Tu les connais pas ? Ce sont des saltimbanques qui voyagent à travers le monde pour ramener de nouvelles musiques, de nouveaux instruments et autres produits exotiques et les revendre ici !

- Et ? Qu'est-ce que tu veux que ça me fasse ? Ils peuvent bien nous ramener un poney rose fumant un cigare et chiant des bulles de savon multicolore en dansant la macaréna que j'en aurais rien à faire ! Alors pourquoi me réveiller à cette heure ? Le sermonnais-je.

Un petit sourire malicieux se dessina sur le visage du petit homme et il répondit :

- Ils reviennent de Rosyel... L'on dit que leur chef sait lire le langage elfique, ça t'intéresses non ?

La nouvelle eut l'effet d'un électrochoc, je sautais de mon lit et fis sortir de la chambre Grdakan pour que je puisse me préparer, il ne put s'empêcher de lâcher une petite blague sur mon apparence tandis que la porte se refermait. Je me m'habillais rapidement, attachant Silenis dans le bas de mon dos et Lámina fantasma à ma ceinture, puis je descendis à la cuisine chercher quelques chose à manger sur la route. Enfin après dix bonnes minutes je rejoignis Gardakan à l'entrée.

- T'as prit ton temps, j'espère que toutes les marchandises n'auront pas été vendues ! Pesta-t-il

- Vu l'heure qu'il est, je suis même pas sûr qu'ils soient réveillés tes marchands. Rétorquais-je.

Nous nous mîmes donc en route, les rues étaient encore désertes, juste deux ou trois pécheurs qui préparaient leur bateau pour aller faire leur travail s'activaient sur le port. Ainsi nous fîmes le chemin, parlant de tout et de rien, et surtout de rien. Enfin nous arrivâmes à un coin reculé du port, là des marins s'activaient déjà pour décharger leurs navires et monter leurs étales, plusieurs personnes commerçaient déjà avec les caravaniers.

L'une des personnes qui dirigeaient toute ça en donnant des ordres d'une vois forte, une femme assez svelte avec de longs cheveux noirs, assez jolie à première vue, se mit à courir en notre direction. Une fois arrivé à notre niveau elle prit le petit homme dans ses bras en le soulevant.

- Gardakan Oubilnuset'vashir ! Vieux filou ! Qu'est-ce que tu fais ici ? T'étais pas à Ghurol ?

- Je suis contant de te revoir aussi Irvina ! Mais si tu pouvais me lâcher, je commence à étouffer ! Dit-il en souriant.

La femme tourna la tête vers moi, je pus mieux la détailler, elle avait des trais fin, ses yeux étaient vers et bleus et un tatouage de vagues lui barrait la joue. Des anneaux perforaient son arcade gauche et sa lèvre supérieur. Elle me tendit une main :

- Irvina Aldreneï, marchande, saltimbanque et exploratrice ! Ravi de vous rencontrer mademoiselle !

Gardakan éclata de rire tandis que mon visage vira au rouge.

- Narèil Volas, elfe et employé du chat en boite, je suis le collègue de Gardakan ! Lui répondis-je en insistant sur le « le » et en lui serrant la main.

Son visage blanchit lorsqu'elle comprit son erreur et elle se répandit en excuse.

- Ne t'inquiètes pas pour ça ! Ca lui arrive tout le temps ! Dit Gardakan en riant. Par contre, est-ce que tu pourrais nous rendre un service ? On aurait besoin de toi pour traduire quelque chose.

Sur ce je sortis mon journal et le lui tendis, elle le prit et l'ouvrit

- De l'elfique hein ? Tu ne peux pas le lire alors que tu es un elfe ?

- C'est un peu compliqué... Vous pouvez le traduire ?


-Je pense, mais il me faudra du temps, repasses dans deux ou trois heures. Il faut que je retourne voir mes hommes, ils sont perdus sans moi !N'hésitez pas à regardez nos produits ! A plus tard !

Sur ce elle s'en retourna vers son navire... mon journal à la main...

Les heures passèrent tandis que des étales et des scènes se montaient un peu partout. Ici et là des hommes et des femmes jouaient des morceaux de musiques exotiques, racontaient des contes et des des légendes venus des quatre coins du monde, un des caravaniers vendait une magnifique collection d'armes, un autre des partitions et des chants venus de Rosyel et de Ghurol... nous lui achetâmes d'ailleurs de nombreux parchemins... Parfois d'étranges odeurs venaient nous titiller les narines, des stands de cuisines étaient dispersés dans la place. Et ainsi nous passâmes le notre temps a voleter de marchands en marchands à dépenser notre argent pour tout et n'importe quoi.

Après un moment, un homme, une véritable armoire à glace au regard sévère, vint nous chercher.

- Monsieur Volas, mademoiselle Aldreneï vous demande, pourriez-vous me suivre... seul ?

- B...Bien sûr. Bafouillais-je un peu inquiet. Pourquoi vouloir me voir seul ?

L'homme me guida au travers des stands et me fit monter sur le navire, là il me guida jusqu'à la cabine du capitaine. Elle était somptueuse, occupant presque tout l'arrière du navire elle ressemblait à un peit salon fait de meubles en bois recouverts par endroit de fines couches dorée. Irvina était assises à un petit bureau, la tête dans ses mains. En nous entendant entrer elle se releva et se dirigea vers l'une des banquettes au milieu de la pièce, elle fit signe à son homme de disposer et m'invita à m'assoir à ses côtés.

- Mon cher Narèil, ceci est une énigme ! Dit-elle en désignant le journal dans sa main d'un geste rageur. Il est bien écrit en langage elfique, mais il est aussi codé ! J'en ai seulement déchiffré les 10 premières pages, et j'ai vraiment peiné. Quelle que soit la personne qui l'a rédigé, elle a fait un travail de professionnel !

- Alors vous ne pouvez rien pour moi ? Demandais-je déçu.

- Comme je te l'ai dit, j'ai déchiffré les premières pages... si tu me laissais un ou deux ans je pourrais le déchiffrer complètement mais... je ne pense pas que tu veuilles me le laisser tout ce temps... Je me demande quand même comment tu as put récupérer une telle chose...

- Ce sont mes parents qui me l'ont laissé... répondis-je.

- Et bien, ils devaient avoir de nombreux secret... enfin bref, peut être que d'autres personnes réussiront là où j'ai échoué, mais tu devras les trouver !

Ainsi, la conversation continua de banalités en banalités, Irvina était une personne fort agréable. Ainsi nous discutâmes jusqu'à ce que l'après midi arrive. Me rendant compte que j'étais en retard à la taverne je dus prendre congé de la jeune femme, elle m'invita à revenir un de ces jours et je repartis.

Ne trouvant pas Gardakan, je supposais qu'il avait dût rentrer, las de m'attendre, surtout vu leur qu'il était, ainsi je pris la direction de la taverne. Sur la route je pus lire les premières pages qui avaient été traduites, ainsi j'appris que mes parents étaient des explorateurs et archéologues aillant visité d'innombrables lieux oubliés. Ma curiosité monta au fil des pages racontant leurs aventures, la dernière page, à ma grande déception, se terminait les laissant au milieu d'un groupes de bandits et ne disant pas comment ils allaient s'en sortir, il fallait vraiment que je trouve quelqu'un pour le traduire... peut être retournerais-je voir la jeune femme demain pour qu'elle traduise d'autres passages...

Enfin bref, arriver à la taverne, je ne vis aucun clients, seulement une jeune femme déjà servi à ce que je pouvais voir. C'est donc tout naturellement que je l'ignorais pour aller monter à l'étage et poser mes affaires... ainsi que tout ce que j'avais acheté. Lorsque je redescendis, j'avais un parchemin à la main, la partition d'un morceau de musique que je venais d'acheter et que j'avais découvert auprès d'un caravanier, An dro était son nom.

Je montais sur scène avec l'intention de m'entrainer pour ce soir, il allait falloir être brillant, j'espérais que cette nouvelle chanson allait plaire aux clients. J'aimais beaucoup la scène et les applaudissements, j'aimais l'ambiance que j'étais capable d'instauré du simple son de mon violon, j'aimais aussi ce petit stresse avant de monter sur scène et qui s'envolait au fur et à mesur des morceaux.

J'avais déjà déchiffré la partition dans ma chambre, ainsi je pus tout de suite commencé à jouer. D'abord timidement, le son gagna en intensité jusqu'à parvenir au rythme souhaité. Le morceau était dur à jouer, il ne laissait aucun répit ainsi je me trompais de nombreuses fois, puis je je commençais à m'habituer et à faire de moins en moins de fautes. Enfin je parvins à un résultat satisfaisant. Je reposais donc mon violon, voyant que la jeune femme toujours présente, me dévisageait elle semblait avoir fini ses... nombreuses bouteilles, comment avait-elle put avaler tout ça ? A y regarder de plus près elle était assez belle avec ses longs cheveux blonds, pourtant je ne détallais pas son visage plus que ça, désirant retourner jouer au plus vite... Enfin bref, si elle était encore présente c'est qu'elle voulait encore consommer non ? C'est pourquoi je lui demandais :

«Vous désirez que je vous serve quelque chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Jeu 29 Nov 2012, 23:17

Spoiler:
 

Un jeune elfe entra alors que je finissais ma cinquième bouteille de rhum. Ael ne m'avait pas autorisée à boire, cependant il ne me l'avais pas interdit non plus. Au pire, il n'aurait qu'à enlever ça de ma paye...

Je vis sans me méprendre un elfe et non une elfe, malgré son physique quelque peu féminin et gracieux. Il m'ignora royalement et monta à l'étage, je devinais donc que c'était Narèil. Il revint peu de temps après, un rouleau de parchemin à la main qui ressemblait à une partition de musique. Comme je m'y attendais, le jeune homme monta sur la scène et se mit à jouer du violon, de façon hésitante tout d'abord, puis plus fort et ce jusqu'à ce qu'il maitrise bien le morceau.

Je le regardais, amusée tandis que les douces notes s'écoulaient en moi comme une cascade d'eau claire, ravivant de vieux souvenirs. Soudain je fus transportée très loin, de nouveau dans la taverne de la guilde, riant, buvant et dansant. Mes compagnons m'entouraient et nous nous amusions comme nous avions si bien l'habitude de le faire. C'est, je crois, l'une des expériences qui m'a le plus marquée, me laissant un peu d'elle-même encore aujourd'hui. À moins que ce ne soit dans mon caractère d'avoir toujours été attirée par la danses et les chants, par toutes les fêtes en général. Certains diraient que c'est du à mes origines et ma nature elfique, mais qui suis-je donc pour écouter n'importe qui ?

Ce n'est qu' après avoir fini de jouer et déposé son violon que Narèil s'approcha de moi et me fit :

- Vous désirez que je vous serve quelque chose ?

Un petit sourire malin se fixa sur le coin de mes lèvres et je répondis du tac au tac :

- Merci Narèil, mais ça ira pour le moment. De plus les employés sont-ils autorisés à servir les employés ?

Voyant que j'avais réussi à semer le trouble chez mon interlocuteur, je me levais et me débarrassais des cadavres de verre. Cette petite beuvere m'avait fait du bien, je me sentais enfin calme et satisfaite. La journée n'allait peut-être pas être si longue finalement. Du moins l'arrivée de l'elfe annonçait quelques divertissements. Je revins peu de temps après et m'assis nonchalament sur le comptoir, les jambes croisées et les bras en arrière, le menton légèrement relevé et toujours avec ce sourire malicieux qui ne quittait pas mes lèvres.

- Je suis Luni, si tu veux savoir et je travaille ici depuis ce matin, le patron m'a embauché. Dis-moi donc, tu n'aurais une idée de ce que je pourrais faire ? Parce que je m'ennuie un peu et en attendant que les clients arrivent ce soir, il faut que je m'occupe. S'il n'y a rien, je peux toujours aller me promener ou m'entrainer, mais je pense qu'une petite conversation serais des plus amusantes. Qu'en penses-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 304
Localisation : Dans une taverne tenu par une démone
Métier/Fonction : J'rempli vos choppes quand elles sont vides... et j'en profite pour vider vos bourse par la même occasion !

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Dim 24 Fév 2013, 22:51

Spoiler:
 

- Merci Narèil, mais ça ira pour le moment. De plus les employés sont-ils autorisés à servir les employés ?

Ainsi Aelix avait-il engagé quelqu'un d'autre ?

- Et bien, bienvenue parmi nous, apparemment Aelix m'a déjà présenté.

Une nouvelle collègue hein ? Elle était plutôt jolie avec ses long cheveux dorés, ses yeux bleus et... ses oreilles pointues ? Une seule espèce avait de telle oreilles, elle était une elfe ? Je senti mon cœur faire un bon dans ma poitrine, j'allais pouvoir en apprendre plus sur mon peuple, ses coutumes... J'eus soudainement envie de tout savoir sur ma nouvelle collègue, qu'elle vie avait-elle put avoir ? Les elfes vivaient vieux, qu'elle âge avait-elle ? Elle devait connaître des centaines d'histoires !

Je fus tiré de ma rêverie par le bruit d'une personne s'asseyant sur un tabouret, l'elfe s'était absenté que je ne l'avais même pas remarqué !

- Je suis Luni, si tu veux savoir et je travaille ici depuis ce matin, le patron m'a embauché. Dis-moi donc, tu n'aurais une idée de ce que je pourrais faire ? Parce que je m'ennuie un peu et en attendant que les clients arrivent ce soir, il faut que je m'occupe. S'il n'y a rien, je peux toujours aller me promener ou m'entrainer, mais je pense qu'une petite conversation serais des plus amusantes. Qu'en penses-tu ?

Luni, un diminutif ? Pourquoi ne pas me donner son nom complet ? Enfin bref, on a tous nos secrets je suppose... Une petite conversation serait fort agréable, d'autant plus que j'avais mille et une question à lui poser, qui est-elle ? Comment vivent les elfes ? Et bien d'autres ! Quoi que pour les questions personnelles il y avait peu de chance qu'elle me réponde, déjà qu'elle ne m'avait pas donner son nom complet... D'abord m'en faire une amie, l'on verra plus tard pour les questions !

Je fis un grand sourire et lui répondit d'une voix chaleureuse :

- Enchanté Luni, un plaisir de faire votre connaissance ! Et bien, pour répondre à votre question, pour vous occuper vous pouvez lire... Ou monter un numéro pour divertir nos clients... Ou encore faire ce que vous venez de faire, boire ! Mais il est sûr qu'une conversation est d'autant plus agréable, si Gardakan était là il vous régalerait d'une de ses nombreuses histoires, mais je crains qu'il vous faudra vous contenter de moi ! D'autant plus que j'ai plusieurs questions à vous poser sur les elfes ! Mais à vous l'honneur, que voulez-vous savoir sur moi ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Lun 25 Fév 2013, 14:21

Spoiler:
 

- Enchanté Luni, un plaisir de faire votre connaissance ! Et bien, pour répondre à votre question, pour vous occuper vous pouvez lire... Ou monter un numéro pour divertir nos clients... Ou encore faire ce que vous venez de faire, boire ! Mais il est sûr qu'une conversation est d'autant plus agréable, si Gardakan était là il vous régalerait d'une de ses nombreuses histoires, mais je crains qu'il vous faudra vous contenter de moi ! D'autant plus que j'ai plusieurs questions à vous poser sur les elfes ! Mais à vous l'honneur, que voulez-vous savoir sur moi ?

Mon sourire grandit.

- Hum... laisse-moi réfléchir. D'où viens-tu ? Et d'ailleurs, tu peux me tutoyer, j'ai commencé à le faire sans même te demander l'autorisation, désolée d'avoir pris mes aises. Donc, quelles sont tes origines, je veux dire, tu es aussi un elfe, d'où viens-tu ? De quel village ?

C'est alors que ses paroles me frappèrent. Une fois n'est pas coutume, j'avais parlé plus vite que réfléchi. Mais qu'est-ce qu'il voulait dire par-là ? Qu'il a des questions à me poser sur les elfes ?

Troublée, je lève un sourcil interrogateur.

- Des questions sur les elfes ? Qu'est-ce que tu veux savoir sur ta propre race ?

Je ne comprenais pas ce qu'il voulait dire. Décidément, cette conversation s'annonce intéressante...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 304
Localisation : Dans une taverne tenu par une démone
Métier/Fonction : J'rempli vos choppes quand elles sont vides... et j'en profite pour vider vos bourse par la même occasion !

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Dim 16 Juin 2013, 20:38

« - Hum... laisse-moi réfléchir. D'où viens-tu ? Et d'ailleurs, tu peux me tutoyer, j'ai commencé à le faire sans même te demander l'autorisation, désolée d'avoir pris mes aises. Donc, quelles sont tes origines, je veux dire, tu es aussi un elfe, d'où viens-tu ? De quel village ?
Des questions sur les elfes ? Qu'est-ce que tu veux savoir sur ta propre race ? » 


Un sourire enfantin naquit sur mon visage, tant d'interrogations sur mon peuple me revinrent. Ma famille adoptive avait bien tenter de répondre à mes questions, mais leur connaissance sur le sujet ne provenait que des légendes sur les elfes.


- Tout ! Répondis-je précipitamment. Je veux tout savoir ! Comment vivent-ils ? Comment sont-ils organisés ? Existe-t-il des types d'elfes différents, combien de temps vivent-ils ? comment s'organise leur société ? Je veux absolument tout savoir !




Je reprit ma respiration, ayant parler un peu trop vite. Devant le regard surprit de l'elfe je compris qu'il allait falloir que je m'explique :

- Pour répondre à ta première question, je viens de Lan Rei, j'ai grandit sur les routes. J'ai été élevé par des humains... et par un nain. Je n'ai jamais vu ne serait-ce que l'ombre de Rosyel, et je n'ai jamais put vraiment parler à un autre elfe. Tu comprends pourquoi j'ai envi de te poser des questions sur eux ?


Je lui laissais réfléchir sur ce que je lui avait dit puis enchainais avec une autre question


- A moi de te poser une question ! Tu viens de Rosyel n'est-ce pas ? Comment c'est là-bas ?

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Dim 23 Juin 2013, 18:57

- Je comprends mieux maintenant. C'est d'accord, je vais répondre à tes questions, mais une à la fois ! Et je pense qu'on en aura pour au moins toute la journée. Premièrement, je dois t'avouer que, même si j'ai grandis à Rosyel, j'ai vécu un peu plus de trente ans dans le reste du monde et en ces trois dizaines d'années j'ai appris beaucoup plus que dans ma terre natale.

Je décroise les jambes et me penche légèrement en avant.

- Alors Rosyel... C'est un île composée essentiellement de forêts. Il y a beaucoup d'arbres de toutes sortes et pleins de bestioles aussi. Les elfes se répartissent en villages. Il n'existe pas de capitale à proprement parler, ils sont tous répartis dans la forêt de Yelli. Quoique'il y a Maldran Rad et la tour de Ros Lilen qui pourrait être considéré comme capitale, mais peu d'elfes y vivent. De plus je ne m'intéresse pas à la politique... Il n'y pas de port, ce qui est bien dommage et la plage est l'unique moyen d'accoster et de prendre le large.

Je plante mon regard azur dans le sien.

- Question suivante !

Je sens que je vais bien m'amuser.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 304
Localisation : Dans une taverne tenu par une démone
Métier/Fonction : J'rempli vos choppes quand elles sont vides... et j'en profite pour vider vos bourse par la même occasion !

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Lun 24 Juin 2013, 16:26

Je l'écoutais attentivement, les yeux rivés dans les siens. Je me délectais de chacune de ses paroles, j'avais tant de chose à apprendre, tant de chose à voir. L'ile semblait être un endroit sauvage et magnifique, un véritable paradis. Je me promis d'y faire un tours un jour.

 - Question suivante !

 La voie de l'elfe me fit sortir de mes pensées. Quels autres questions pourrais-je lui poser... être savait-elle des choses sur mes parents biologiques, bien que ce soit peu probable, lui parler du journal ? Non, mieux valait le garder pour moi

 Et puis qui était-elle d'abord ? Je sentis la curiosité monter en moi. Tous dans sa façon de se tenir indiquait qu'elle était une guerrière, qu'elle avait vécut de nombreuses aventures, surtout que les elfes vivaient de très nombreuses années disait-on.

  - Y aurait-il eu des évènements particuliers dans l'histoire des elfes, des batailles ? Et, aurais-tu participée à certaines ?

 Ma curiosité avait prit le dessus, quelle avait été son histoire ? Sa vie ? Si ça se trouve elle avait connu mes parents ! Tant de questions à lui poser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Mar 25 Juin 2013, 16:38

- Y aurait-il eu des évènements particuliers dans l'histoire des elfes, des batailles ? Et, aurais-tu participée à certaines ?

J'esquisse un sourire.

- J'ai participé à des batailles, mais j'ai bien peur qu'aucune d'entre elles n'ait concerné l'Histoire des Oreilles Pointues. D'ailleurs, ça fait très longtemps que j'ai quitté l'école et l'Histoire de la magie est l'unique Histoire avec un grand H que j'ai appris. Désolée, si c'est de l'Histoire que tu veux, je ne te serai pas d'une grande aide dans ce domaine. Disons que j'ai toujours trouvé ça ennuyeux comme pas possible et l'unique personne à pouvoir m'en parler... je ne l'aime pas spécialement...

Je ne sentais un peu gênée de ne pas pouvoir satisfaire sa curiosité. Après tout, j'étais l'unique personne qui pouvait lui apprendre quelque chose sur la culture elfique et voilà que j'étais déjà coincée à la deuxième question !

- Les batailles auquelles j'ai participées étaient liées à ma guilde et ont eu lieu en dehors de Rosyel. Il n'en a qu'une que j'ai effectué sur l'île des elfes. C'était lorsque plusieurs créatures maléfiques étaient apparues dans les forêts et l'Académie de Magie avait été chargée de s'en occuper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 304
Localisation : Dans une taverne tenu par une démone
Métier/Fonction : J'rempli vos choppes quand elles sont vides... et j'en profite pour vider vos bourse par la même occasion !

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Lun 24 Mar 2014, 01:45

Un soupir, une déception, ce n'était pas avec elle que j'allais découvrir l'histoire des elfes... Mes pensées revinrent à mon journal, j'avais envi de l'interroger sur mes parents, mais n'ayant ni leur nom, ni leur description, comment pourrait-elle savoir si elles les avaient rencontrés. Les maigres informations que j'avais sur eux ne pouvaient les distinguer des autres elfes.

Ainsi, plusieurs minutes passèrent, sans mots d'échangés, à scruter la taverne qui commençait à se remplir. Soudain une idée me vint.

- Deux minutes, je reviens , dis-je un souvenir énigmatique sur les lèvres.

Je courus jusqu'à ma chambre pour récupérer mon arme : elle était magnifique, une lame courbe toute de bleu, comme taillée dans du saphir, l'on ne voyait pas ou la garde s’arrêtait et où la lame commençait. La seule jonction entre ces deux éléments était assurée par une énorme rubis semble à un œil de sang. Voila le moyen de l'interroger sur mes parents, elle se serait forcément souvenu d'une telle arme, et des personnes la possédant. Je la pris délicatement et revint vers l'elfe.

- Dis moi, aurais-tu déjà vu une arme semblable... et connu les personnes à qui elle appartenait ?

Puis voyant les personnes s'accumulées dans la taverne :

- Et... ça te dirait un petit entraînement ? Histoire d'assurer le spectacle au client ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Jeu 27 Mar 2014, 23:50

La lame qu'il me montre est le genre de lames que l'on n'oublie pas facilement.

- Mon ancien amant l'appelait le Tranchant de l'Océan, mais c'est seulement un surnom qu'il lui avait donné après l'avoir aperçue à la ceinture d'un autre elfe. Je ne connais pas son nom, mais je sais qu'il vient de Soryakys, un autre village. J'ai combattue aux côtés de cet elfe, mais je ne connais pas son nom. Je voulais le lui demander, mais les combats nous en ont empêché et il a disparut juste après la bataille.

- Et... ça te dirait un petit entraînement ? Histoire d'assurer le spectacle au client ?

J'esquisse un sourire.

- Prépare-toi à perdre, gamin !

Nous nous plaçons ensuite à un endroit dégagé ou personne ne sera blessé. Il a une lame, mais j'ai l'habitude de combattre avec deux. Pourtant pour équilibrer les chances, je ne dégaine que ma lame d'acier, Black Sun. Me mettant en garde légère, je l'attends.

- Approche, gamin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 304
Localisation : Dans une taverne tenu par une démone
Métier/Fonction : J'rempli vos choppes quand elles sont vides... et j'en profite pour vider vos bourse par la même occasion !

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Sam 29 Mar 2014, 03:58

Un vent nouveau s'ouvre sur mon avenir, drôle de sentiment que découvrir notre destination... Soryakys, le nom sonne comme un rêve, enfin une piste. Un sourire naît sur mon visage, ce n'est qu'un nom, aucunes certitudes quand au fait qu'il y ait des indices la-bas, et quand bien même je n'ai pas assez pour payer la traversée de l'océan... Alors pourquoi est-ce que je me sens si bien ?

Elle accepte ma proposition, un combat... Elle dégaine son arme... une seule ? Elle semble me sous-estimé, un avantage pour moi ! Elle se met en garde, une garde efficace, l'on dit que la valeur d'un combattant est jugeable par celle de sa garde... si c'est vrai, j'ai peu de chance de vaincre. Pourtant je me dois d'essayer, pour la remercier de ses réponses...

- Approche, gamin !

Je souris, elle semble confiante. Je passe la main à ma ceinture et attrape le pommeau d'une arme sans lame... lamina fantasma, un piège mortel, une arme à la lame invisible et qui peut prendre la forme que l'on veut, une lame qui peut apparaître et disparaître à volonté... De douloureux souvenirs me ramènent en arrière... la mort de mon frère... ma responsabilité, cette arme est la seule chose qu'il m'ait laissé, je dois lui faire honneur.

A mon tours je me mets en garde, silenis en avant, lamina fantasma en arrière.

Les secondes passent, les clients commencent à s'amasser autour de nous. Je ne veux pas faire le premier pas, la faire tomber dans le piège que je lui prépare sera bien plus efficace. Pourtant les secondes deviennent des minutes et elle ne semble toujours pas vouloir faire le premier pas. Je tente une provocation, ça ne prend pas. C'est résigné que je m'élance...

Trois mètres, deux mètres, ça y est, Silenis rencontre son arme dans un violent fracas. Je suis rapide, chacun de mes coups sont lancés avec précision, un combattant moyen aurait déjà été mis hors jeu... elle n'est pas une combattante moyenne, ni même une excellent combattante, elle est bien plus... elle n'esquive pas, non, elle ignore les coups, ils ne semblent même pas exister...

Enfin elle me porte un coup, le piège peut se refermer, j'imagine que lamina fantasma devient un sabre... l'arme de l'elfe rencontre alors une lame faite de fumé, une fumée si fine qu'elle en est invisible à l’œil nu, un duel de force semble se déclarer, chacun pousse sur sa lame, tentant de faire reculer l'autre. Je souris, fais un pas en arrière... et fais disparaître la lame de mon arme... l'elfe das son élan, trébuche... droit vers silenis. Le piège s'est refermé...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Jeu 03 Avr 2014, 13:21

Spoiler:
 

Nar se place en face de moi tandis que les clients nous regardent, soudain attentifs. Ça doit être la première fois qu'un combat est orchestré dans cette taverne, surtout par deux elfes, car les clients sont plus excités que des lutins sous anphétamine. Ils s'aglutinent autour de l'estrade comme des papillons de nuit près d'une source de lumière et nous fixent de leurs gros yeux de poissons globuleux.

Pour aucun de nous ne bouge, malgré le fait que ma lame grise presque noire soit placée dans ma main gauche, le fourreau se trouvant à droite. L'autre lame attend sagement le moment opportun, même si celui-ci pourrait ne pas venir. Mais le fait que l'elfe en face dégaine deux armes me fais reévaluer ma stratégie. La lame qu'il m'a présentée est fermement clouée à sa main, mais l'autre arme m'est complètement inconnue. Ce qui m'étonne le plus, d'ailleurs, c'est que ce n'est qu'un pommeau. On m'a attaqué avec un peu près n'importe quoi, puisque lors des bagarres de tavernes tout est bon pour servir d'arme, mais jamais avec un simple pommeau. Et quelle est l'utilité de garder sur soit une chose pareille si on ne peut même pas s'en servir ? C'est comme se promener avec un bouchon de liège...

Mon instinct me souffle que c'est un piège au moment même où il s'élance, lassé sans doute de mon immobilité. Perdue dans mes pensées, je n'avais pas vu le temps passer et c'est avec un petit sourire en coin que je l'accueille. La lame bleue rencontre Black Sun et une gerbe d'étincelles arrose le plancher de bois. Mon style de combat est très particulier, il repose essentiellement sur la vitesse et légereté, bien que mes coups peuvent être puissants. Mais je suis toujours légèrement placée sur mes membres, de manière à décoller à n'importe quel moment.

Et c'est l'un de ces moments-là. Reculer un peu le bassin de manière à absorber le coup, m'écarter suffisamment et fendre l'air en direction de l'abdomen tout en inclinant subtilement le menton afin d'éviter un égorgement potentiel et permettre aux yeux de suivre le moindre des mouvements de l'adversaire. C'est alors que la surprise entre dans la partie. Ma lame d'acier rencontre une résistance, un obstacle invisible qui protège mon adversaire et m'empêche de finir mon geste. Après quelques secondes, j'aperçois les contours légers d'une lame de fumée à l'extrémité du pommeau. Mon sourire s'agrandit. J'aime les surprises, j'aime la nouveauté, j'aime les défis. Et celui-ci s'annonce ardu. Tant mieux.

Cependant, tout sourire quitte mon visage quand je me sens tomber en avant, une grande partie de mon poids reposant sur mon bras gauche. Étant droitière, cela rend la situation encore plus complexe et ma main droite s'élance déjà vers mon deuxième fourreau, celui qui abrite White Moon, ma lame d'argent, le plus lourd héritage de mon passé. C'est un réflexe, mon cerveau le dicte automatiquement, geste poli par l'usage, corps agissant de lui même, connaissant les moindres habitudes et désirs de l'âme.

Pourtant, avant même que mes doigts fins ne se referment sur le pommeau richement sculpté, je sais que je n'aurais pas le temps. La lame bleue m'attend, je peux voir toutes les nuances de son matériau, les couleurs miroitantes se mélanger au bleu si azur de mon regard océan...

Mais tout n'est pas perdu. Rien n'est jamais entièrement perdu. Un simple pivotement de mon pied d'appui, celui qui est toujours au sol, me permet de tourner sur moi-même ce qui me permet d'éviter d'être éventrée, mais la lame bleue trace un trait profond le long de mon abdomen du côté droit.

C'est à mon tour maintenant. White Moon sort de sa tanière et, tel le claquement de la cravache d'un cavalier un jour de course, vient s'abattre en sifflant sur la lame bleue. La puissance du coup nous fait reculer et un vide provisoire s'installe entre nous, nous laissant le temps de reprendre notre souffle. Mais je n'attends pas. Le sang qui bouillonne dans mes veines pompe de l'adrénaline dans tout mon corps et me permet de me lancer dans la suite du combat. L'acier en dessous, l'argent au dessus, je prépare un coup vers son épaule et l'autre vers le genou ou la cuisse.

Luni, la démolisseuse de bars est de retour.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 304
Localisation : Dans une taverne tenu par une démone
Métier/Fonction : J'rempli vos choppes quand elles sont vides... et j'en profite pour vider vos bourse par la même occasion !

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Dim 26 Oct 2014, 01:14

Son arme s’abattit sur la mienne, choc violent créant un espace entre nos 2 corps, quelques secondes de répit  ? Il faut dire que j'en avais bien besoin, j'étais à bout de souffle, trempé de sueur. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle soit une adversaire si puissante. Un sourie naquit sur mon visage, je m'amusais ça oui, je sentais mon sang bouillir, mon cœur cognait douloureusement, marquant chaque seconde d'un coup de marteau.

 Quelques secondes de répit... il n'en était pas question. Rendu aveugle à ce qui m'entourait par l'ivresse du combat, je m'élançais, en même temps qu'elle... elle aussi semblait gagnée par cette ivresse,  dès à présent il n'y avait plus qu'une façon pour finir ce combat, faire tomber l'adversaire. Je serrais les dents, me préparant au choc qui s'annonçait violent, nous ne pouvions plus faire marche arrière.

 Elle visait mon épaule et ma cuisse, vu notre différence de niveau il n'y avait qu'une solution pour que je puisse espérer vaincre. Ça y est, le choc des armes, j'arrive à dévier sa lame d'argent avec lamina fantasma, et au même instant, d'une torsion de mon bassin, à éviter celle en acier. Éviter ? Pas complètement, une longue estafilade se forma sur ma cuisse, ce n'était pas une blessure grave, mas ça allait saigner.

 Ignorer la douleur, continuer mon mouvement, mon esquive m’amena de façon à ce que nous soyons dos à dos. Et dans le même instant placer Silenis de façon à ce que la lame soit tournée dans la direction de l'elfe. Le rubis incrusté au milieu de la lame se mit alors à luire d'une lumière sanglante, à cet instant il ressemblait plus à un œil qui s'ouvrait, réveillé par l'odeur du sang. Puis, absorbant mes propres forces, la lame se mit à s'allonger, tout du moins elle émit l'impression de s'allonger, créant une illusion pour tous ceux qui apercevrait la lueur sanglante.

 Profitant de l'illusion, j'envoyais Silenis à la poursuite de mon adversaire en pleine esquive, la lame bleu étant devenu ainsi invisible, caché dans l'illusion, ayant un temps de retard sur cette dernière, me permettant de voir la trajectoire de l'elfe, et de la couper...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   Sam 01 Nov 2014, 19:54

Il n'y a pas si longtemps que cela j'aurai dit, et aurais même certainement assuré avec conviction en écrasant ma chope de rhum sur le comptoir, que j'avais tout vu en matière de combat. J'ai affronté des dizaines, si ce n'est même des centaines de guerriers différents, j'ai rencontrés de nombreuses races, j'ai partagé toutes sortes d'instants avec des peuples bien différents, j'ai visités des endroits plus magnifiques et incroyables les uns que les autres, j'ai vécu tellement de choses qu'il me serait impossible de toutes les raconter dans mes mémoires si je décidais soudain de les rédiger. Je l'aurai dit et j'aurai été prête à me battre pour cela, à assurer que moi, Lunielle Elwindor, avait tout vu en matière de combat.

Narèil vient de me prouver que nos connaissances et croyances sont comme le vent : elles changent constamment. Je me rassure aussi par la même occasion, cela veut dire qu'il me reste encore des choses à apprendre, à découvrir, que je possède encore la capacité de m'étonner, que ce n'est pas encore fini. Car il n'y a rien de pire que de réaliser que nous arrivons à la fin et d'être incapable de l'accepter, que ce soit la fin physique ou celle des connaissances.

Le coup de la lame fantôme, c'est nouveau, mais alors une lame qui s'allonge, ça non. Mes propres lames ont cette capacité, que ce soit celle d'acier ou celle d'argent. Je les utilise la plupart du temps sous forme de sabre, c'est d'ailleurs la longueur permanente que je leur ai fait prendre, mais je peux très bien changer si l'envie m'en chante. C'est donc ce que je décide de faire. Je sens pourtant sous mes doigts et jusque dans la moelle de mes os que les lames ont du mal à le faire, comme si elles étaient rouillées de ne pas avoir pratiqué ce petit tour depuis tellement d'années. Mais elles le font quand même, ce ne sont pas n'importe quelles lames et mes partenaires n'ont absolument aucune droit de se montrer paresseuses, cela était une question de vie ou de mort bien trop souvent pour que je puisse me permettre ce genre de libertés dangereuses.

Je ne réussis pourtant pas à esquiver sa lame, ni même à la bloquer comme j'en avais l'intention, puisque ce n'était qu'une illusione et que comme la débutante que je suis visiblement face à ce nouveau style de combat et d'équipement, je suis tombée en plein dans le piège. C'est déjà la deuxième fois aujorud'hui, ça commence à bien faire. Mais heureusement que, bien que ce soit un combat sérieux, cela reste un combat à l'amiable et les deux conséquences de mon imprudence répétée sont deux estafilades le long de mes épaules. Et de trois blessures, encore une autre ? Oui, deux estafilades puisque sa lame fantôme s'est aussi jointe à l'attaque.

Je n'ai pas assez d'expérience avec ces deux lames bizarres aussi je n'ai pas la patience de me faire ridiculiser ainsi en public. Je porte donc la main à l'une des petites sacoches qui ornent ma ceinture et en retire une fiole de liqueur elfique. Je ne remercirais toujours pas mon vieux débris de grand-père pour la recette que je lui ai volée, mais elle m'est utile. Et seulement ceux qui m'ont affrontée savent que plus je bois, mieux je combats. Va comprendre la logique.

Je me jette de nouveau dans le combat, prête à en découdre. Ma vitesse a augmenté, mes coups sont plus forts, mais plus précis aussi, je pourrais l'achever d'une simple flèche si je dégainais mon arc, mais c'est un combat de lames et je respecte les règles des duels à la loyale. Je m'élance vers lui, toute trace d'amusement ayant quitté mon visage, remplacée par de la concentration et détermination à l'état pur. Il y a encore quelques années, je ne contrôlais pas vraiment cette habilité et ça a vraiment failli mal tourner tellement de fois... Mais je la contrôle maintenant, je connais la dose d'alcool à ne pas dépasser, je sais comment je dois me comporter si jamais je franchis tout de même cette limite et surtout je sais comment ne pas mettre les autres en danger. Parce que ce n'est pas prudent de s'approcher de Luni lorsqu'elle est en mode démolisseuse de bars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retrouvailles et petits boulots pour une nouvelle histoire [Aelix]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Ma resolution pour la nouvelle année
» Nouvelle étape pour une nouvelle vie
» 06. Nouveau look pour une nouvelle vie
» [20 avril] En avant pour une nouvelle histoire ?
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Lan Rei :: Lan Rei Est :: Port de Reilor-