AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
"Homme libre, toujours tu chériras la mer !"
"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."
"Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d'oser les tenter."
"Le voyage est une suite de disparitions irréparables."
"Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil."
"Dieu nous rêve. S'il s'éveille, nous disparaissons à jamais."
"Nous trouverons un chemin... ou nous en créerons un."
"Le rêve de l'homme est semblable aux illusions de la mer."
"Il n’est pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va…"
"Il y a trois sortes d'hommes : les Vivants, les Morts, et ceux qui vont sur la Mer."

Partagez | 
 

 On négocie ? Non ? Dommage... pour vous... [Sahalim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: On négocie ? Non ? Dommage... pour vous... [Sahalim]   Dim 13 Mai 2012, 20:57

Spoiler:
 

L'aube n'est pas loin, je la sens dans tout mon être, comme un fil conducteur qui hérisse les poils de mes bras, un frisson qui gravit mon échine, un petit être invisible qui s'immiscerait au creux de mon cou et viendrait me sussurer des mots doux.

- Bonjour, Dawn.

J'ai prononcé cette phrase des milliers de fois, chaque fois que j'ai eu l'occasion de voir l'aurore. Spectacle tout aussi fabuleux que le crépuscule, j'aime le regarder. Cela verse hélas une petite goutte de mélancolie sur mon coeur mit à rude épreuve, mais j'aime ces couleurs dignes du plus beau des tableaux.

La forêt se trouve loin derrière moi, je me trouve sur la bordure d'un chemin de campagne. Chemin que j'ai empreinté un très grand nombre de fois, que ce soit pour des missions ou pour mes intérêts personnels. AUjourd'hui en tout cas, il m'amène à Reilor.

Ou plutôt nous amène à Reilor. Car oui, l'anubite que j'ai rencontré il y a peu, Sahalim l'orateur, a décidé de me suivre. C'est grâce à son odorat plus développé que le mien que nous connaissons maintenant l'endroit exact d'où viennent ces hommes à l'auberge. Les marchands d'esclaves n'ont qu'à bien se tenir ! Je vais leur faire la peau s'ils ont touchés à ma cousine.

- Ibéreth, attend-moi encore un peu. J'arrive.

Mon murmure se perd dans le Vent. Je me trouve accroupie sur un rocher qui surplombe la route. Reilor s'étale devant nous à environ une centaine de mètres. Je me redresse, ne voyant rien à l'horizon. Au pire, qu'est-ce que ça changerait qu'il y'ait quelqu'un ? Rien du tout. Je me tourne vers Sahalim.

- Je connais Reilor comme ma poche, je sais où aller. Je prends donc la tête des opérations. À moi que vous n'ayez une objection ?

Peu importe sa réponse, j'avancerais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Anubite*

avatar

*Anubite*

Nombre de messages : 242

MessageSujet: Re: On négocie ? Non ? Dommage... pour vous... [Sahalim]   Ven 27 Juil 2012, 00:29

voila (enfin) ta rep xD


Le chacal avait remis sa grande cape , lui donnant un air lugubre , ses pas étaient ponctué des grincements de son armure lui donnant un air de chevalier noir , seul le museau de la bête sortait humant l’air a plein poumon reniflant chaque brin d’odeur analysant avec vivacité et intérêt chaque odeur arrivant à sa truffe , une biche par ci , l’odeur du sang par la .L’air était saturé de relent de fauve et semblait sentir la peur . Si sahalim n’avait pas eu de mission il se jetterait à travers les bois afin de dénicher une nouvelle proie , a en croire l’odeur forte c’était un beau fauve , un Sarkner ces espèces de croisement entre lion et smilodon et si l’elfe frémissait a ses souvenirs , sahalim frémissait lui a l’envie de chasser de se plonger corps et âme dans l’élément du prédateur de ces bois .Osez braver le chasseur et le transformer en proie c’était son plus grand plaisir depuis son exile , jamais il ne se sentait aussi vivant qu’à ces moments-là.

Le chacal grogna a l’occasion qui venait de s’envoler et continua sa marche en accélérant le pas pour se changer les idées, l’odeur de sous-bois était si tentante. Sahalim bougea ses oreilles lorsque l’elfe murmurera « bonjour Dawn », mais n’osa troubler les pensées de l’elfe. Le chacal n’était pas souvent très loquace au moins question discrétion il était un compagnon idéal sauf si bien sûr il ne connaissait pas l’espèce là il devenait curieux , voulant apprendre le plus possible des coutumes et de l’anatomie de ces êtres , a vrai dire même s’il ne l’avouait pas-il chercher un nouveau chez lui … jamais il ne retournerait dans son clan même s’il devait passer à ghurol . Son passé l’avait bien trop meurtri et les gens de toutes façon ne l’auraient pas reconnu comme un des leurs, l’histoire avec le traitre avait était étouffé et tuer un autre anubite était un crime sérieux.
Rapidement les empreintes des soldats disparurent masqué par bien d’autres pas, il fallait croire que la route était emprunté souvent même, seul l’odeur de la boisson témoignait de leur passage, il devint rapidement difficile de suivre leurs traces les voyageurs laissaient tous une odeur et il fallait analyser a une vitesse frénétique les différentes odeurs mais sahalim en tant que chasseur n’avait aucun problème à déterminer qui était qui.

L’aube tranquillement se lever, sahalim adorait se spectacle, cette lueur orange qui illuminé la terre la faisant passer par toutes les palettes cendrés, en ghurol il rendait le sable orange, lui faisant penser à une mine de cuivre ou une mer d’épices dans sa jeunesse souvent il se posait sur le sable en regardant l’aube se lever et le soleil le caresser de sa douce chaleur. Il ne fallait pas croire dans le désert les nuits étaient glaciale et le chacal était adorateur de cette douce sensation de réchauffement. Cela faisait rire l’anubite, la journée on fuyait la pression du soleil et la nuit on le désirait plus que tout c’était un brin paradoxal …

L’animal regarda une dernière fois la foret s’éloigné derrière lui , il ne sentait plus cette odeur de fauve et cette odeur si rassurante de sous-bois s’éloigné , il s’arrêta quelques secondes prenant une dernière bouffée d’air , l’ordonnateur détestait la ville ,elle et ses odeurs nauséabonde de crasse de bière de sang , les gens sentaient la sueur a plein poumon et le chacal avait du mal à rester calme dans la foule , il était une âme libre et il se sentait oppressé et étouffé dans ce genre d’endroit malheureusement pour lui il c’était engagé a quelque chose , et ne revenait jamais sur sa parole

« Nous approchons de reylor ça pue … »

Oui on ne pouvait pas dire que le chacal était très chaud a l’idée de rentrer dans cette ville, il semblait bien plus droit, aux aguets ainsi il avait l’air d’une bête sauvage prête à bondir pour se sauver ou dévorer sa proie .Sahalim entendit le cœur de l’elfe s’accélérer et ses muscles se raidir apparemment elle allait en découdre il fallait croire. Puis celle-ci se proposa de prendre la suite des opérations. L’anubite sembla réfléchir quelques secondes

« A votre guise cependant j’ai quelque contact qui pourrait nous être utile , c’est comme vous le souhaitez nous pouvons soit partir directement vers les quais soit passer par quelques intermédiaires pour obtenir un maximum d’information pour mieux organiser la traque euh … enfin la capture »

Sahalim semblait quelque peu excité, il allait enfin pouvoir à nouveau chasser et sa cible préféré l’homme, elle était intelligente …parfois et dangereuse souvent, il allait pouvoir sentir le frisson et se libérer de la tension qui le nouait depuis quelques jours.

« De toute manière nous devons déjà passer les portes et comme vous le savez les humains ne portent pas ceux de mon espèce dans leur cœur »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: On négocie ? Non ? Dommage... pour vous... [Sahalim]   Dim 29 Juil 2012, 22:09

- Oh ? Vous avez des contacts ? Ça tombe bien moi aussi. Vous avez raison, une chasse est ce que je préfère.

Je me doute que notre mission ne sera pas facile, mais il faut que je retrouve ma cousine. J'ai une promesse à tenir.

- De toute manière nous devons déjà passer les portes et comme vous le savez les humains ne portent pas ceux de mon espèce dans leur cœur, dit Sahalim.

J'esquisse un petit sourire.

- Ne vous en faites pas, j'ai un plan. Et j'aurais besoin de votre aide.

L'anubite avait raison : entrer dans Reilor s'avérait facile pour moi, je pouvais tranquillement me fondre dans la masse ou bien passer par les toits, mais me déplacer en compagnie de quelqu'un d'autre ce n'est pas pareil. Non pas que je juge mon compagnon incapable de se déplacer silencieusement, mais le meilleur des espions est toujours seul.

Posant mon sac de voyage sur le sol, je l'ouvre. Les rayons chaleureux de l'aube caressent alors mon cou sur lequel glissent une multitude de mèches blondes. Pendant un instant, je laisse mon regard se perdre dans l'immensité de l'horizon, comme en mémoire à une ancienne vie ou encore à des sentiments passés. Secouant la tête, je chasse toute pensée futile.

- Ah ! Voilà !

Je sors une corde légère de mon sac et la montre à Sahalim.

- Bon, je vous propose quelque chose. Si vous trouvez cela trop embarrassant, dites-le moi et nous trouverons autre chose. Je pense que si je vous attache les mains avec cette corde et que j'entre dans la ville avec vous en tant que prisonnier, cela devrait marcher. Les gardes me connaissent, j'ai déjà effectué plusieurs petits boulots plus ou moins honteux pour les puissants de Reilor, donc emmener un prisonnier anubite ne devrait pas poser de problème. Au pire, casser deux ou trois crânes ne sera pas compliqué... Après, c'est seulement si vous voulez bien vous abaissez à ce stratagème.

Je m'adresse à lui de cette manière, car je ne sais pas combien compte l'honneur pour lui et que je ne veux surtout pas lui manquer de respect.

- Sinon, on passe par les toits, direction quelques auberges et lieux que je connais. Si vous connaissez des lieux que vous jugez importants de vérifier, n'hésitez pas à m'en parler.

Même si je fais le plus solide des noeuds possible, je pense que Sahalim sera capable de le défaire en usant de ses muscles. Poser l'une de mes lames sur sa gorge pour faire comme si n'est pas une mauvaise idée...

- Alors on fait quoi ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Anubite*

avatar

*Anubite*

Nombre de messages : 242

MessageSujet: Re: On négocie ? Non ? Dommage... pour vous... [Sahalim]   Sam 11 Aoû 2012, 02:09

Le chacal se posa sur un rocher et profita du petit matin pour dévorer un petit déjeuner , il fallait croire que la journée serait mouvementé il lui fallait assez d’énergie pour y parer , de plus s’il ne devait pas dormir ce soir et rester en planque toute la journée autant s’accorder un bon moment de repos et de réflexion sur la démarche .

L’animal sortit d’un petit sac des tranches de viandes salées qui laissé planer une odeur étrange de viande dans l’air , le chacal renifla doucement la nourriture avec délectation , cella sentait si bon pour lui , c’était de la viande d’un animal reconnut pour ses capacités nutritive .Celle-ci servait beaucoup dans la région près des montagnes de reylor , une sorte d’élan a six pattes dont les bois servaient de décoration et d’arme .Son crottin était facilement inflammable permettant aux habitants de la région de pouvoir se chauffer sans trop de difficulté et sa viande était extrêmement nourrissante bien que difficile à mâcher , son gout étrange cependant était étrange et il fallait être initié pour le manger , beaucoup de gens des villes trop habituer à manger de la viande tendre des fermes et du poisson du port étaient rebutés en mangeant ces morceaux de viande extrêmement caoutchouteuse . C’était aussi une nourriture qui se conservait étonnamment bien, on pouvait la laisser dans la neige et la garder facilement quelques jours, la sécher pour la garder encore plus longtemps ou encore la faire bouillir .La meilleur méthode de conservation restait néanmoins l’huile d’accolia mais son prix était si exorbitant dans ces contrées. Les trappeurs apprécié énormément cette animal qui leurs permettait de rester plusieurs jours dans les montagnes pour chasser, un simple couteau permettait d’arracher la fourrure de l’animal était réchauffant. Pour tout avouer en plus l’espèce pulluler car la montagne était un bon endroit pour se cacher et s’épanouir.

L’animal dévora avec appétit ce morceau de chair le mâchouillant longuement pour prendre tous son temps pour réfléchir à chacune de ses prochaines actions. Comment allait-il entrer dans reylor ? Comment allait-il trouver les esclavagiste, jusqu’où il devrait remonter sa filière d’indic pour pouvoir les trouver, qu’elles étaient les personnes avec le plus de chance de le renseigner.

L’animal cogitait rapidement en entassant sa troisième portion de viande dans sa gueule mangeant bruyamment dans un bruit de mâchoire prononcé laissant apparaitre la dentition effrayante du canidé. Puis se rappelant qu’il avait une personne avec lui il lui tendit un morceau de viande avant de lui dire plus ou moins clairement

« Tenez-vous devriez manger dès maintenant on ne sait pas comment va se passer la journée, elle sera peut-être un peu mouvementé et je ne sais pas si nous aurons le temps ni vraiment l’occupation de se repaitre avant »

L’elfe proposa de faire le tour de ses contacts aussi, le chacal réfléchit quelques secondes avant de lui répondre

« Il faudrait que l’on se sépare pour couvrir le plus rapidement les indics le problème sera de rester en contact … »

Le chacal se grata le museau longuement retournant dans ses réflexions, il pourrait bien demander à alénor, c’était le garde qui s’occupait des messagers ailés, il pourrait peut-être l’aider mais comment allait-il pouvoir le trouver à temps ? Il fallait faire vite en espérant que l’elfe ne soit pas vendu entre temps sinon il faudrait continuer plus en avant dans cette quête et sahalim ne voulait pas partir trop longtemps de ses forêts …

« J’ai un ami qui pourrait nous aider mais la difficulté serait de le contacter … il pourrait nous prêter quelques volatiles pour nous transmettre des messages ... mais je ne sais pas où il peut se cacher et reylor est une grande ville»

L’elfe lui dit qu’elle avait une idée pour le faire entrer dans la ville, le chacal fut intrigué il la regarda avec intérêt jusqu’à ce qu’elle sorte une corde Sahalim fut surpris se demandant ce qu’elle voulait bien faire avec sa jusqu’à ce qu’elle explique son plan. Elle devait le ligoter et le prendre comme prisonnier, l’anubite la regarda avec horreur et lui fit un non catégorique de la tête

« Non je ne laisserais jamais aucun lien m’entravé, même si c’est pour passer les gardes, ma liberté est tous ce qu’il me reste et je ne risquerais jamais qu’on me la bafoue, surtout que votre plan n’est pas parfait ils peuvent décider de me mettre au cachot eux même, ou me tuer comme un chien non je ne risquerais pas le coup désolé. Quand à fracasser des crânes je préférais éviter si l’on n’en a pas l’utilité, il y a un risque que l’on soit recherché pour sa après et comme qui dirait pour mener une enquête c’est plutôt handicapant. »

L’anubite tata un poche secrète cousu dans sa cape et en sortit quelques secondes après des diamants d’un éclat très pur.

« Je vais plutôt les amadouer avec sa je pense, je ne voulais pas les utiliser mais bon … On verra bien ce que ça donne»

Le chacal reprit ses réflexions caressant un diamant doucement entre ses doigts, en se léchant le museau pour se délecter du sel et du gout de la viande qui restait sur ses babines.
S’il passait comme sa l’avantage était que les esclavagistes pouvaient avoir une vigie ce qui les alerteraient, ils seraient certes sur le qui-vive mais un tel remue-ménage dans leurs rangs ne passeraient pas inaperçu dans les lieux de rassemblement de ses bandits

« Je pense que l’entrée principale serait plus intéressante, nous pourrions être vu et les obliger à bouger, les rendant beaucoup plus facile à trouver par contre ils seront sur leur garde mais vous avez l’habitude des combats non ? L’idée de passer par les toits peut être intéressante aussi mais le problème sera pour les retrouver ils sont assez discret en général … »

Le chacal avala un dernier morceau de viande et rangea le diamant se prélacant avec nonchalance sur le rocher laissant le choix a l’elfe sur la manière de procéder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: On négocie ? Non ? Dommage... pour vous... [Sahalim]   Mar 14 Aoû 2012, 13:16

- Il faudrait que l’on se sépare pour couvrir le plus rapidement les indics le problème sera de rester en contact …

- Vous avez raison, mais je n'ai aucune solution miracle à ce problème.

Le problème soulevé par l'anubite méritait réflexion, mais nous n'avons pas de temps à perdre. Si ça se trouve, ma cousine est déjà loin. Rien ne m'arrêtera cependant, je serai prête à traverser la mer à la nage pour la retrouver.

- J’ai un ami qui pourrait nous aider mais la difficulté serait de le contacter … il pourrait nous prêter quelques volatiles pour nous transmettre des messages ... mais je ne sais pas où il peut se cacher et reylor est une grande ville.

Je ne dis rien, laissant Sahalim dans ses pensées. Oui, un oiseau pour transmettre des messages serait intéressant, mais pas essentiel. Je me rappelle encore des missions que j'effectuais au sein de la guilde. Pour se retrouver avec nos camarades, nous avions un langage secret, aussi bien auditif que visuel, mais nous étions souvent au moins deux sur la même piste. Et si par hasard il nous arrivait de se retrouver tout seul, les règles étaient claires : continuer la mission coûte que coûte et se retrouver à l'endroit prévu à l'heure prévue, sinon continuer ou improviser. C'était l'une des choses que j'aimais dans ce travail.

- Non je ne laisserais jamais aucun lien m’entravé, même si c’est pour passer les gardes, ma liberté est tous ce qu’il me reste et je ne risquerais jamais qu’on me la bafoue, surtout que votre plan n’est pas parfait ils peuvent décider de me mettre au cachot eux même, ou me tuer comme un chien non je ne risquerais pas le coup désolé. Quand à fracasser des crânes je préférais éviter si l’on n’en a pas l’utilité, il y a un risque que l’on soit recherché pour sa après et comme qui dirait pour mener une enquête c’est plutôt handicapant.

Comme je m'y attendais, ma proposition avec la corde ne lui plait pas.

- Comme vous voulez. Mais pour ce qui est d'être recherché, il y a un an ou deux, j'ai fait parti d'un équipage pirate pendant un bref temps et nous nous sommes enfuis de la prison de Reilor. Je ne sais si leurs têtes figurent encore sur les avis de recherches placardés sur tous les murs de la ville, mais j'ai vérifié et la mienne ne s'y trouve pas, même si elle devrait y être depuis longtemps. Disons que je peux facilement m'arranger pour passer inaperçue ou disparaitre...

Sahalim sortit alors un petit diamant de sa poche qu'il entreprit ensuite de faire jouer entre ses doigts.

- Je vais plutôt les amadouer avec sa je pense, je ne voulais pas les utiliser mais bon … On verra bien ce que ça donne.

J'esquisse un petit sourire en remettant la corde dans mon sac. Il sait à qui il a affaire on dirait... Je connais un peu les marchands d'esclaves, mais je n'ai jamais vraiment eu à entrer dans leur milieu. Je me contentais de les observer pour une mission de reconnaissance. C'est quelqu'un d'autre qui a prit le relais ensuite au sein de la guilde. Sélène, il me semble. Mon sourire s'élargit au souvenir de la vampire qui est pour moi comme une soeur. Une soeur sur qui je peux taper et vice versa, mais une soeur tout de même. Au fond, nous sommes toutes deux pareils, seul le physique et la race nous diférencient. Et une bribe de nos histoires respectives...

- Je pense que l’entrée principale serait plus intéressante, nous pourrions être vu et les obliger à bouger, les rendant beaucoup plus facile à trouver par contre ils seront sur leur garde mais vous avez l’habitude des combats non ? L’idée de passer par les toits peut être intéressante aussi mais le problème sera pour les retrouver ils sont assez discret en général …

- Les traquer ne va pas être un problème pour moi et pour vous non plus je pense. Mettre un peu d'ambiance et se faire remarquer ce n'est pas difficile, passer par les toits encore moins. Je pense que ce serait une bonne idée de nous séparer une fois au coeur de la ville. Si je me rappelle bien, une de leurs planques se trouve sur le quai numéro sept, au port de Reilor. Nous pourrions nous retrouvez là-bas dans trois heures ou plus. Si je veux vous livrer un message, je laisserai des signes de mon passages. Vous savez reconnaitre une panthère noire non ? Alors si vous en trouvez une, ce sera moi. Autrement, un joli petit massacre peu être mon oeuvre aussi. Et puis sinon, j'essaierai d'utiliser le Chant du Vent afin de vous contacter directement, mais cela fait des lustres que je l'ai pas utilisé, ça ne marchera peut-être pas. Bon, alors vous êtes partant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Anubite*

avatar

*Anubite*

Nombre de messages : 242

MessageSujet: Re: On négocie ? Non ? Dommage... pour vous... [Sahalim]   Dim 30 Sep 2012, 03:09

je l'ai pas corrigé encore alors désolé pour les fautes partout je m'en occupe dès que possible désolé de l'attente

La conversation suivit afin de faire le plan le plus favorable à l’accomplissement de la mission , sahalim fut projeté des années en arrière lorsqu’encore il était ordonnateur et gérer les défenses de la côte contre les envahisseurs . Toujours réussir à communiquer et a collecter le plus d’information afin de pouvoir mener un contre offensive fleurissante. Cependant ici la communication serrait difficile .Sahalim pouvait bien payé des enfants des rues pour transmettre rapidement les messages à l’elfe .A reilor la pauvreté ne manquait pas au port et les enfants devaient souvent se débrouiller pour survivre et la perspective d’un sous pouvait bien les intéresser.

« j’ai une autre idée pour les informations , nous pouvons aussi payer les réseaux d’enfants pauvres , a reilor il ne manque pas et peuvent facilement transmettre nos messages , cependant on peut aussi tomber sur une taupe auquel cas enfant ou non je m’en occuperais »

Lunielle semblait avoir dès le début percé a jour sahalim car il n’ésquissa aucune surprise lorsqu’il lui repondit que jamais il se ferait entravé

« Notre peuple c’est toujours battu pour sa liberté , vous ne verez aucun anubite accepter de se faire enchainer comme sa , même si c’est pour s’infiltrer ,je suis désolé »

L’elfe enchaina a nouveau en lui expliquant qu’elle avait déjà été recherché a reilor , il avait entendu parler de cette histoire un équipage de pirate avait été capturé et devait etre executé pour l’exemple sur la place publique malheureusement ceux-ci reussir a s’enfuir tout en provoquant de lourd dommage dans les rangs des gardes de la citée. A l’époque sahalim avait voulu les poursuivre mais il était bien trop loin pour arriver a temps , il aurait largement le temps de s’enfuir avant d’entrer dans la zone de reilor .

« oui je me souviens , et a l’époque j’avais été très tenté de rapporter vos têtes , la récompense était quand même très alléchante , et la traque risqué d’être interessante surtout maintenant que je fais la connaissance d’au moins une personne de l’équipage .Mais bon si votre tête n’y ai plus je n’ai plus de raison de vous chasser non ?»

L’anubite rit avec allégresse a sa dernière réplique , tout en gardant un sourire amicale et en finissant par avaler goulument le restant de sa nourriture finissant de reprendre son sérieux , parfois on disait de lui qu’il était trop lunatique et pouvait changer d’une émotion a une autre en un rien de temps.

Puis decryptant son sourire il répliqua immédiatement avec un autre tout en répliquant

« les humains sont facile a comprendre , ils sont souvent attiré par les objets qui brille »

Puis l’elfe lui dit qu’il ne serait pas difficile de les traquer , ni même de les avertir de leurs presences , mais pour sahalim lui n’était pas une pièce maitresse , les esclavagistes n’étaient même surement pas au courant qu’un anubite les traquer par contre pour lunielle qui faisait sa depuis déjà un moment c’était une autre histoire . C’était surtout à elle de les faires bouger afin de capter plus facilement leurs mouvements. Puis l’elfe lui donna une nouvelle indication de comment repérer par ou elle était passé

« bien je ne sais pas se qu’est le chant du vent mais la mission peut commencer »

Il bomba son torse prenant la voix du soldat qu’il avait été il s’écria

« Force et honneur à toi »

Sur ces paroles le chacal fit quelques puis disparut dans la forêt sans laisser de traces , il n’y avait plus de bruit , plus de présences , plus d’odeur , même pour un traqueur confirmé le chacal avait disparu , il était le chasseur .

L’animal progressa dans les bois rapidement comme si la végétation glisser sur lui , c’était devenue aussi étonnant que sa puisse l’être le domaine de prédilection de l’anubite , rien ne semblait l’entraver et rapidement il arriva au mur des fortifications de reilor et sortant ses griffes il entama l’escalade , grimpant avec rapidité décelant avec précision chaque anomalie dans la pierre qui aurait pu lui permettre d’avancer et c’est a peine éssoufflé qu’il arriva sur la muraille tombant nez a nez avec un garde , celui-ci bien que surpris agrippa sa lance et la planta en direction du chacal qui l’attrapant par le bout la repoussa avec force dans l’autre sens pour que le bout plat de la lance vienne frapper le sternum et lui couper le souffle , permettant a sahalim d’enchainer sur un coup sur la tempe pour assommer le pauvre garde.

Puis le chacal s’élanca sur les toits comme si il avait le diable aux trousses , il passerait directement au quai , il se doutait que les contrebandiers avaient changés de planque mais peut être pourrait on le renseigner . C’est ainsi que l’animal s’élancant de toit en toit arriva jusqu’à celui de l’entrepot .

C’était la que debutait le jeu , l’animal commenca par doucement étudier l’endroit , à l’intérieur il faisait sombre , l’endroit sentait la crasse mais surtout le sang , il était donc tombé sur le repaire d’un groupe d’assassin … il fallait croire que l’endroit attiré son lot d’escroc en tout genre.l’animal posa ses oreilles contre les parois afin d’entendre se qui s’y passé , les hommes semblaient se réjouir d’un contrat « vaillament » reussit . Sahalim grogna dans sa tête ce n’était qu’une bande de lache qui avait froidement assassiner quelqu’un pour quelques piéces …

C’ était le moment de passer à l’infiltration , l’anubite plia un morceau de la plaque du toit avec discretion et se glissa tel un serpent dedans ,il faisait noir à l’intérieur et seul l’entrée était largement allumé , deux sentinelles étaient cachées quand a elle dans l’ombre dans deux petits renfoncement du mur avec des arbalètes prés à faire pleuvoir la mort sur les impudents qui oseraient forcer leurs planque .Le chacal rit intérieurement , malheureusement pour eux ceux de sa race voyait parfaitement dans le noir et celui-ci serait plutôt un ennemie pour cette confrérie prônant l’ombre tel une amie.

Le chacal se laissa glisser le long des poutrelles métallique pour arriver au dessus du premier homme , une corde fila et en moins de deux il se retrouvait pendu par un fil tranchant qui plein de barbillon l’empechait de hurler sous peine de douleur affreuse et l’homme bien trop accaparé par sa survie ne broncha mot et finalement la vie le quitta rapidement puis le chacal décocha son arc et le tirant très légérement pour ne pas lui donner trop de puissance décocha une fléche dans la tête du pauvre assassin.

Il n’y avait plus de sentinelle maintenant , cependant il restait des hommes vivants et la traque n’était pas finis , le chacal descendit alors au sol et élimina rapidement les autres assassins qui patrouiller , planquant les corps dans des caisses ou en hauteur pour ne pas éveiller de soupsons
C’est ainsi qu’à la fin de la petite fête il ne restait finalement plus que quelques convives de la sauterie ainsi que le chef qui commençait à s’inquieter que plus personne ne lui donne de réponses , sahalim en profita pour bondir de la noirceur et éliminer un homme lui déchirant la gorge a coup de de griffe de pugillat ,l’anubtie avait sortit ses armes préféré de longue griffes de combat avec des gants en acier renforcer permettant de parer astucieusement même les lames les plus lourdes si tant est d’avoir de la force. Les hommes se jeterent sur lui et après quelques minutes d’affrontement seul le chef et un de ses acolytes restait debout , le chacal planta le jeune assassin au mur en enfoncant un dague dans son bras la plantant en meme temps dans le mur .un coup de pied vint finir son œuvre en déboitant l’autre épaule , ainsi le jeune homme était devenue inapte au combat il pourrait l’intérroger plus tard mais d’abord il fallait lui éxpliqué se qu’il risquait si il ne repondait pas à ses questions .

Mettre a terre le chef de la guilde fut aisé , au final c’était de pietre assassin , le chacal l’assoma et prépara rapidement la table , la torture était une des choses qu’il avait apprise en tant que mercenaire et la bête sanguinaire qui parfois prennait possession de lui semblait apprecier grandement la chose . C’est ainsi que la vivisection commença sous l’œil éffaré du jeune et après que sahalim ai finit il lui proposa de repondre a quelques questions , le jeune homme déballa tout sans hésitation ,les bandits se connaissait bien entre eux trop bien parfois.
Le chacal libéra le jeune homme et commenca son repas dévorant les restes du pauvre chef de bande en attendant lunielle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Elfe*

avatar

*Elfe*

Nombre de messages : 2128
Localisation : Toujours sur tes pas
Métier/Fonction : Chevaucheuse du Vent et de la Nuit / Démolisseuse de tavernes

MessageSujet: Re: On négocie ? Non ? Dommage... pour vous... [Sahalim]   Dim 07 Oct 2012, 23:08

- Force et honneur à toi !

S'écria Sahalim puis disparut dans la forêt, me laissant entièrement seule.

Je sais absolument pas ce qu'il a en tête, mais pour le moment, nous devons nous séparer afin d'inspecter le plus grand terrain possible. Dès que j'aurais une piste, je chercherais l'anubite, mais je dois aussi rester aux aguets au cas où celui-ci soit plus rapide que moi.

Sans attendre davantage, je descends rapidement du petit surplomb en désescaladant, puis emprunte le chemin qui mène à la ville. Je l'atteint rapidement, franchissant le seuil des premières maisons de Reilor en même temps que le soleil. L'astre brillant étire paresseusement ses rayons dorés, inondant le ciel de douces lueurs rosées. Petit à petit, je sens sa caresse fugace sur ma nuque prendre de l'ampleur et très vite les rayons dardants rendent l'air sec. Heureusement, une petite brise se lève et apporte avec elle les fragrances salées du port.

Je me dirige vers la première ruelle et observe les alentours. Personne. D'un bond rapide je me hisse sur le toit de tuiles en m'aidant d'une pile de caisses collée au mur clair. Pas à pas, je me balade librement, analysant le moindre coin des rues en contrebas. Comme je me doutais, rien de suspect pour le moment. Si ma cousine a bel et bien été capturée par les marchands d'esclaves, les débusquer ne sera pas facile. Mais pas impossible non plus. Je devrais d'ailleurs songer à bannir ce mot de mon vocabulaire, une bonne fois pour toutes.

Le vent frais souffle dans mes cheveux, faisant voler ceux-ci dans mon dos. Je m'arrête soudain et porte la main à ma chevelure. Avec des gestes rapides et soignés, je me fais une natte improvisée. La coiffure tombe lourdement sur mon épaule gauche et je tend les oreilles. Vidant mon esprit, je me concentre sur le va-et-vient des feuilles souffletées par les divers courants d'air. Enfin je l'entends. Saha n'est pas loin, il se trouve à peine à quelques rues de moi, mais progresse davantage dans la ville, sans doute a-t-il trouvé quelque chose. Je détache mon esprit de sa progression, se concentrant sur ma propre mission. Si je parviens à découvrir un indice d'ici une heure, tant mieux, sinon, je rejoindrait l'anubite.

Reprenant le jeu, je me relève et continue de courir alègrement sur les toits. Franchissant d'un seul bond l'espace entre deux maisons, je continue de courir, tel un feu follet entrainé dans une danse folle. Je longe les rues du marché dont les vives couleurs des échopes débordent de joie et de vie. Les marchands interpellent la foule sans cesse, proposant leurs produits aux plus offrants. Quelques enfants trainent par-ci par-là, sans doute des orphelins. Sans doute aussi l'un de ces enfants dont parlait l'orateur.

C'est alors qu'en franchissant une étroite ruelle, je découvre deux silhouettes tapies dans l'ombre. M'accroupissant, je me rapproche doucement du rebord, surveillant ma respiration afin que celle-ci ne me trahisse pas, même si je doute que ces deux hommes puissent m'entendre. L'un d'eux tend une bourse bien remplie à l'autre, transaction classique dans ce genre d'affaires louches. Sans un bruit, je sors mon arc de sa couverture et encoche une flèche à l'empenne verte. J'amène doucement la corde à ma joue et place mon genou gauche sur le rebord du toit. Penchant ma poitrine en avant, je bande mes muscles et attends le bon moment pour tirer.

Aucune parole n'est échangée et j'hésite sur la cible à tuer en premier. Lequel des deux pourrait me donner le plus d'informations ? Celui qui paye ou celui qui empoche ? Je décide de laisser la vie à celui qui a donné. Je calque ma respiration sur celle de ma proie. Immobile, je ferme les yeux, soufflant et expirant doucement. Je les ouvre en même temps que ma main. Le trait meurtrier part instantanément, déchirant l'air tel un missile fin et mortellement précis. La pointe de la flèche se fige brutalement dans la gorge de l'homme qui laisse tomber sa bourse pleine de pièces d'or. Il porte ses mains à sa gorge, tentant désespérémment de retenir le flot vermeil qui gicle provusément de son cou, mais en vain. Il tombe lourdement sur le sol au moment même où son complice lève la tête vers moi, un air horrifié peint sur le visage.

Sans attendre, il s'enfuit à toutes jambes vers les quais. Mais c'est sans compter sur ma détermination qui me pousse à la poursuivre. Je le suis, toujours depuis les toits et l'aperçois qui se trouve à vingt mètres à peine de la sortie qui débouche sur l'une des grandes rues.

- Oh non ! Tu ne m'échapperas pas !

Avec une vitesse foudroyante, je sors une deuxième flèche identique à la première et tire. Le trait en bois se plante dans la jambe droite de l'homme, lui arrachant un cri de douleur et le clouant au sol. Je range mon arc dans mon dos et saute avec finesse du rebord, me ratrapant au dernier moment à une poutre saillante. Mes cuisardes brunes touchent le sol avec un bruit sourd et l'homme se retourne. Je peux lire la peur sur son visage. Telle une panthère qui s'approche pour achever sa proie, je me glisse silencieusement vers l'humain. Il fourre alors la main sous sa chemise et en sors une dague. L'éclat de l'acier argenté brille sous les rayons du soleil et j'arrête son geste en attrapant son poignet, au plus grand étonnement de celui-ci. Une goutte verte tombe sur le sol quittant la lame qu'elle recouvrait de sa faible surface.

- Du poison ? Mais c'est très vicieux comme technique ça !

- Ferme ta putain de gueule espèce de...

Sa menace s'achève dans un gargouillement quand je brise son poignet droit, celui que je tenait. Voyant qu'il était fichu, le regard de l'homme se tourne vers la sortie qui se trouve à quelques pas de nous et ouvre grandement la bouche comme pour hurler. Je m'empare alors violemment de ses cheveux mi-longs et sales et lui fracasse la tête contre le mur. Il tombe lourdement en se tenant le nez, duquel le sang coule à flots.

- Tu voulais attirer l'attention ? C'est pas très courageux ça, mon gros !

- J' vais rien te dire !

- Mauvaise réponse !

Ayant toujours une poigne solide sur ses cheveux, je lui fracasse une deuxième fois le crâne, avec plus de force cette fois-ci.

- Tu ne veux toujours rien me dire ?

- Tu peux crever, salope !

- J'ai horreur qu'on me dise non, tu sais ?

Sans hésitation, je lui brise le coude droit, puis l'épaule droite. Il tremble de douleur.

- Alors toujours rien ?

- C'est... c'est le boss qui m'a envoyé pour... pour payer le fournisseur...

- Le gars que j'ai tué ?

- Ouais, lui-même.

- Qu'est-ce qu'il vous a livré ?

Silence. De nouveau la face contre le mur.

- Il a... il a ra'mné quinze travailleurs... des touts neufs...

- Parmi ces personnes dans un autre groupe d'esclaves, y' avait-il une elfe qui me ressemble ?

- J'en sais rien...

Je lui casse le petit doigt de la main droite.

- Vraiment ? Réfléchis encore !

- Attends ! Attends ! Y'avait... y'avait bien une elfe... mais j'ai pas inspecté la marchandise de près...

- Bon c'est qui ce boss ?

- J'peux pas l'dire, il me tuerait !

- Tu es un homme mort de toute manière !

Un deuxième doigt se brise.

- Encore trois doigts et je passe à la main suivante.

- Il... il s'appelle Liko... il dirige le réseau des marchands d'esclaves. C'est lui qui s'occupe personnellement de la marchandise riche, tout ce qui est différent de l'humain ordinaire. En général, les elfes et les sirènes valent très chères aux enchères...

- Où aura lieu la prochaine vente, ou réunion importante où je pourrai trouver ses subordonnés ?

- Dans l'entrepôt n°5 du quai 3. Plusieurs esclaves seront mis de côté pour des clients privés et riches.

- Très bien, je sais tout ce qu'il me faut. Maintenant je vais te conduite auprès de mon ami et tu lui diras tout ce que tu viens de me dire. Cependant il n'est pas du même caractère que le mien...

Trainant mon homme derrière moi, je me mis en quête du bâtiment où se trouvait Sahalim depuis quelques instants déjà, comme s'il m'y attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: On négocie ? Non ? Dommage... pour vous... [Sahalim]   

Revenir en haut Aller en bas
 

On négocie ? Non ? Dommage... pour vous... [Sahalim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Dark',pour vous servir...
» Pour vous remonter le moral
» Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour #SBAFF#
» Que puis-je faire pour vous aider....? [Pv Maximilien Shreck]
» Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aïklando :: Île de Lan Rei :: Lan Rei Est :: Port de Reilor-